Navigation – Plan du site
Europe

L’éducation au centre des préoccupations européennes1

Les objectifs de l’Union européenne
Education is a core issue for Europe. The EU’s new objectives
La educación en el centro de los debates europeos. Los objetivos de la Unión Europea
Unité européenne d’Eurydice
p. 23-28

Résumés

En mars 2000, le Sommet de Lisbonne a fixé pour l’Union européenne un objectif ambitieux : « Devenir l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde, capable d’une croissance économique durable accompagnée d’une amélioration quantitative et qualitative de l’emploi et d’une plus grande cohésion sociale. »3 Dans cette optique, les politiques d’éducation et de formation sont appelées à jouer un rôle de premier plan pour que les ressources humaines soient à la hauteur des besoins.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article, extrait de la publication Vingt ans au service d’une meilleure compréhension des systè (...)

« C’est précisément dans l’opposition fructueuse entre diversité des systèmes nationaux et convergence des problématiques que se trouve une des principales raisons d’être de la coopération européenne. »

  • 2 Le Magazine, n° 2, Commission européenne, Task Force Ressources humaines, Éducation, Formation et J (...)

Jacques Delors2

  • 3 Conclusions de la Présidence, Conseil européen de Lisbonne, 23 et 24 mars 2000.

1En mars 2000, le Sommet de Lisbonne a fixé pour l’Union européenne un objectif ambitieux : « Devenir l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde, capable d’une croissance économique durable accompagnée d’une amélioration quantitative et qualitative de l’emploi et d’une plus grande cohésion sociale3. » Dans cette optique, les politiques d’éducation et de formation sont appelées à jouer un rôle de premier plan pour que les ressources humaines soient à la hauteur des besoins. Ce coup d’accélérateur donné à la politique européenne par les chefs d’État et de gouvernement souligne le rôle clé de l’éducation et de la formation en matière d’emploi en vue de contribuer aux processus de Luxembourg et Cardiff. Il s’accompagne de la formulation explicite d’objectifs mesurables, à savoir :

  • accroître chaque année substantiellement l’investissement par habitant dans les ressources humaines ;

  • réduire de moitié d’ici à 2010, le nombre de personnes de 18 à 24 ans n’ayant accompli que le premier cycle de l’enseignement secondaire et qui ne poursuivent pas leurs études ou leur formation ;

  • faire en sorte que les écoles et les centres de formation, disposant tous d’un accès à l’internet, deviennent peu à peu des centres locaux d’acquisition de connaissances polyvalents et accessibles à tous, en ayant recours aux méthodes les plus adaptées en fonction de la grande diversité des groupes cibles ; mettre en place entre les écoles, les centres de formation, les entreprises et les établissements de recherche des partenariats pour l’acquisition des connaissances qui soient profitables à tous ;

  • adopter un cadre européen définissant les nouvelles compétences de base dont l’éducation et la formation tout au long de la vie doivent permettre l’acquisition : compétences en technologies de l’information, langues étrangères, culture technologique, esprit d’entreprise et aptitudes sociales ; instituer un diplôme européen pour les compétences de base en technologies de l’information, avec des procédures de délivrance décentralisées, afin de promouvoir la culture numérique dans toute l’Union ;

  • définir d’ici à la fin de l’an 2000, les moyens permettant d’encourager la mobilité des étudiants, des enseignants, des formateurs et des chercheurs par une utilisation optimale des programmes communautaires existants (Sócrates, Leonardo, Jeunesse), par l’élimination des obstacles et par une transparence accrue dans la reconnaissance des qualifications et des périodes d’étude et de formation ; prendre des mesures pour supprimer les entraves à la mobilité des enseignants d’ici à 2002 et pour attirer des enseignants de qualité ;

    • 4 Op. cit.

    mettre au point un modèle européen commun de curriculum vitae, qui sera utilisé sur une base volontaire pour favoriser la mobilité en aidant les établissements d’enseignement et de formation et les employeurs à mieux évaluer les connaissances acquises4.

  • 5 Op. cit.

