Navigation – Plan du site
Dossier

Références bibliographiques du dossier « L’élève aujourd’hui : façons d’apprendre »

Marie-France Pamart
p. 115-126

Texte intégral

1Cette sélection bibliographique a été établie à partir de références récentes présentes dans la base de données du centre de ressources du CIEP ou de documents consultables sur l’Internet ; elle est organisée autour de trois axes : état des lieux et des recherches, innovations institutionnelles (textes officiels, évaluations et mise en route), enfin, pratiques, démarches et ressources.

État des lieux et des recherches

2ALEXANDER Robin, Culture and pedagogy: international comparisons in primary education, Oxford, Blackwell, 2001, 642 p.

Étonnant voyage à travers les systèmes d’enseignement pour le primaire, en Angleterre, France, Inde, Russie et aux États-Unis, ce livre combine l’étude comparative et l’étude historique et apporte ainsi un éclairage original sur les politiques éducatives dans ces pays ; beaucoup de perspectives sont étudiées, de l’expérience de l’élève au discours des enseignants en passant par l’organisation de la classe, des séquences d’enseignement, l’établissement des programmes, etc. Il est structuré autour de trois niveaux d’analyse : le système d’enseignement, l’établissement et la classe.

3BOUCHARD Pascal dir., VAILLE Anne-Marie, Innovation École ! de la maternelle au lycée, Paris, Autrement (Frontières), 2001, 389 p.

L’ouvrage débute sur un certain nombre d’entretiens que les deux auteurs, l’un dans le système, l’autre placé à l’extérieur, ont conduit auprès de personnalités du monde éducatif sur le thème de l’innovation ; à la fin de ces interviews, ils laissent à deux spécialistes de l’innovation le soin d’en tirer les conclusions. Puis, vient le récit des pratiques innovantes sur le terrain, pratiques qui se situent dans tous les cycles du système éducatif en diversifiant au maximum les sujets et les régions. Quelques généralités s’en dégagent : on innove plus facilement dans le premier degré que dans les collèges ou les lycées ; les ZEP et les lycées professionnels sont de bons terrains d’expérience car c’est une question de survie pour eux ; et le fil conducteur des thèmes proposés peut se résumer en deux mots : « ouverture aux autres » et « autonomie ». Le livre se termine sur la présentation des principaux mouvements pédagogiques.

4BROADY Elspeth ed., KENNING Marie-Madeleine ed., Promoting learner autonomy in university language teaching, Londres, CILT (Current issues in university language teaching), 1996, 259 p.

Cet ensemble de contributions présente l’état de la recherche sur l’autonomie dans l’apprentissage des langues. À signaler un article sur les différents comportements en fonction de la nationalité des apprenants, et un autre sur l’utilisation pédagogique du CD-ROM du journal Le Monde.

5CARE Claude, MORILLON Jean-Charles, GAUTHIER Roger-François, BADINAND Christian, RANCUREL Marc, VERGNAUD Maurice, HUSSENET André, LEGRAND André, FORESTIER Christian, « Collège(s) et Collégiens », décembre 2001, Administration et éducation, n°92, p. 7-139.

La revue Administration et éducation entreprend de faire, sur deux numéros consécutifs, la radioscopie du collège en France ; ce numéro 92 n’entend pas faire un procès supplémentaire au prétendu « maillon faible du système », ni polémiquer sur les questions d’égalité des chances, d’échec scolaire et de crise de société. La réflexion porte surtout sur l’adolescent-collégien, son vécu, ses attentes et les réponses de l’institution (carte scolaire, rythmes scolaires, contenus d’enseignement, rapport avec la famille...).

6CHARLOT Bernard, Du rapport au savoir : éléments pour une théorie, Paris, Anthropos (Poche éducation), 1997, 112 p.

Le père de la notion de rapport au savoir entreprend ici de lui donner statut de concept. Bousculant au passage quelques idées reçues sur les causes de l’échec scolaire il avance l’idée d’une sociologie du sujet. S’appuyant sur une réflexion anthropologique, il explore diverses « figures de l’apprendre » et propose plusieurs définitions du rapport au savoir.

7CHARLOT Bernard, Le rapport au savoir en milieu populaire : une recherche dans les lycées professionnels de banlieue, Paris, Anthropos (Education), 1999, 390 p.

L’analyse de plus de 500 bilans de savoir et 200 entretiens faits en lycées professionnels permet de comprendre le rapport au savoir et à l’école des jeunes des milieux populaires, la différence pour eux entre « apprendre à l’école » et « apprendre la vie » et la signification de cette différence, ce qu’est pour eux un bon prof, un cours intéressant, si apprendre un métier change leur rapport à l’école.

8DAVISSE Annick coord., ROCHEX Jean-Yves coord., Pourvu qu’ils apprennent : face à la diversité des élèves, Créteil, CRDP (Champ pédagogique), 1998, 252 p.

Ce livre, qui est en fait un recueil de mémoires d’enseignants stagiaires à l’IUFM, présente divers points de vue sur la gestion de l’hétérogénéité des élèves et proposent quelques stratégies dans différentes disciplines (la lecture, l’EPS, l’éducation civique...).

