Navigation – Plan du site
Dossier

Une méthode interactive

Lʼapprentissage du français au Japon
Hajime Sawada
p. 101-108

Résumé

Lʼemploi des nouvelles technologies est aujourdʼhui incontournable, notamment dans lʼenseignement des langues. La New Collaborative Approach est une méthodologie mise en place à lʼuniversité nationale dʼHiroshima pour lʼenseignement de la langue française. Riche en créativité et en interactivités, la classe peut ainsi être adaptée au niveau de chaque étudiant.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sans compter des écoles des langues privées qui investissent dans des équipements multimédias et do (...)
  • 2 Pour plus de détails en ce qui concerne lʼétat présent de la pratique de CALL au Japon, voir notre (...)

1À lʼheure où plus dʼune cinquantaine dʼuniversités, quʼelles soient nationales ou privées, utilisent des salles multimédias pour lʼenseignement des langues étrangères1, la question nʼest plus de savoir si on doit introduire lʼordinateur dans la classe de langues, mais de chercher à améliorer la pratique pédagogique de CALL (Computer Assisted Language Learning). Ceci est un constat que tout enseignant des langues étrangères au Japon se doit de prendre en compte2. Et les professeurs de français, en particulier, ne peuvent ignorer que, chaque année, des dizaines de milliers dʼétudiants apprennent lʼanglais avec lʼaide dʼordinateurs.

2Pour mieux utiliser les nouvelles technologies et améliorer lʼenseignement du français, nous avons adopté, depuis lʼouverture dʼun laboratoire de langues multimédias dans notre faculté, la méthodologie New Collaborative Approach. Avant de présenter en détail ce sujet, nous voudrions évoquer certaines raisons pour lesquelles CALL doit être nécessairement exploité dans un établissement ayant en vue la formation des citoyens du XXIe siècle. Ces raisons sont dʼordre social et pédagogique.

Plurilinguisme et savoir dans la société de lʼinformation

3Les industries dans le domaine des nouvelles technologies de lʼinformation et de la communication sont en plein essor dans beaucoup de pays du monde. On constate un peu partout une sorte de boom du multimédia et de lʼInternet. Les enjeux de ce développement ne sont pas seulement économiques. Selon certains commentateurs, la vulgarisation au niveau grand public de ces nouvelles technologies annonce lʼavènement dʼune société électronique informatisée et ouvre les perspectives dʼune révolution cognitive aussi importante que la découverte de lʼimprimerie par Gutenberg.

4Aujourdʼhui, la langue commune sur Internet est lʼanglais, domination linguistique que lʼon peut considérer comme naturelle dans un premier temps, Internet étant un produit de la culture américaine. Mais notre tâche est dʼétablir le plurilinguisme sur ce formidable réseau de lʼinformation et de la communication. Pour que le plurilinguisme nécessaire règne, il faut que le français soit reconnu en tant que langue internationale sur le réseau des réseaux. Cela ne signifie ni que lʼon doive ni que lʼon puisse négliger les autres langues. En dehors de lʼanglais et loin derrière lui, le français reste la seule langue de communication à lʼéchelle mondiale. La France est un des rares pays avancés qui soit conscient de la nécessité de préserver avec volonté les langues et les cultures existant de par le monde. Si le français, langue du pays promoteur du plurilinguisme, ne devenait pas une deuxième langue commune sur Internet, nous ne pourrions jamais espérer la diversification de lʼinformation et de la communication dans lʼère de la culture technologique informatisée.

5La familiarisation aux nouvelles technologies et lʼacquisition des langues étrangères sont donc indispensables aux jeunes du XXIe siècle. Les professeurs de langues peuvent contribuer à la formation de la jeunesse, quand ils sont conscients que le multimédia nʼest pas seulement un nouveau gadget audiovisuel, mais un système qui intègre les divers moyens de transmission de lʼinformation et les divers supports dʼexpression. Ils peuvent assumer leur rôle par leurs pratiques de CALL. Et les professeurs de français, en encourageant les apprenants à conduire des activités créatrices en milieu multimédia, mettent du même coup en valeur lʼusage du français dans la construction de nouvelles cultures.

