Navigation – Plan du site
Dossier. Diplômes et examens dans le secondaire

Égalité d’accès aux études supérieures au Canada ?

Equal access to higher education in Canada?
¿Igualdad en el acceso a los estudios superiores en el Canada?
Marie J. Myers
p. 77-85

Résumés

Les contrôles au secondaire au Canada reflètent un système d’éducation souple donnant une place de choix aux différences individuelles. Cependant, d’autres contraintes sont à prendre en compte. La discussion aborde l’examen des systèmes mis en place et leur transparence apparente et met également en relief les aspects implicites dans un cheminement individuel vers les études supérieures.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Canada
Haut de page

Texte intégral

1La problématique des examens dans le second degré est, à première vue, facile à circonscrire dans le contexte canadien. En principe, tous les jeunes doivent continuer leurs études jusqu’à l’obtention du diplôme secondaire dans leur province.

2Autrefois, il existait des examens de fin du second degré dans chaque province canadienne, comparables au baccalauréat français. Vers le milieu des années soixante, à cause d’une tendance hostile à cet examen provincial, ces contrôles, qui étaient différents dans chaque province, ont pratiquement disparu. Il semblait que les jeunes citadins, qui avaient accès aux meilleures écoles et à un plus grand nombre d’enseignants très qualifiés, avaient des chances de réussite bien supérieures à celles des jeunes venant d’écoles rurales. Le système de contrôle adopté depuis semble plus juste. Il met l’accent sur les résultats obtenus dans l’institution locale et est basé sur la réussite à une norme minimale fixée, au niveau du curriculum de chaque classe, par le ministère de l’Éducation de la province en question. Il permet ainsi l’accès à l’éducation post-secondaire à une population géographiquement plus diversifiée.

3De nos jours, le retour à des contrôles plus serrés jouit à nouveau d’un regain de faveur mais n’a pas encore été mis en place. Ce retour en arrière est demandé par le public qui attend bien davantage du système scolaire local auquel chacun contribue en payant ses impôts. Le risque d’une pression supplémentaire sur les écoles dont le taux de réussite est inférieur aux attentes est bel et bien présent, si l’on en juge par le taux d’échec à l’université de jeunes dont les résultats scolaires, à en juger par leur carnet de fin du second degré, semblaient prometteurs.

Un système de diplômes de fin d’études secondaires très diversifié

4L’enseignement n’est pas national au Canada. Au moment de la création de la confédération canadienne en 1867, les provinces ont opté en faveur de systèmes éducatifs totalement indépendants. Il en résulte que les particularités provinciales ont pu être maintenues, les provinces subvenant aux besoins scolaires et non le gouvernement fédéral. Ainsi, il y avait sept confessions en Terre-Neuve, chacune ayant son propre système éducatif, et ces écoles existent toujours, en plus du système d’éducation public, grâce à la charte canadienne qui leur permet de perdurer.

5Les écoles francophones ainsi que les écoles d’immersion françaises occupent également une place de choix dans le système canadien, grâce au statut national du bilinguisme. Outre les subventions provinciales, ces écoles reçoivent des subventions fédérales. Des écoles francophones peuvent être ouvertes partout si un nombre suffisant d’enfants de parents francophones en fait la demande. Toutes ces écoles privées ont droit aux subventions provinciales tout comme les écoles publiques. Dans la plupart des provinces, il s’agit d’écoles catholiques et publiques sous l’égide d’un ministère de l’Éducation provincial. Il existe également des écoles privées non subventionnées. Le public opte de plus en plus pour cette solution ; elles sont souvent créées par des enseignants mécontents des institutions scolaires locales.

6Il en résulte un système de contrôle très diversifié. Les diplômes de fin d’études secondaires ne reflètent que ce que l’école secondaire locale a décidé d’instituer. De prime abord, ceci peut sembler très favorable à l’élève car on tient compte de ses besoins et des besoins locaux.

7Chaque province a également ses propres critères pour l’entrée à l’université. Les seules exceptions concernent les établissements d’enseignement supérieur qui donnent accès aux professions libérales. Ces établissements sont régulièrement évalués par des conseils nationaux ou provinciaux d’accréditation (par exemple en éducation) et soumis à une évaluation professionnelle. Les diplômés sortant de ces écoles doivent également se soumettre à un examen de qualification.

