Navigation – Plan du site
Dossier

L’IUFM entre « le clos et l’ouvert »

The IUFM waves between « open and closed »
Joseph Giordani
p. 107-119

Résumés

L’auteur réfléchit sur les réponses apportées à la formation des enseignants au cours des dix années qui se sont écoulées depuis la loi d’orientation du 10 juillet 1989. Il montre combien les cloisonnements disciplinaires sont encore forts même si se dessine une évolution encore bien timide vers un modèle « intégré » de formation où la relation entre les contenus deviendrait une relation ouverte.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

1Le dilemme qui se pose quant la formation des maîtres en France, comme partout en Europe est celui de l’interrogation chère à Bergson sur le « clos et l’ouvert ».

2Il nous servira de guide pour répondre à la question du recrutement et de la formation des maîtres en France en 1999, c’est-à-dire, dix ans après la promulgation de la loi du 10 juillet 1989 sur la réforme de l’enseignement et de la formation des enseignants français.

3Continuerons-nous à former les maîtres selon le « code série », modèle de décloisonnement des disciplines entre elles, ou adopterons-nous le « code intégré » qui permet un dialogue et des liaisons interdisciplinaires souhaitables et souhaitées ?

Formation et système éducatif : une tentative de mise en phase

4Un rapprochement entre les structures de la formation en IUFM et la structure de l’enseignement français fait apparaître trois principes de cohérence : le niveau de recrutement, l’égalité des traitements, l’adaptation des structures aux élèves.

5Tous les candidats à la fonction enseignante dans le premier et le second degré sont recrutés à partir du même niveau d’étude : la licence.

6Tous les enseignants sont rétribués au même indice de traitement soit l’indice brut : 346 qui correspond à 1 550 euros mensuels environ en début de carrière et 4 108 euros mensuels en fin de carrière à l’indice brut 913.

7On note un parallélisme entre les structures de formation et la structure de l’enseignement français par cycles, sous le signe de la continuité pédagogique.

8La notion de cycle introduite avec la loi d’orientation de 1989 vise à pondérer le primat des disciplines qui constitue un trait encore dominant de séparation entre les différents ordres d’enseignement : primaire et secondaire, secondaire, technique et professionnel.

9Les ordres d’enseignement rompent la continuité du processus éducatif en étageant implicitement l’enseignement selon des tranches successives qui correspondent au découpage de la société et donc du public scolaire. La loi de 1989 place l’élève au cœur du processus éducatif, avec pour objectif de ne distinguer les différents corps d’enseignants que par la spécificité du public scolaire visé. La création des IUFM tendait à surmonter le problème de la reproduction sociale par l’école dénoncé dès 1964 par Bourdieu et Passeron et corroboré par des études convergentes en Europe.

10L’IUFM regroupe en son sein, pour les refondre selon cette ligne directrice toutes les anciennes structures de formation : l’école normale (premier degré), l’école normale nationale d’apprentissage (professionnel), le centre pédagogique régional (second degré général et technologique). À ceci s’ajoutent les formations nouvelles des documentalistes et des conseillers d’éducation (second degré).

11La loi du 10 juillet 1989 spécialisait les IUFM dans la formation initiale de tous les maîtres. L’arrêté du 12 mars 1998 intègre désormais à l’IUFM la formation continue des maîtres de tous degrés de l’école maternelle au baccalauréat.

Les cycles d'apprentissage de la maternelle au lycée

Les cycles d'apprentissage de la maternelle au lycée

12On distingue actuellement les stages obligatoires pris sur le temps scolaire liés à l’évolution de la profession et/ou des disciplines enseignées, et les stages facultatifs hors temps scolaire correspondant aux aspirations personnelles.

13Les professeurs agrégés des lycées conservent à ce jour un statut inchangé. Ils sont formés dans les universités. Ce grade – sommet de la hiérarchie enseignante – sert entre autres de moteur de promotion interne.

Des contenus de formation « en série »

14La formation des maîtres à l’IUFM est tributaire de la formation même des formateurs. Si on voulait la définir, on dirait que c’est un modèle de type « code série » et ce, pour tous les degrés d’enseignement. Il s’agit de programmes qui établissent un cloisonnement entre les contenus, c’est-à-dire où les contenus clairement délimités, sont isolés les uns des autres. L’étudiant, puis le professeur stagiaire est donc invité à faire la synthèse des contenus pour satisfaire aux critères d’appréciation et d’évaluation. Ce modèle est dans la logique directe de la juxtaposition de l’enseignement donné par des professeurs qui reçoivent leur statut de la discipline spécifique qu’ils représentent. Cette conception en série relève implicitement de la classification positiviste des sciences qui, outre qu’elle multiple leur distinction et leur hiérarchie, est toujours liée à l’idée de son caractère stable et définitif. La spécialisation et la stabilité cumulative des connaissances ont accentué le caractère analytique de l’enseignement. Cette conception en série est la projection du système traditionnel qui reflète largement un âge de la civilisation et du système social. Corrélativement, il est impossible de concevoir un autre modèle plus synthétique et plus organique sans le mettre en rapport avec les finalités nouvelles de l’école. Une réflexion est actuellement en cours dans ce domaine, comme en témoigne notamment la consultation du ministère sur les lycées en 1998. En fait l’intention affichée par le législateur en créant les IUFM était, par le moyen d’une formation commune des enseignants, de faire naître à l’école une culture partagée qui serait un ciment, une référence, un lien social par delà les différences obligées.