9HOFFMANS-GOSSET Marie-Agnès, Apprendre l’autonomie, apprendre la socialisation, Lyon, Chronique sociale (Pédagogie Formation Synthèse), 1994, 163 p.

L’auteur veut explorer ici l’autonomie sur toutes ses facettes ; dans une première partie, elle rappelle la façon dont l’autonomie a été appréhendée par différents auteurs et par différents courants de pensée ; c’est la recherche de la dimension philosophique dans le concept d’autonomie qui fait l’objet de la seconde partie, en faisant appel aussi à la psychologie et la psychosociologie ; la troisième partie traite de l’autonomie appliquée directement au champ de l’éducation, avec des références à divers mouvements pédagogiques comme le mouvement Freinet.

10HUFTON Neil, ELLIOTT Julian, « Motivation to learn: the pedagogical nexus in the Russian school: some implications for transnational research and policy borrowing », mars 2000, Educational studies, vol. 26, n° 1, p. 115-136.

Comment se fait-il que les élèves, dans certaines écoles russes, soient nettement plus motivés pour apprendre ? Des recherches récentes l’ont démontré et cet article avance plusieurs explications comme un lien pédagogique plus fort avec le monde scolaire, concrétisé par un rapprochement entre l’école et les familles, une continuité pédagogique (méthodes et enseignants) tout au long du cursus, l’identification sans ambiguïté du rôle que l’école attend de l’élève.

11LAHIRE Bernard, Culture écrite et inégalités scolaires : sociologie de l’échec scolaire à l’école primaire, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2000, 310 p.

Estimant le sujet peu abordé jusqu’à présent, l’auteur souhaite contribuer à la compréhension de l’échec scolaire à l’école primaire. Méthodologiquement, il recourt à une démarche du type socio-historique basant notamment la réflexion sur les différences entre cultures écrites et cultures orales. Il s’appuie sur une observation des pratiques et productions scolaires en accordant une place privilégiée au problème des cultures écrites. Mais au-delà de l’analyse des « difficultés scolaires », l’auteur cherche avant tout à appréhender une réalité sociale et contemporaine.

12PERRAUDEAU Michel, Les méthodes cognitives : apprendre autrement à l’école, Paris, Bordas (Formation des enseignants. Enseigner), 2001, 157 p.

Ce livre engage une réflexion sur les méthodes cognitives les plus aptes à conduire au mieux les apprentissages chez l’élève ; car, avec les changements sociétaux, une nouvelle conception de l’éducation s’élabore, conception qui repose sur le principe d’éducabilité selon lequel tout élève possède une marge de progression personnelle ; à partir de là, les démarches méthodologiques à mettre en place se complexifient. Dans une première partie, l’auteur nous livre les sources et les approches théoriques qui traversent la pensée philosophique autant que la réflexion psychologique ; en seconde partie, il tente de définir et de classifier les diverses démarches d’éducabilité cognitives comme les ateliers de raisonnement logique, le langage informatique Logo, le progamme d’enrichissement instrumental (PEI), la pédagogie différenciée ; il en dégage des critères de convergence afin de les regrouper par famille : les méthodes visant la (re)construction des opérations mentales, les méthodes favorisant les démarches d’apprentissage et les méthodes centrées sur la communication et l’activation cérébrale.

13PERRENOUD Philippe, Métier d’élève et sens du travail scolaire, Issy-Les-Moulineaux, ESF (Pédagogies 2000), 207 p.

Tout en proposant une analyse sociologique de l’éducation, ce livre est centré sur la vie quotidienne, les pratiques et les stratégies des élèves et des maîtres au sein de l’école et pose cette question récurrente : peut-on parler d’un métier d’élève ? l’auteur étudie ici ce « drôle de métier » et en explore les principales facettes : le rapport entre l’école et la vie, le curriculum formel face au curriculum réel c’est-à-dire l’ensemble de l’expérience de l’élève, son rapport stratégique au travail scolaire et son comportement face à l’évaluation ; il aborde aussi des aspects plus pragmatiques comme le (non) lien que tisse l’enfant entre sa famille et l’école, le sens des devoirs à la maison.

14PLATONE Françoise coord., « L’école pour tous : conditions pédagogiques institutionnelles et sociales », décembre 1999, Revue française de pédagogie, n° 129, p. 5-51.

La pédagogie est un moyen de lutte contre les inégalités sociales. À court terme elle peut provoquer un meilleur investissement dans les apprentissages d’un grand nombre d’élèves et un plus grand nombre de réussites scolaires. Ce dossier présente des exemples de démarches de recherches pédagogiques visant à construire des pratiques de transmission des savoirs non sélectives profitables à tous les élèves.

15TABER Keith S., « The mismatch between assumed prior knowledge and the learner’s conceptions: a typology of learning impediments », juin 2001, Educational studies, vol. 27, n° 2, p. 159-171.

Cet article analyse les différentes raisons pour lesquelles un élève a du mal à s’approprier le savoir qu’un professeur lui transmet ; certes, l’élève doit être motivé, le programme d’études adapté et le maître bien préparé à sa mission ; mais cela ne suffit pas toujours et l’auteur nous livre ici une typologie des troubles de l’apprentissage et de ses remédiations.

