Navigation – Plan du site
Amérique

Transformer la société

La réforme du système éducatif au Québec
Transforming society. Reform of Quebec’s education system
Transformar la sociedad. La reforma educativa en Quebec
Rodolphe M.J. Toussaint
p. 111-122

Résumés

La réforme du système d’éducation, actuellement mise en place comporte dix chantiers prioritaires parmi lesquels figurent l’égalité des chances, le curriculum, la formation professionnelle, l’enseignement supérieur, la formation des adultes, la petite enfance et la formation des enseignants. Ces différents thèmes sont évoqués ici dans la perspective de l’évolution du financement de l’éducation au Canada et, plus spécialement, au Québec.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 P. Gérin-Lajoie, Combats d'un révolutionnaire tranquille : propos et confidences, Montréal, Centre (...)
  • 2 M. Robert, J. Tondreau, L'école québécoise. Débats, enjeux et pratiques sociales, Anjou, Éditions C (...)

1En 1961, un ensemble de lois définissait les grandes lignes du développement du système éducatif au Québec. Cette « Grande charte de l’éducation »1instituait des changements importants : gratuité scolaire à tous les niveaux et gratuité des manuels scolaires, fréquentation scolaire obligatoire jusqu’à seize ans. Elle faisait obligation aux commissions scolaires de dispenser l’enseignement primaire et secondaire jusqu’à la onzième année et assurait leur financement ainsi que celui des écoles secondaires indépendantes à l’aide de subventions statutaires. Elle instituait un régime d’allocations scolaires de bourses d’études pour les étudiants et créait des bourses de recherche. La charte garantissait le financement quinquennal des institutions universitaires et la formation universitaire du personnel enseignant. Elle offrait aux parents le droit de voter aux élections scolaires et de s’y faire élire2.

  • 3 Rapport Parent, Rapport de la Commission royale d'enquête sur l'enseignement dans la province de Qu (...)

2Cette charte guidera les travaux de la commission d’enquête chargée par le gouvernement d’analyser l’organisation et le financement de l’éducation au Québec et de faire des recommandations3. Sont aussi institués le ministère de l’Éducation et le Conseil supérieur de l’éducation sans toutefois toucher aux prérogatives de l’Église dans le champ de l’éducation.

3Quelques trente ans plus tard, malgré des développements importants, le bilan de cette première réforme du système éducatif était pourtant assez sombre : morosité et difficulté de renouvellement, échec et abandon scolaires de nombreux jeunes, inadéquation entre la préparation offerte par l’école et le monde du travail, inégalité quant à l’accessibilité aux études spécialisées. Il devenait évident qu’une étude approfondie et une réforme globale devenaient indispensables.

  • 4 Charles F. Webber, « Educational Change in Alberta, Canada: An Analysis of Recent Events », Educati (...)

4Des considérations similaires ont conduit les autres provinces canadiennes à réformer leurs divers systèmes éducatifs. La Constitution du Canada garantit à chacune des provinces une compétence exclusive dans le champ de l’éducation, chacune veille jalousement au maintien de cette prérogative et les orientations sont très différentes selon qu’il s’agit d’une province de l’Atlantique, de l’Ontario ou d’une province de l’Ouest du Canada. En Ontario, par exemple, la réforme implantée par un gouvernement néoconservateur emprunte beaucoup au mouvement de « standardisation » et de l’« efficience » qui a cours aux États-Unis. Plus à l’Ouest, la riche Alberta a réalisé une réforme structurelle du système éducatif qui relève plus de l’économique que de considérations pédagogiques. Même drastiques, les décisions prises par le gouvernement albertain sont entérinées par une majorité de la population convaincue que la réduction du déficit est prioritaire par rapport à l’éducation4.

  • 5 Commission des États généraux sur l'éducation, Rénover notre système d'éducation : dix chantiers pr (...)
  • 6 Claude Lessard, « La réforme du curriculum au primaire et au secondaire au Québec : une adhésion ré (...)

