Navigation – Plan du site

60 | septembre 2012
Le métier de chef d'établissement

Sous la direction de Ghislaine Matringe
Couverture n° 60
Informations sur cette image
ISBN 978-2-85420-595-4

Dans la plupart des pays, la conviction est désormais acquise que c'est de la base et non du sommet que l'École peut se réformer et progresser. Beaucoup ont choisi de confier plus de responsabilités au niveau local et d'accorder une autonomie grandissante aux établissements scolaires. Les modes et les fonctions de direction sont devenus des priorités dans les programmes d'action gouvernementaux. On assiste à un foisonnement d'études internationales et de travaux de recherche sur ce sujet.
Cependant, si des modèles de direction efficaces émergent de l'analyse des pratiques professionnelles, on a du mal à saisir la réalité diverse et mouvante du métier de chef d'établissement aujourd'hui.
La Revue internationale d'éducation de Sèvres a donc choisi de donner la parole à des acteurs situés à différents niveaux du système éducatif, des chercheurs, des praticiens, des responsables institutionnels, tous experts reconnus du sujet dans des pays de traditions scolaires et de cultures différentes.
Sans tabous, ils cernent les réalités et les questionnements d'une profession encore largement en construction, en confrontant le métier prescrit et le métier réel tel qu'il apparait dans les témoignages et les pratiques.
S'agit-il d'un vrai métier ou d'une simple fonction ? Parle-t-on d'un ou de plusieurs métiers? Directeur, principal, rektor, personnel de direction, derrière la diversité des titres et la variété des contextes, peut-on dégager une même identité professionnelle ?
Partout, la direction des établissements scolaires se révèle une question complexe, d'une réelle importance stratégique, car il s'agit de répondre à la multiplication de nouvelles exigences.
Tous les auteurs soulignent que les transformations, en cours ou à venir, ne peuvent prendre sens qu'en référence à un système explicite de valeurs morales et éthiques. Sans ce dernier, il serait illusoire de faire reposer la réussite de l'École sur les seules épaules des chefs d'établissement, quelle que soit par ailleurs la force de leur engagement et de leurs convictions.