16VAN OERS Bert, « La pédagogie du jeu aux Pays-Bas. Une approche vygotskienne », décembre 1999, Revue française de pédagogie, n°129, p. 29-38.

L’auteur traite ici d’un projet interdisciplinaire qui se développe aux Pays-Bas depuis deux décennies et qui cherche à construire une scolarité à base de jeu pour les enfants de quatre à sept ans, afin de stimuler de façon optimale la démarche d’apprentissage de chaque élève ; ceux-ci sont amenés à construire eux-mêmes leurs savoirs de façon interactive. Ainsi pallient-ils leur capacité éventuellement défaillante par le développement d’une autre fonction cognitive (thèse vygotskienne de la « compensation »).

17VAN ZANTEN Agnès coord., L’école : l’état des savoirs, 2000, Paris, La Découverte (Textes à l’appui. Série l’état des savoirs), 420 p.

Cet ouvrage collectif, rassemblant près d’une cinquantaine de contributions, présente un état des savoirs sur la situation de l’école française en privilégiant l’approche des sciences sociales. Son objectif est de montrer la richesse et la diversité des réflexions et des travaux produits autour d’un certain nombre de thèmes ; ceux-ci sont regroupés sous six rubriques. Pour la thématique qui nous concerne, le travail de l’élève, la rubrique : « Savoirs » offre différentes contributions qui analysent le rapport au savoir, les apprentissages, l’expérience scolaire et le métier d’élève.

18WENDEN Anita, Learner strategies for learner autonomy: planning and implementing learner training for language learners, Londres, Prentice Hall, (Language teaching methodology series), 1991, 172 p.

Qu’est-ce qui caractérise un apprenant autonome ? Comment aider les apprenants à devenir autonomes ? En quoi les stratégies d’aprentissage contribuent-elles à l’autonomie ? Comment l’autonomisation peut-elle être intégrée à l’enseignement des langues ? c’est à toutes ces interrogations que cet ouvrage tente de répondre.

Les innovations institutionnelles

Textes officiels. Ministère de l’Éducation nationale (France)

École élémentaire

19Préparation de la rentrée scolaire 2001 dans le premier degré, Bulletin officiel de l’Éducation nationale, 2001/03, n° 13, p. 629-636.

Cette circulaire rappelle les différentes décisions annoncées précédemment comme développer l’apprentissage des langues vivantes, renforcer l’éducation artistique (classes à PAC) et l’usage des TICE, rénover l’enseignement des sciences (« La Main à la pâte »).

20Plan de rénovation de l’enseignement des sciences et de la technologie à l’école, Bulletin officiel de l’Éducation nationale, 2000/06, n° 23, p. 1105-1111.

Le présent texte a pour objet de fixer le cadre dans lequel va s’opérer la rénovation de l’enseignement des sciences et de la technologie à l’école en prenant en compte les acquis de l’opération « La Main à la pâte ». Les objectifs du plan de rénovation sont rappelés et les actions d’accompagnement sont spécifiées pour chacun des niveaux : national, académique, départemental. Cette note de service définit également les moyens, ressources et matériel pédagogique mis à disposition.

21École élémentaire : organisation des études dirigées, Bulletin officiel de l’Éducation nationale, 1994/09, n° 33, p. 2393-2395.

Cette circulaire a été mise en application en janvier 1995 et concerne tous les cycles de l’enseignement élémentaire. D’une durée quotidienne de trente minutes prises sur le temps scolaire, à la suite des séquences d’enseignement proprement dites, les études dirigées constituent un temps privilégié d’apprentissage du travail autonome et permettent aux maîtres d’apprécier les acquis des élèves et de les aider à acquérir de bonnes méthodes de travail.

Collège

22Les nouvelles orientations sur le collège : document d’accompagnement pour la préparation des itinéraires de découverte, site Internet Éduscol (www.eduscol.education.fr) rubrique « Sommaire » puis « Collège », décembre 2001, 16 p.

Conformément au programme de rénovation du collège, les établissements scolaires devront mettre en œuvre, pour le cycle central du collège, des itinéraires de découverte ; ceux-ci deviendront effectifs pour la classe de cinquième, dès la rentrée 2002. Il s’agit de proposer au collégien une nouvelle approche de ses apprentissages, une possibilité de cheminements personnalisés afin de solliciter et d’expérimenter les différentes facettes de son intelligence et de ses aptitudes, sans pour autant nuire à l’exigence d’un enseignement commun de qualité. Ce texte de cadrage précise les objectifs et les modalités d’application de ce dispositif.

23Préparation de la rentrée 2001 dans les collèges, Bulletin officiel de l’Éducation nationale, juin 2001, n°24, p. 1277-1289.

Après avoir rappelé la fonction et les objectifs du collège, cette circulaire décrit les divers dispositifs pédagogiques (notamment celui qui accompagne le travail personnel de l’élève) et apporte des réponses innovantes pour mieux accueillir les élèves.

