Navigation – Plan du site
Actualité internationale

Actualité documentaire

Bernadette Plumelle
p. 5-10

Texte intégral

1BANERJEE Abhijit V., DUFLO Esther
Repenser la pauvreté
Paris : Seuil, 2012, 422 p.

Près d’un milliard de personnes vivent avec moins d’un dollar par jour. Or les politiques de développement destinées à lutter contre la pauvreté semblent souvent incapables d’améliorer leurs conditions de vie. À quoi attribuer cet échec ? Selon les auteurs, économistes, il pourrait être dû aux failles des théories qui sous-tendent ces programmes et à la méconnaissance par les experts de la vie des pauvres, décidant à leur place de ce qui est bon pour eux sans chercher à les consulter. Les auteurs ont initié la démarche inverse. Ils se sont intéressés aux choix qu’opèrent les personnes pauvres en matière de consommation, de mode de vie et d’éducation afin de mieux appréhender la façon dont il faut mener la lutte contre la pauvreté à l’échelle mondiale.

2BARRÈRE Anne
L’éducation buissonnière : quand les adolescents se forment par eux-mêmes
Paris : Armand Colin, 2011, 228 p., bibliogr.

L’auteure fait le point sur les activités électives des adolescents qui ont hors du temps scolaire et du temps familial, qu’elles soient encadrées ou informelles, partagées avec les pairs ou solitaires. Ces activités plurielles sont-elles vraiment dépourvues de toute dimension éducative ? Quels effets produisent-elles dans le monde scolaire ? L’enquête menée auprès de collégiens et de lycéens de tous milieux sociaux montre comment les adolescents s’éduquent eux-mêmes en dehors de tout projet institutionnel, dans une sphère d’activités choisies qui connaît depuis le tournant numérique une nouvelle extension. En s’appuyant sur les témoignages recueillis (entretiens personnels et de groupe), l’auteure distingue quatre épreuves qui contribuent à la formation de leur caractère : la rencontre de l’excès, la recherche d’intensité, le défi de la singularité et le cheminement ; chaque épreuve pouvant se lire en contrepoint des reproches faits aux adolescents par l’institution scolaire et les familles.

3CASANOVA Rémi, PESCE Sébastien (sous la direction de)
Pédagogues de l’extrême : l’éducabilité à l’épreuve du réel
France : Issy-les-Moulineaux : ESF, 2011, 207 p.

Selon les auteurs, c’est dans les marges des systèmes scolaires que s’inventent des solutions qui peuvent faire progresser les pratiques et les institutions de demain. L’ouvrage, organisé en douze chapitres, offre des témoignages de pédagogues qui, d’Argentine à Israël, de la France à l’Inde, travaillent avec des enfants et des adolescents dans des conditions définies comme « extrêmes », dans des milieux scolaires ordinaires ou très défavorisés, pour des élèves en rupture d’école, abandonnés, délinquants, handicapés. Les auteurs inscrivent leurs actions dans des pédagogies différentes (pédagogie de l’éducation nouvelle, pédagogie institutionnelle, pédagogie de maîtrise). Dans la conclusion, les deux coordinateurs approfondissent trois notions clés : l’éducabilité ; la médiation ; l’anticipation.

4CASTETS-FONTAINE Benjamin
Le cercle vertueux de la réussite scolaire : le cas des élèves de Grandes Écoles issus de « milieux populaires »
Paris : EME Éditeur, 2011, 255 p., annexes, bibliogr.

Pourquoi et comment, avec un minimum de capital culturel et économique de départ, de rares élèves connaissent-ils un maximum de réussite scolaire ? Au moment où des politiques scolaires de discrimination positive et d’égalité des chances se développent, le sujet des trajectoires scolaires atypiques présente un intérêt particulier. L’auteur reprend ici les résultats de sa thèse. Il s’interroge dans une première partie sur les modalités d’études des réussites scolaires paradoxales, avec un premier chapitre qui porte sur le choix et la mise en œuvre d’une enquête qualitative (45 entretiens) s’intéressant à l’excellence scolaire atypique d’élèves de grandes écoles originaires des milieux populaires et où il discute de l’impact ou non de la famille comme vecteur de réussite. Dans la deuxième partie, l’auteur envisage la réussite scolaire comme la résultante d’un cercle vertueux, cercle structuré selon trois dimensions : le choix des orientations scolaires, l’identification au rôle de « bon(ne) élève », l’engagement.

