Navigation – Plan du site
Repères

Le système éducatif roumain : les enjeux de la réforme

Emil Paun
p. 154-159

Entrées d’index

Mots-clés :

système éducatif

Géographique :

Roumanie
Haut de page

Texte intégral

1Après les changements politiques de la fin de l’année 1989, la Roumanie est entrée dans une période de profondes transformations dans tous les domaines. Le système d’enseignement n’a pas fait exception. Après une série de changements urgents et ponctuels imposés par le besoin d’adaptation aux nouvelles réalités politiques, on est passé, au début de l’année 1995, à la mise en place d’une réforme systématique de grande envergure dans les domaines suivants : le curriculum, la formation initiale et continue des enseignants, le système d’évaluation, la gestion du système éducatif.

2Le cadre juridique de cette réforme a été établi par la Loi de l’enseignement adoptée en 1995, modifiée par la suite et amendée en 2003 par une nouvelle loi. Elle a été, par ailleurs, complétée par des décisions du gouvernement et par des consignes des ministres de l’éducation.

3La Loi de l’enseignement de 2003 définit les principes généraux de la politique éducative, dont les plus importants sont :

  • – l’éducation comme priorité nationale ;

  • – l’éducation tout au long de la vie, ouverte et accessible à tous ;

  • – l’égalité des chances pour tous les citoyens, sans restrictions ni discriminations ;

  • – l’indépendance du système éducatif vis-à-vis de la politique et de l’idéologie ;

  • – la gratuité de l’enseignement d’État (à tous les niveaux et dans la limite des places disponibles) ;

  • – le droit des minorités ethniques d’étudier dans leur langue maternelle.

L’organisation et la structure actuelle du système éducatif

L’enseignement préscolaire

4Partie intégrante du système d’enseignement, il est assuré dans des établissements appelés jardins d’enfants, publics ou privés. Le but général de l’éducation préscolaire est d’assurer la socialisation des enfants et d’offrir les conditions nécessaires à leur développement physique, intellectuel et affectif, à l’aide d’un ensemble d’activités spécifiques pour cette tranche d’âge.

5Dans les jardins d’enfants, on scolarise des enfants âgés de trois à six ans. L’éducation préscolaire est organisée en trois niveaux : la petite section (3-4 ans), la moyenne section (4-5 ans) et la grande section (5-6 ans). La grande section a un statut d’année préparatoire pour l’école. En principe, la scolarisation des enfants dans le préprimaire est facultative. Mais, étant donné le statut particulier d’année préparatoire de la grande section, le taux de fréquentation de celle-ci est de plus de 90 %, contre 70 % environ dans les petite et moyenne sections.

La scolarité obligatoire : l’enseignement fondamental

6Elle dure dix ans et comporte trois étapes : l’enseignement élémentaire (quatre ans), la première étape de l’enseignement secondaire inférieur général (quatre ans), qui se déroule au collège, et la seconde étape de l’enseignement secondaire inférieur (deux ans). Cette nouvelle structure de la scolarité obligatoire est le résultat de la modification, en juin 2003, de la Loi de l’enseignement. La durée de la scolarité obligatoire a été allongée de deux ans, après l’enseignement secondaire inférieur général. 

7À la fin de la scolarité obligatoire, les élèves peuvent continuer leurs études dans l’enseignement secondaire supérieur (le lycée).

L’enseignement secondaire supérieur

8L’enseignement secondaire supérieur (cycle II du lycée) dure de deux ans. À la fin des études secondaires, les élèves passent un examen national, le baccalauréat. Le diplôme obtenu permet aux bacheliers d’accéder à l’enseignement supérieur. Ils peuvent également continuer leurs études dans des écoles postsecondaires à vocation professionnelle.

L’enseignement supérieur

9Depuis l’année universitaire 2005-2006, l’enseignement supérieur est organisé selon la structure adoptée à Bologne, c’est-à-dire 3-5-8 (trois ans pour les études de licence, deux ans pour le master et trois ans pour les études doctorales).

10Sans doute existe-t-il des exceptions dans cette structure. Pour certains domaines techniques et pour la médecine, on a maintenu une durée plus longue pour la licence. Les études de master, qui n’existaient pas en Roumanie avant 1990, vont se développer dans les années à venir. Les études doctorales seront organisées dans le cadre des écoles doctorales, une institution tout aussi nouvelle dans le paysage roumain.

11Cette nouvelle organisation de l’enseignement supérieur a provoqué de nombreux débats dans la société roumaine.