5La réforme du système scolaire qui a cours présentement au Québec s’inspire des recommandations émises dans le rapport Rénover notre système d’éducation5. Certaines recommandations ont pris effet, telles la disparition des commissions scolaires confessionnelles et leur remplacement par des commissions scolaires linguistiques, ou celle des conseils d’établissement. Après un report d’une année, les nouveaux programmes sont implantés depuis le trimestre d’automne 2000, sur l’expresse insistance du ministre de l’Éducation. Le rythme effréné d’implantation fait, en revanche, écrire à Claude Lessard : « Un rythme a été pris ; on ne ralentit pas le tempo, sauf si on ne peut faire autrement, comme si on craignait ainsi de perdre l’impulsion initiale ou de donner prise à toutes les résistances ; tout se passe comme s’il fallait faire vite ou ne rien faire du tout. »6

Fondements de la réforme

6Les bouleversements économiques et les transformations sociales des vingt dernières années ont exercé une pression accrue sur les divers systèmes d’éducation qui ont dû évoluer au gré des mutations afin de s’adapter à ces multiples changements. Parallèlement, la généralisation de la scolarisation et de l’accès à l’école et les nouvelles données démographiques influaient sur le besoin et l’offre d’éducation.

  • 7 OCDE, Apprendre à tout âge, Paris, Réunion du Comité de l'éducation au niveau ministériel, 16-17 ja (...)

7En plus de répondre à des besoins évidents et des critiques maintes fois soulevées, la réforme du système éducatif au Québec s’inscrit comme une nécessité face aux mutations auxquelles font face les sociétés modernes et que cite l’OCDE : « L’évolution démographique et le vieillissement de la population, la mondialisation, la diffusion des nouvelles technologies de l’information et des communications, l’évolution de la situation de l’emploi et la nouvelle répartition des activités professionnelles, des qualifications et des compétences ainsi que les mutations qui affectent le monde du travail, la vie en société et la vie familiale. »7 Ce rapport fait état d’une « proportion croissante de la population active dans les pays de l’OCDE... [qui]... parvient à s’insérer dans l’économie de l’apprentissage [...], mais un fossé profond sépare ceux qui sont intégrés des exclus, et ce fossé pourrait s’élargir. »

  • 8 Ibid, note 2.

8Au Québec et au Canada dans les années quatre-vingt, les premiers choix de réponses ont consisté à se tourner vers les valeurs et les pratiques économiques néolibérales de compétition et de performance. Le système public, et plus encore les écoles privées, s’éloigneront des principes de « l’égalité des chances, de l’importance de l’école publique, de la formation commune comme voie d’accès à la citoyenneté, du rôle de l’État en éducation. »8

9Le discours de la recherche de l’excellence est utilisé pour justifier l’appropriation de moyens à des groupes choisis ou à des écoles spécialisées et très sélectives. Les résultats auront été catastrophiques, aboutissant à la création d’obstacles supplémentaires pour les élèves qui démontrent la moindre difficulté d’apprentissage. Ces pratiques auront aussi contribué à réduire les préoccupations pour les besoins de ces élèves à un simple constat de l’élévation du niveau de décrochage scolaire aux cours de la dernière décennie.

  • 9 Ibid, note 5.

10Ainsi ont commencé en 1995 les États généraux sur l’éducation qui, après de multiples consultations, produiront en 1997 un rapport faisant état de dix chantiers prioritaires pour la réforme de l’éducation au Québec.9 Nous présenterons l’état d’avancement de quelques-uns de ces chantiers ainsi que la situation comparée du financement de l’éducation eu égard aux dépenses consenties par diverses provinces canadiennes.

Les chantiers de la réforme de l’éducation

L’égalité des chances

11L’égalité des chances pour tous les élèves est considérée comme étant essentielle dans les transformations en cours. La relance de l’école publique et l’augmentation du pourcentage de diplômés aux divers ordres d’enseignement sont des objectifs à poursuivre. Pour les élèves à besoins particuliers et pour ceux éprouvant des difficultés, un soutien devrait être prévu. Le redoublement devrait aussi laisser place à des solutions de rechange.

12Un soutien pédagogique et financier devra être offert aux zones économiques défavorisées. Les besoins éducatifs des autochtones seront déterminés avec ces communautés afin d’y répondre adéquatement. De même, dans les concentrations urbaines, les communautés de récente immigration recevront une attention particulière pour faciliter leur intégration.

