Navigation – Plan du site
Actualité internationale
Le point sur...

Europe : la lutte contre l’abandon scolaire, une priorité de la Commission européenne

Sophie Condat et Bernadette Plumelle
p. 12-14

Texte intégral

  • 1 Les cinq critères de référence retenus par la Commission européenne sont : le taux d’abandon scolai (...)

1Le 20 novembre 2002, la Commission européenne a proposé à Bruxelles « cinq critères de référence européens »1 qui doivent permettre de relever le défi lancé par le Conseil européen de Lisbonne en mars 2000. Il s’agit améliorer la qualité et l’efficacité des systèmes d’éducation et de formation dans l’Union européenne pour que l’Europe ait, d’ici 2010, « l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde ».

2Le taux d’abandon scolaire est l’un des cinq critères retenus par la Commission européenne qui invite tous les États membres, d’ici 2010, à réduire au moins de moitié, par rapport au pourcentage enregistré en l’an 2000, le taux des jeunes quittant prématurément l’école sans certification. Cette définition ne prend pas en compte les jeunes quittant le système scolaire avant 18 ans. C’est la seule qui existe au niveau européen. La notion d’abandon scolaire englobe et dépasse celle de déscolarisation, appelée aussi « décrochage », qui concerne les manquements à l’obligation scolaire et les jeunes en rupture scolaire. Il est prévu d’atteindre un taux moyen d’abandon scolaire de 9 % ou moins, taux défini comme le pourcentage de jeunes âgés de dix-huit à vingt-quatre ans n’ayant accompli que le premier cycle de l’enseignement secondaire et ne poursuivant pas d’études ou de formation. La moyenne de l’Union européenne en 2000 était de 18,5 %. La Suède (7,7 %) et la Finlande (9,8 %) étaient les plus performantes contre 43,1 % au Portugal, 28,1 % en Espagne et 29 % en Italie. Si l’évolution actuelle est encourageante dans la plupart des États membres, des efforts considérables restent encore à faire.

  • 2 Ces informations sont extraites de Rapport européen sur la qualité de l’éducation scolaire. Seize i (...)

3L’abandon scolaire affecte toutes les classes et toutes les catégories sociales, mais il touche de manière beaucoup plus importante les jeunes issus de familles à faible revenu et à faible capital culturel comme les enfants d’immigrés et de réfugiés. Des raisons spécifiques aux pays concernés, liées aux systèmes d’enseignement, aux politiques éducatives, à la culture et au niveau économique, expliquent les disparités observées au sein de l’Union européenne. Ainsi, dans les pays où la scolarité obligatoire est la plus longue, davantage de jeunes terminent le second cycle de l’enseignement secondaire. De même, les systèmes éducatifs plus souples et moins sélectifs de certains pays scandinaves expliquent les taux de réussite scolaire élevés. Il en est de même de la formation en alternance en Autriche et en Allemagne qui permet aux élèves les moins performants d’obtenir une qualification professionnelle. Des facteurs économiques expliquent aussi le taux d’abandon scolaire. Les jeunes scolarisés en milieu rural, souvent indispensables à l’exploitation familiale, sont susceptibles de quitter l’école lorsque la conjoncture économique est mauvaise2. C’est l’une des raisons qui expliquent le taux d’abandon de 43 % au Portugal.

  • 3 40 livres sterling (63 Euros) par semaine pour continuer une formation au-delà de la scolarité obli (...)

4Quelques pays ont déjà adopté des programmes spécifiques. Le Rapport européen sur la qualité de l’éducation scolaire (2000) en donne quelques exemples. En Bulgarie, le projet PHARE lancé en 1997 et baptisé « L’école pour tous », a permis la création de treize centres intégrés au système éducatif. Trois d’entre eux sont des centres de documentation destinés à la formation des enseignants et des chefs d’établissements (formation en méthodologie, en préparation de programmes d’études et en psychologie), dix des centres de dialogue scolaire. Ils aident les élèves dans leur orientation et proposent leur soutien et leur expérience aux écoles, aux municipalités, aux parents aux et élèves. Aux Pays-Bas, trente-neuf centres régionaux sont chargés d’enregistrer, dans la mesure du possible, les élèves abandonnant prématurément leurs études et de mener des actions de coordination entre les écoles à l’échelle régionale. En Pologne, un service de psychologie éducative a été créé et les écoles ont recruté des éducateurs en 1998/1999 afin d’identifier les besoins individuels des élèves, d’analyser les causes de l’échec scolaire et d’y remédier. Pour éviter le risque d’exclusion sociale, d’autres stratégies ont été élaborées qui consistent à reconnaître les qualifications acquises par une éducation informelle, comme c’est le cas au Danemark. Enfin, des incitations financières peuvent être proposées. En Écosse, le gouvernement a décidé, en 2000, de rémunérer les élèves les plus pauvres pour qu’ils poursuivent leurs études après seize ans. Une allocation de formation3 (EMA, Education Maintenance Allowance EMA) a été aussi testée dans quinze districts anglais, puis étendue à quarante autres après le vote du budget en mars 2001.