8À la fin du second degré, les candidats qui se destinent à ces professions doivent passer des examens de contrôle comme le MCAT américain (test mesurant l’aptitude médicale). Les étudiants visant des formations en droit et en génie civil ne passent pas d’examen à l’entrée mais à l’issue de leurs études et devant leurs corps professionnels respectifs. Les futurs enseignants doivent également depuis peu passer un examen devant leur corps professionnel.

9Pour garantir l’accès à l’université de leurs enfants dans le pays, les familles suivent toute une série de méandres et les jeunes empruntent plusieurs détours pour déjouer les contrôles et atteindre leurs buts.

  • 1 Soit de la troisième à la terminale dans le système français.

10Nous cantonnerons notre analyse au système en vigueur dans la province de l’Ontario. L’enseignement secondaire s’étend de la neuvième année à la douzième année1. L’accès à l’université se fait en général sur dossier et les critères d’admissibilité varient en fonction de l’université pour la plupart des programmes.

Examens et contrôles dans le secondaire en Ontario

11Dans l’ensemble, le système est assez souple. Il n’y a pas d’examen général à la fin du second degré. Si l’on a le nombre de cours requis, on obtient le diplôme de fin d’études secondaires de son école. Si l’on obtient une moyenne de plus de 80 % dans cinq matières, on reçoit le certificat du Mérite scolaire de l’Ontario2.

12Le ministère de l’Éducation distribue des livrets définissant les aspects du curriculum à couvrir dans chaque discipline. Ces livrets contiennent la liste détaillée des attentes et des objectifs pour chaque niveau. Le programme choisi doit inclure deux cours de service à la communauté locale qui consistent en un travail non rémunéré pour lequel l’élève obtient une note qu’on inclut dans sa moyenne. Ces notes sont très élevées habituellement. Les autres notes dépendent essentiellement du professeur et du niveau de difficulté du cours. La popularité des cours peut dépendre de la facilité avec laquelle les enseignants donnent de bonnes notes. Sous un autre angle, les élèves peuvent choisir l’enseignant en fonction du style d’enseignement qui leur convient le mieux. On peut choisir un cours dans une autre école ou suivre des cours par correspondance ou d’éducation continue le soir, si l’on pense pouvoir ainsi augmenter ses chances d’obtenir une note supérieure. Cela requiert une lettre spéciale du conseiller pédagogique. Il y a là toute une culture de contournement avec laquelle il faut se familiariser.

13En Ontario, les cours se déroulent par concentration semestrielle alors que dans d’autres provinces, ils s’étalent sur toute l’année. Il y a une évaluation formative et une évaluation sommative pour chaque cours. L’évaluation sommative est faite au cours d’un examen final. Le pourcentage attribué à l’examen peut varier de 15 à 40 % de la note finale. Les examens sont toujours donnés en fin de cours. Parfois, les questions d’examen sont données à l’avance pour permettre aux élèves de les préparer, parfois encore les examens ont lieu à livres ouverts.

  • 3 Voir les tableaux en fin d’article.

14L’évaluation formative doit se faire à l’aide de grilles dont la sélection de critères devrait se faire d’un commun accord entre l’enseignant et sa classe pour chaque production ou travail évalué3. Selon les éléments qu’ils incluent dans leurs travaux, tels qu’ils sont décrits dans la grille d’évaluation, les élèves savent en principe à quelle note ils ont droit. Il faut noter que ces productions peuvent consister en des travaux écrits ou oraux. On encourage les enseignants à inclure un nombre égal d’évaluations orales et écrites. L’objectif était d’éliminer un certain degré de subjectivité dans l’exercice d’évaluation, grâce à quatre niveaux possibles de performance. On espérait peut-être amener ainsi les enseignants à attribuer plus de bonnes notes et on en attendait une meilleure harmonisation entre les résultats des écoles rurales et urbaines. Mais on observe une tendance à éviter de donner des notes élevées.