5CHAPOULIE Jean-Michel
L’école d’État conquiert la France : deux siècles de politique scolaire
Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2010, 614 p.

L’ouvrage porte sur le développement de la scolarisation post-obligatoire en France et sur les transformations de l’organisation scolaire entre le début du XIXe siècle et aujourd’hui. L’auteur s’est appuyé sur ses recherches durant une quarantaine d’années pour proposer une vision d’ensemble de l’essor de ces formes de scolarisation prolongée. Les quatre parties de l’ouvrage suivent un développement chronologique : l’enseignement primaire jusqu’en 1880 ; les enseignements secondaire, primaire supérieur et technique jusqu’en 1959 et les formes de scolarisation pour les élèves de 11 à 19 ans depuis les années soixante. L’accent est mis sur les déterminations internes à l’institution scolaire (personnels, organisation des établissements) et sur des déterminations externes différentes selon les époques (actions des villes, des milieux patronaux et syndicaux, des experts). Dans une dernière partie, l’auteur revient sur le bilan de la démocratisation du système éducatif français, objet de nombreuses controverses, pour conclure sur l’impossibilité d’apporter une réponse univoque.

6DUMAY Xavier, DRAELANTS Hugues
L’identité des établissements scolaires
Paris : PUF, 2011, 161 p.

La problématique de l’identité des établissements scolaires et de leurs relations avec leur environnement est une préoccupation centrale pour les acteurs scolaires comme pour les chercheurs en éducation. Les transformations des modes de régulation ont fortement renforcé la place de l’établissement, avec une redistribution des pouvoirs entre le centre et la périphérie et une reconfiguration entre les différents acteurs. L’objectif de l’ouvrage est de mieux comprendre ces nouvelles politiques scolaires qui transforment les établissements d’enseignement. Les auteurs s’appuient sur le concept d’identité organisationnelle pour proposer une revue de la littérature de recherche autour de ces questions. Ils ont retenu quatre thèmes : la culture des établissements ; les images organisationnelles (fabrication et réception) ; les processus et modalités d’identification des élèves et des personnels à leur établissement ; enfin, les tiraillements entre les pressions externes et les jeux de pouvoir internes.

7MAUBANT Philippe dir.
Enjeux de la place des savoirs dans les pratiques éducatives en contexte scolaire : compréhension de l’acte d’enseignement et défis pour la formation professionnelle des enseignants
Québec : Presses de l’Université du Québec, 2011, 256 p., bibliogr.

Actuellement, l’école a une triple mission : instruire, socialiser et qualifier. D’importants travaux en sciences de l’éducation cherchent aujourd’hui à décrire et à comprendre ce qui se joue dans la classe, du point de vue de l’acte d’enseignement et des savoirs à apprendre. L’objectif du livre est d’interroger, à partir des recherches scientifiques portant sur l’analyse de pratiques enseignantes, la place allouée par les enseignants aux savoirs à enseigner dans leurs pratiques professionnelles au cycle primaire. Les différentes contributions posent ainsi les questions de l’identification du sens et de la nature de l’intervention éducative en contexte scolaire.

8MUSSET Marie
Regards d’aujourd’hui sur l’enfance
Lyon : Institut français de l’éducation, Dossier d’actualité Veille et analyses, n° 68, novembre 2011, 16 p disponibles sur le site :

L’enfance mobilise les chercheurs et passionne les médias. Du côté de la recherche, la sociologie de l’enfance actuelle recouvre en partie le terme de Childhood studies, né dans les années 1990 et très présent dans le monde universitaire anglo-saxon. Ces études combinent des orientations conceptuelles et la dimension de la pratique et de l’action, où chercheurs, praticiens, politiques voire militants sont invités à collaborer. Ce champ académique est encore peu structuré en France. Il est caractérisé par une approche interdisciplinaire et holistique de l’enfance. Ce dossier, réalisé dans le cadre d’un programme réunissant des centres de recherche français et du Québec, met en relief l’extrême dispersion des représentations de l’enfance et la vivacité des débats à son sujet.