13La gratuité scolaire de la maternelle jusqu’au « collégial » demeure un principe de base du système éducatif du Québec. Un effort devra aussi être réalisé pour aider financièrement les étudiants universitaires et éviter un trop grand endettement.

Le curriculum d’études

14Un Comité des programmes, composé d’universitaires, d’enseignants et de parents, analyse les profils de sortie pour les élèves du primaire et du secondaire afin de proposer une orientation pour les nouveaux programmes. La mission éducative de chaque ordre d’enseignement est respectée tout en s’assurant d’une harmonisation et de la continuité dans les programmes.

15Pour tenir compte de la différenciation entre les élèves, une attention particulière est portée à la diversification de la formation offerte. L’école étant seulement un des lieux d’éducation, le programme devra prendre en compte d’autres activités qui contribuent à la formation de l’élève. Le curriculum sera aménagé pour assurer l’étalement des contenus entre les différents niveaux.

  • 10 MEQ, L'école, tout un programme, Énoncé de politique éducative, Québec, 1997.

16Il est recommandé que l’organisation du programme se fasse « en fonction de la nature des apprentissages à réaliser plutôt qu’en vertu de normes uniformisées10 ». L’accent est mis sur la dimension sociale des disciplines enseignées plutôt que sur le contenu. Les mêmes disciplines déjà présentes dans les programmes d’études existants sont maintenues dans la nouvelle mouture, mais il est proposé de les regrouper selon six axes : les langues, le champ de la technologie, des sciences et des mathématiques, l’univers social, les arts, le développement personnel et les compétences générales.

  • 11 Réginald Grégoire, Améliorer le curriculum et l'apprentissage : innovations américaines et choix qu (...)

17La notion de compétence transversale est introduite pour contrebalancer le défaut, maintes fois décrié, de l’étanchéité des disciplines dans le curriculum d’études. Généralement acceptée pour l’ordre du primaire où le programme est implanté depuis septembre 2000, cette notion semble depuis faire le plein de l’opposition de certains secteurs du milieu éducatif et mérite d’être mieux définie avant la publication des programmes du secondaire11.

La formation professionnelle

18Parente pauvre du système d’éducation, la formation professionnelle des jeunes devrait être enrichie. L’alternance étude-travail est proposée pour favoriser l’accueil et le maintien des jeunes dans les établissements scolaires. Une filière nouvelle qui mérite d’être considérée est celle de la continuité entre certains programmes de formation du secondaire, du collégial et de l’université.

19Cette formation professionnelle devrait favoriser l’insertion de l’élève à des corps de métier, sans pour autant respecter la seule demande de main-d’œuvre.

L’enseignement supérieur

20Au Québec, il est recommandé de maintenir la structure unique du collégial (Cégep) avec ses caractéristiques actuelles. La formation fondamentale qu’y reçoivent les étudiants du technique et ceux de l’enseignement pré-universitaire est redéfinie en fonction d’une approche par compétences. Il est aussi prévu des mesures pour parfaire et améliorer la formation psychopédagogique des enseignants, qui sont pour la plupart de formations strictement disciplinaires.

21Une concertation entre le collège et les autres ordres d’enseignement a été mise en œuvre. Déjà, certains programmes sont préparés et offerts de manière conjointe avec les universités ; il en est ainsi d’un programme unifié de comptabilité préparé conjointement par le Cégep de Trois-Rivières et l’université du Québec à Trois-Rivières, où l’étudiant inscrit est encadré dès son entrée dans le cycle des études collégiales jusqu’à la réception du diplôme universitaire. Dans la région de la Beauce, l’université Laval a mis en place un tel programme en ingénierie en conjonction avec le Cégep de Beauce-Appalaches et la Commission scolaire de Beauce-Etchemins.

  • 12 Ibid, note 5.

