Navigation – Plan du site
Dossier

L’inspection des établissements en Angleterre

John Singh
p. 83-95

Résumé

Des lois récentes ont profondément modifié le système éducatif anglais et redéfini le cadre de l’inspection. L’inspection des établissements est confiée à des équipes d’inspecteurs indépendants associant des experts en éducation et des professionnels venant d’autres secteurs. L’auteur présente les modalités d’organisation d’une inspection d’établissement ainsi que les critères utilisés pour l’évaluation.

Haut de page

Texte intégral

1L’inspection nationale de l’éducation en Angleterre doit être envisagée dans le cadre des politiques éducatives introduites par les Education Acts de 1988 et 1992. Avant l’Education (Schools) Act of Parliament de 1992, l’inspection était uniquement assurée par les Inspecteurs de Sa Majesté (HMI) au niveau national. Leur mission, qui avait été définie dès 1839, était la suivante :

  • fixer des critères d’évaluation, définir des orientations pédagogiques et aviser le ministre de la performance du système au niveau national ;

  • savoir reconnaître des pratiques pédagogiques performantes et des progrès prometteurs et contribuer à leur diffusion, ou au contraire attirer l’attention sur certaines faiblesses du système ;

  • prodiguer conseils et assistance aux chefs d’établissement et aux enseignants, au moyen de contacts quotidiens et d’une participation à la formation et aux publications pédagogiques.

2Les inspecteurs exerçaient ces fonctions en se basant sur les témoignages recueillis principalement au cours d’inspections d’établissements d’enseignement primaire, secondaire et supérieur, à l’exception des universités où les enseignants en formation étaient inspectés à leur seule demande. Les bureaux régionaux des HMI fournissaient des renseignements sur leur région ou d’autres types de renseignements. Ils exerçaient leurs fonctions au sein d’un grand nombre d’organismes pédagogiques publics ou privés impliqués de près ou de loin dans l’évolution du système éducatif. S’il est vrai que les fonctions des inspecteurs énoncés ci-dessus sont encore d’actualité, la façon de les accomplir s’est considérablement modifiée du fait de l’application des nouvelles lois.

L’Education Reform Act de 1988 et l’Education (Schools) Act of Parliament de 1992

3La réforme de 1988 (Education Reform Act), qui constitue la législation sur l’enseignement la plus importante que l’Angleterre ait votée depuis 1944, a instauré des changements légaux qui affectent le National Curriculum et le contrôle des connaissances, les types d’établissements scolaires existants, l’inscription des élèves et des étudiants et l’administration des établissements.

4La loi votée en 1992 (Education (Schools) Act) a mis l’accent sur l’obligation de rendre des comptes. La législation ainsi instaurée exige que tous établissements financés par l’État fassent l’objet d’inspections spécifiques au moins tous les quatre ans et que chacun d’entre eux rende publics ses résultats aux examens. Ces mesures législatives sont destinées à atteindre les objectifs annoncés dans la politique gouvernementale : élever le niveau dans tous les domaines, élargir les possibilités de choix des parents, obtenir le meilleur rendement des ressources investies dans le système éducatif, offrir plus d’autonomie, accroître la responsabilisation, offrir aux parents et aux élèves une diversité de types d’établissements.

5En termes plus généraux, ces politiques gouvernementales ont pour objectif d’accroître la responsabilité ainsi que les possibilités des établissements scolaires, des partenaires éducatifs et des parents, tout en préservant le niveau voulu et la cohérence du système au moyen de procédures centralisées visant au contrôle et au maintien de la qualité dans lesquelles s’inscrit l’inspection systématique des établissements.

Les modalités d’inspection

La structure

  • 1 L’équivalent du doyen de l’inspection générale.

6Avec la loi de 1992, une nouvelle instance, le Bureau Her Majesty’s Chief Inspectors1 (HMCI), connu sous le nom d’OFSTED (Office for Standards in Education) a été mise en place au sein du gouvernement afin de veiller à ce que les établissements soient bien inspectés avec la fréquence voulue. Cette structure comprend une équipe spécialisée dans l’inspection proprement dite, constituée actuellement d’environ deux cent vingt inspecteurs de Sa Majesté, ainsi qu’une équipe administrative d’un effectif quasi similaire.

7Les principales fonctions de l’OFSTED ayant des répercussions sur la vie des écoles sont les suivantes :

  • le recrutement des private inspectors parmi trois catégories : les inspecteurs agréés (chefs d’équipe), les membres d’équipes, les inspecteurs consultants ;

  • la formation et l’évaluation des inspecteurs indépendants, le contrôle et le bilan de leur travail ;

  • la réception des appels d’offres et l’octroi des contrats pour les inspections.

