Navigation – Plan du site
Ateliers
L’autonomie de l’établissement est-elle un facteur d’efficacité péda-gogique ?

Angleterre. Les limites de l’autonomie

Études de cas
Muriel Robinson
p. 65-67

Entrées d’index

Géographique :

Angleterre, Royaume-Uni
Haut de page

Texte intégral

1En Angleterre, il existe depuis 1990 un programme national auquel des contraintes supplémentaires ont été ajoutées lors de l’introduction de stratégies nationales en anglais écrit et en arithmétique, respectivement en 1998 et 1999. Celles-ci donnent des lignes de conduite assez strictes quant aux approches pédagogiques en école primaire. Bien qu’elles ne soient pas obligatoires, la plupart des écoles suivent ces méthodes qui dictent jusqu’à la durée et au déroulement des leçons ainsi que la répartition des sujets par trimestre et par année.

Divergences

2Quand on juxtapose ce programme national au régime central d’évaluation de tous les enfants de sept, onze et quatorze ans et aux examens publics à seize ans (GCSE) et dix-huit ans (A-level), il est facile de constater qu’il y a beaucoup moins de place pour l’autonomie dans le système éducatif anglais actuel.

3Dans la formation des instituteurs et professeurs, on estime également qu’il y a beaucoup de contraintes dans le programme scolaire. La liste des standards à atteindre pour devenir professeur ou instituteur est beaucoup plus longue que la précédente (Department for Education and Skills, 2002). Les standards et le régime d’inspection qui les accompagne ont créé un degré d’uniformité beaucoup plus marqué qu’auparavant.

4Les opinions divergent sur les conséquences de l’accroissement des contrôles centralisés et sur l’absence d’autonomie des établissements scolaires qui en résulte. Pour certains, les statistiques de performance parlent d’elles-mêmes. Dans les écoles, les chiffres du gouvernement démontrent clairement qu’une large majorité des élèves atteint le niveau prévu pour leur âge en anglais écrit et en arithmétique. Les résultats aux examens du GCSE et du A-level s’améliorent d’année en année. De plus en plus d’élèves s’inscrivent à l’université ou dans d’autres établissements d’enseignement supérieur, ce qui reste malgré tout insuffisant par rapport à l’objectif du gouvernement, qui est de 50 %. Pour d’autres au contraire, les chiffres indiquent un nivellement inévitable dans les résultats en anglais écrit et en arithmétique sans nouvelle hausse ; en effet, même si l’autonomie n’est pas un avantage pour une école faible, les meilleures écoles n’y ont pas droit non plus et cela a pour effet d’étouffer la pensée indépendante et de limiter le potentiel d’excellence. Chaque année, la publication des résultats des examens du GCSE et du A-level suscite des critiques affirmant que l’amélioration du taux de réussite est la conséquence d’un abaissement des standards : les examens deviennent plus faciles, dit-on.

La formation des enseignants

5En ce qui concerne la formation des enseignants, les opinions sont, là aussi, contradictoires. Les établissements disent que les jeunes enseignants sont mieux préparés que jamais et il est vrai que les exigences de stage des étudiants sont beaucoup plus strictes qu’auparavant. Les résultats combinés des inspections des écoles et de la formation initiale des enseignants appuient ces déclarations. D’autres disent que les enseignants actuels sont très bien entraînés à utiliser les nouveaux programmes scolaires avec succès, mais qu’ils sont très conformistes et qu’on ne leur a pas appris à penser ou à prendre du recul ni dans les écoles secondaires ni dans la formation professionnelle. Actuellement, tous ceux qui s’inscrivent dans un programme de formation professionnelle d’enseignement aussitôt après les examens du A-level, à l’âge de dix-huit ans, sont les enfants du programme national et, étant donné la liste des standards à atteindre, il n’y a plus de place dans la formation initiale pour l’étude de la philosophie, de la psychologie, de la sociologie ou de l’histoire de l’éducation et, fort de ces connaissances, pour se pencher sur la façon dont un enfant apprend. Les exigences des standards ne laissent vraiment pas de temps pour ce type de réflexion en raison du grand nombre de compétences à acquérir et des nombreuses semaines à passer dans les classes.

