Navigation – Plan du site
Dossier

Éducation et problèmes de société

Des réformes au Japon
Education and problems of society. Reforms in Japan
Daisuke Sonoyama
p. 129-134

Résumés

Le Japon se trouve confronté aux évolutions économiques, sociales et culturelles que connaissent toutes les sociétés développées. La réforme de la formation des enseignants de 1997 tente d’intégrer ces nouvelles données par un assouplissement des cursus disciplinaires, un renforcement de la didactique, une meilleure prise en compte de la personnalité de l’enseignant, pour répondre aux attentes du public scolaire et de la société en général.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Japon
Haut de page

Texte intégral

1Avant d’aborder le problème de la formation des enseignants, il paraît nécessaire de présenter quelques données quantitatives et qualitatives concernant le système d’enseignement japonais.

Dénatalité, absentéisme, violence

2L’enseignement est obligatoire pour les élèves de six à quinze ans, (six années en école primaire et trois années en collège). Le Japon, comme la plupart des pays, connaît des problèmes démographiques.

3Sur une population de 120 millions d’habitants, on ne compte que 11 % d’enfants à l’âge de la scolarité obligatoire. Le taux de natalité est de 1,2 depuis un certain temps et aucune augmentation n’est prévue dans les années a venir. Par ailleurs, le pourcentage des personnes âgées de plus de 65 ans était de 14 % en 1994 (14,7 % pour la France), mais en 2025, il atteindra 25,8 %. Ces chiffres sont confirmés dans le tableau 1.

Tableau 1. Nombre d'élèves, d'enseignants, d'établissements à plein temps au Japon en 1987 et en 1996

Tableau 1. Nombre d'élèves, d'enseignants, d'établissements à plein temps au Japon en 1987 et en 1996

Pourcentage des enseignants féminins *.

Source : Monbusho (1996).

4Le tableau montre bien la diminution du nombre des élèves qui date du début des années quatre-vingt : en 1996, on compte 265 000 écoliers de moins que l’année dernière. Il faut remarquer que le nombre des femmes parmi les enseignants est en progression de 5 % environ à tous les niveaux, même si elles sont moins présentes qu’en Europe.

5Le taux de scolarité est de 96 % (1996) au niveau du second cycle général et professionnel du secondaire. Le problème de l’absentéisme des lycéens (Tokokyohi), qui n’est pas comptabilisé ici, semble, depuis quelque temps, relativement moins important surtout dans les grandes villes. Avec la violence des collégiens (les accidents de coups de couteau ces derniers mois dans les collèges ont provoqué un grand débat sur la pédagogie dans la société japonaise), c’est sans doute l’un des plus importants sujets de discussion depuis la Seconde Guerre mondiale au Japon tant chez les enseignants que chez les didacticiens.

6L’âge des enseignants (sans compter les chefs d’établissement), tous niveaux confondus, montre bien le problème de relève en terme de répartition des âges. Cette répartition est équilibrée à partir de 30 ans (40 % des enseignants ont entre 30 et 45 ans et 46 % ont entre 45 et 60 ans). Mais la diminution du recrutement des enseignants se fait sentir à partir du groupe des moins de 30 ans (12 %) et la part des moins de 25 ans diminue encore (2,7 %).. Si l’on prend en compte les chefs d’établissements, la moyenne d’âge du corps enseignant est en hausse.

7Enfin, le tableau 2 nous montre le salaire mensuel des enseignants.

Tableau 2. Salaire moyen de départ des enseignants d'établissements nationaux selon les niveaux d'enseignement et les titres universitaires (1987/Yens)

Tableau 2. Salaire moyen de départ des enseignants d'établissements nationaux selon les niveaux d'enseignement et les titres universitaires (1987/Yens)

* secondaire supérieur.

Source : Ishizaka (1988) et Kyouikudetarando (1997).

La formation entre centralisation et ouverture

  • 1 100 yens = 4, 837 francs (au cours du 18 décembre 1998) soit environ 0, 732 euros.