15Parmi les documents récents du ministère figurent les livrets fournissant des « modèles » de travaux d’élèves suivis de leur évaluation selon les barèmes mis en place, étoffés d’explications des enseignants ayant procédé à l’évaluation. Certains de ces modèles d’évaluation sont plus ou moins heureux. Ils constituent néanmoins un point de départ et montrent aussi la part de subjectivité, presque incontrôlable et certainement inconsciente, de la part des enseignants.

16Le test de niveau linguistique est le seul obstacle incontournable. On ne peut obtenir le diplôme de fin d’études du second degré sans avoir réussi le test en langue anglaise du niveau de la dixième année, c’est-à-dire au niveau de la seconde en France. Ce test peut être passé plusieurs fois jusqu’à la réussite. L’élève a donc trois ans pour le réussir. En cas d’échecs répétés, l’élève ne peut recevoir son diplôme d’études secondaires de l’Ontario et ne peut espérer obtenir un emploi autre qu’un emploi manuel faiblement rémunéré. Ce test de niveau linguistique est récent et source de nombreuses controverses compte tenu de son faible taux de réussite, jusqu’à aujourd’hui, aux différents niveaux en classe de troisième (CM2 en France), septième (cinquième en France), et dixième (seconde en France).

17Il n’existe aucun autre obstacle au passage du second degré à un programme supérieur. On observe depuis quelques années un certain manque de motivation des jeunes pour les études supérieures à cause du financement. Le seul problème est que ceux qui n’obtiennent pas les meilleures notes n’auront accès qu’à des professions de techniciens. Toutefois, ces écoles professionnelles, qui offrent des formations en deux ans, sont de plus en plus prisées car elles préparent directement au monde du travail grâce à un stage en entreprise qui débouche bien souvent sur une offre d’emploi.

Un accès difficile au post-secondaire

18Il est de bon ton de pouvoir dire qu’on a fait des études post-secondaires, qu’on les ait terminées ou non. Certains jeunes ont du mal à le faire. Pour ceux qui décrochent au niveau du secondaire, il existe des programmes parascolaires permettant d’obtenir leur diplôme à leur propre rythme.

19Le système d’éducation secondaire canadien présente de nombreux avantages. Mais ces systèmes d’éducation provinciaux ne parient pas sur le long terme et les jeunes en pâtissent. Quand un nouveau gouvernement provincial prend le pouvoir, ce qui est assez fréquent, l’un de ses objectifs consiste souvent à réformer le système éducatif, sans nul doute pour l’améliorer, que ce soit financièrement ou sur le plan des études. Malheureusement, les jeunes sont ballottés d’un essai à l’autre, qu’il soit fructueux ou infructueux.

20La tendance actuelle, selon les statistiques récentes du gouvernement de l’Ontario, est que les jeunes ne sont plus prêts à entamer des études universitaires. Ils se contentent de plus en plus souvent du diplôme de fin d’études du second degré : ils veulent respirer, prendre du recul et gagner un peu d’argent sans subir la pression constante de devoir financer des études post-secondaires sans garantie d’emploi.

21Les études sont en effet payantes après le second degré. Des bourses d’études peuvent être attribuées mais elles ne sont pas nombreuses et sont accordées en priorité aux jeunes dans le besoin. Les autres doivent emprunter à la banque.

22Récemment, les banques ont révélé que dans l’ensemble, les jeunes avaient des dettes de 40 000 à 100 000 dollars canadiens (environ 30 000 à 80 000 euros) après l’obtention de la licence. Ils commencent donc leur carrière en étant tenus de rembourser leurs dettes. Normalement, un citoyen canadien a le droit de se déclarer en faillite personnelle. Cette possibilité n’est pas applicable aux dettes contractées par les jeunes au cours de leurs études.

23Arriver à se faire accepter dans un programme post-secondaire tient autant de la débrouillardise que de l’habileté académique. Tous les préparatifs se font dès le début de la dernière année du second degré, sinon avant. Il s’agit de lire les contenus des dossiers de demande d’inscription, de bien choisir les cours pour avoir tous les prérequis nécessaires et de préparer le nombre de demandes souhaitées selon les exigences des différentes universités. Cela n’est pas une mince affaire. Il y a un grand nombre de choix à faire, relatifs à la qualité d’éducation souhaitée mais aussi d’ordre financier.