Les enjeux actuels du système éducatif

12Le système éducatif roumain est en pleine transformation. Les politiques éducatives s’efforcent de tenir compte des traditions de l’école roumaine (surtout de celle de l’entre-deux guerres), tout en répondant aux demandes du présent et aux défis de l’avenir. Dans ce contexte, on assiste à un effort considérable de rapprochement et de compatibilité du système éducatif roumain avec le système européen. Ceci suppose l’assimilation et la valorisation des bonnes pratiques des systèmes scolaires européens, tant sur le plan organisationnel et structurel, que sur le plan fonctionnel.

13De nombreux aspects du fonctionnement du système éducatif roumain subissent des changements, font l’objet de débats dans l’opinion publique et engagent non seulement les autorités scolaires, mais aussi les enseignants, les parents, les élèves, les étudiants et, de plus en plus, les collectivités locales.

14Le système d’enseignement est confronté à trois enjeux : l’équité, la qualité et la décentralisation, tous trois étroitement liés à la formation et la professionnalisation des enseignants et du personnel de gestion et d’administration des écoles.

Équité et égalité

15« Équité » et « égalité » sont deux termes qui décrivent des réalités et des situations rapprochées, voire parfois similaires. Cependant, ces dernières années, les politiques éducatives se centrent davantage sur l’assurance de l’équité, tout en abandonnant, d’un certain point de vue, la problématique de l’égalité, trop générale, abstraite et probablement trop idéologisée. Les analyses concernant l’égalité en éducation sont souvent beaucoup trop théoriques, en promouvant une égalité formelle, loin de la diversité et la complexité de la réalité éducative. Dans ce contexte, une analyse du degré de concrétisation du principe d’égalité dans l’éducation (affirmé également comme un principe fondamental dans la Loi de l’enseignement) s’impose dans une organisation et un fonctionnement du système éducatif fondés sur l’équité.

16Face à l’impossible réalisation d’une véritable égalité en éducation, il faut dépasser le concept d’égalité formelle et commencer à affirmer le concept d’équité qui, quoique plus ambigu et moins rigoureux, permet l’existence de certaines « inégalités acceptables », à condition qu’elles ne lèsent pas le droit de chacun à l’éducation.

17La réalisation de l’équité en matière d’éducation constitue un objectif central de la politique éducative de Roumanie, situation facilement explicable si on se rappelle la multitude d’inégalités et d’inéquités accumulées durant les années de dictature.

18À cet effet, on a entrepris des mesures et des actions importantes, parmi lesquelles :

19– la garantie et l’élargissement de l’accès à différentes formes et niveaux de scolarité, et simultanément à la diversification des filières et des options d’enseignement capables de répondre à la diversité des attentes et à la variété des compétences des élèves ;

20– l’adoption d’une série de mesures législatives à même d’éliminer toute forme de discrimination ou d’exclusion sur des critères d’ordre social, racial, ethnique, religieux, de sexe, linguistique ou de tout ordre ;

21– la mise en place effective d’un système d’aides destinées aux groupes sociaux vulnérables ;

22– le développement de certains programmes spéciaux pour prévenir et éliminer l’abandon scolaire ;

23– la création d’une structure flexible et ouverte du système scolaire, capable d’éliminer les barrières qui existent entre les différents niveaux et filières d’enseignement ;

24– l’introduction à grande échelle des méthodes et stratégies pédagogiques inspirées par les approches constructivistes (stratégies interactives d’enseignement/apprentissage, méthodes de développement de la pensée critique, etc.), focalisées sur le respect des besoins individuels et des rythmes propres d’apprentissage des élèves ;

25– des efforts pour améliorer la qualité de l’éducation en milieu rural et dans les zones défavorisées ;

26– l’assurance de l’égalité d’accès à une éducation de qualité, dans leur langue maternelle, pour les groupes minoritaires ;

27– la mise en œuvre de mesures et de programmes consacrés aux enfants ayant des besoins spécifiques.

28Toutefois, toute une série de difficultés et d’inconvénients subsistent en matière d’équité, comme la présence d’inégalités et de décalages importants entre les écoles en milieu rural et en milieu urbain. Ces différences se manifestent à de multiples niveaux : infrastructure scolaire déficitaire en milieu rural, nombre insuffisant d’enseignants qualifiés, qualité médiocre des actions pédagogiques, abandon scolaire toujours croissant, précarité des familles, etc.

  • 1 Le montant total du financement est de 91 millions de dollars US : 60 millions prêtés par la Banque (...)

