Navigation – Plan du site
Actualité internationale
Ressources en ligne

L’apprentissage en réseau : le travail collaboratif

Françoise Profit
p. 12-15

Texte intégral

  • 1 http://www.education.gouv.fr/discours/2002/hourtin.htm

1Lors de la vingt-troisième université d’été de la communication d’Hourtin, le 28 août 2002, Xavier Darcos, ministre délégué à l’Enseignement scolaire, a lancé un plan d’action en faveur du développement des technologies de l’information et de la communication et demandé qu’une « étude conjointe de la direction de la technologie du ministère de la Jeunesse, de l’Éducation et de la Recherche et de la Caisse des dépôts […] donne un panorama complet de tous les environnements numériques de travail, cartable électronique, bureau nomade, manuels électroniques, afin qu’ils soient rationalisés. L’idée est de déboucher à court terme sur un plan d’action. »1

2Aujourd’hui, le travail collaboratif prend en effet un nouvel essor avec l’introduction du numérique dans l’enseignement. Il prend son inspiration dans les pédagogies nouvelles de la fin du XIXe siècle et du début du XXe. Célestin Freinet le met en application à partir de 1925 à travers des innovations comme la correspondance interscolaire. Aujourd’hui, dans un cadre scolaire, l’objectif du travail collaboratif est de faciliter l’apprentissage des connaissances enseignées en utilisant les technologies en réseau pour permettre l’échange entre les apprenants ou entre les apprenants et les formateurs. Il s’agit également, toujours dans l’esprit des pédagogies innovantes du début du siècle, d’améliorer les interactions sociales.

3De manière générale, l’application du travail collaboratif s’observe surtout pour le moment à travers les expérimentations des universités virtuelles, les campus numériques.

  • 2 Sur les dix-neuf dossiers de candidature qui ont répondu à l’appel à projet, volet 1.

4En juillet 2003, le ministère français de la Jeunesse, de l’Éducation et de la Recherche retient huit projets qui mettent en place des environnements numériques de travail (ENT)2. Parallèlement, plusieurs universités tentent des expérimentations et de plus en plus d’applications sont proposées au niveau du primaire et du secondaire sous différentes formes : cartable numérique, éditions électroniques scolaires. Ces expérimentations étant récentes, la France ne possède pas encore suffisamment de recul pour évaluer ces expériences de travail collaboratif.

5Certains pays étrangers, en revanche, plus avancés dans ces pratiques collaboratives, commencent à communiquer quelques résultats : les États-Unis semblent particulièrement intéressés tandis que la Grande-Bretagne et l’Irlande tirent des conclusions plus mitigées.

6Nous nous intéresserons dans un premier temps à la mise en place du travail collaboratif en France, puis nous signalerons des comptes-rendus d’expérience et des projets pédagogiques menés à l’étranger.

Définitions

Définition du travail collaboratif

7Le « North Central Regional Educational Laboratory » (NCREL), organisation américaine spécialisée dans les applications des nouvelles technologies dans l’enseignement et qui est à la tête de plusieurs consortiums en éducation, propose un dossier très complet qui définit le travail collaboratif.
http://www.ncrel.org/​sdrs/​areas/​rpl_esys/​collab.htm

8L’« espace numérique de travail » (ENT) : définition donnée par le ministère de la Jeunesse, de l’Éducation et de la Recherche : http://www.education.gouv.fr/​actu/​element.php?itemID=20038261058#3

Le travail collaboratif en France

Les directives ministérielles

9Intervention de Luc Ferry et Xavier Darcos lors de la 23e université d’été de la communication à Hourtin en août 2002 : http://www.education.gouv.fr/​discours/​2002/​hourtin.htm

10Les huit projets retenus par le ministère de la Jeunesse, de l’Éducation et de la Recherche : http://www.fing.org/index.php?num=39861
Argos : http://priam.ac-bordeaux.fr/​argos/​content.php?menu=16&page_id=12
ENT2Pi (sans lien)
ArianeDijon : http://www.arianed.com/​
Cartable électronique : http://www.inforoutes-ardeche.fr/​cartable/​projet_original.rtf
http://www.educnet.education.fr/​secondaire/​academies/​limoges2.htm
Numa : http://www.ac-montpellier.fr/tice/3.htm
Prisme Lorraine : http://www3.ac-nancy-metz.fr/​tice/​sommaire.php3
Portées II (sans lien)
ENTEA (sans lien)

11Le site educnet, site officiel français consacré aux nouvelles technologies appliquées à l’éducation, propose un dossier complet concernant le travail collaboratif : http://www.educnet.education.fr/​