22En général, les universités ont peu participé aux assises de la Commission qui a pris note de l’indifférence des membres de la communauté universitaire. Il est vrai que ces recommandations sont en deçà de ce que proposait depuis quelques années déjà la Conférence des recteurs et présidents d’université du Québec (CREPUQ). La Commission s’est montrée assez critique sinon acerbe quant à certains fonctionnements universitaires qu’elle réprouve. Elle reproche, par exemple, aux universités de trop émarger auprès des finances publiques et de très peu concerner les contribuables qui les font vivre. Elle relève que « la pertinence sociale et économique de la recherche universitaire est remise en question par bon nombre de personnes. »12

23La Commission recommande que les trois volets de la tâche universitaire, l’enseignement, la recherche-création et les services à la collectivité, soient maintenus et valorisés. Il est aussi recommandé de renforcer la mission d’enseignement, souvent négligée au premier cycle par les professeurs de carrière qui s’adonnent à des activités de recherche.

24Dans la foulée des réformes, le ministre de l’Éducation, responsable de l’enseignement supérieur, a imposé une structure de gestion où les universités publiques doivent signer un contrat de performance comportant des indicateurs, des critères, des objectifs et des modes d’action.

La formation continue

  • 13 M. S Knowles, L'apprenant adulte : vers un nouvel art de la formation, Paris, Éditions d'organisati (...)

25Depuis les années soixante-dix, la formation continue des adultes aura été d’une grande importance au Québec. L’éducation des adultes répond à des besoins individuels d’apprentissage et de développement de soi.13De plus, les transformations accélérées de l’organisation du travail et les pressions de la globalisation sur l’économie incitent les industries à mettre en place une structure permanente de formation et de perfectionnement en cours d’emploi.

26La formation des adultes corrige aussi un problème auquel sont confrontées beaucoup de sociétés modernes, celui de l’analphabétisme. Le Québec n’y échappe pas, qui comporte une proportion assez étonnante d’adultes analphabètes fonctionnels. Phénomène récent, une clientèle assez jeune (16-20 ans) fréquente de plus en plus les milieux de formation des adultes. En 1998-1999, une proportion substantielle de 11,4 % d’élèves de moins de 20 ans passait directement vers le secteur adulte, sans interrompre le cheminement scolaire.

27Un financement adéquat devrait donc être accordé à ce secteur et les programmes devraient y être révisés pour répondre aux besoins des clientèles diverses qui le fréquentent. Les enseignants de ce secteur devraient bénéficier d’un perfectionnement et d’un soutien professionnels qui les rendent plus aptes à s’occuper de ces clientèles.

La formation du personnel enseignant

28La demande future des enseignants est à la hausse, pour remplacer les cohortes âgées qui partiront à la retraite dans les deux prochaines décennies. La maîtrise d’œuvre de la formation des maîtres est confiée aux facultés et aux départements universitaires des sciences de l’éducation.

29La refonte des curricula scolaires affecte la formation initiale des enseignants et des modifications devront être apportées au contenu des programmes de formation. En plus des formations disciplinaires, les étudiants-maîtres devront recevoir une formation générale plus étalée, une plus grande intégration des savoirs étant recherchée dans les nouveaux programmes d’enseignement au primaire et au secondaire.

  • 14 Rodolphe M.J. Toussaint, « Trois modèles canadiens de formation des maîtres », Revue internationale (...)

30La formation pratique occupe une forte proportion du temps de préparation des futurs enseignants et se réalise dans les milieux scolaires sous la supervision de maîtres-associés14. Ces derniers reçoivent une formation à l’accompagnement qui leur permet d’agir comme mentors des étudiants qui leur sont confiés. Malgré tout, certains se plaignent de son insuffisance et de ne pas disposer de temps pour s’occuper à la fois de leurs élèves et du stagiaire étudiant.

31Un problème inhérent à la généralisation des stages est la saturation atteinte par certaines écoles quant à la capacité d’accueil. Le nombre limité de places de stages fait déjà penser qu’il faudra contingenter les programmes à l’admission.

La petite enfance

32Les services éducatifs vers la petite enfance devront être étendus et améliorés. Les maternelles et les garderies publiques gratuites sont intégrées à la structure éducative existante. La formation et le perfectionnement des éducatrices et des éducateurs de garderie devront être repensés.