8Les réformes de la formation des maîtres après la Seconde Guerre mondiale peuvent être résumées l’une par « l’ouverture » et l’autre par la formation par les universités. « L’ouverture » signifie en premier lieu, le refus du pouvoir absolu sur la formation des maîtres (institution spécialisée dans la formation) et l’ouverture de la formation à toutes les universités. Le principe de la deuxième signification serait d’inciter les étudiants à devenir maîtres dans la mesure où ils ont des potentiels de performances diversifiés1. Mais nous devons souligner que la formation a été plus marquée par la professionnalisation, dans le cadre de l’unification de l’État japonais. La formation des maîtres peut être caractérisée par la tension entre deux concepts contradictoires : le maintien et l’amélioration de la profession des maîtres pouvant s’effectuer soit dans le cadre d’une fonction publique fortement contrôlée et centralisée, soit par l’ouverture de ce contrôle en accroissant l’autonomie de chaque université.

9Depuis les années soixante-dix, la mise en pratique de la réforme du système des formations a provoqué la naissance en chaîne des universités Hyogo/Jyoetsu kyouikudaigaku, ou encore celle de Naruto kyouikudaigaku, celle des institutions post-universitaire (graduate school) dans toutes les universités et facultés de formation des maîtres jusqu’en 1994, et enfin la loi de 1988 revalorisant et diversifiant les diplômes des maîtres. Cette nouvelle loi ordonne aux enseignants de relier leur professionnalité en matière de pratique pédagogique à la théorie en mettant davantage l’accent sur la formation théorique. Tout cela est lié à l’évolution de la société japonaise des années soixante-dix : au niveau de la technologie scientifique, à la forte croissance économique, à l’urbanisation et à la vie de plus en plus modernisée ou occidentalisée des familles japonaises. Cette évolution rapide a suscité aussi un changement dans le rôle des écoles, ce qui exige qu’on modifie aussi le rôle des enseignants. La question principale porte sur la qualité des enseignants. En outre, de nouvelles difficultés sont apparues révélées par les mots-clés de l’époque comme Ijime (brimade), Konaïbouryoku (violence à l’école), Tokokyohi (absentéisme) ou encore Taibatsu (châtiments corporels). Ces phénomènes ne sont toujours pas résolus après deux décennies et ils ont même empiré car, après la succession des suicides de collégiens en 1994, on évoque des coups couteaux dans les collèges depuis l’hiver dernier. Après ces incidents, nous pouvons dire qu’à tous les niveaux, ministère, enseignants, parents, communautés et associations, on n’a pas trouvé de solution pour lutter contre ces problèmes que la société rencontre depuis longtemps.

La structure du système de formation des maîtres

10Pour devenir enseignant au Japon, il existe trois solutions après avoir terminé son enseignement secondaire - la voie la plus traditionnelle que sont les institutions publiques de formation des maîtres - la voie actuellement en expansion d’une carrière académique ordinaire, qui aboutira a une professionnalisation d’une discipline, rattachée à une faculté - la dernière solution minoritaire consiste à suivre une formation à distance.

11À signaler que souvent les étudiants suivent aussi des cours dans une école privée pendant leur dernière année avant le concours national des maîtres, pour avoir une meilleure préparation. La double inscription dans des établissements d’enseignement supérieur est de plus en plus fréquente.

12Actuellement, les enseignants du niveau primaire sont formés par les institutions non-universitaires (école normale supérieure et facultés de sciences de l’éducation) pour les trois quarts d’entre eux. Les enseignants du collège sont répartis dans des institutions universitaires et non-universitaires ; et au niveau du lycée, la formation en université domine à 70 %.

La réforme de 1997 et sa problématique

13Comme dans la plupart des pays développés, au Japon, les enseignants doivent se préparer à faire face aux nouvelles technologies et à l’impact des informations médiatiques, à la valeur morale et à la citoyenneté, à la globalisation économique, sociale et culturelle de plus en plus rapide et pesante. Dans cette réforme, le grand principe est de faire face à la nouvelle demande des élèves, liée au mode de vie plus sophistiqué, aux nouveaux médias, au poids de plus en plus lourd de la morale et de la discipline dans une vie ou prédomine pour les jeunes l’objectif de consommation. On peut ajouter à cela que le nombre d’enfants par couple a diminué depuis une bonne décennie. Ainsi, dans les grandes villes, on risque de voir de plus en plus d’enfants gâtés, des parents (et des grand-parents) prêts à tout faire pour leur seul fils ou leur seule fille, et ce sont ces enfants que nous rencontrons au collège actuellement. Même si c’est à vérifier, il faut savoir que ces adultes, en pleine activité économique ou ces jeunes qui enseignent, appartiennent aussi à cette génération qu’on appelle gâtée, qu’ils sont nés de parents qui ont connu la guerre mondiale, mais qui n’ont certainement pas suffisamment transmis à leur enfant. C’est également une génération qui n’a pas toujours de bons souvenirs de ses expériences, du mouvement de 1968 ou du mouvement féministe des années soixante-dix : en témoigne la réaction de la société japonaise. En somme, une génération qui n’a pas gagné en termes d’idéologie sociale ou politique, ou qui s’est fait battre dans ce domaine.

