Navigation – Plan du site
Actualité internationale
Le point sur l'actualité en éducation

Un développement rapide de la formation technique et professionnelle

Lisa Bydanova et Ganat Dalabayev
p. 17-18

Texte intégral

  • 1  Voir Lisa Bydanova et Gulbarshin Ospanova, « Le système éducatif du Kazakhstan », Revue internatio (...)
  • 2 55 % du budget de l’État proviennent des exportations pétrolières ; 16 % du PIB du pays proviennent (...)

1La rénovation de la formation technique et professionnelle (FTP) est un enjeu très important aujourd’hui au Kazakhstan. Ce nouveau pays1, en pleine croissance économique, cherche à renforcer ce secteur pour pérenniser son développement, basé jusqu’à présent sur l’exportation des ressources naturelles2.

  • 3 Ce nombre est passé de 787 en 2005 à 894 en 2010.

2Au cours des cinq dernières années, la FTP a connu une importante progression quantitative, avec des financements étatiques conséquents. Le financement public du secteur a été multiplie par 3,1 sur cette période. Les dépenses en travaux de rénovation ont augmenté de 1,3 fois entre 2008 et 2010. Leur montant total représentait en 2010 3,3 milliards de tenge, soit environ 16 millions d’euros. Le nombre d’établissements dans ce secteur a augmenté de 14 %3 et le nombre d’étudiants de 20 %, passant de 499 900 en 2005 à 603 700 en 2010. À titre de comparaison, le nombre d’étudiants inscrits dans les programmes de l’enseignement supérieur était de 620 442 en 2010.

  • 4 Source : Rapport national sur l’état du système éducatif au Kazakhstan, p. 40.

3Cette forte expansion du secteur fait qu’aujourd’hui, le nombre d’étudiants en formation professionnelle sur dix mille habitants est de loin supérieur à ceux parmi les plus élevés des pays de l’OCDE. Cet indicateur représente 368 au Kazakhstan, alors qu’il s’élève à 180 en France, à 171 en Allemagne ou à 135 au Royaume-Uni4.

4Par ailleurs, ce secteur a fait objet de nombreuses reformes structurelles. Une importante réforme, qui consiste à unifier les établissements de formation technique et professionnelle sur l’ensemble du pays pour leur donner un statut unique, est en cours de réalisation. Elle obligera certains lycées professionnels à changer de statut pour devenir des « colleges » pouvant dispenser ainsi des programmes de formation professionnelle de différents niveaux au sein d’un même établissement (technicien de base, technicien de niveau intermédiaire ou supérieur). En outre, le ministère souhaite remédier au manque de passerelles et à la faible articulation entre les parcours de formations. À ce titre, il a mis en place deux parcours de formation innovants dits « parcours intégrés » : il s’agit d’alléger les programmes de formation de niveau supérieur en prenant en compte les acquis d’apprentissage validés dans les programmes de formation antérieurs ; ces parcours pilotes concernent les domaines de l’extraction pétrolière.

5Un travail important a également été mené pour rénover les contenus de formation. Entre 2008 et 2010, 158 maquettes de formation ont été révisées par le ministère avec l’appui des employeurs et des experts internationaux. En 2010, 710 plans de cours ont été revus et 65 nouveaux cours ont été créés.

6Cependant, malgré cette forte expansion quantitative et des efforts de modernisation, la qualité des formations dispensées n’est pas toujours à la hauteur des efforts consentis. Certains problèmes pourraient mettre en péril les réformes lancées : la faible attractivité du métier d’enseignant due à de mauvaises conditions de travail et de salaire (comme dans l’enseignement général), un pilotage d’établissements inefficace, un manque d’équipements et d’infrastructures pédagogiques et de mauvaises conditions d’accueil des étudiants.

7En outre, les formations professionnelles et techniques sont souvent perçues comme une « voie de garage » empruntée par ceux qui n’ont pas un niveau académique suffisant ou qui manquent de ressources pour financer leurs études universitaires. Ces dernières, malgré leur coût (variant de 300 à 2 000 dollars par an), et quelle que soit leur qualité académique ou professionnelle, bénéficient d’un grand prestige au sein de la population, les filières de l’économie et de droit restant les plus prisées, alors que les formations en sciences techniques ou d’ingénieurs tendent à être désertées par les étudiants.

8L’autre difficulté importante que rencontre le secteur de la formation professionnelle (comme celui de l’enseignement supérieur en général) est le décalage entre le contenu des formations et les besoins du marché du travail. D’une part, ce dernier est essentiellement composé de petites entreprises peu organisées entre elles (seulement 5 % des entreprises, par exemple, font partie d’un syndicat) et d’autre part, les établissements de formation sont peu incités à promouvoir ce rapprochement, car leurs ressources dépendent peu de ce critère. En effet, si les établissements de formation sont tenus de fournir des statistiques sur l’insertion de leurs diplômés, la plupart se contentent de déclarer un taux avoisinant 100 %, assez éloigné de la réalité.

Haut de page

Notes

1  Voir Lisa Bydanova et Gulbarshin Ospanova, « Le système éducatif du Kazakhstan », Revue internationale d’éducation de Sèvres, n° 59, 2012, 19-25.

2 55 % du budget de l’État proviennent des exportations pétrolières ; 16 % du PIB du pays proviennent des exportations des ressources métallurgiques (manganèse, fer, chrome, charbon et potassium).

3 Ce nombre est passé de 787 en 2005 à 894 en 2010.

4 Source : Rapport national sur l’état du système éducatif au Kazakhstan, p. 40.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lisa Bydanova et Ganat Dalabayev, « Un développement rapide de la formation technique et professionnelle », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 61 | 2012, 17-18.

Référence électronique

Lisa Bydanova et Ganat Dalabayev, « Un développement rapide de la formation technique et professionnelle », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 61 | décembre 2012, mis en ligne le 06 février 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://ries.revues.org/2648 ; DOI : 10.4000/ries.2648

Haut de page

Auteurs

Lisa Bydanova

Chargée de programmes au Centre international d’études pédagogiques, Département coopération en éducation, et chercheur associé de l’IREDU, Dijon (France)

Articles du même auteur

Ganat Dalabayev

Directeur-adjoint du Centre national du développement de la formation professionnelle au Kazakhstan, où il supervise l’élaboration d’un programme pilote de formation dans le domaine de l’extraction pétrolière. Diplômé de l’Université publique d’agriculture de Moscou, il a occupé plusieurs postes à responsabilité en matière de formation professionnelle au Kazakhstan

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page