Le financement du système éducatif

  • 15 D. Dibski, « Financing Education », in: R. Gosh et D. Ray, Social Change and Education in Canada, T (...)

33La baisse de la natalité et le vieillissement de la population sont cités par Dibski15 comme des facteurs importants dans la diminution de l’allocation des ressources à l’éducation. Nous y voyons plutôt un effet du redressement budgétaire accompli par tous les gouvernements du fédéral et des provinces face à la récession économique au cours de la décennie.

34De 1994 à 1998, les dépenses pour l’éducation au Canada ont diminué de 1,9 milliards de dollars, subissant ainsi une baisse de 3 %. Durant cette période, toutes les provinces ont réalisé des compressions budgétaires majeures, la part du PIB diminuant de 8,7 % à 7,8 % au Québec alors qu’elle passait de 7,7 % à 6,6 % dans l’ensemble des autres provinces du Canada.

35En 1998-1999, le Québec affectait 15,1 milliards de dollars avec un PIB de 193,2 milliards de dollars. La proportion du PIB consacrée à l’éducation avait diminué de manière notable entre 1980 et 1999. Quatre facteurs doivent être considérés pour évaluer l’effort financier : la moindre richesse collective du Québec par rapport à la moyenne des autres provinces, la dépense par étudiant comparativement plus substantielle, le taux de fréquentation scolaire des jeunes de 5 à 29 ans et leur poids démographique dans la population.

  • 16 Le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse, l'île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve.
  • 17 Le Manitoba, la Saskatchewan, l'Alberta et la Colombie-Britannique.

36Depuis les années quatre-vingt, la dépense globale par habitant et par élève a chuté (tout au moins en pourcentage du PIB) au Québec et dans les provinces de l’Atlantique16. Par contraste, l’Ontario et les Provinces de l’Ouest17, ont affecté un pourcentage relativement constant de leur PIB à l’éducation. Mieux pourvues, ces provinces ont éprouvé moins de difficultés à se relever de la récession économique.

37L’effort consenti au Québec pour le financement de l’éducation est relativement supérieur à celui des autres provinces canadiennes. À tous les ordres d’enseignement, la dépense en pourcentage du PIB par élève et par habitant y est, sinon équivalente, du moins supérieure.

38Le maintien de ces niveaux de financement est jugé essentiel pour la qualité du système d’éducation. En tenant compte des secteurs à développer et des besoins sociaux, une certaine équité devra se faire sentir dans l’attribution budgétaire. Les services à la petite enfance reçoivent dernièrement un meilleur financement ; cependant, il reste beaucoup à faire. Il en est ainsi de l’enseignement professionnel et de la formation des adultes, des programmes d’alphabétisation.

39Pour l’enseignement supérieur, le financement est assuré en majeure partie par le gouvernement. Des voix s’élèvent pour demander une plus grande participation du privé à ce financement de programmes de formation postsecondaire. À l’inverse des États-Unis, le secteur privé contribue pour l’instant d’une façon marginale au financement de l’éducation. Les frais de scolarité imposés aux étudiants sont assez peu élevés au Québec quand on les compare à ceux des universités ontariennes. Cependant, l’endettement étudiant est tel qu’il est peu recommandé d’en exiger plus sans compromettre l’accessibilité des études supérieures au plus grand nombre.

  • 18 MEQ, Indicateurs de l'éducation, 2000, Ministère de l'Éducation, Direction générale des services à (...)

Tableau 1. Dépense globale d’éducation par habitant et par élève entre 1981 et 199918

Tableau 1. Dépense globale d’éducation par habitant et par élève entre 1981 et 199918
  • 19 Ibid, note 6.

40Différentes valeurs sous-tendent la réforme en éducation qui a cours au Québec. Avec Claude Lessard19, nous en relevons trois :

  • la promotion de l’école publique, par opposition à la privatisation promue chez nos voisins ontariens et aux États-Unis ;

  • la professionnalisation du métier d’enseignant, qui permet aux enseignants la réflexion et la discussion des orientations et des pratiques implantées dans le nouveau programme d’études ;

  • l’enrichissement culturel, par une ouverture à la culture des divers groupes qui forment désormais la société québécoise et la prise en compte des dimensions religieuses, morales et sociales nouvelles.