24Obtenir une bourse d’études est exclu pour la majorité des étudiants. Le magazine MacLean publie annuellement une étude comparée des universités canadiennes avec un classement qualitatif. Les universités qui accordent une grande attention aux critères retenus pour cette évaluation parviennent à apparaître sous un jour plus avantageux.

25Les élèves peuvent choisir n’importe quelle université mais il faut ajouter des frais d’examen du dossier à chaque demande. Les élèves de l’Ontario doivent soumettre leur dossier à une centrale pour les inscriptions à Guelph, chacun ayant droit à trois demandes par ordre de préférence pour un prix unique. Pour avoir le droit de soumettre son dossier à d’autres universités, il faut payer davantage. Les demandes des universités en ce qui concerne les documents exigés pour la demande d’inscription sont variées. En général, il faut un relevé de notes et une lettre résumant ses expériences. Les initiés savent qu’il faut valoriser les séjours à l’étranger, le travail bénévole pour une œuvre charitable et l’expérience avec des enfants ou des adultes qui ont des besoins spéciaux. Si les notes ne sont pas très élevées, il est bon d’expliquer que l’on a des circonstances atténuantes comme une crise familiale, un problème de santé ou encore des difficultés financières qui n’ont pas permis de consacrer aux études le temps désirable.

26Il est donc d’une importance cruciale d’accumuler toutes ces expériences et d’avoir des justificatifs bien avant la dernière année du secondaire. Il faut que le conseiller pédagogique de l’élève signe le document pour confirmer la véracité de ses dires. Il faut donc aussi le tenir au courant des activités de l’élève bien avant le dernier moment.

27D’autres démarches requièrent plus de courage et d’audace mais permettent d’obtenir d’autres avantages. Il est possible de passer les examens à un niveau plus avancé que la première année, ce qui permet de réduire le coût des études de façon significative. Ce programme est offert par les universités américaines dans lesquelles s’inscrivent quelques jeunes Canadiens.

28Enfin, il faut ajouter que les statistiques figurant dans les articles comparant les notes d’admission moyennes aux universités de l’Ontario doivent être situées dans les contextes adéquats. Bien souvent, une note est attribuée à la lettre de motivation et on ne tient compte de la moyenne des notes que jusqu’à un certain point. Il s’agit plus d’une demande de renseignements que d’une épreuve de sélection.

29Dans leur course aux bonnes notes, certains élèves suivent le même cours pendant plusieurs étés afin d’améliorer la note qui figurera sur leur relevé. D’une certaine façon, c’est le résultat de cette course contre la montre et la capacité à éviter les obstacles qui constituent de fait les contrôles.

30Les démarches à faire pour être accepté dans un collège technique requièrent seulement un peu d’organisation personnelle. Il s’agit de remplir les fiches de demandes à tous les établissements choisis. Vu le faible nombre de demandes d’inscription, il est sans doute assez facile d’être accepté quelque part.

Difficultés et avantages de certaines catégories

31L’effort d’ouverture d’accès aux études est tout à fait louable et semble vouloir donner des chances égales à tous. La question est de savoir à quel prix. Les jeunes Canadiens ont dans l’ensemble un emploi à temps partiel à raison de vingt heures par semaine car ils essaient d’économiser l’argent nécessaire pour couvrir les frais de leurs études post-secondaires. De nombreux jeunes quittent aussi le foyer familial pendant leurs études secondaires et doivent subvenir à leurs besoins.

32Combien d’heures reste-t-il à consacrer aux études ? Dans bien des cas, ils ne peuvent suivre les cours requis pour l’obtention du diplôme de fin d’études secondaires à l’âge de dix-huit ans, âge moyen de passage du secondaire au post-secondaire.

  • 4 TOEFL : Test of English as a Foreign Language.

33Les enfants de familles d’immigrés doivent faire face à de grandes difficultés. En effet, les programmes d’anglais langue seconde ne conviennent souvent pas à ces jeunes, car il faudrait commencer par un programme d’anglais langue étrangère intensif pour les amener au niveau requis et leur permettre de suivre les cours dans les autres matières d’enseignement. Ces jeunes dont l’anglais n’est pas fluide doivent souvent se soumettre à l’examen du TOEFL4 et obtenir un minimum de 550 pour être admissibles à l’université. Or les programmes d’anglais proposés dans les écoles ne les préparent pas en ce sens. Certains, très bien notés en mathématiques et en sciences, ne réussissent pas à surmonter leurs difficultés en anglais.