6Ainsi, nous devons résolument prendre le parti dʼutiliser lʼordinateur pour lʼenseignement/apprentissage du français à lʼère de la culture technologique informatisée. Cʼest dans cette perspective que nous avons poursuivi lʼétude des possibilités actuelles de lʼenseignement multimédia du français et que nous avons introduit au sein de notre enseignement des activités multiples qui sʼappuient sur les apports de lʼordinateur.

New collaborative approach au service du FLE

  • 3 Au début de leur première année universitaire, les étudiants reçoivent automatiquement une adresse (...)

7Notre faculté sʼest dotée en 1993 dʼune salle multimédia, spécialement conçue pour lʼenseignement des langues étrangères. Son système intègre les fonctions du laboratoire de langues et les fonctions dʼun réseau de communication câblé connecté sur Internet. Nous disposons aussi depuis 1997 dʼun centre de ressources multimédias pour lʼapprentissage des langues étrangères. Outre un libre accès à Internet, les étudiants peuvent consulter différents didacticiels et produire eux-mêmes des documents multimédias3.

8Pour illustrer lʼintégration de lʼordinateur dans notre classe de français, nous présenterons dʼabord notre approche pédagogique et donnerons ensuite quelques applications.

Approche complexe

9Nous intervenons dans une classe commune de français qui se tient quatre fois par semaine, pendant deux ans. Dès le début de CALL dans notre établissement, nous avons adopté comme méthode principale une méthode audiovisuelle pour cette classe. Cette méthode, grâce à la qualité du film feuilleton, suscite spontanément un intérêt très vif et une motivation forte chez les débutants complets, ce qui est difficilement réalisable même avec les manuels plus récents et plus novateurs. Elle présente, en outre, une abondance dʼéléments à apprendre sur les plans référentiel, culturel et linguistique. Mais nous nʼavançons pas notre programme en suivant mot à mot le guide pédagogique. Nous ne traitons pas toutes les questions consignées dans le cahier dʼexercices. Nous donnons aux étudiants des manuels auxiliaires, des polycopiés ou des fiches par réseau concernant la grammaire, la prononciation, le vocabulaire ou la lecture. La méthode nous sert à la fois de fil conducteur pour lʼensemble des éléments didactiques et de déclencheur, selon des modalités diverses, en vue dʼune exploitation supplémentaire ou approfondie.

10Différentes méthodologies alternent au cours dʼune leçon selon ce que nous voulons enseigner ou animer. Un découpage des activités pédagogiques distinguerait différents moments : méthode grammaire-traduction, méthode directe, méthode audio-orale, approche notionnelle-fonctionnelle ou approche communicative. La grammaire, la lecture, lʼécriture, la conversation ou lʼécoute, rien nʼest négligé dans la classe et chaque aspect est plus abondamment exploité selon les cours ou les périodes donnés.

  • 4 Christian Puren, « Éclectisme et complexité », Cahiers pédagogiques. « Le FLE, une langue vivante »(...)

11Notre méthodologie peut relever de lʼéclectisme. Dans cette pratique pédagogique où lʼon conjugue des efforts pour construire une classe adaptée aux apprenants selon la situation dʼune année donnée, lʼoutil indispensable pour nous est lʼordinateur. Christian Puren prône une « didactique complexe » qui, dans le processus dʼenseignement/apprentissage dʼune langue/culture, permet aux enseignants de « construire eux-mêmes et pour eux-mêmes (et pour les apprenants...) de multiples cohérences partielles, provisoires et locales et de les articuler les unes aux autres »4. Nous considérons que CALL permet de concrétiser de la manière la plus riche cette approche complexe dans les séquences pédagogiques.