  • 20 Robert Bisaillon, La réforme de l'éducation au Québec. La formation des jeunes, vidéo, Québec, mini (...)

41Le sous-ministre de l’Éducation du Québec, quant à lui, voit dans la réforme une manière de promouvoir « une nouvelle citoyenneté » pour une société post-industrielle20.

Haut de page

Bibliographie

BLOOM A., L’âme désarmée, essai sur le déclin de la culture générale, Montréal, Guérin littérature, 1987.

PARENT A.-P., Rapport de la Commission royale d’enquête sur l’enseignement dans la province de Québec, Québec, Commission royale d’enquête sur l’enseignement dans la province de Québec, 1965-1966.

CMEC, Indicateurs de l’éducation au Canada. Rapport du programme d’indicateurs pancanadiens de l’éducation, Toronto, Conseil des ministres de l’Éducation, Conseil des statistiques canadiennes de l’éducation, 2000.

CSE, La Profession enseignante : vers un renouvellement du contrat social, Rapport annuel 1990-1991 sur l’état et les besoins de l’éducation, Québec, Conseil supérieur de l’éducation, 1991.

CSE, Les enjeux majeurs des programmes d’études et des programmes pédagogiques, avis au ministre de l’Éducation, Québec, Conseil supérieur de l’éducation, 1999.

CORBO C., COUTURE J.-P., Repenser l’école : une anthologie des débats sur l’éducation au Québec de 1945 au rapport Parent, Montréal, Presses de l’université de Montréal, 2000.

DEMERS M., La dépense d’éducation par rapport au PIB : une comparaison Québec-pays de l’OCDE, Bulletin statistique de l’éducation, Québec, n° 3, juin 1998, http://www.meq.gouv.qc.ca/M_stat.htm

DENIGER M.-A., LAROCQUE M.J., Mouvements d’opinion publique, presse écrite et éducation : les grands quotidiens francophones et les États généraux sur l’éducation de 1995, vol. 5, n° 2, Études et recherches, Sainte-Foy, Québec, Université Laval, Centre de recherche et d’intervention sur la réussite scolaire, 2000.

DESPRÉS-POIRIER M., Le système d’éducation du Québec, Montréal, Gaétan Morin, 1999.

FULLAN M., STIEGELBAUER S., The New Meaning of Educational Change, New York, Teachers College, Columbia University, 1991.

GALLAGHER P., Changing Course: an Agenda for Real Reform of Canadian Education, Toronto, OISE Press, 1995.

HOLMES M., The Reformation of Canada’s Schools: Breaking the Barriers to Parental Choice, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 1998.

MARCHAND L., Conception de l’apprentissage chez les apprenants adultes qui suivent des cours à distance, thèse de doctorat inédite, université Paris VIII, 1994.

MEQ, Panorama de l’éducation des adultes en formation générale au Québec, Québec, Ministère de l’Éducation du Québec, 1996.

MEQ, Loi sur l’instruction publique L.R.Q., c. I-13.3, Dernière modification, 1er juillet 1998, Gouvernement du Québec, Québec, 1998, http://www.meq.gouv.qc.ca/legislat/Lois/Inst-pub/tab-mat.htm

MEQ, Réaffirmer l’école, Rapport du Groupe de travail sur la réforme du curriculum, Québec, Ministère de l’Éducation, 1997.

OCDE, L’investissement dans le capital humain : une comparaison internationale, Paris, Publications de l’OCDE, 1998.

OSBORNE K., Education: a Guide to Canadian School Debate; or, Who Wants What and Why?, Toronto, Penguin Books, 1999.

REY B., Les compétences transversales en question, Paris, ESF éditeur, 1996.

RIEL R., La responsabilité propre de l’école : Former l’honnête homme du XXIe siècle, Vie pédagogique, n° 106, février-mars 1998, p. 16-18.

SMITH W.J., DONAHUE H.M., The Historical Roots of Quebec Education, Montréal, McGill University, Office of Research on Educational Policy, 1999.