34Un grand nombre d’élèves s’inscrivent dans les écoles d’immersion en français au Canada qui ont la réputation d’offrir de meilleurs programmes. Le bilinguisme, s’il est effectif chez les jeunes, leur permet également d’obtenir des emplois de fonctionnaires du gouvernement fédéral. Ces écoles d’immersion reçoivent des subventions supplémentaires, comme nous l’avons mentionné, ce qui permet d’avoir un effectif réduit par classe et constitue un avantage certain pour l’apprentissage. Cette réputation de supériorité des programmes rejaillit sur les élèves eux-mêmes : leurs demandes d’admission dans l’enseignement supérieur sont souvent prises en compte avec clémence. On peut dire que les jeunes Canadiens rencontrent des difficultés d’ordre académique moindres que leurs camarades français. Mais par contre, ils se heurtent à des obstacles financiers qui sont souvent dissuasifs.

Des inégalités persistantes

35En l’absence d’examen à proprement parler, on pourrait penser que l’obtention du diplôme est facile pour tous. Ce n’est pas le cas. Les plus informés, issus d’une élite sociale, ont plus de temps pour bien se préparer. Ceux qui bénéficient d’un soutien financier stable ont une meilleure garantie de succès.

36D’autre part, sachant que l’accès à l’université est facilité pour ceux qui ont une certaine expérience du monde du travail, bon nombre de jeunes attendent d’avoir atteint l’âge fatidique de vingt-quatre ans. La compétition n’est féroce que pour les nouveaux diplômés du secondaire. Bien souvent, les diplômes universitaires n’offrent pas une garantie d’emploi. Les jeunes suivent alors des cours au collège technique après l’université pour obtenir des compétences qui leur permettront de trouver du travail.

37La transition entre le second degré et le premier cycle universitaire n’est toutefois pas brutale. L’obtention du diplôme ne tient pas lieu de rite de passage. C’est seulement plus tard, quand on est en mesure d’affronter les défis sans aide familiale qu’on passe à la vie adulte.

38L’opinion publique et le gouvernement sont peu favorables aux demandes continuelles d’augmentation du financement des universités. Les jeunes étudiants y sont certainement pour beaucoup. Soit leur éducation du second degré les a préparés à examiner d’un œil critique l’enseignement dispensé à l’université, soit ils ont développé un esprit entreprenarial et dans ce cas ils en veulent pour leur argent. On exige des critères plus contraignants pour l’accès aux études supérieures et le contenu des cours.

39Mais là n’est pas le vrai problème. Le rendement des établissements post-secondaires fait l’objet d’évaluations. Dans le village global, l’esprit est à la compétition. Les pays sont comparés sur le plan international. Les institutions tentent de se placer aux premiers rangs dans les tests mondiaux et se concentrent essentiellement sur les résultats aux tests internationaux au lieu de se préoccuper de la formation des élèves et des étudiants. La réputation du pays est en jeu ! C’est sur la base de cette réputation que s’inscrivent des étudiants venus de partout. Les jeunes Canadiens issus du secondaire sont alors confrontés, à l’université, à d’autres jeunes ainsi qu’à des programmes d’études bien plus rigoureux. Ils éprouvent alors de réelles difficultés.

40L’un des critères de rendement retenus dans l’évaluation des institutions post-secondaires est celui de l’insertion professionnelle des étudiants. Il faut donc que les étudiants bien notés à l’université possèdent en outre l’agressivité et le savoir-faire requis pour décrocher un emploi et se maintenir aux meilleurs postes. De façon un peu sournoise, on en tient compte dans le recrutement des étudiants à l’université. Mais les apparences sont respectées car les notes moyennes d’acceptation à l’université sont toujours très élevées.

41Il faudrait pouvoir mettre les établissements scolaires sur un pied d’égalité et assurer un financement des études à tous ceux qui en montrent l’aptitude. La seule façon de réduire ces inégalités dans le système fédéral du Canada serait de proposer un amendement à la Constitution : il faudrait l’accord de neuf provinces sur dix. Un tel accord est pratiquement impossible à envisager car certaines provinces ne voudront pas renoncer aux traitements préférentiels dont elles bénéficient.