8Le gouvernement espère que les établissements seront inspectés tous les quatre ans. En pratique, cela signifie que six mille établissements environ seront inspectés chaque année, mille pour l’enseignement secondaire et cinq mille pour l’enseignement primaire. Jusqu’à présent, plus de sept mille private inspectors ont été formés pour entreprendre ce travail d’inspection.

Les private inspectors

9Sous cette nouvelle dénomination, sont regroupées trois catégories d’inspecteurs :

  • les inspecteurs agréés qui sont censés avoir reçu un niveau d’instruction élevé et avoir de l’expérience en matière d’enseignement et de direction, mais pas nécessairement d’inspection ; ils sont responsables des inspections et des rapports publiés à l’issue de ces dernières ;

  • les membres d’équipe qui sont des personnes désireuses de participer au nouveau système d’inspection, mais pas en tant que chefs d’équipe ; ils ont normalement une spécialisation dans une discipline particulière du programme, ou dans d’autres aspects du travail et de l’organisation scolaires ; la plupart des membres d’équipe sont susceptibles d’avoir déjà enseigné ou même inspecté, mais certains peuvent être des experts en finances ou en gestion qui n’ont jamais été directement impliqués dans le système éducatif ;

  • les inspecteurs consultants qui ne sont pas censés avoir joué un quelconque rôle professionnel dans le domaine éducatif et qui proviennent de catégories socio-professionnelles très diverses ; ainsi, ils peuvent tout aussi bien travailler dans l’industrie ou le commerce qu’exercer des professions libérales ; l’objectif de ces inspecteurs est d’avoir sur un établissement un simple regard de bon sens, dans la perspective de quelqu’un qui n’a jamais été professionnellement impliqué dans le système éducatif.

La formation et le contrôle

10Lorsque ce nouveau système a été instauré, la formation des inspecteurs se faisait en deux étapes : la première comprenait cinq jours de cours, à l’issue desquels les participants pouvaient devenir membres d’équipe ; la seconde étape exigeait la participation à l’inspection d’un établissement primaire, secondaire ou spécialisé aux côtés d’une équipe dirigée par des HMI pour devenir inspecteurs agréés. Les inspecteurs consultants étaient, quant à eux, formés durant cinq jours de cours spécifiques.

11La formation et le contrôle des inspecteurs mettent l’accent sur cinq compétences : le planning, la direction, la connaissance et le discernement professionnels, la communication orale et la communication écrite. Certains changements sont en cours en ce qui concerne la formation de tous les inspecteurs, afin d’encourager la participation d’un plus grande nombre de postulants. Cependant, les résultats de la formation sont censés rester les mêmes. Le contrôle des inspecteurs agréés par les HMI a pour objectif d’évaluer le niveau des inspections et des rapports d’inspection ; ceci permet de rassembler des informations sur l’efficacité du travail mené par les inspecteurs agréés. Ce contrôle comprend quatre éléments essentiels : la vérification des rapports et des comptes rendus d’inspection, l’examen minutieux des rapports et comptes rendus à la lumière des témoignages sur lesquels ils se fondent, des visites de contrôle occasionnelles des HMI pour observer les inspecteurs agréés au travail, la visite d’un HMI auprès d’un inspecteur, à la suite de laquelle le Chief Inspector (HMCI) décide de la reconduction de son agrément. Cette reconduction doit avoir lieu tous les trois ans.

Les références de l’inspection

12La formation des inspecteurs et l’inspection des établissements s’inscrivent dans un cadre établi par l’OFSTED, destiné à garantir la cohérence, la comparabilité et le haut niveau des inspections. Ce cadre est très précis car les établissements scolaires sont des institutions complexes et le Chief Inspector (HMCI) doit s’assurer que les inspecteurs examinent attentivement tous les aspects qui contribuent à leur succès ou à leur échec. Il doit aussi veiller à ce que le même type de renseignements soit collecté dans chaque école et que les mêmes critères d’évaluation soient utilisés pour porter des jugements.

13Le but de l’inspection est d’identifier les points forts et les points faibles de chacun d’entre eux afin de leur permettre d’améliorer la qualité de leur enseignement et d’accroître le niveau de leurs élèves en veillant particulièrement aux variations de résultats et à la cause de ces variations.

14Le rôle de l’inspection est énoncé dans la loi de 1992, et constitue la définition légale de l’inspection menée par les inspecteurs agréés qui ont pour objet de contrôler la qualité de l’enseignement dispensé dans les établissements, le niveau d’enseignement obtenu, les ressources financières mises à leur disposition et l’efficacité de leur gestion, le développement spirituel, moral, social et culturel des élèves.

15Les contrats pour l’inspection des établissements sont attribués par l’OFSTED en fonction du coût et des demandes spécifiques des écoles. Les contractants privés qui regroupent les équipes d’inspection des Local Education Authorities, des compagnies privées ou des inspecteurs agréés sont invités à soumissionner pour un établissement en particulier ou un groupe d’établissements.