SMITH W.J., FOSTER W.F., DONAHUE H.M., The Contemporary Education Scene in Quebec: a Handbook for Policy Makers, Administrators and Educators, Montréal, McGill University, Office of Research on Educational Policy, 1999.

SMITH W.J., FOSTER W.F., DONAHUE H.M., How Does the Quebec Education System Work: a Primer for School Governing Boards, Montréal, McGill University, Office of Research on Educational Policy, 1999.

STEWIN L.L., McCANN STEWART J.H., Contemporary Educational Issues. The Canadian Mosaic, Toronto, Copp Clark Pitman, 1993.

UNESCO, L’action mondiale pour l’éducation, Rapport présenté à la Commission de l’éducation Genève, 1996.

Haut de page

Notes

1 P. Gérin-Lajoie, Combats d'un révolutionnaire tranquille : propos et confidences, Montréal, Centre éducatif et culturel, 1989.

2 M. Robert, J. Tondreau, L'école québécoise. Débats, enjeux et pratiques sociales, Anjou, Éditions CEC, 1997.

3 Rapport Parent, Rapport de la Commission royale d'enquête sur l'enseignement dans la province de Québec, Québec, Gouvernement du Québec, 1963-1966.

4 Charles F. Webber, « Educational Change in Alberta, Canada: An Analysis of Recent Events », Education Policy Analysis Archives, vol. 3, n° 12, juillet 1995, http://seamonkey.ed.asu.edu/epaa

5 Commission des États généraux sur l'éducation, Rénover notre système d'éducation : dix chantiers prioritaires, Rapport final de la Commission, Québec, 1996, www.gouv.qc.ca

6 Claude Lessard, « La réforme du curriculum au primaire et au secondaire au Québec : une adhésion réfléchie à un changement peu banal », Vie pédagogique, n° 114, février-mars 2000, p. 47-52.

7 OCDE, Apprendre à tout âge, Paris, Réunion du Comité de l'éducation au niveau ministériel, 16-17 janvier 1996.

8 Ibid, note 2.

9 Ibid, note 5.

10 MEQ, L'école, tout un programme, Énoncé de politique éducative, Québec, 1997.

11 Réginald Grégoire, Améliorer le curriculum et l'apprentissage : innovations américaines et choix québécois, Conseil supérieur de l'éducation, janvier 1999 ; Trân Khanh Thanh, « La formation scientifique et technologique au primaire et au secondaire : du rationnel à l'illusion », Spectre, vol. 27, n° 3, 1998.

12 Ibid, note 5.

13 M. S Knowles, L'apprenant adulte : vers un nouvel art de la formation, Paris, Éditions d'organisation, 1990.

14 Rodolphe M.J. Toussaint, « Trois modèles canadiens de formation des maîtres », Revue internationale d'éducation, n° 8, p. 7-11, décembre 1995.

15 D. Dibski, « Financing Education », in: R. Gosh et D. Ray, Social Change and Education in Canada, Toronto, Harcourt Brace Jovanovich, 1991.

16 Le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse, l'île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve.

17 Le Manitoba, la Saskatchewan, l'Alberta et la Colombie-Britannique.

18 MEQ, Indicateurs de l'éducation, 2000, Ministère de l'Éducation, Direction générale des services à la gestion, document électronique, http:/www.meq.gouv.qc.ca/M_stat.htm

19 Ibid, note 6.

20 Robert Bisaillon, La réforme de l'éducation au Québec. La formation des jeunes, vidéo, Québec, ministère de l'Éducation, 1999.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Dépense globale d’éducation par habitant et par élève entre 1981 et 199918
URL http://ries.revues.org/docannexe/image/2391/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rodolphe M.J. Toussaint, « Transformer la société », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 27 | 2000, 111-122.

Référence électronique

Rodolphe M.J. Toussaint, « Transformer la société », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 27 | 2000, mis en ligne le 01 octobre 2003, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://ries.revues.org/2391 ; DOI : 10.4000/ries.2391

Haut de page

Auteur

Rodolphe M.J. Toussaint

Directeur de la maîtrise Études des cycles supérieurs en éducation dans le Département des sciences de l’éducation de l’université du Québec.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page