Navigation – Plan du site
Actualité internationale
Ressources en ligne

Le portfolio ou portefeuille de compétences

Bernadette Plumelle
p. 10-12

Entrées d’index

Haut de page

Notes de l’auteur

Pour faciliter la lecture, seule la racine des liens Internet est mentionnée dans cet article. Pour y accéder dans leur intégralité, on peut consulter la rubrique ressources en ligne sur le site de la Revue internationale d’éducation de Sèvres : http://www.ciep.fr/sitographie/

Texte intégral

1Le portfolio est à l’origine un recueil de travaux effectués dans des métiers artistiques tels que celui de photographe ou d’architecte. Ces derniers choisissent dans l’ensemble de leurs œuvres celles qui les représentent le mieux et qui marquent leur évolution artistique. Le portfolio en éducation reprend ces deux notions de représentativité et de progression pour en faire un instrument d’apprentissage et d’évaluation.

2Cet outil est largement répandu aux États-Unis et au Canada à tous les niveaux d’enseignement, depuis les classes maternelles jusqu’à l’université. La majorité des sources sélectionnées dans cet article proviennent du Québec car les travaux sur cet outil sont majoritairement produits outre-Atlantique ; significativement, la première conférence internationale francophone consacrée au portfolio numérique s’est tenue à Québec en avril 2006.

3Le portfolio est beaucoup moins utilisé en Europe et en France, à l’exception notable du Portfolio des langues développé par le Conseil de l’Europe et repris en 2005 par l’Union européenne avec l’Europass. Cependant, une évaluation fondée sur les compétences à atteindre plutôt que sur le résultat brut pourrait modifier les pratiques pédagogiques et inciter les acteurs du système éducatif français à introduire plus largement cet outil.

4Sitographie arrêtée le 8 novembre 2006.

Le portfolio sur support numérique

5Le portfolio se définit comme un dossier évolutif qui rassemble des travaux et « œuvres » que l’élève a produit durant une ou plusieurs années. Il présente également des appréciations des professeurs, des jugements personnels de l’élève, des commentaires de ses parents et amis, des auto-évaluations ; l’ensemble doit témoigner de la réflexion menée sur son propre apprentissage. Il s’inscrit dans un courant d’évaluation qualifiée d’authentique, puisque cette forme d’évaluation exige d’illustrer les connaissances ou les habiletés dans des situations réelles d’apprentissage.

6Un document d’information publié en mai 2002 par le ministère de l’éducation du Québec, « Portfolio sur support numérique » (http://www.ntic.org/​guider/​textes/​portfolio.pdf ) identifie trois types de portfolios selon leur rôle et leurs fonctionnalités :

  • le portfolio dossier d’apprentis sage comprend des travaux de toutes sortes et des réflexions sur ces travaux qui attestent des progrès de l’élève sur une période donnée ;

  • le portfolio dossier de présentation donne à voir les meilleures productions de l’élève ;

  • le portfolio dossier d’évaluation rassemble les productions de l’élève, des observations diverses et des auto-évaluations.

7Les portfolios numériques permettent d’inclure des travaux de différentes natures : textes écrits, productions artistiques, fichiers sonores et visuels, réalisations individuelles ou collectives.

8R. Bibeau, enseignant et spécialiste de l’utilisation des technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement au Québec, a présenté une communication « Un portfolio pour chacun » à l’Université Laval (Québec) en novembre 2006 : http://www.robertbibeau.ca/​captic/​index.html

9Pour l’occasion, il a sélectionné une centaine de sites sur le portfolio numérique : http://www.robertbibeau.ca/​portfolio.html

10Des exemples de portfolios aux différents niveaux de la scolarité : primaire, secondaire et professionnel sont proposés par la Commission scolaire de Sainte Hyacinthe au Québec. À visée pratique, ce site s’adresse aux enseignants, aux élèves comme aux parents : http://recit.cssh.qc.ca/​portfolio/​

