Navigation – Plan du site
Ateliers
Comment l’école s’adapte-t-elle à la diversité des élèves ?

Slovaquie

Études de cas
Anna Butasova
p. 115-117

Entrées d’index

Géographique :

Slovaquie
Haut de page

Texte intégral

1Depuis presque quinze ans, la Slovaquie vit une transition économique et sociale qui influence fortement tous les secteurs sociaux. La stabilisation économique très fragile qui résulte des réformes d’État dans le système financier, la santé publique, les impôts et le système des pensions a également des conséquences dans le domaine de l’éducation.

Le programme Millenium

2Il y a six ans, avec l’arrivée du gouvernement actuel, l’idée de transformer le système éducatif est devenue urgente. Les responsables ont pris des décisions et adopté le nouveau programme national Millenium qui a pour objectif une réforme complexe de l’enseignement et de l’éducation. La réalisation du projet découle directement des analyses et des évaluations nationales et internationales organisées par l’inspection nationale et par des organismes internationaux comme l’OCDE, l’IEA et d’autres.

3Le mythe d’un bon – et même excellent – système éducatif a été détruit et les résultats de PISA 2003 ont définitivement confirmé la faiblesse de l’environnement scolaire et la nécessité de créer une stratégie complexe ayant pour finalité l’apprentissage tout au long de la vie, avec des objectifs précis pour tous les niveaux et tous les milieux. L’un des objectifs qui nous paraît prioritaire est d’offrir à tous les jeunes un enseignement initial solide pour construire leur apprentissage ultérieur et leur vie en général.

Une hétérogénéité sociale et linguistique

4L’évaluation de quelques disciplines importantes et les différentes enquêtes suivies par des analyses montrent des résultats différents selon les milieux.

5L’inspection générale a réalisé en 2003/04 une évaluation en mathématiques par des tests normalisés de 10 325 élèves en 5e année. La réussite moyenne des élèves ayant le slovaque comme langue d’enseignement était de 69,37 %, alors que celle des élèves ayant le hongrois comme langue d’enseignement n’était que de 64,13 %. Pour le même échantillon, la réussite moyenne des élèves des villes était de 70,09 % ; pour les élèves en milieu rural, elle n’était que de 65,09 %. Si l’on observe la taille de l’établissement, les chiffres montrent que les élèves d’établissements de plus de six cents élèves sont meilleurs (70,58 %) que ceux des établissements comptant entre trois cents et six cents élèves (68,68 %) et ceux d’établissements de moins de trois cents élèves (66,32 %). Les résultats sont en général médiocres. En outre, on peut constater que la langue d’enseignement joue un rôle relativement important. Comment concilier le droit de chaque citoyen d’utiliser sa langue maternelle et la prise en compte des problèmes qui apparaissent dans toutes les disciplines selon la langue d’enseignement ? Les contenus sont en effet identiques, quelle que soit la langue d’enseignement.

6En ce qui concerne l’évaluation de la langue slovaque, qui est obligatoire comme première langue étrangère, les résultats sont encore plus faibles dans les établissements où la langue d’enseignement est le hongrois. Pour 547 élèves en 5e année, la réussite moyenne était de 53,70 %, de 57,41 % dans des établissements urbains et de 50,61 % dans des établissements en milieu rural. La problématique la plus visible et la plus frappante est la problématique des Roms. Cette minorité compte 325 000 habitants. Les Roms vivent dans 620 communes dont 281 peuplées uniquement de Roms. Le chômage, dans la plupart des villages roms, approche les 100 %. Les difficultés les plus fréquemment rencontrées sont la non fréquentation scolaire, un milieu familial défavorisé – souvent la pauvreté, une motivation scolaire très faible (parents non scolarisés et au chômage), une incapacité à communiquer dans la langue d’enseignement (le slovaque), la discrimination, etc.

7Plusieurs projets ont tenté d’améliorer la situation des enfants roms. Mais les bons résultats sont malheureusement très rares. Une loi a créé des classes préparatoires pour les enfants de milieu défavorisé. Un assistant rom suit les cours dans la classe et sert souvent de médiateur entre l’enseignant, les enfants et les parents. Un grand projet d’État basé sur l’enseignement en romani et l’introduction de l’éducation interculturelle pour les élèves de la population majoritaire et minoritaire donne certains espoirs de succès.