9PHAM NGOC Valérian, TAUZIN Gilles
Liberté, (in)égalités, hérédité
Paris : Presses de l’Ecole des mines, 2011, 217 p., bibliogr.

En France, la probabilité pour un enfant de cadre d’accéder à l’enseignement supérieur s’élève à 82 % alors qu’elle est de 31 % pour les enfants d’ouvriers non qualifiés. Des dispositifs ont été mis en œuvre, comme celui de l’éducation prioritaire, afin de compenser ces inégalités sociales mais avec des résultats mitigés. Les auteurs, ingénieurs de l’École des Mines, en font le constat. S’appuyant sur des travaux de recherche et des témoignages de terrain, ils rappellent ce que sont les concepts d’égalité des chances et d’école républicaine et montrent que les inégalités, alors qu’elles s’accumulent petit à petit depuis la petite enfance, deviennent vraiment visibles au collège, où se concentrent la plupart des actions de correction. Ils proposent d’agir dès la petite enfance, d’améliorer la formation des enseignants et celle de l’encadrement et de pratiquer une orientation active.

10REY Olivier, FEYFANT Annie
Vers une éducation plus innovante et créative
Lyon : IFE : Institut français de l’éducation, Dossier d’actualité Veille et analyses n° 70, janvier 2012, 20 p. disponibles sur le site : http://ife.ens-lyon.fr

Le paysage éducatif de ces dernières années est largement irrigué par les notions de mesure de la réussite scolaire, de poursuite d’évaluations des résultats et de tests à tous les niveaux pour s’assurer que les élèves atteignent certains standards de performance. Pour autant, elles coexistent avec les notions de créativité et d’innovation qui sont régulièrement invoquées dans certaines politiques éducatives et dans les documents d’orientation d’organisations internationales comme l’OCDE ou la Commission européenne. Les auteurs s’interrogent sur les acceptions de la créativité selon les systèmes éducatifs, variables selon les pays et en lien étroit avec l’innovation, aussi bien dans les curricula qu’en termes de contenus d’enseignement, de méthodes ou d’évaluations.

11TUCKER Marc ed.
Surpassing Shanghaï: an agenda for American education built on the world’s leading systems
Cambridge: Harvard Education Press, 2011, 231 p., bibliogr., index

L’auteur, président du National Center on Education and the Economy à Washington, analyse les raisons du succès de cinq systèmes éducatifs dont les résultats des élèves sont jugés parmi les plus performants : la Chine, la Finlande, le Japon, Singapour et le Canada. L’une d’elles réside dans le fait que ces pays cherchent à construire des systèmes d’enseignement et d’apprentissage cohérents, avec des objectifs significatifs et en s’appuyant sur des ressources stratégiques. À partir des bonnes pratiques observées dans ces pays, l’auteur préconise un plan d’action pour la politique éducative américaine.

12Publications d’organisations européennes et internationales
EURYDICE
Mathematics education in Europe : common challenges and national policies
Bruxelles : EACEA : Education audiovisual and culture executive agency, novembre 2011, 184 p. disponibles sur le site : http://eacea.ec.europa.eu[

Ce rapport est basé sur l’étude de plusieurs sources : la littérature scientifique sur l’enseignement des mathématiques, les principales conclusions des enquêtes internationales PISA et TIMSS, et les résultats d’une enquête pilote d’Eurydice (SITEP) sur le contenu des programmes de formation initiale des enseignants. Il couvre 31 pays et porte sur 2010/2011. Il met en évidence des éléments essentiels des politiques et des pratiques qui façonnent l’enseignement des mathématiques dans les systèmes éducatifs européens, et plus particulièrement les réformes des programmes, les méthodes d’enseignement et d’évaluation, ainsi que la formation des enseignants. Le rapport analyse également la façon dont les pays luttent contre les faibles performances et accroissent la motivation des étudiants pour l’apprentissage des mathématiques.

