Navigation – Plan du site
Dossier

Introduction

Odile Luginbühl et Dario Pellegrini
p. 23-24

Texte intégral

1L’école en milieu rural fait l’objet, dans de nombreux pays, de débats d’autant plus passionnés qu’ils sont associés à des enjeux économiques et sociaux. Moins fréquemment évoquée que celle du secteur scolaire urbain, et cependant tout aussi liée aux transformations du monde contemporain, l’adaptation de l’école rurale ne se réalise certes pas sans heurts ni polémiques – il n’est que de penser au difficile problème de la fermeture d’établissements. Mais la confrontation aux évolutions actuelles génère également, dans ce contexte particulier, une recherche des conditions indispensables au maintien d’un secteur éducatif qui implique à la fois une réflexion sur son fonctionnement spécifique et sur son rôle dans le milieu environnant. Ces deux thèmes, qui sont au cœur des problématiques concernant l’école en milieu rural quel que soit le pays observé, constituent les axes principaux du dossier que nous ouvrons ici.

2Le monde rural change et, avec lui, le secteur scolaire qui y est implanté. Cette évolution est encore souvent traduite uniquement en termes de désertification des campagnes, en raison de la baisse considérable du pourcentage de la population agricole par rapport à la population active qui s’est produite depuis une quarantaine d’années. Or ce phénomène est contrebalancé, dans certaines régions, par l’émergence d’une nouvelle population associée à d’autres activités économiques : le « rural » ne peut plus être assimilé à l’« agricole ». L’article de Jean-Claude Bontron analyse, pour les pays de l’OCDE, cette récente mutation économique et sociale.

3Ce double mouvement démographique conduit à des situations contrastées de zones en déclin et de zones en expansion et, par là même, à la diversité des politiques scolaires qui peuvent y être menées. La pluralité des contextes nationaux présentés dans ce dossier tend à illustrer ces différentes facettes, soit par une présentation globale, comme le fait Jean Ferrier pour la France, soit à travers une approche spécifique – pédagogique, structurelle ou relative au développement local.

4L’exigence qui sous-tend la problématique de la scolarisation en milieu rural, consistant à assurer à ces élèves des conditions de réussite égales à ceux des villes tout en veillant à ce que les coûts en soient supportables par la collectivité, est particulièrement éclairée par l’article de Peter Campbell avec l’exemple des îles Shetland. Parmi les réponses apportées pour atteindre cet objectif, on trouve la mise en œuvre de solutions adaptées, telles que la mise en réseau et l’utilisation, souvent novatrice, des nouvelles technologies de communication, dont les témoignages de Arve Åheim en Norvège et de Bernard Collot en France fournissent des exemples. Le regroupement pédagogique, également cité, est plus particulièrement analysé dans l’article de Marina Bertiglia et de Novarino Panaro pour l’Italie. Parfois, l’équilibre à trouver entre la relation de proximité et la demande de qualité est encore complexifié, comme le montre l’article de Florent Bilodeau sur la Saskatchewan, lorsqu’il se double de la revendication d’une identité communautaire à travers la défense d’une langue minoritaire.

5En outre, le débat sur l’école rurale est traversé par les enjeux actuels et les effets de la décentralisation qui mettent l’accent sur le degré de responsabilisation et d’initiative des partenaires locaux de l’école. Cet aspect est examiné à travers des cas de figure très contrastés, mais qui manifestent néanmoins certaines parentés : en France, l’exemple du haut pays niçois (Raphaël Cornillon, Jean-Paul Bocci, Michel Gourdet) et, en Russie, avec la part confiée aux régions en matière d’éducation par la réforme récente (Martine Faure). Le projet exposé par Rui Canário pour le Portugal va plus loin encore dans cette direction, en montrant comment le glissement d’une analyse, portant initialement sur les écoles isolées mais étendue à la notion plus large de communautés isolées, révèle la véritable dimension du problème.

6Enfin, une synthèse des thèmes majeurs traités dans ce dossier et rencontrés dans les pays de l’OCDE est présentée par Richard Yelland, faisant apparaître des similitudes, parfois inattendues, mais chargées de significations que le lecteur pourra interpréter à la lumière des engagements exprimés dans chacun des articles.

7On constate en effet, malgré la diversité des contextes politiques, l’hétérogénéité des situations économiques et sociales, les différences d’échelle géographique, que des constantes se manifestent dans les préoccupations des enseignants et partenaires de l’école, de même que dans les solutions proposées par les responsables des systèmes éducatifs. Outre les éléments factuels communs à tous les établissements scolaires situés en milieu rural – l’isolement, le volume réduit des effectifs –, on inclinera à penser, à la lecture des contributions de ce dossier, toujours soucieuses de la dimension qualitative de la problématique, que les convergences rencontrées expriment les enjeux symboliques d’une école vivante et porteuse d’avenir dont le rôle social demeure essentiel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Odile Luginbühl et Dario Pellegrini, « Introduction », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 10 | 1996, 23-24.

Référence électronique

Odile Luginbühl et Dario Pellegrini, « Introduction », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 10 | 1996, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://ries.revues.org/3381

Haut de page

Auteurs

Odile Luginbühl

Chargée d’études, responsable du service des publications, CIEP, France.

Articles du même auteur

Dario Pellegrini

Inspecteur de l’Éducation nationale, Saint-Rémy-de Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page