Haut de page

Bibliographie

Programme du Mérite scolaire de l’Ontario (2004) : www.edu.gov.on.ca/extra/fre/ppm/53f.html

Documents du curriculum du secondaire (2001) : Toronto : Imprimeur de la Reine pour l’Ontario.

Haut de page

Annexe

Grille d’évaluation du rendement en affaires et commerce, 11e et 12e année5

Compétence

50-59% (niveau 1)

60-69% (niveau 2)

70-79% (niveau 3)

80-100% (niveau 4)

Connaissance et compréhension

L’élève démontre

une connaissance des faits et des termes

limitée

partielle

générale

approfondie

une compréhension des concepts, des principes et des théories

limitée

partielle

générale

approfondie

une compréhension des rapports entre les concepts

limitée

partielle

générale

approfondie

Réflexion et recherche6

L’élève

démontre une habileté à utiliser la pensée critique et la pensée créative

avec une efficacité limitée

avec une certaine efficacité

avec grande efficacité

avec très grande efficacité

utilise des compétences du processus de recherche

en nombre limité

utilise certaines des compétences

utilise la plupart des compétences

utilise toutes ou presque toutes les compétences

Communication

L’élève

communique l’information et les idées

avec peu de clarté

avec une certaine clarté

avec grande clarté

avec très grande clarté et avec assurance

utilise la langue, les symboles et les aides visuelles

avec peu d’exactitude et une efficacité limitée

avec une certaine exactitude et efficacité

avec grande exactitude et efficacité

avec très grande exactitude et efficacité

communique avec une compréhension des fins et pour des auditoires divers

limitée

partielle

générale

approfondie

utilise diverses formes de communication

avec une compétence limitée

certaine compétence

avec grande compétence

avec très grande compétence

Mise en application

L’élève

applique les concepts, les compétences et les procédés dans des contextes familiers

avec une efficacité limitée

avec une certaine efficacité

avec grande efficacité

avec très grande efficacité

transpose les concepts, les compétences et les procédés à de nouveaux contextes

avec une efficacité limitée

avec une certaine efficacité

avec grande efficacité

avec très grande efficacité

utilise l’équipement, le matériel et la technologie

de façon sûre et correcte uniquement sous supervision

de façon sûre et correcte avec peu de supervision

de façon sûre et correcte

de façon sûre et correcte et encourage les autres à faire de même

utilise la technologie

avec peu de pertinence et une efficacité limitée

avec une certaine pertinence et efficacité

avec grande efficacité

avec très grande efficacité

fait des rapprochements

avec une efficacité limitée

avec une certaine efficacité

avec grande efficacité

avec très grande efficacité

NB : l’élève qui obtient moins de 50 % à la fin d’un cours ne reçoit pas de certificat pour ce cours.

Haut de page

Notes

1 Soit de la troisième à la terminale dans le système français.

2 www.edu.gov.on.ca/extra/fre/ppm/53f.html

3 Voir les tableaux en fin d’article.

4 TOEFL : Test of English as a Foreign Language.

5 Le ministère de l’Éducation remercie toutes les personnes, les groupes et les organismes qui ont participé à l’élaboration et à la révision de ce document. Imprimeur de la Reine pour l’Ontario, 2000.

6 Réflexion : pensée critique et pensée créative (évaluation de la situation par des simulations et études de cas, analyse des données financières, résolution de problème et prise de décision dans le contexte des affaires). Compétences de recherche : création d’idées ; formulation de questions ; planification ; choix de stratégies et de ressources ; analyse, interprétation et évaluation de l’information ; formulation de conclusions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie J. Myers, « Égalité d’accès aux études supérieures au Canada ? », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 37 | 2004, 77-85.

Référence électronique

Marie J. Myers, « Égalité d’accès aux études supérieures au Canada ? », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 37 | décembre 2004, mis en ligne le 18 novembre 2011, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://ries.revues.org/1442 ; DOI : 10.4000/ries.1442

Haut de page

Auteur

Marie J. Myers

Professeur à la Faculté d’éducation de l’université Queen’s, Canada.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page