2Le Conseil européen a par ailleurs demandé au Conseil Éducation « d’entreprendre une réflexion générale sur les objectifs concrets des futurs systèmes d’enseignement, axés sur les préoccupations et les priorités communes tout en respectant les diversités nationales, en vue de contribuer aux processus de Luxembourg et Cardiff et de présenter un rapport plus complet au Conseil européen au printemps 2001. »5 Le 12 février 2001, le Conseil Éducation a ainsi adopté à l’unanimité son rapport qui se situe dans le droit fil du Sommet de Lisbonne, examiné par les chefs d’États et de gouvernement lors de leur réunion à Stockholm les 23 et 24 mars 2001. Le Conseil a décidé qu’au cours de l’année 2001, il déterminera en coopération avec la Commission : le mode d’évaluation du degré de réalisation des objectifs, les travaux concrets à entreprendre au niveau européen dans chacun des domaines concernés, les domaines qui se prêtent à une évaluation par des pairs et aux échanges de bonnes pratiques, la manière de mesurer les progrès accomplis au moyen d’un système de benchmarking et les domaines qui susciteront l’élaboration de nouveaux indicateurs. Les résultats de ce travail feront l’objet d’un nouveau rapport que le Conseil Éducation soumettra au Sommet de Barcelone au printemps 2002.

3En outre, la Commission va également soumettre au Conseil européen, au printemps 2001, un rapport annuel de synthèse des progrès réalisés sur la base d’indicateurs structurels en matière d’emploi, d’innovation, de réformes économiques et de cohésion sociale.

4Dans le cadre du suivi de Lisbonne, trois sujets importants, inscrits à l’agenda immédiat de la Commission et des États membres, concernent tout particulièrement l’éducation :

  • l’initiative eLearning, qui complète l’initiative eEurope lancée par le Président de la Commission européenne, s’articule autour de quatre axes : un effort d’équipement des écoles en ordinateurs multimédia, un effort de formation des enseignants européens aux techniques numériques, le développement de services et logiciels éducatifs européens et l’accélération de la mise en réseau des écoles et des formateurs ;

  • le Mémorandum de la Commission sur l’éducation et la formation tout au long de la vie, qui plaide pour une citoyenneté active dans une Europe de la connaissance et pour la mise en œuvre d’une stratégie européenne en la matière ; les conclusions des débats nationaux suscités par ce Mémorandum seront intégrés dans le plan d’action que la Commission prépare pour fin 2001 ;

  • le Rapport européen sur la qualité de l’éducation qui a été présenté pour la première fois en juin 2000 au Conseil Éducation ainsi qu’à la Conférence des ministres européens de l’éducation à Bucarest. Il propose seize indicateurs, dont certains sont issus des travaux d’Eurydice, sélectionnés en étroite coopération avec un groupe d’experts nommés par les ministres de l’Éducation de vingt-six pays européens.

5Sujets à des changements au fil du temps selon les priorités politiques, les indicateurs actuels portent sur les domaines suivants :

  • niveau atteint (mathématiques, lecture, sciences, langues étrangères, apprendre à apprendre, technologies de l’information et de la communication, éducation civique) ;

  • réussite et transition (taux d’abandon, achèvement de l’enseignement secondaire supérieur, taux de scolarisation dans l’enseignement supérieur) ;

  • suivi de l’éducation scolaire (participation des parents, évaluation et pilotage de l’éducation scolaire) ;

  • ressources et structures (dépenses consenties en matière d’éducation par étudiant, éducation et formation des enseignants, taux de fréquentation d’un établissement préprimaire, nombre d’étudiants par ordinateur).

6Ce rapport a été accueilli favorablement par les ministres de l’Éducation qui ont demandé à la Commission de le mettre régulièrement à jour et d’y inclure de nouveaux indicateurs pour couvrir le champ de l’éducation et de la formation tout au long de la vie.

Un nouveau cadre de coopération

Le Rolling Agenda

7Sur une proposition de la Présidence finlandaise du Conseil, la réunion du Conseil Éducation du 26 novembre 1999 s’est prononcée en faveur de l’adoption de nouvelles méthodes de travail dans le domaine de l’éducation et de la formation professionnelle. Une programmation continue (Rolling Agenda) y a été définie dans le but d’offrir le cadre structuré et permanent nécessaire aux discussions politiques. Trois thèmes prioritaires ont été identifiés en parallèle :

  • le rôle de l’éducation et de la formation dans les politiques d’emploi,

  • la qualité de l’éducation et de la formation professionnelle,

  • la mobilité, y compris la reconnaissance des qualifications et des périodes d’étude.