29Au cours des cinq dernières années, on a mis en place des mesures et des actions ponctuelles afin d’éviter que ces décalages ne se transforment en une véritable fracture sociale entre la ville et le village. C’est ainsi qu’en 2003 a débuté un ample programme de développement et d’amélioration de l’éducation en milieu rural, projet financé par la Banque mondiale1. Ce programme, toujours en cours actuellement, comporte plusieurs volets :

  • – la rénovation et l’amélioration de l’infrastructure scolaire (bâtiments, équipements, etc.) ;

  • – un programme de formation et de qualification professionnelle pour les enseignants non qualifiés ou sous-qualifiés (ce programme s’effectue sous forme d’un enseignement à distance, encadré par les universités et les autres institutions impliquées dans la qualification du personnel enseignant) ;

  • – le développement du partenariat entre l’école et les collectivités locales pour permettre une implication et une responsabilisation des autorités locales, absolument nécessaire pour un bon fonctionnement des établissements scolaires. Les représentants de la mairie siègent au conseil de direction des établissements ainsi que les représentants des parents. Ils participent à la prise de décision administrative, mais pour le moment leur rôle concernant la nomination des enseignants ou les programmes d’enseignement est peu important.

30Les premières évaluations de ce programme ont mis en évidence une amélioration de l’équité dans le domaine éducatif, notamment en milieu rural.

31Cependant, de nombreuses difficultés subsistent, dues à la précarité des conditions socio-économiques et culturelles de la plupart des familles de milieu rural. Leur projet éducatif est à court terme ; souvent, il ne couvre que la durée de la scolarité obligatoire. Le désir d’envoyer ses enfants au lycée ou à la faculté est freiné par l’insuffisance de ressources financières. Bon nombre d’enfants restent ainsi au niveau de la scolarité obligatoire, sans être à même de réaliser leurs aspirations ou de développer les aptitudes dont ils disposent.

La qualité de l’éducation

32Après une période où l’accent a été mis sur l’organisation du système éducatif, l’objectif prioritaire de la politique éducative, ces cinq dernières années, est devenu l’assurance de la qualité de l’éducation.

33À cet égard, une multitude d’actions ont été mises en place parmi lesquelles :

  • – l’amélioration de la qualité des programmes de formation initiale et continue des enseignants ;

  • – la diversification des méthodes et stratégies d’enseignement/apprentissage ;

  • – la mise en pratique d’un nouveau système d’évaluation des performances scolaires des élèves, fondé sur des normes d’évaluation ;

  • – le développement des programmes spéciaux destinés aux directeurs d’école, afin de les aider dans l’élaboration et la coordination des projets d’établissement ;

  • – l’élaboration de normes d’évaluation de l’activité éducative des enseignants ;

  • – l’amélioration de l’infrastructure des écoles par l’introduction de réseaux informatiques dans tous les lycées du pays ; ce programme d’équipement sera poursuivi dans toutes les autres écoles, avec une attention particulière portée au milieu rural.

34La plus récente initiative dans ce domaine est l’élaboration en 2005 d’un projet de loi concernant l’assurance de la qualité en éducation, projet en débat au niveau du Parlement. Ce projet définit les critères et les normes de qualité, ainsi que les mesures à prendre afin d’assurer cette qualité. La loi essaie d’introduire plus de cohérence et de rigueur dans un domaine très sensible et controversé. Elle propose aussi des mesures d’évaluation interne du degré de réalisation de la qualité à tous les niveaux de scolarité et chez tous les acteurs du monde éducatif. Dans ce but, on forme des commissions d’évaluation de la qualité au niveau de chaque école et de chaque université. Leur composition, telle qu’elle est prévue dans le projet de loi, est la suivante : pour l’enseignement de base et secondaire : des représentants des enseignants, des parents, des élèves (seulement pour les lycées) et du conseil local ; pour l’enseignement supérieur : des représentants des enseignants, des étudiants, des anciens étudiants et du patronat.

35En outre, on propose l’institution d’un système d’évaluation externe de la qualité en éducation par l’intermédiaire de deux agences : l’Agence roumaine pour la qualité de l’enseignement supérieur et l’Agence roumaine pour la qualité de l’enseignement pré-universitaire.

36Ces agences s’engagent à définir les critères de qualité et à les appliquer pour garantir la qualité dans la totalité du système d’enseignement.