8Ce ne sont que des exemples d’hétérogénéité qu’on peut trouver dans le système et auxquels il n’existe actuellement pas de réponse.

Difficultés et enjeux

9Dans bien des cas, la rhétorique officielle des décideurs et la réalité quotidienne de la vie scolaire formelle et informelle sont bien éloignées l’une de l’autre. L’aspect financier (le financement public) et l’hétérogénéité de différents milieux scolaires ne facilitent pas la situation. La politique d’État, malgré les déclarations, ne prévoit pas un budget suffisant pour le secteur éducatif. D’après les statistiques de l’OCDE, la république slovaque donnait en 2001 seulement 2,6 % du PIB à l’enseignement primaire et secondaire et seulement 1 681 dollars par élève dans l’enseignement primaire et secondaire (avant-dernier pays parmi les États de l’OCDE).

10Créer de bonnes conditions pour préparer l’école de demain exige des changements systémiques : il faut changer les curricula, avoir de nouvelles exigences vis-à-vis des élèves (leur apprendre à apprendre), changer la nature de l’apprentissage, éviter l’exclusion sociale des élèves d’un milieu social faible.

11Comment différencier les conditions, comment les individualiser pour éviter l’écart déjà existant sans creuser les inégalités sociales ? En Slovaquie, les écoles et un large public sont appelés à participer activement à la réforme. Quel est le degré optimal de décentralisation et d’autonomie que l’on peut attendre des écoles pour les rendre actives dans le processus d’innovation ? La gestion de cette réforme suppose d’admettre de multiples résultats qui respectent l’équilibre entre les initiatives heureuses des établissements et la politique éducative de l’État. L’intention des décideurs et la mise en œuvre effective des mesures supposent également une stratégie bien élaborée qui donne plus de champ aux initiatives.

12À l’heure actuelle, la Slovaquie a adopté les principaux objectifs d’enseignement des pays membres de l’OCDE : transmettre les connaissances théoriques et pratiques essentielles ; développer les bases du multiculturalisme et les personnalités, tant au niveau personnel que collectif afin de contribuer aux valeurs démocratiques et à la formation des citoyens ; donner aux élèves une préparation à la vie active qui mène à l’acquisition des qualifications, à l’exercice d’un emploi ; augmenter les chances de ceux qui souffrent de handicaps sociaux et personnels.

13La société cherche des solutions aux nombreux problèmes éducatifs. Toutes les propositions dépendent étroitement du financement public, de la formation des formateurs, de la démocratisation de l’enseignement, de la modification des curricula, de l’introduction des nouvelles technologies, de l’informatisation et de la lutte contre l’exclusion sociale. L’avenir de l’école devient le sujet le plus discuté par les spécialistes, les parents et finalement par la société toute entière.

Haut de page

Bibliographie

Beblavy a kol. (2001) : Narodna sprava o vzdelavacej politike. INEKO Btaislava.

Butas J. (2004) : « Uroven dosiahnutych vzdelavacich vysledkov z matematiky v ZS a gymnaziach s osemrocnym studiom v SR v sk. roku 2002/03 s porovnanim vysledkov za ostatne trojrocne obdobie ». In : Pedagogicke spektrum n° 5/6, SPU Bratislava.

Les écoles innovantes, OCDE 2000.

PISA SK 2003, Narodna sprava, SPU Bratislava 2004.

Sprava : Uroven vzdelavacich vysledkov ziakov z matematiky pri vstupe na stredne skoly v SR v skolskom roku 2003/2004, Statna skolska inspekcia 2004.

www.uips.sk

www.governance.sk

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Butasova, « Slovaquie », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 40 | 2005, 115-117.

Référence électronique

Anna Butasova, « Slovaquie », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 40 | décembre 2005, mis en ligne le 17 novembre 2011, consulté le 21 février 2017. URL : http://ries.revues.org/1332 ; DOI : 10.4000/ries.1332

Haut de page

Auteur

Anna Butasova

Professeur, Université Coménius de Bratislava.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page