24Le collège des années 2000 : texte d’orientation présentation des mesures, Bulletin officiel de l’Éducation nationale, juin 1999, Supplément au BO n°23, 43 p.

Après un état des lieux du collège en France, le Ministère de l’Éducation a voulu clairement édicter ses intentions et prendre un certain nombre de mesures. Celles-ci sont consignées dans ce document officiel qui s’organise autour de trois axes : « prendre en considération des élèves différents dans un collège pour tous ; diversifier les méthodes d’enseignement pour aiguiser l’appétit d’apprendre et accompagner la conquête de l’autonomie ; mieux vivre dans la maison collège ».

Lycée

25Préparation de la rentrée 2001 dans les lycées d’enseignement général et technologique, Bulletin officiel de l’Éducation nationale, 2001/06, n°24, p. 1265-1276.

Ce texte vise à cadrer, entre autres, la poursuite de la rénovation des programmes et la mise en place de certains dispositifs comme l’aide individualisée, la mise à niveau informatique, les TPE, les ateliers artistiques.

26Organisation du dispositif des travaux personnels encadrés, Bulletin officiel de l’Éducation nationale, juin 2000, n° 24, p. 1169-1171.

Après une année d’expérimentation, les travaux personnels encadrés (TPE) ont été généralisés en classe de première à la rentrée 2000. Cette note de service a pour but de préciser la démarche et de proposer quelques modalités d’organisation (calendrier et thèmes nationaux).

27Mise en œuvre des Travaux Personnels Encadrés. Lycées - rentrée 2001, septembre 2001, 60 p.

Cette deuxième édition de la brochure sur les TPE reprend les grandes lignes et les éléments les plus utiles de la précédente. Elle élargit son champ d’action aux classes de terminale et profite des acquis et témoignages d’équipes engagées l’an dernier ; elle recense les apports des TPE pour les élèves, et donne les modalités pour 2001-2002 ; suivent des conseils pratiques pour sa mise en place avec des exemples de production (axe de réflexion, piste de travail, approches concrètes). Une liste des ressources possibles (surtout en ligne) pour se documenter sur les TPE clot le document.

28Le projet pluridisciplinaire à caractère professionnel, classe de terminale BEP et de baccalauréat professionnel, Bulletin officiel de l’Éducation nationale, juin 2000, n°23, encart p. I-XIV.

Cette innovation pédagogique, qui a été introduite durant l’année scolaire 2000-2001 dans toutes les formations professionnelles, manifeste la volonté de renforcer une pratique pédagogique qui consiste à faire acquérir des savoirs et/ou des savoir-faire à partir d’une réalisation concrète, liée à des situations professionnelles. Ce texte définit les caractéristiques du PPCP, en donne les objectifs et le dispositif.

29Préparation de la rentrée 2001 en lycée professionnel, Bulletin officiel de l’Éducation nationale, juin 2001, n° 23, p. 1185-1195.

Les orientations et dispositifs énoncés dans cette circulaire veulent être une aide au développement et à la valorisation de la voie des métiers. L’accent est mis particulièrement sur les procédures d’orientation et d’affectation des élèves et le renforcement des pratiques pédagogiques spécifiques à cet enseignement comme le projet pluridisciplinaire à caractère professionnel (PPCP), les périodes de formation en entreprise (PFE), l’éducation civique, juridique et sociale (ECJS), l’aide individualisée, les classes à projet artistique et culturel (PAC).

Pour les trois niveaux

30Les classes à projet artistique et culturel, Bulletin officiel de l’Éducation nationale, juin 2001, n°24, p. 1289-1296.

Le plan pour le développement des arts et de la culture à l’école de décembre 2000 fixe deux objectifs essentiels : le réduction des inégalités d’accès aux œuvres et aux pratiques artistiques, l’épanouissement équilibré des enfants et des jeunes et le développement de leur rapport personnel avec les arts et la culture. Les classes à PAC sont mises en place dès la rentrée scolaire 2001 pour l’école, le collège et le lycée professionnel. Cette circulaire définit, pour ces trois niveaux, les modalités de mise en œuvre, d’aide à la réalisation et d’accompagnement ; elle est suivie d’une note de service qui concerne les ateliers artistiques dans les collèges, les lycées d’enseignement général et technologique et les lycées professionnels.

31Actions éducatives et innovantes à caractère scientifique et technique et ateliers scientifiques et techniques, Bulletin officiel de l’Éducation nationale, mars 2001, n°13, p. 636-639.

La présente circulaire précise les objectifs et les principes qui sous-tendent la politique relative aux actions éducatives et innovantes à caractère scientifique et technique pour l’école, le collège et le lycée ; cette politique veut développer chez l’élève la curiosité scientifique, la découverte du monde de la recherche et favoriser son autonomie et le sens de la responsabilité.