  • 1 Concours de recrutement des professeurs d'école.
  • 2 Certificat d'aptitude à l'enseignement secondaire.

15Actuellement encore, sous le poids de la tradition et de l’héritage du passé, la formation des maîtres de tous niveaux reflète une philosophie de l’éducation traditionnelle. Le maître est d’abord celui qui sait et doit avant tout communiquer ce savoir. Dans sa formation, la multiplicité et l’étendue des connaissances exigées l’emportent très largement sur la prise en compte de l’apprentissage par l’élève et donc sur la professionnalisation de l’enseignant, en dépit des améliorations apportées ces dernières années au CRPE1 et aux différents CAPES2

Encyclopédisme et méconnaissance de l’élève

16La connaissance de l’enfant, de l’adolescent et des problèmes sociaux y afférents cèdent de loin le pas à une tentation d’encyclopédisme. L’enfant et l’adolescent sont connus non point comme tels mais préférentiellement dans la perspective des contenus à enseigner. L’élève est alors perçu avant tout comme réceptacle des connaissances enseignées. Notons que ce type de formation n’affecte pas seulement la formation professionnelle. S’agissant de la formation théorique - ou plus exactement de l’acquisition de connaissances relatives aux différentes matières à enseigner, elle enferme le candidat enseignant dans un cercle vicieux. Ou bien les maîtres seront polyvalents et interdisciplinaires comme il serait souhaitable. Alors, connaissant beaucoup de choses, ils les connaîtront mal. Ou bien ils seront relativement spécialisés, comme c’est le cas du fait de leur recrutement à la licence. Dans ce cas, si leurs connaissances sont mieux assurées, leur relative spécialisation risque de créer chez les enfants un désarroi psychologique du fait d’une insuffisante prise en compte du sujet réel et social au profit de l’objet à enseigner.

17L’élévation générale du niveau de recrutement des maîtres ne s’est pas accompagnée d’une réflexion concomitante des présupposés théoriques qu’impliquait une telle évolution. Le modèle dit « code série » est donc renforcé par la spécialisation reçue à l’université qui induit des cloisonnements disciplinaires. Parallèlement, les évolutions contemporaines, technologiques ou sociales qui touchent désormais l’école, rendent indispensables des démarches innovantes. Les nouvelles technologies (informatique, Internet, multimédias...), les préoccupations en matière d’environnement, la citoyenneté et ses différentes échelles (locale, régionale, nationale, européenne, mondiale), la santé, l’immigration impliquent une nouvelle philosophie de l’éducation.

18C’est par le biais de ces matières nouvelles qu’apparaissent les prémisses d’un nouveau modèle pédagogique « intégré » dans la formation des maîtres à l’IUFM. Ce modèle « intégré » est celui où la relation entre les contenus est une relation ouverte.

Vers un nouveau modèle de formation

19La formation actuelle en IUFM hésite donc entre deux « modèles ». Avec le modèle « code série », l’organisation du savoir relève d’un système de découpage prédéterminé et d’une distribution au cours du temps selon un ordre hiérarchisé qui exclut certaines questions majeures en raison du découpage lui-même. Ce système inculque très tôt à l’élève des coupures conceptuelles qui rendent difficile l’établissement de relations avec la réalité quotidienne et confèrent au savoir scolaire un aspect d’irréalité. La conséquence en est une tendance à enseigner aux jeunes des principes rigoureusement déterminés et à en déduire des applications toujours selon le même protocole. L’évaluation valorise l’accès à des états du savoir plutôt que des processus d’apprentissage.

20Avec le modèle « code série », les possibilités de création que recèlent les disciplines ne sont révélées à la fin qu’à une élite scolaire qui a fait la preuve d’une scolarisation, et donc d’une socialisation, accomplie.

21Le modèle « code intégré », présuppose un principe relationnel, un concept transcendant les différents contenus qu’il intègre en reléguant au second plan les particularités de chaque discipline. Par exemple, entre sociologie et biologie, la relation est fournie par le problème d’ordre et de changement qu’autorisent les concepts de codes génétiques et de codes culturels. Au plan pédagogique, on met ici l’accent moins sur la nécessité d’acquérir des états déterminés du savoir que sur l’incitation à comprendre comment il est produit.