Utilisations pédagogiques

12Le Café pédagogique, lettre de diffusion qui traite des problèmes éducatifs français, a publié un dossier qui comprend le témoignage d’un enseignant de langue qui pratique la classe collaborative en mode synchrone et en mode asyn-chrone. http://www.cafepedagogique.net/disci/archives.php3?discipline=pratiques&numero=5
L’expérience menée par cet enseignant peut être consultée sur le site mis en place à cette occasion. L’ensemble de l’expérience menée depuis l’année scolaire 2000-2001 est retranscrit avec le détail des modules collaboratifs, les horaires, les besoins matériels et le site web collaboratif mis en place. http://www.ac-grenoble.fr/​heroult/​langues/​report2001_idx.htm

13Le projet cartable électronique : http://www.fing.org/​index.php?rubrique=ecartable

14Les éditions Hatier et le groupe NEC se sont associés pour créer le Multim@nuel. L’ouvrage numérique d’histoire-géographie s’adresse aux élèves de troisième. http://www.editions-hatier.fr/​enseignants/​actu/​CPNecGAH.PDF

Le travail collaboratif à l’étranger

Les universités virtuelles

15En juillet 2003, l’Institut international de planification de l’éducation (IIPE) de l’UNESCO a publié un rapport en anglais sur les universités virtuelles. Ce rapport souligne le rôle complémentaire de ce type d’enseignement. Parmi les pays étudiés, on pourra s’intéresser plus particulièrement à la Malaisie, l’Argentine ou l’université virtuelle africaine (UVA). http://www.unesco.org/​iiep/​eng/​focus/​elearn/​webpub/​home.html#century

Comptes-rendus d’expérience

16Durant trois mois, les Nations Unies lancent le « cyberschoolbus » : il s’agit de proposer un programme d’enseignement basé sur Internet : les droits de l’homme, les villes sont des exemples d’enseignement interactif. www.cyberschoolbus.org

17European Schoolnet est un réseau européen de coopération entre ministères de l’Éducation à propos de l’utilisation des nouvelles technologies. Sur le site portail se trouvent les liens vers les sites des pays qui proposent des expériences pédagogiques de travail collaboratif. http://www.eun.org/​eun.org2/​eun/​fr/​About_eschoolnet/​sub_area.cfm?sa=757

18La Fondation Internet Nouvelle Génération (FING) a placé la réflexion sur le travail collaboratif au centre de ses réflexions de son université du printemps 2003 : http://www.fing.org/​universite/​rubrique.php3?id_rubrique=14
Lors du colloque, l’Allemagne, la Belgique, le Canada, le Danemark, l’Espagne, les États-Unis et les Pays-Bas ont apporté leur témoignage. Le compte-rendu des débats est disponible sur le site : http://www.fing.org/​universite

19L’université de Saint-Étienne a tenu une université d’été sur la question et fait intervenir l’école polytechnique de l’université de Tampere (Finlande) et l’université catholique de Louvain (Belgique) : http://portail-istase.univ-st-etienne.fr/​Portail/​e3

20Dans le cadre du projet européen PICTURE (Perceptions of ICT Use in Remote Education), une enquête a été menée sur la perception par les étudiants d’Irlande et de Grande-Bretagne des usages des nouvelles technologies en éducation en Europe. Les résultats de l’enquête peuvent être consultés sur : http://www.oscail.ie/​McKeogh.pdf

21La technologie RSS (Ressource Site Summary) a été utilisée à l’université virtuelle du Michigan (États-Unis). Ce format RSS permet un partage des informations et des ressources à travers le réseau Internet. Il est particulièrement utile pour les cours constamment enrichis. http://ts.mivu.org/​default.asp

22La plateforme de travail collaboratif « Easy Tech » est utilisée dans plusieurs États des États-Unis. Elle permet aux élèves de trouver des exercices, des cours et des ressources ainsi qu’aux enseignants de disposer d’un outil pour suivre individuellement ou par groupe les élèves. L’Alabama, l’Arkansas, la Floride, le Kentucky, la Louisiane, le Mississippi, l’Oklahoma, l’Utah, la Californie et le Texas ont, pour partie, adopté ce système d’enseignement : http://www.ncrel.org/​sdrs/​areas/​rpl_esys/​collab.htm
Octobre 2003

Haut de page

Notes

1 http://www.education.gouv.fr/discours/2002/hourtin.htm

2 Sur les dix-neuf dossiers de candidature qui ont répondu à l’appel à projet, volet 1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Profit, « L’apprentissage en réseau : le travail collaboratif », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 34 | 2003, 12-15.

Référence électronique

Françoise Profit, « L’apprentissage en réseau : le travail collaboratif », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 34 | décembre 2003, mis en ligne le 21 novembre 2011, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://ries.revues.org/1554 ; DOI : 10.4000/ries.1554

Haut de page

Auteur

Françoise Profit

Documentaliste, centre de ressources documentaires du CIEP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page