Une expérience positive

6J’ai la chance de diriger le Bishop Grosseteste College (BGC), l’un des seuls établissements spécialisés en formation professionnelle des enseignants en Angleterre. BGC a développé sa réputation d’excellence de 1970 à 1980 sous la conduite du professeur Leonard Marsh, un homme d’imagination qui croyait passionnément à un enseignement primaire de qualité d’un type très particulier. Sous sa direction ont été formés des instituteurs conscients de la pédagogie et de l’importance primordiale de l’expérience directe, de l’observation attentive des choses, de l’expérimentation et de l’artisanat. Les locaux de BGC ont été réorganisés afin de permettre aux instituteurs en formation d’apprendre de la même façon qu’ils auraient à enseigner. Des ateliers d’arts plastiques, de dessin et d’imprimerie ont été mis sur pied. Partout, des travaux d’enfants d’un très bon niveau étaient exposés ainsi que des objets divers susceptibles de rendre les activités d’enseignement plus vivantes. Les étudiants apprenaient à installer une exposition dans la classe pour faciliter les apprentissages. Des instituteurs venaient de tout le pays pour des ateliers en formation continuée et trouvaient des pistes, des idées de pratiques nouvelles pour leurs classes. Partout en Angleterre, il était possible de deviner à la qualité de l’environnement propice à l’apprentissage et du niveau de concentration des élèves si l’un des instituteurs s’était inspiré du BGC.

7Quand j’ai pris la direction du BGC en 2003, huit ans après la retraite du professeur Marsh et treize ans après l’introduction du programme national, je m’attendais à ce que la centralisation du système de formation des instituteurs nuise énormément à la réputation d’excellence du BGC en raison de la perte d’autonomie. Heureusement, ce ne fut pas le cas. Sans doute y a-t-il eu de grands changements et, comme tous nos collègues, devons-nous tenir compte des standards et nous conformer aux règlements centraux. Cependant, l’essence d’une pédagogie spécifique aux écoles primaires persiste encore au BGC parce que certaines personnes-clés de l’équipe éducative ont accueilli les nouveaux collègues et leur ont transmis la philosophie du BGC et que nous avons eu la chance de continuer à recruter pour des postes de formateurs quelques uns des meilleurs instituteurs. Nous avons réussi à garder ce qui avait fait ses preuves dans le passé tout en recherchant des idées nouvelles, le tout dans un contexte de centralisation. Nos étudiants apprennent encore comment raconter des histoires aux enfants et travaillent dès le début avec eux pour créer un environnement propice à l’apprentissage. Ils ont conscience de l’importance des expositions, de la valeur des compétences observables et des recherches en éducation et ils prennent leur poste avec une profonde compréhension que l’apprentissage dure toute la vie et qu’ils continuent eux-mêmes à apprendre à côté des élèves.

8Que nous enseigne cet exemple sur l’autonomie de l’établissement scolaire ? Pour moi, c’est que l’autonomie n’est pas le facteur le plus important. Ce qui importe est la connaissance profonde de la façon dont les enfants apprennent. Si une école ou un établissement de formation des enseignants dispose d’une équipe de professeurs qui ont compris la complexité de l’enseignement et sont conscients du besoin de réfléchir constamment en vue d’une pratique toujours améliorée, cet établissement peut travailler, malgré les contraintes nationales, à créer un environnement propice aux apprentissages dans lequel les élèves réussissent. Si les professeurs n’ont pas cette vision, cette compréhension, ni l’autonomie ni un système directif ne les aideront à prendre soin de leurs élèves.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muriel Robinson, « Angleterre. Les limites de l’autonomie », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 40 | 2005, 65-67.

Référence électronique

Muriel Robinson, « Angleterre. Les limites de l’autonomie », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 40 | décembre 2005, mis en ligne le 17 novembre 2011, consulté le 25 mars 2017. URL : http://ries.revues.org/1288 ; DOI : 10.4000/ries.1288

Haut de page

Auteur

Muriel Robinson

Proviseur, Bishop Grosseteste College.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page