14En résumé, la nouvelle réforme de formation des maîtres pose le problème de la diversification des rôles des enseignants et cherche à faire des enseignants polyvalents, à créer un réseau pour améliorer la formation et la professionnalisation par la valorisation des diplômes de la maîtrise et du doctorat.

15La spécificité de la réforme de 1997 est aussi caractérisée par l’assouplissement du programme de la formation. Cela signifie une diminution de 50 % des cours concernant le domaine disciplinaire et une augmentation des cours consacrés à la didactique générale, notamment au conseil pédagogique (counseller). On trouve ainsi des cours obligatoires tels que la communication en langue vivante et les nouvelles technologies.

16L’autre spécificité de la réforme consiste dans la valorisation des performances et des goûts personnels, valorisation qui contribue à diversifier les personnalités des enseignants et qui, jusqu’à aujourd’hui, ne figurait pas dans les critères de recrutement. Jusqu’alors, les enseignants étaient considérés essentiellement comme des didacticiens. Depuis, ils sont définis comme des êtres doués de la nécessaire compréhension du monde, de la nation, de l’humain, bref comme possédant une vision plus ouverte à d’autres mondes que l’école. En plus de la compétence de base indispensable, on attend des enseignants une capacité à apporter son soutien aux élèves en liaison avec le monde extérieur à l’école.

Trois questions en guise de conclusion

17La première question porte sur la diversification des performances des enseignants par l’assouplissement du programme de formation. Il faudra trouver une solution pendant la formation initiale et continue. On pourrait envisager des va-et-vient entre l’école de formation des maîtres et des universités ordinaires. En effet, on ne peut prétendre rendre un enseignant performant – y compris dans son ouverture personnelle – uniquement par le biais d’un cursus de formation, trop limité en lui-même.

18La deuxième question porte sur l’augmentation des unités de valeurs concernant les théories générales de la didactique. Elle rend difficile l’ouverture de la formation des enseignants à des universités privées. Une nouvelle fois, ceci entre en contradiction avec la diversification des institutions de formation et, au contraire, cela risque de créer un contrôle de monopole sur l’école de formation des maîtres.

19La troisième question concerne les stages des futurs enseignants du collège. La réforme de 1997 exige qu’ils soient prolongés de deux semaines, passant ainsi à quatre semaines. Ceux-ci se déroulant au mois de juin, période de recrutement dans les entreprises privées, cette prolongation va gêner les établissements dans l’organisation de leur travail académique. On risque ainsi de voir diminuer le nombre de candidats au concours.

Haut de page

Bibliographie

Ishizaka KAZUO, L’éducation scolaire au Japon, International Society for Educational Information, Inc. (n.d).

Le Japon d’aujourd’hui, International Society for Educational Information, Inc. 1989.

Annie VERCOUTTER, À l’école au Japon, Presses Universitaires de France, 1997.

Haut de page

Notes

1 100 yens = 4, 837 francs (au cours du 18 décembre 1998) soit environ 0, 732 euros.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Nombre d'élèves, d'enseignants, d'établissements à plein temps au Japon en 1987 et en 1996
Légende Pourcentage des enseignants féminins *.
Crédits Source : Monbusho (1996).
URL http://ries.revues.org/docannexe/image/2845/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 2. Salaire moyen de départ des enseignants d'établissements nationaux selon les niveaux d'enseignement et les titres universitaires (1987/Yens)
Légende * secondaire supérieur.
Crédits Source : Ishizaka (1988) et Kyouikudetarando (1997).
URL http://ries.revues.org/docannexe/image/2845/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daisuke Sonoyama, « Éducation et problèmes de société », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 20 | 1998, 129-134.

Référence électronique

Daisuke Sonoyama, « Éducation et problèmes de société », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 20 | décembre 1998, mis en ligne le 17 avril 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://ries.revues.org/2845 ; DOI : 10.4000/ries.2845

Haut de page

Auteur

Daisuke Sonoyama

Professeur, Université Kyushu, Japon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page