12Le système multimédia assisté par ordinateur peut assurer séparément les fonctions offertes par une salle audiovisuelle, une salle dʼordinateurs et un laboratoire de langues. Mais le multimédia nʼest pas une simple addition de médias. En intégrant les fonctions de ces trois modalités dʼapprentissage, le laboratoire de langues multimédias permet aussi, en une même heure, de passer librement dʼun type dʼactivité à lʼautre selon le contenu de la leçon. De plus, il rend possible la gestion simultanée de différents types dʼapprentissage ; au cours dʼune même période, les étudiants peuvent choisir leur activité selon leurs besoins. Il permet de mettre en place un enseignement plus interactif jusquʼalors difficilement réalisable.

13CALL est donc à même de réaliser :

  • une classe adaptée au niveau de connaissances de chaque apprenant ;

  • une classe pour dispenser un entraînement efficace à lʼensemble des apprenants ;

  • une classe riche en interactivités ;

  • une classe ouverte à la créativité.

14Ce constat nous conduit à penser quʼune des méthodologies les plus prometteuses pour lʼavenir du FLE est lʼenseignement/apprentissage dʼune langue en collaboration entre enseignant, apprenant et ordinateur. Un travail dʼéquipe qui associe professeurs français et professeurs japonais, conjugué à des travaux de groupes en vue de la production de réalisations collectives par les étudiants assistés par un réseau dʼordinateurs et des programmes susceptibles de répondre en temps utile aux besoins linguistiques de chacun, voilà ce que nous entendons par New Collaborative Approach.

15Cette approche a pour base lʼidée de la centration sur lʼapprenant. Celle-ci existait déjà dans les méthodologies quʼon élaborait dans les années soixante-dix. Mais elle prend une nouvelle signification dans le contexte actuel de transformation de la société et de changement de la pensée pédagogique. Les apprenants étudient une langue étrangère dans un environnement multimédia et y cherchent des informations en utilisant cette langue pour arriver à rendre public le résultat de leurs activités et à communiquer avec les autres. Ceci sʼaccompagne dʼinteractions plus ou moins importantes entre les apprenants à chaque étape. La classe de langues est ainsi appelée, elle aussi, à faire partie dʼun espace ouvert sur le monde.

16À lʼuniversité nationale de Hiroshima, nous avons essayé de construire ce système de lʼenseignement/apprentissage dʼune langue/culture pour une classe de français. Les quatre cours par semaine sont pris en charge par quatre professeurs, deux Français et deux Japonais. Dans notre équipe, un professeur japonais et un professeur français utilisent le laboratoire de langues multimédias. Mais, si elle reste cantonnée à lʼintérieur de la salle de classe, lʼutilisation de lʼordinateur est problématique et ne satisfait pas pleinement aux besoins des apprenants. Cʼest pourquoi nous donnons des suggestions et des propositions pour les activités autonomes quʼils peuvent accomplir au centre de ressources multimédias pour lʼapprentissage des langues étrangères. Ces suggestions et propositions sont conçues en sorte quʼils puissent faire le travail sous forme de découverte, recherche, expression ou création. À part le libre choix laissé aux étudiants, nous leur donnons intentionnellement des tâches telles que la réalisation dʼenregistrements de dialogues écrits par eux-mêmes ou la fabrication autonome de programmes pour la lecture de textes en français. Car nous pensons que les apprenants ne doivent pas rester de simples récepteurs, mais quʼils doivent devenir créateurs de produits multimédias. Cʼest à lʼécole quʼils doivent acquérir cette aptitude. Cependant, les exemples de notre application pédagogique de CALL comportent des activités qui reposent sur des méthodes traditionnelles. Instruire et entraîner restent nécessaires dans certaines séquences pédagogiques.

Applications pédagogiques de CALL5

Une classe adaptée au niveau de connaissances de chaque apprenant

17Pour familiariser les étudiants avec lʼemploi des logiciels éducatifs dont les modes dʼexercices ne sont pas aussi faciles à comprendre quʼon le supposerait, nous utilisons dans la classe, au début du premier semestre, des cédéroms pour lʼapprentissage du vocabulaire, qui intègrent des graphismes, des textes et du son.