Une aide pour les enseignants et des dossiers d’accompagnement se trouvent :
– sur le site Eduscol de la Direction des enseignements scolaires du ministère de l’Éducation : http://www.eduscol.education.fr
– sur le site de certaines académies :
http://www.ac-amiens.fr/​academie/​recherche, http://www2.ac-lille.fr/techno2/memoires
– sur celui du CNDP : http://cndp.fr

Évaluations et mise en route

32AUBLIN Michel, LEROY Michel, THIERRY Jacques, Le projet pluridisciplinaire à caractère professionnel (PPCP) version 1, ministère de l’Éducation nationale. Inspection générale de l’Éducation nationale, Paris, juin 2001, 31 p. téléchargées (http://education.gouv.fr/​syst/​igen/​rapport.htm)

Le projet pluridisciplinaire, mis en place dans les lycées professionnels par la circulaire du 26 juin 2000, se veut une « pratique pédagogique qui consiste à faire acquérir des savoirs ou des savoir faire à partir d’une réalisation concrète, liée à des situations professionnelles » ; il « permet le renforcement d’une démarche pédagogique de type inductif dans toutes les disciplines » (cf. BO n° 25 du 29 juin 2000). Ce document, un des thèmes de travail 2000-2001 de l’Inspection générale, présente une première évaluation de ce dispositif, un bilan de la mise en œuvre assorti de recommandations pour la réussite des PPCP. On peut y lire aussi la perception qu’ont de ce projet l’équipe de direction, les professeurs et les élèves.

33BACONNET Marc, BOTTIN Jean, FORT Marc, Les Travaux Personnels Encadrés : rapport, ministère de l’Éducation nationale. Inspection générale de l’Éducation nationale, Paris, juin 2001, 23 p. téléchargées (http://www.education.gouv.fr/​syst/​igen/​rapport.htm)

L’Inspection générale, dans ses thèmes annuels de travail, a voulu inclure l’évaluation des TPE peu après leur mise en place ; car cette innovation pédagogique lui semble se démarquer des précédentes et revêtir une importance particulière dans le sens où elle développe une large autonomie de l’élève, permet d’acquérir de nouvelles compétences, décloisonne les disciplines et élargit l’horizon des savoirs enseignés au lycée. Ce rapport fait un premier bilan mitigé, non sur le fond, c’est une innovation jugée très intéressante, mais sur la mise en œuvre insuffisamment préparée et encadrée ; pour finir, il s’interroge sur la faisabilité des TPE en classe terminale.

34BOUCHER Monique coord., « Les premiers pas de la réforme au secondaire : choisir le changement », décembre 2001, Vie pédagogique (Québec), n° 121, p. 3-73

L’école secondaire québécoise s’engage dans une réforme du curriculum qui n’entend pas être un simple réaménagement du contenu des programmes ; cette réforme veut aller beaucoup plus loin et offrir aux élèves la formation et les outils qui vont leur permettre d’appréhender le monde pour en devenir des citoyens actifs. Ce numéro spécial de Vie pédagogique est entièrement consacré aux prémices de cette réforme ; il contient un ensemble d’articles de réflexion et d’information sur les programmes ainsi que de nombreux reportages et témoignages relatant les pratiques pédagogiques les plus à même de conduire les élèves à plus d’autonomie et de développement personnel afin qu’ils soient les acteurs de leur apprentissage.

35COMBAZ Gilles, « Autonomie des établissements, diversification pédagogique et inégalités scolaires : effets sociaux des parcours pédagogiques diversifiés au collège », septembre 1999, Revue française de pédagogie, n° 128, p. 73-85.

La diversification des filières d’enseignement s’est accompagnée d’un accroissement de l’autonomie des établissements. Celle-ci peut aggraver les inégalités sociales produites au sein de l’école, en particulier dans le cadre des parcours pédagogiques diversifiés. C’est ce que tente de démontrer cet article.

36DANNER Magali, DURU-BELLAT Marie, LE BASTARD Séverine, SUCHAUT Bruno, « L’aide individualisée en seconde : mise en route et premiers effets d’une innovation pédagogique », septembre 2001, Éducation et formations, n°60, p. 55-65.

Cette aide individualisée en seconde, mise en place à la rentrée scolaire 1999-2000, a été prévue pour des élèves qui rencontrent des difficultés en français et mathématiques. Après un an de fonctionnement, l’évaluation de ce dispositif confiée à l’IREDU vient de donner lieu à un rapport commandé par le ministère. Il en ressort un résultat décevant car cette aide est, pour l’instant, sans effet sur les résultats scolaires des élèves.

37GUILLAUME François-Régis, Mise en œuvre des réformes dans les collèges à la rentrée 2000, février 2001, Note d’information - DEP, n°01.06, 4 p.

Niveaux par niveaux, les collèges mettent en œuvre les réformes annoncées : en sixième, les heures de remise à niveau et les ateliers de lecture – en cinquième, les parcours diversifiés – en quatrième les travaux croisés ; globalement, les enseignants sont favorables à ces réformes avec, cependant, une certaine difficulté à se porter volontaires.

38GUILLAUME François-Régis, Mise en œuvre des réformes dans les lycées à la rentrée 2000, février 2001, Note d’information - DEP, n°01.07, 4 p.

En ce qui concerne la mise en œuvre des réformes dans les lycées, une conclusion se dégage de l’enquête conduite auprès des 400 proviseurs du panel d’établissement de la DPD : les travaux personnels encadrés (TPE) démarrent très bien et ils rencontrent l’adhésion massive des proviseurs. Deux sujets font encore débat : la diminution de l’horaire des élèves et les nouveaux horaires de langues vivantes ; un point est fait également sur les modules et l’aide individualisée aux élèves ainsi que sur les ateliers d’expression artistiques.

