Navigation – Plan du site

61 | décembre 2012
Enseignement et littérature dans le monde

Education and literature in the world
Enseñanza y literatura en el mundo
Sous la direction de Emmanuel Fraisse

« Qu’est-ce que la littérature ? » À la question posée par Sartre au lendemain de la guerre, Barthes avait répondu en 1969 : « La littérature, c’est ce qui s’enseigne, un point c’est tout. »
Tel est le point de départ de ce dossier de la Revue internationale d’éducation de Sèvres, consacré à l’enseignement scolaire de la littérature dans huit pays extrêmement divers par la taille, la situation économique, l’histoire et les cultures éducative : la Chine, le Danemark, les États-Unis, la France, Haïti, le Québec, la Russie et le Sénégal. C’est sans doute l’une des premières fois qu’un tel sujet est abordé dans une revue généraliste d’éducation.
Intimement liée aux « valeurs », à l’apprentissage de la langue et à la maîtrise des discours, la littérature et son enseignement constituent partout l’un des fondements de la formation instrumentale, intellectuelle, civique et morale des élèves.
Reste à savoir quelle est cette « littérature » et quelles finalités éducatives et instrumentales, explicites ou implicites, lui sont conférées. Le « canon » littéraire étudié par les élèves n’est jamais neutre, pas plus au plan idéologique qu’esthétique.
Les articles soulignent l’ambiguïté de la relation entre langue et littérature à l’école, qui renvoie à la complexité de l’articulation entre langue et culture. Comment s’opère, à travers outils et exercices, cette normalisation imposée ou suggérée par l'institution scolaire ? Quelles sont les pratiques attendues des élèves tout au long de leur scolarité ?
Pour être jugé fondamental – ne serait-ce qu’en termes d’horaireset de niveaux –, cet enseignement n’est pas moins en crise dans le monde entier. Nombre d’articles s’en font l’écho et engagent une nécessaire réflexion : peut-on encore aujourd’hui dissocier langue, littérature et culture dans cet enseignement ?