18Les étudiants apprennent le vocabulaire, à leur rythme, à travers divers types dʼexercices. De notre côté, avec des fonctions traditionnelles du laboratoire de langues, nous dialoguons individuellement avec eux et corrigeons leur prononciation. Au terme de cette période dʼinitiation, les étudiants peuvent choisir des didacticiels au centre de ressources multimédias.

Une classe pour dispenser un entraînement efficace à lʼensemble des apprenants

19Une bonne exploitation de la méthode utilisée suppose lʼajout dʼexercices qui gagnent souvent à être conçus sur ordinateur. Nous avons fabriqué ainsi plusieurs didacticiels, dont la terminologie « Nom des pays dʼEurope ». Celle-ci est constituée dʼune dizaine de cartes. Les étudiants peuvent apprendre, à travers divers types dʼexercices, lʼendroit géographique, lʼorthographe, la prononciation des pays dʼEurope.

20Le but de ces petits programmes est de faire apprendre dʼune manière intensive le vocabulaire relevant de thèmes précis pour quʼils puissent le réutiliser effectivement dans les jeux de rôles ou dʼautres activités de la classe.

Une classe riche en interactivité

21Au cours du premier mois du semestre, nous demandons aux étudiants dʼenvoyer leur fichier de présentation vers le serveur. Nous mettons le texte original dʼun étudiant sur la partie gauche de lʼécran et le double de ce texte sur la partie droite pour transmettre lʼimage sur tous les terminaux. Les passages qui contiennent des fautes sont soulignés, tandis que nous commentons tout en corrigeant le double du texte. Les étudiants observent ce déroulement sur leur écran et répondent à des questions concernant ces passages.

22Au deuxième mois du semestre, nous leur donnons comme tâche de travailler en groupe, pour écrire la suite dʼun scénario très court. Après un travail de compréhension orale et écrite des scénarios achevés par les groupes, ceux-ci doivent, à la fin du semestre, jouer leur sketch devant la classe et sous lʼœil du caméscope. Lʼobjectif principal de ces démarches est de familiariser les étudiants avec le travail en commun ainsi que de développer leur capacité dʼexpression.

Une classe créative

23Au cours de leur deuxième année dʼétudes, nous demandons que les étudiants utilisent Internet pour créer des documents interactifs. Nous leur demandons dʼaccomplir une tâche telle que la présentation dʼun projet de voyage dans une province en France à lʼaide des équipements du laboratoire de langues multimédias.

24Nous avons aussi, en dehors des cours de français normaux, plusieurs travaux pratiques. Dans cette classe, le travail individuel va de pair avec le travail collectif.

25Lʼapprentissage individuel passe par lʼutilisation dʼun cédérom. Outre lʼintérêt des histoires interactives, ce logiciel de lecture offre aux lecteurs des séries dʼexercices qui permettent la prise de conscience systématique de différents aspects du fonctionnement de la langue française.

26Lʼapprentissage collectif consiste à créer en groupe un conte en français. Depuis que nous avons lancé cette expérience en 1995, nous avons pu observer que la création du conte en milieu multimédia et en groupe a toujours ouvert un espace de communication très active entre les apprenants. Ceux-ci acquièrent des compétences en lecture et en expression à travers la discussion et le travail en commun que nécessite la mise en forme dʼun conte original.

27Les exemples donnés ci-dessus ne présentent que quelques aspects des activités conduites dans notre cours. Si nous ne mentionnons pas les activités quʼon peut animer en utilisant le courrier électronique à partir des éléments très riches qui se trouvent dans la méthode utilisée, cʼest quʼun de nos collègues français se charge de ce travail. Il anime par ailleurs un cours intitulé Travaux pratiques de conversation en français pour le niveau avancé qui propose une exploitation plus systématique des ressources offertes par Internet. Nous accomplissons chacun nos tâches qui se complètent dans lʼensemble des programmes dʼétudes.