39GUILLAUME François-Régis, Mise en œuvre des réformes dans les lycées professionnels à la rentrée 2000, février 2001, Note d’information - DEP, n°01.08, 4 p.

Dans les lycées professionnels, les projets personnels à caractère professionnel se mettent rapidement en place ; la préparation et le suivi des périodes en entreprise tiennent une place importante dans le service des professeurs qui considèrent que ces périodes sont de véritables moments de formation ; l’enseignement des langues vivantes s’est diffusé dans la quasi-totalité des lycées professionnels et dans 30 % d’entre eux des ateliers d’expression artistiques ont été ouverts.

40JOUTARD Philippe, Rapport sur l’évolution du collège, mars 2001, 43 p.

On a coutume de dire que le collège est « le maillon faible du système éducatif » ; études et rapports sur lui n’ont pas manqué ces dernières années. Ce rapport officiel, le dernier en date, fait un diagnostic sévère de la situation et tente d’y apporter remèdes et conseils. L’auteur propose trois objectifs essentiels : « assurer la réussite de tous en diminuant une hétérogénéité extrême ; faire acquérir aux élèves des compétences du XXIe siècle en leur donnant le gout d’apprendre tout au long de la vie ; développer une orientation positive vers la voie technologique et professionnelle. Le rapport se trouve en texte intégral sur le site du ministère : http://www.education.gouv.fr/​rapport/​joutard/​accueil.htm

41KERLAN Alain, « Parcours diversifiés : un miroir du nouveau collège ? », octobre 2000, Perspectives documentaires en éducation, n° 50/51, p. 71-88.

Les « parcours diversifiés » furent mis en place (rentrée 1997) pour prendre en compte la diversité des élèves et pallier ainsi les inconvénients de la grande hétérogénéité du public des collèges ; de fait, il s’agissait dans une modeste mesure de créer des chemins différents pour atteindre les mêmes objectifs de connaissance et d’instaurer une « pédagogie du détour ». Ce dispositif pédagogique change le regard de l’élève sur son travail scolaire et ses chemins d’accès au savoir.

42MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION NATIONALE. INSPECTION GÉNÉRALE DE L’ÉDUCATION NATIONALE, Rapport de l’Inspection générale de l’Éducation nationale 2000, 2000, Paris, La Documentation française, 596 p.

Ce dixième rapport présente les synthèses des études réalisées par l’IGEN dans le cadre de ses missions d’évaluation du système éducatif durant l’année 1998-1999. Comme les précédents, ce rapport reste fidèle au découpage en trois parties : la première partie est consacrée à des évaluations générales comme la place de l’oral au primaire, la formation initiale et continue des inspecteurs territoriaux, le contrôle en cours de formation dans les LEP, l’opération « La Main à la pâte ». La deuxième partie rend compte de l’activité de chaque groupe de discipline ou de spécialité et dédie un chapitre à l’aménagement des rythmes scolaires à l’école primaire. La troisième partie dresse un bilan de l’activité internationale de l’IGEN et de ses missions à l’étranger.

43PANTANELLA Raoul, Les TPE : vers une autre pédagogie, Amiens CRDP, 2001, (Repères pour agir), 234 p.

Exercer les travaux pratiques encadrés (TPE) devrait permettre une mutation des pratiques pédagogiques pour motiver les élèves en leur apprenant à rechercher eux-mêmes l’information. L’ouvrage donne tout d’abord le cadre théorique et la démarche ministérielle qui ont présidé à la création des TPE, puis il propose des pratiques pédagogiques à mettre en œuvre.

44PAPILLON Xavier, GROSSON Gilles, Heures de vie de classe : concevoir et animer, Lyon, Chronique sociale, 2001, Pédagogie Formation, 180 p.

À coté des dispositifs pédagogiques se déroulant pendant le temps scolaire, les heures de vie de classe, introduites par les textes officiels en 1999, induisent de nouvelles pratiques qui se veulent espace de médiation et de régulation de la vie scolaire. Cet ouvrage, conçu comme un guide pratique, est construit autour de quatre axes qui sont les quatre dimensions fondamentales de la vie de la classe : « vivre en collectivité ; réaliser des apprentissages ; poursuivre son projet personnel au sein du projet collectif ; participer au fonctionnement institutionnel et pédagogique de l’établissement » ; exemples de réalisation et fiches méthodologiques viennent à l’appui du propos.

45STEFANOU Alexia coord., « Les méthodes de travail des collégiens : résultats, fiabilité, robustesse », décembre 1997, les Dossiers d’Éducation et formations, n° 96, 98 p.

À l’entrée en sixième, les élèves ont acquis de bonnes méthodes dans la préparation de leur journée de travail mais ont du mal à s’adapter aux exigences du travail à la maison. En fin de collège, on constate une dégradation des pratiques de base et de la maîtrise de la gestion du temps mais un recours croissant à des méthodes plus élaborées. En confrontant les déclarations des élèves et les jugements de leurs enseignants, il apparaît que seuls les élèves qui ont acquis des méthodes de travail efficaces ont sur elles un avis cohérent avec celui des enseignants.