Structure de formation dans l'enseignement français

Structure de formation dans l'enseignement français

22L’IUFM oscille entre deux options. Soit il implique une pédagogie progressant de l’organisation superficielle du savoir vers sa structure profonde (bottom up) réservée à l’élite. Soit il s’essaye à mettre en œuvre, notamment dans l’enseignement primaire, le mouvement inverse, de la structure profonde à l’organisation superficielle (top down), où se manifestent des solidarités interdisciplinaires, des processus d’apprentissage et des travaux d’équipes sur des projets pédagogiques.

23Mis d’emblée en possession de la structure profonde du savoir et plus tard, d’une démarche appropriée, à chaque niveau d’âge déterminé, l’élève sera en situation d’avoir à produire un savoir nouveau en sa qualité d’acteur de la connaissance. C’est là une conception neuve de l’école de la réussite telle qu’elle s’expérimente timidement, en un jeu de balance continu dans les vingt-neuf IUFM de France.

Formation et démocratie

24On a vu plus haut, à travers les modèles en balance, les deux termes de la problématique de la formation en IUFM. Pourquoi privilégier un modèle plutôt qu’un autre ? L’un et l’autre ont leurs adeptes et leurs détracteurs. C’est donc à une référence extérieure au système qu’il nous faut demander de les évaluer, en les soumettant à l’épreuve de la réalité. Celle-ci est essentiellement marquée par l’idée de changement. Les changements survenus dans la civilisation et la société modernes rendent de plus en plus caduc le mode « code série » dans l’éducation. Une civilisation de communication et d’information est en train de naître sous nos yeux. Elle revêt un caractère planétaire ne laissant à l’écart aucun continent. Cette nouvelle civilisation induit une formation beaucoup plus interdisciplinaire car elle est beaucoup plus centrée sur la relation des hommes entre eux que sur la matière et sa transformation.

25Nos sociétés, comme nos sciences, se développent sous le signe de la complexité qu’il importera à l’homme de demain de dominer s’il ne veut point être la proie de manipulations diverses. Au fur et à mesure que s’opèrent les changements, ils rejettent dans les ténèbres les valeurs, les références, les modèles qui ont orienté des vies entières et laissent ainsi désemparés les êtres qui n’ont pu s’armer pour affronter les novations. Inversement, les mieux dotés, risquent toujours de profiter, voire d’abuser de leur position dominante. À travers la formation des maîtres, c’est donc la démocratie du futur qui s’esquisse et s’ébauche.

  • 3 À cet égard, l'introduction dans les critères d'évaluation d'un mémoire professionnel avec soutenan (...)

26Pour éviter les nouveaux impérialismes culturels qui se profilent aujourd’hui – lesquels comportent en germe la menace de l’affrontement des cultures – il convient de rechercher par quels moyens on peut transformer les sociétés sans les détruire. L’adaptation ne doit pas se faire au prix de l’évolution en absorbant celle-ci dans l’immobilisme comme on le voit souvent en matière de formation des maîtres. La formation à et par la recherche est le meilleur moyen d’échapper à l’immobilisme3.

*
**

27Dans la mesure où elle crée de nouvelles structures mentales et diffuse des valeurs nouvelles, dans la mesure où elle forme les hommes de demain et opère comme un agent efficace de transformation sociale, l’école est au cœur de tous les problèmes de société. C’est à elle, c’est-à-dire aux enseignants qu’il appartient de les poser clairement et de proposer des solutions valables. Ainsi, se trouve à nouveau posée la question du choix du modèle de formation de maîtres pour un enseignement interdisciplinaire.

28Aussi, convient-il de rappeler à nouveau la vocation sociale de l’école et de faire éclater au grand jour le rapport profond qui existe entre les méthodes et le contenu de l’enseignement d’une part, la philosophie de l’éducation de l’autre.

29L’enseignant est inséparable du citoyen et sa mission éducative est partie intégrante d’une mission civique. En conjuguant la formation des maîtres au futur, je reconnais à l’Autre, comme à moi-même, le droit d’être différent.

Haut de page

Notes

1 Concours de recrutement des professeurs d'école.

2 Certificat d'aptitude à l'enseignement secondaire.

3 À cet égard, l'introduction dans les critères d'évaluation d'un mémoire professionnel avec soutenance en deuxième année, est une approche pertinente car on a ici un instrument qui fait le lien avec la préparation au doctorat universitaire ainsi qu'un moteur de formation continue.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les cycles d'apprentissage de la maternelle au lycée
URL http://ries.revues.org/docannexe/image/2838/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Structure de formation dans l'enseignement français
URL http://ries.revues.org/docannexe/image/2838/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joseph Giordani, « L’IUFM entre « le clos et l’ouvert » », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 20 | 1998, 107-119.

Référence électronique

Joseph Giordani, « L’IUFM entre « le clos et l’ouvert » », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 20 | décembre 1998, mis en ligne le 17 avril 2013, consulté le 21 février 2017. URL : http://ries.revues.org/2838 ; DOI : 10.4000/ries.2838

Haut de page

Auteur

Joseph Giordani

Directeur-adjoint de l’IUFM de Nice, France

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page