*
**

28Dans notre approche pédagogique, lʼordinateur est un outil indispensable. Mais bien quʼil ouvre des possibilités toujours nouvelles et riches, CALL nʼest quʼune partie de lʼensemble de lʼenseignement/apprentissage dʼune langue étrangère. Le professeur ne peut être remplacé par lʼordinateur. Son rôle varie indéfiniment selon les données de la situation de classe : niveau et objectif du cours, manuel et logiciel adoptés, distribution du temps entre les différentes fonctions, nature des activités incitées... Sʼil veut contrôler dʼune manière consciente lʼéventail des ressources offertes à lui, lʼenseignant doit avoir sa propre conception pédagogique qui lʼaide dans la construction du programme dʼétudes le mieux adapté aux apprenants.

29Les professeurs de langues sont aussi obligés de repenser profondément la place de lʼenseignement et de lʼHomme dans la société de lʼinformation. Au plus fort de la révolution apportée par le développement des nouvelles technologies, nous vivons une époque décisive de la réforme du savoir et nous avons des efforts à faire pour former des jeunes capables de communiquer en diverses langues et de collaborer dans des activités libres et créatrices. Une telle démarche peut contribuer, dʼune façon certaine, à changer la société et à consolider la paix dans le monde.

30À lʼâge de la culture technologique informatisée, ce nʼest pas par lʼuniformisation des valeurs sociales issues de la culture américaine que lʼon pourra construire un monde meilleur. Nous admettons volontiers que lʼanglais est une langue commune sur le cyberespace. Mais nous pensons que dʼautres langues doivent y être présentes dʼune manière bien visible. Nous devons plus et mieux utiliser lʼordinateur dans le cadre de lʼenseignement dʼune deuxième langue étrangère.

31En guise dʼultime conclusion, nous voudrions finir notre article en formulant un souhait vers la France. Nous aimerions que tous ceux qui sont concernés par la diffusion de la langue et de la culture françaises fassent tout leur possible pour rendre la France de demain plus rayonnante que jamais. Et cela dans le cyberespace également. Nous désirerions voir la France devenir un grand centre dʼémission dʼinformations sur Internet. Elle doit encourager la création de sites riches en informations de toutes sortes, sous forme non seulement de textes et de graphiques, mais aussi de programmes radio et dʼémissions télévisées gratuites, comme on en voit tant sur les réseaux américains. Car, désormais, on ne saurait motiver longtemps les gens à étudier une langue si celle-ci ne diffuse pas constamment des informations originales et stimulantes.

Haut de page

Notes

1 Sans compter des écoles des langues privées qui investissent dans des équipements multimédias et dont certaines vont jusquʼà produire des cédéroms éducatifs.

2 Pour plus de détails en ce qui concerne lʼétat présent de la pratique de CALL au Japon, voir notre article : « Multimédia et évolution de lʼenseignement des langues étrangères au Japon », in The Dong-eui International Journal 2, Institute of Foreign Language Research and Education, Dong-eui University, Corée, 1996, p. 121-143.

3 Au début de leur première année universitaire, les étudiants reçoivent automatiquement une adresse électronique et un mot de passe. Tant quʼils utilisent lʼordinateur à lʼintérieur de lʼuniversité, ils peuvent bénéficier gratuitement des services dʼInternet et du courriel.

4 Christian Puren, « Éclectisme et complexité », Cahiers pédagogiques. « Le FLE, une langue vivante », n° 360, 1998, p. 15.

5 Pour le détail de certaines pratiques, se reporter à lʼarticle cité plus haut ainsi quʼà notre article : « Multimédia et ordinateurs : les perspectives dans lʼenseignement futur du français », Dialogues et cultures 41, Actes du IXe Congrès mondial de la Fédération internationale des professeurs de français, 1997, p. 462-468.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hajime Sawada, « Une méthode interactive », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 18 | 1998, 101-108.

Référence électronique

Hajime Sawada, « Une méthode interactive », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 18 | juin 1998, mis en ligne le 19 avril 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://ries.revues.org/2931 ; DOI : 10.4000/ries.2931

Haut de page

Auteur

Hajime Sawada

Maître de conférences, section de français, université nationale dʼHiroshima, Japon

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page