46VEENMAN Simon, KENTER Brenda, POST Kiki, « Cooperative learning in Dutch primary classrooms », septembre 2000, Educational studies, vol. 26, n° 3, p. 281-302

Cette étude décrit la mise en œuvre de méthodes coopératives dans sept écoles primaires aux Pays-Bas, puis, grâce à des questionnaires auprès des maîtres et des élèves, évalue l’impact des groupes d’apprentissages et le bénéfice qu’en retire la classe dans son ensemble.

47ZANA Brigitte coord., Sciences et technologie à l’école. La Main à la pâte : bilan de deux ans d’expérimentation, Paris, Delagrave / Versailles, CRDP, 1998, 191 p.

Une autre façon d’aborder les apprentissages scientifiques en faisant appel à l’observation, au questionnement, à l’expérimentation et à l’argumentation

Pratiques, démarches et ressources

48ACHARD Anne-Marie, « Un exemple de progression annuelle : la place de l’oral dans les activités de classe », Paris, L’École des loisirs, juillet-septembre 2000, École des lettres des collèges (L’), n° 1, 2, 3, n 1 : p. 35-38, n° 2 : p. 39-51, n 3 : p. 13-25.

Cet article propose un exemple d’enchaînements de séquences décloisonnées sur une année pour le niveau cinquième. Seules les grandes lignes sont indiquées et des pistes d’intégration de l’oral dans la pratique pédagogique sont suggérées.

49ALLARDI Jean-Bernard coord., LE BOUFFANT Michel coord., « Passons aux exercices », juin 1997, Français aujourd’hui (Le), n° 118, p. 3-89.

La première partie de ce numéro est consacrée à une mise en perspective didactique et historique du rôle et du statut de l’exercice en français. La seconde partie ouvre des pistes vers des pratiques nouvelles, aussi bien dans le cadre d’activités grammaticales que dans celui de la lecture, de l’écriture et de leur articulation.

50ELALOUF Marie-Laure, « Le manuel scolaire : rapport de l’Inspection générale de l’Éducation nationale », décembre 1998, Bulletin d’information sur les manuels scolaires, n°51, p. 13-19.

Après avoir présenté le dispositif de l’enquête menée, cet article trace les grandes lignes du rapport confié à Dominique Borne. Les conclusions recommandent que le manuel redevienne un livre, ouvrage de référence et de lecture pour les élèves, qu’il assure la cohérence des apprentissages. Ceci suppose une redéfinition des relations entre les éditeurs et le ministère de l’Éducation nationale et une réflexion dans chaque établissement sur le choix et la complémentarité des supports pédagogiques.

51ERNOULT Martine, LEBLOND Françoise, Le projet d’information documentaire de l’établissement, Paris, Hachette Éducation, 2001 (Communication. Nouveaux lieux nouveaux rôles), 123 p.

L’utilisation pédagogique de l’informatique et des techniques numériques d’information-communication remet en question le rôle des documentalistes ainsi que les habitudes de travail des enseignants ; dans cette optique, quel sera le nouveau visage du CDI ? Que va devenir l’information dans le projet d’établissement ? Comment l’élève va-t-il s’approprier ces nouvelles technologies ? Autant de questions auxquelles cet ouvrage tente de répondre.

52FARR Roger, TONE Bruce, Le portfolio au service de l’apprentissage et de l’évaluation, Montréal (Canada) Chenelière-McGraw-Hill, 1998, 193 p.

L’utilisation du portfolio comme outil d’évaluation ne s’est répandue que récemment dans les classes. L’autoévaluation constituant pour les élèves un moyen d’atteindre l’apprentissage en autonomie, le portfolio devient aujourd’hui un instrument privilégié pour cette acquisition. L’ouvrage présente les principes théoriques sur lesquels s’appuient chercheurs et praticiens en éducation et propose la façon d’utiliser le portfolio en classe de français.

53HAYMORE SANDHOLTZ Judith, RINGSTAFF Cathy, OWYER David C., La classe branchée : enseigner à l’ère des technologies, Paris, CNDP, 1997, (La collection de l’ingénierie éducative), 210 p., bibliogr.

Le programme de recherche américain ACOT (Apple Classrooms of Tomorrow) a étudié pendant plus de dix ans les évolutions qui se produisent dans un environnement d’apprentissage disposant de toute la technologie possible. Cet ouvrage est le fruit de cette expérience. Il montre les possibilités offertes par les nouveaux outils, aborde les questions de l’implication des enseignants dans le renouvellement des pratiques pédagogiques, de la redéfinition de leur rôle, évoque les conséquences sur l’organisation de la classe, sur les rapports entre enseignants et apprenants.

54LAMBERT-CHESNOT Odile, BRITAN-FOURNIER Odile, « Déscolariser la lecture et transformer l’école grâce à la bibliothèque », octobre 1999, Perspectives documentaires en éducation, n°46/47, p. 191-202.