  • 4 Pour une meilleure connaissance de ce projet, on pourra consulter Les écoles de la deuxième chance. (...)
  • 5 Les 11 pays concernés sont : l’Allemagne (Cologne, Halle), le Danemark (Svendborg), l’Espagne (Barc (...)
  • 6 Ouvrage cité ci-dessus (p. 8).

5Pour sa part, la Commission européenne a lancé les « écoles de la deuxième chance » dès 19954. Ces écoles offrent une éducation et une formation à des jeunes qui n’ont pas les compétences et les qualifications nécessaires pour trouver un emploi ou pour bénéficier pleinement de la formation de type classique. Dans onze pays5, treize écoles de la deuxième chance ont ainsi été mises en place. Si les spécificités de chacune dépendent du contexte local et national, certaines caractéristiques générales ont été déterminantes dans la sélection des projets : partenariat avec les autorités locales, les services sociaux et le secteur privé ; enseignement et orientation centrés sur les besoins et les aptitudes des jeunes ; alternance entre modules de formation et formation pratique en entreprise ; rôle important des nouvelles technologies de l’information et de la communication6. Les résultats sont encourageants : le taux d’abandon n’était que de 6 % en 2000, un taux d’échec très faible si l’on considère la population concernée, les jeunes totalement déscolarisés entre dix-huit et vingt-quatre ans. Mais ces projets ont un coût : les écoles de la deuxième chance nécessitent des moyens considérables.

6Avec cette politique de lutte contre l’abandon scolaire, la Commission européenne espère une amélioration de la situation des jeunes sur le marché de l’emploi. Il reste à savoir dans quelle mesure ses résolutions seront considérées comme des priorités nationales quels moyens seront attribués. Ces propositions seront soumises au conseil des ministres de l’Éducation qui devrait les adopter en novembre 2003. 

Haut de page

Notes

1 Les cinq critères de référence retenus par la Commission européenne sont : le taux d’abandon scolaire ; le nombre de diplômés en mathématiques, en sciences et en technologie ; l’obtention d’un diplôme d’études secondaires supérieures ; le niveau des jeunes en lecture, en mathématiques et en sciences ; le taux moyen de participation à l’éducation et à la formation tout au long de la vie.

2 Ces informations sont extraites de Rapport européen sur la qualité de l’éducation scolaire. Seize indicateurs de qualité, Commission européenne, mai 2000.

3 40 livres sterling (63 Euros) par semaine pour continuer une formation au-delà de la scolarité obligatoire. Dépêche Agence Education Formation du 15/10/2001.

4 Pour une meilleure connaissance de ce projet, on pourra consulter Les écoles de la deuxième chance. Résultats d’un projet pilote européen Luxembourg : Office des publications officielles des Communautés européennes, 2001.

5 Les 11 pays concernés sont : l’Allemagne (Cologne, Halle), le Danemark (Svendborg), l’Espagne (Barcelone, Bilbao), la Finlande (Hämeelinna), la France (Marseille), la Grèce (Athènes), l’Italie (Catane), les Pays-Bas (Heerlen), le Portugal (Seixal), la Suède (Norrköping), le Royaume-Uni (Leeds).

6 Ouvrage cité ci-dessus (p. 8).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Condat et Bernadette Plumelle, « Europe : la lutte contre l’abandon scolaire, une priorité de la Commission européenne », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 32 | 2003, 12-14.

Référence électronique

Sophie Condat et Bernadette Plumelle, « Europe : la lutte contre l’abandon scolaire, une priorité de la Commission européenne », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 32 | avril 2003, mis en ligne le 01 mars 2006, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://ries.revues.org/1682 ; DOI : 10.4000/ries.1682

Haut de page

Auteurs

Sophie Condat

Documentaliste, centre de ressources documentaires du CIEP

Articles du même auteur

Bernadette Plumelle

Responsable du centre de ressources documentaires du CIEP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page