13OCDE
Quality time for students: Learning in and out of school
Paris: OCDE, 2011, 268 p., annexes

Les questions du temps scolaire et du travail en dehors de l’école font l’objet de débats. Quelles sont les conditions idéales pour que le temps d’apprentissage soit efficace ? Que peuvent faire les écoles afin d’optimiser l’apprentissage dans les classes ? Ce rapport de l’OCDE montre la façon dont les élèves utilisent le temps d’apprentissage, à la fois dans et hors de l’école. Il s’appuie sur les données du cycle 2006 du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) pour décrire les différences entre les pays et montrer combien de temps les élèves passent dans les différents types d’activités et l’influence sur les résultats scolaires. Dans les pays reconnus comme performants, 70 à 80 % du temps d’apprentissage des étudiants se déroule pendant les heures normales de cours, alors que dans les pays aux performances plus faibles, la moitié du temps d’apprentissage des étudiants ou même plus se déroule en dehors des heures de cours normales.

14Résultats du PISA 2009 : Tendances dans l’apprentissage : l’évolution de la performance des élèves depuis 2000 – volume V
Paris : OCDE, 2011, 216 p.

L’enquête PISA en est à la fin de son quatrième cycle d’évaluation. Après l’évaluation approfondie de la compréhension écrite en 2000, des mathématiques en 2003 et des sciences en 2006, le programme PISA 2009 permet d’évaluer les évolutions des systèmes d’éducation. Un premier chapitre est consacré à l’évolution de la performance dans le temps, les chapitres suivants examinent les tendances en compréhension de l’écrit, domaine principal d’évaluation en 2000 et 2009 ainsi qu’en culture mathématique et en culture scientifique. Les tendances en matière d’égalité des chances, d’attitudes à l’égard de la lecture et de relations entre les élèves et le milieu scolaire font également l’objet d’analyses.

15CERI : Centre pour la recherche et l’innovation dans l’enseignement
L’enseignement supérieur à l’horizon 2030 – volume 2 : mondialisation
Paris : OCDE, 2011, 414 p.

Des flux croissants de connaissances, de personnes et de capitaux ont un impact de plus en plus fort sur l’enseignement supérieur mondial. Comment les pouvoirs publics et les établissements peuvent-ils répondre aux défis à venir ? En s’appuyant sur des analyses quantitatives et qualitatives, l’ouvrage commence par décrire les tendances en matière d’offre, de financement et de gouvernance de l’enseignement supérieur et formule plusieurs scénarios futurs possibles pour leur évolution. Celle-ci est envisagée dans la perspective des étudiants, du personnel enseignant et des établissements avec une attention particulière portée au futur rôle des forces du marché, à la mobilité et à l’assurance qualité. L’axe central concerne l’enseignement supérieur transnational et la recherche universitaire mais l’émergence de la Chine et de l’Asie ainsi que la coopération européenne sont examinés plus en détail.

16ISU : Institut de statistique de l’UNESCO
Recueil de données mondiales sur l’éducation 2011 : statistiques comparées sur l’éducation dans le monde
Montréal : Institut de statistiques, 2011, 309 p. disponibles sur le site :

En 2009, 88 % des enfants fréquentant l’école primaire atteignaient la dernière année de ce niveau d’enseignement (81 % en 1999) et de plus en plus d’enfants en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud et de l’Ouest sont enclins à poursuivre leurs études dans l’enseignement secondaire. Ce rapport propose un ensemble statistique axé sur l’enseignement secondaire : progression du nombre d’élèves au niveau mondial, enseignants du secondaire, environnement d’apprentissage, qualité de l’éducation, financement. Le taux brut de scolarisation dans le premier cycle de l’enseignement secondaire est passé de 72 % à 80 % entre 1999 et 2009, avec des augmentations significatives dans les États arabes et en Afrique subsaharienne. Malgré ces progrès, le taux de participation (43 %) pour ce niveau d’enseignement reste très faible en Afrique subsaharienne. De plus, un tiers des enfants du monde entier habitent dans des pays où le premier cycle de l’enseignement secondaire est officiellement obligatoire mais où cette obligation n’est pas respectée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernadette Plumelle, « Actualité documentaire », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 59 | 2012, 5-10.

Référence électronique

Bernadette Plumelle, « Actualité documentaire », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 59 | avril 2012, mis en ligne le 01 avril 2012, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://ries.revues.org/2235 ; DOI : 10.4000/ries.2235

Haut de page

Auteur

Bernadette Plumelle

Bernadette Plumelle est responsable du centre de ressources et d’ingénierie documentaires du CIEP.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page