L’objectif de cet article est de signaler les textes les plus marquants qui ont parus sur les Bibliothèques Centres Documentaires (BCD) depuis vingt-cinq ans et de faire émerger certains concepts : autonomie de l’enfant, accès à la culture du livre, autogestion de la BCD, compétences autour de la lecture, lutte contre l’échec scolaire...

55MARBEAU Victor, CENAT Marie-Françoise, « Les technologies de l’information et de la communication : le cas des Travaux Personnels Encadrés », juin 2001, EPI (Enseignement public et informatique), n° 102, p. 65-78.

Les auteurs montrent comment les TPE, mis en place en janvier 2001, participent à l’acquisition d’une démarche autonome pour l’élève, cette démarche étant facilitée par l’utilisation des technologies de l’information et de la communication.

56MARTON Philippe éd., « Les technologies de l’information et de la communication et leur avenir en éducation », Éducation et francophonie, décembre 1999, vol. XXVII, n°2, 150 p.

Les NTIC débouchent obligatoirement sur un nouveau modèle d’éducation reposant sur de nouvelles relations élève/savoir/maître : la réorganisation pédagogique ainsi provoquée oblige à une profonde réflexion, voire à une remise en question des éducateurs. Les articles réunis dans ce numéro spécial permettent de comprendre le phénomène des NTIC en adoptant une attitude positive. Numéro accessible sur Internet : http://www.acelf.ca/​revue

57MENNETEAU Gilbert, FAURE Bernard, VITALI Christian, « Tutorat et accompagnement » mars 2001, Conseiller d’éducation, n°139, p. 3-20.

Le tutorat en éducation recouvre des réalités très diverses et ce dossier tente d’en analyser les contours à la fois au collège, au lycée et en classe préparatoire.

58METOUDI Michèle, DUCHAUFFOUR Hervé, Des manuels et des maîtres, Paris, Savoir Livre, 2001, 192 p.

À partir d’une recherche menée par l’IUFM de Paris et Savoir Livre autour du manuel scolaire, cet ouvrage ouvre des perspectives nouvelles, notamment dans le domaine de la différenciation pédagogique et de l’autonomie donnée aux élèves. Après un premier chapitre sur le choix des livres, les auteurs abordent la question de l’utilisation du manuel en classe, puis, à travers la circulation du manuel entre l’école et la maison, du problème des leçons et des devoirs.

59RATOULY Annie-Hélène dir., BELLOUBET-FRIER Nicole, GADET Françoise, BOISSINOT Alain, CHOUIN Jean-Pierre, CHASTAGNOL Marie-Thérèse, GALLET Jean-Paul, DESVAUX Philippe, PROUILHAC Micheline, ISELIN Paula, La place de l’oral dans nos enseignements : Actes du colloque, Limoges, 13 mai 2000, Limoges, CRDP du Limousin, 2001, 73 p.

« Les questions posées par la place de l’oral dans notre enseignement sont évidemment complexes mais extrêmement stimulantes ; elles touchent aux modalités profondes et à la finalité de l’acte pédagogique » : telle est la conclusion de l’introduction à ce colloque consacré à l’oral. Les réflexions qui nous sont proposées dans ce document abordent les divers aspects de la question : aspects linguistiques et sociologiques, aspect didactique avec le statut de la parole des élèves et les modalités de l’oral dans les différentes disciplines ; la présentation de recherches, d’évaluations et d’études de cas constitue les derniers chapitres avec cette thématique : l’oral, vecteur des apprentissages ; l’oral, objet d’apprentissage.

60ROUX Dominique, OLIVIER Yves, Les traces écrites des élèves en mathématiques, Ministère de l’Éducation nationale. Inspection générale, Paris, mai 2001, 34 p. téléchargées (http://www.education.gouv.fr/​syst/​igen/​rapport.htm)

Cette étude, qui s’appuie sur des visites d’établissement, concerne des classes de collège, de lycée professionnel et de lycée d’enseignement général et technologique. Après un état des lieux sur le plan de la forme (les types de traces écrites) et du fond (le lien entre les traces écrites et l’activité mathématique de l’élève), ce rapport analyse le point de vue des élèves (usage du cahier, les notes prises en classe, le cahier, le manuel…) puis celui des professeurs (encadrement, consignes, progressivité de l’autonomie...).

61ZAKHARTCHOUK Jean-Michel coord., « Du bon usage des manuels », décembre 1998, Cahiers pédagogiques, n° 369, p. 8-58.

Il est des manuels meilleurs que d’autres. Mais un manuel n’est bon que si l’on s’en sert et si l’on s’en sert bien...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-France Pamart, « Références bibliographiques du dossier « L’élève aujourd’hui : façons d’apprendre » », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 29 | 2002, 115-126.

Référence électronique

Marie-France Pamart, « Références bibliographiques du dossier « L’élève aujourd’hui : façons d’apprendre » », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 29 | avril 2002, mis en ligne le 25 novembre 2011, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://ries.revues.org/1914 ; DOI : 10.4000/ries.1914

Haut de page

Auteur

Marie-France Pamart

Documentaliste au Centre de ressources documentaires du CIEP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page