  • Le Conseil Éducation du 8 juin 2000 a ajouté deux nouveaux thèmes prioritaires à ceux définis en novembre 1999 :

  • l’utilisation des technologies d’information et de communication dans le domaine de l’éducation et de la formation,

  • l’éducation et la formation tout au long de la vie.

8Ces thèmes seront désormais remis, à intervalles réguliers, à l’ordre du jour du Conseil, et leur examen s’étale en conséquence sur plusieurs Présidences selon un mode cyclique constitué d’un certain nombre d’étapes modulables.

La méthode ouverte de coordination

9Le Conseil européen de Lisbonne a placé la connaissance au cœur d’une stratégie visant à faire de l’Europe une économie compétitive au niveau mondial. La mise en œuvre des nouveaux objectifs stratégiques présuppose le recours généralisé à une nouvelle méthode ouverte de coordination.

10Les principales étapes de cette nouvelle méthode consistent notamment :

  • à définir des lignes directrices pour l’Union, assorties de calendriers spécifiques pour réaliser les objectifs à court, moyen et long terme fixés par les États membres ;

  • à établir, le cas échéant, des indicateurs quantitatifs et qualitatifs et des critères d’évaluation (benchmarks) ;

  • <#ITALIQUES#></#ITALIQUES#>à traduire ces lignes directrices européennes en politiques nationales et régionales en fixant des objectifs spécifiques à atteindre ;

  • à procéder périodiquement à un suivi, et à un examen par les pairs, pour permettre à chacun d’en tirer les enseignements nécessaires.

11Il s’agit maintenant d’adapter le modèle du Rolling Agenda aux nouvelles exigences et d’y intégrer pleinement les éléments de la méthode ouverte de coordination telle qu’elle a été préconisée par le Conseil européen de Lisbonne.

12C’est dans ce nouveau cadre de coopération que s’inscrivent désormais l’évolution et l’activité future d’Eurydice.

13Les analyses comparées, les enquêtes et les analyses contextuelles publiées dans Questions clés de l’éducation en Europe qu’Eurydice continuera de développer, s’efforceront d’apporter un éclairage nuancé et complémentaire notamment au rapport sur les objectifs présenté par le Conseil Éducation en mars 2001 au Sommet de Stockholm.

14De nouveaux chantiers thématiques vont être entamés en fonction des thèmes à l’agenda de la coopération. La nouvelle méthode impulsée par le Conseil, et la définition des thèmes qu’elle privilégie de manière permanente, vont accroître la cohérence dans le choix des sujets et la synchronisation du calendrier politique avec celui des analyses entreprises. Elles faciliteront également une anticipation des besoins à laquelle Eurydice a toujours été attachée.

15Fort de vingt années de collectes d’informations et d’analyses rigoureuses des systèmes éducatifs et de leurs composantes, le réseau est désormais en mesure de mieux planifier à moyen et long terme ses futurs chantiers de travail. Le nouveau cadre de coopération, et notamment les thèmes prioritaires qui ont été définis en parallèle, l’y encouragent. Une attention particulière continuera d’être consacrée à la valorisation de l’ensemble de ces travaux auprès des utilisateurs (large diffusion y compris sur support électronique, découpage du contenu en fonction des besoins, déclinaison en synthèses facilement accessibles, etc.).

Haut de page

Notes

1 Cet article, extrait de la publication Vingt ans au service d’une meilleure compréhension des systèmes de l’unité européenne d’Eurydice. Les informations qui nécessitaient une mise à jour ont été revues par l’unité européenne d’Eurydice. Les informations qui nécessitaient une mise à jour ont été revues par l’unité européenne d’Eurydice dans le cadre de la présente publication.

2 Le Magazine, n° 2, Commission européenne, Task Force Ressources humaines, Éducation, Formation et Jeunesse.

3 Conclusions de la Présidence, Conseil européen de Lisbonne, 23 et 24 mars 2000.

4 Op. cit.

5 Op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Unité européenne d’Eurydice, « L’éducation au centre des préoccupations européennes », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 28 | 2000, 23-28.

Référence électronique

Unité européenne d’Eurydice, « L’éducation au centre des préoccupations européennes », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 28 | 2000, mis en ligne le 01 décembre 2003, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://ries.revues.org/2411 ; DOI : 10.4000/ries.2411

Haut de page

Auteur

Unité européenne d’Eurydice

Unité européenne d’Eurydice, Bruxelles, Belgique, site : www.eurydice.org

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page