Un exemple de portfolio numérique : le portfolio APOM

11Créé au Québec par le réseau pour le développement des compétences par l’intégration des technologies (RECIT), il est utilisable du primaire au secondaire, peut être utilisé depuis l’école ou la maison et ne nécessite pas d’expertise technique de la part des enseignants : http://www.recit.qc.ca/​article.php3?id_article=132

12Il s’agit d’un outil informatique constitué d’un ensemble de fiches et d’un système de gestion de celles-ci. La fiche peut comporter le travail réalisé par l’élève ou un lien vers son travail, ou bien encore des liens vers des travaux dans des disciplines complémentaires. L’élève gère ses droits d’accès et peut permettre à d’autres élèves d’accéder à son portfolio : http://recit.cssh.qc.ca/​portfolio/​

Le portfolio : outil d’évaluation et de développement pour les enseignants

13Les États-Unis et le Canada utilisent depuis une dizaine d’années les port folios dans les programmes de formation des enseignants stagiaires (pour lesquels le concept a été d’abord utilisé) ou en exercice. Il a pour objectif de permettre à l’enseignant de réfléchir sur sa pratique professionnelle, d’évaluer l’efficacité d’un cours et de contribuer à une meilleure connaissance de soi.

14Deux articles de Georgette Goupil, professeure au département de psychologie de l’Université du Québec à Montréal exposent le portfolio comme outil de pratique réflexive pour les enseignants dans la perspective de leur enseignement :

  • « Le portfolio : vers une pratique réflexive de l’enseignement » (Vie pédagogique, 1998) : caractéristiques, contenus du portfolio et les difficultés de sa mise en place : http://pages.infinit.net/​cltr/​gp6.html

  • « Les enseignants et les étudiants en sciences de l’éducation devraient-ils eux aussi réaliser un portfolio ? » sur le site de l’association canadienne des professeurs de langues secondes : http://www.caslt.org/​Print/​portfolio3p.htm

15À l’occasion de la sixième Biennale de l’INRP (2002), Richard Dejardins (Université de Moncton) a présenté une contribution sur le portfolio en tant qu’outil de formation pour l’étudiant ou l’enseignant, « Le portfolio de développement professionnel continu » : http://www.inrp.fr/​Acces/​Biennale/​6biennale/​

16La lettre d’information de la veille scientifique et technologique de l’INRP (n° 13, décembre 2005) sur la formation des enseignants, présente des ressources commentées sur le portfolio dans un chapitre « Du mémoire professionnel au portfolio » (p. 6) : http://www.inrp.fr/​vst/​

17Un site québécois propose un ensemble de documents pratiques sur le « portfolio dans l’apprentissage » pour les enseignants : définition, mode de sélection des travaux à inclure dans le portfolio et évaluation : http://www.qesnrecit.qc.ca/​portfolio/​fra/​theorie.html

Le portfolio européen des langues (PEL)

18Le PEL est un document personnel qui permet à tout apprenant en langues de consigner ses compétences linguistiques et expériences culturelles. Il comporte trois parties : un passeport des langues qui résume les niveaux de compétences en langues et les expériences de contacts avec d’autres pays ; une biographie langagière et un dossier sur ses démarches et résultats : http://www.coe.int/​T/​DG4/​Portfolio/​

19Les modèles de PEL varient selon les pays et les contextes éducatifs. Ils répondent cependant à des critères communs et sont obligatoirement examinés par un Comité européen de validation : http://www.coe.int/​T/​DG4/​Portfolio/​

20Un article de deux enseignants suisses, « Un outil controversé d’une standardisation européenne : le Port folio », apporte un regard critique sur le PEL : http://www.inrp.fr/​Acces/​Biennale/​7biennale/​

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernadette Plumelle, « Le portfolio ou portefeuille de compétences », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 43 | 2006, 10-12.

Référence électronique

Bernadette Plumelle, « Le portfolio ou portefeuille de compétences », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 43 | décembre 2006, mis en ligne le 23 juin 2011, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://ries.revues.org/253 ; DOI : 10.4000/ries.253

Haut de page

Auteur

Bernadette Plumelle

Responsable du centre de ressources documentaires du CIEP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page