37Un des obstacles à la mise en place de cette garantie de qualité est le déficit de personnel enseignant qualifié, notamment dans le domaine des langues étrangères et de l’informatique. Ce déficit devient plus évident en milieu rural, même pour d’autres disciplines d’enseignement, ce qui fait que le décalage qualitatif entre le monde urbain et rural est assez significatif. Le manque d’attractivité de la profession enseignante, dévalorisée sur de multiples plans – social, économique et même culturel – explique cette situation. Les petits salaires mais aussi les conditions de plus en plus difficiles de travail des enseignants, surtout dans les zones défavorisées (les banlieues des villes et une grande partie des zones rurales), mènent à une diminution de l’attractivité de la profession enseignante. Les efforts du gouvernement et du ministère pour pallier cet obstacle restent sans résultat visible.

38La faiblesse des ressources financières représente un autre inconvénient important, notamment pour certaines collectivités locales en milieu rural, trop démunies pour pouvoir déployer les efforts nécessaires à la réalisation des projets de développement et de garantie de la qualité dans les écoles.

La décentralisation

39La décentralisation constitue un des plus importants changements introduits par la réforme scolaire. Pendant plus de cinq décennies, la Roumanie a eu un système politique, économique, social et de gestion administrative très centralisé, qui a donné naissance à une forme de culture de la centralisation fondée sur l’exclusion de toute autonomie ou initiative propre. L’école et les enseignants avaient une attitude d’attente et de conservatisme, doublée de la peur d’assumer des responsabilités. Dans ce contexte, la réforme scolaire a été, d’abord, réalisée de haut en bas, le degré d’implication des enseignants demeurant assez réduit. Peu à peu, on a commencé à adopter des mesures pour favoriser et développer l’initiative et l’autonomie des établissements scolaires. La Loi de l’enseignement de 1995 a créé le cadre juridique et fonctionnel pour l’autonomie des écoles et des universités. Dans les universités, celle-ci a commencé à fonctionner de façon réelle et rapide. En revanche, dans l’enseignement pré-universitaire, le processus s’est avéré bien plus lent. L’autonomie n’étant pas accompagnée d’une véritable décentralisation, les établissements attendaient que les mesures et les décisions importantes soient prises au niveau du ministère ou des inspections scolaires.

40Aussi, ces cinq dernières années, a-t-on adopté une série de mesures afin de mettre en pratique des politiques centrées sur les unités scolaires. Ces décisions ont culminé avec la Loi de la décentralisation de l’enseignement, adoptée en 2005. Elle prévoit des mesures concrètes pour le développement de l’école avec la délégation des responsabilités au niveau des communautés locales. Sans doute y aura-t-il encore des difficultés de mise en pratique car cette loi institue plutôt une décentralisation décrétée qui n’est pas construite du bas vers le haut. Certains réflexes centralisateurs sont toujours vivaces et il est difficile de parvenir à une décentralisation sans les ressources nécessaires à la réalisation de programmes de développement des écoles. Une décentralisation réelle suppose également l’adoption de certains comportements d’initiative par les enseignants et les chefs d’établissement.

41En fin de compte, la loi de la décentralisation représente quand même un nouveau départ pour un chemin bien difficile mais nécessaire à parcourir.

Haut de page

Bibliographie

L’équité des systèmes éducatifs européens, Groupe européen de recherche sur l’équité des systèmes éducatifs, 2003.

Ministère de l’éducation et de la recherche (MEC), Legea asigurarii calitatii in educatie (proiect), 2005.

Qualité et équité dans l’enseignement roumain, Bucarest, 2004.

Modrescu A. (coord). Sistemul educational in Romania, Editura Trei, Bucuresti, 1999.

Paun E. Attendre ou produire le changement, Revue internationale d’éducation, Sèvres, n°  40, décembre 2005.

Haut de page

Notes

1 Le montant total du financement est de 91 millions de dollars US : 60 millions prêtés par la Banque, 30 millions alloués par le gouvernement et les collectivités locales contribuent à hauteur d’un million. Durée du projet : 2003-2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emil Paun, « Le système éducatif roumain : les enjeux de la réforme », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 42 | 2006, 154-159.

Référence électronique

Emil Paun, « Le système éducatif roumain : les enjeux de la réforme », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 42 | septembre 2006, mis en ligne le 15 novembre 2011, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://ries.revues.org/1131 ; DOI : 10.4000/ries.1131

Haut de page

Auteur

Emil Paun

Directeur du département de sciences de l’éducation de l’université de Bucarest, Roumanie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page