L’équipe d’inspection

16Sauf dans les circonstances exceptionnelles, une équipe d’inspection doit être composée d’un inspecteur agréé, d’un nombre suffisant de membres d’équipe pour inspecter les différentes disciplines et plus largement l’ensemble des questions décrites précédemment, et d’un inspecteur consultant. Lorsqu’un établissement comporte une dimension d’enseignement spécialisé, l’équipe d’inspection doit inclure un ou plusieurs inspecteurs capables de contrôler les dispositions spécifiques prises pour ces élèves. Le nombre de journées consacrées à une inspection est fonction de la nature de l’établissement et de sa taille. Par exemple, une école primaire de moins de cinquante et un élèves nécessite sept journées d’inspection, mais s’il y a plus de quatre cents élèves, vingt-huit jours d’inspection sont nécessaires. Un établissement d’enseignement secondaire de quatre cents élèves ou moins nécessite trente-trois jours d’inspection, tandis qu’un établissement du même type de plus de mille cinq cents élèves nécessite cinquante-sept jours d’inspection. À cela s’ajoute le temps nécessaire au planning, aux rencontres avec les parents et à la rédaction des rapports.

Éléments d’évaluation

Les indicateurs

17L’observation directe du travail des élèves et des enseignants est la source de renseignements des inspecteurs. Cependant, des indicateurs quantitatifs s’avèrent aussi utiles lorsqu’il s’agit de porter des jugements qualitatifs. Il s’agit des indicateurs de performance (résultats obtenus aux évaluations du National Curriculum et résultats obtenus aux autres examens) ; des indicateurs de coût (proportion enseignants/classe dans le primaire et le secondaire, financement annuel, coût unitaire global par élève, dépenses en manuels, matériel pédagogique et équipement par élève) ; des indicateurs socio-culturels (le profil des enseignants, leur qualification et leurs fonctions, le profil des élèves, leur sexe, leur origine ethnique, ceux pour qui l’anglais est une seconde langue, ceux qui ont droit à une aide financière spéciale du gouvernement, les élèves ayant droit à la gratuité des repas scolaires, la proportion d’élèves nécessitant une éducation spécialisée).

18Tous ces indicateurs permettent aux inspecteurs et aux établissements d’établir des comparaisons avec d’autres établissements, au niveau national et local.

Les parents

19L’inspecteur agréé responsable est dans l’obligation légale de rencontrer les parents avant que l’inspection n’ait lieu. Le but de cette rencontre est d’expliquer la nature de l’inspection et de solliciter l’avis des parents sur l’école et le contexte dans lequel elle opère. Leur opinion est d’une importance toute particulière pour l’inspection sur les points suivants : les progrès des élèves et leur niveau de travail, le rôle joué par les parents dans la vie scolaire, les informations que l’école leur fournit, l’aide et les conseils apportés aux élèves, les valeurs prônées par l’école, les devoirs à faire à la maison, le comportement des élèves et leur assiduité.

L’observation directe

20L’observation directe du travail effectué par les élèves et les enseignants dans les écoles est essentielle pour pouvoir juger de la qualité de l’enseignement. Elle se base sur un certain nombre de critères synonymes d’une pratique pédagogique de qualité, d’efficacité permettant d’obtenir de bons résultats.

Le niveau et la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage

21Dans une école de bon niveau, une grande majorité d’élèves obtient des résultats élevés dans la plupart des domaines. Les résultats obtenus dans les différentes matières ou activités varient peu.

22Lorsque l’enseignement est de qualité, les élèves acquièrent savoir et compétences de façon progressive et rapide. Les cours ont des objectifs nettement définis. Ils satisfont les besoins pédagogiques d’élèves ayant des capacités et des centres d’intérêt différents, tout en garantissant la participation de tous. Les méthodes d’enseignement sont adaptées au thème ou à la matière traités, ainsi qu’aux élèves et les objectifs fixés sont élevés mais accessibles. Un feedback régulier permet aux élèves de progresser, grâce à une notation réfléchie de l’enseignant et aux discussions qu’il mène avec ses élèves à propos de leurs travaux. Les rapports enseignants/élèves sont positifs et favorisent la motivation des élèves. Les programmes d’études et les objectifs d’acquisition du National Curriculum (National Curriculum Attainment Targets) sont pris en considération. Des travaux à faire à la maison, qui prolongent ou complètent le travail fait en cours, sont donnés régulièrement. D’ailleurs, la plupart des élèves réagissent bien au défi que représentent ces tâches, ils s’avèrent tout prêts à se concentrer sur ces dernières et à faire des progrès notables. Ils s’adaptent bien à la nécessité de devoir travailler dans des contextes différents, sélectionner les méthodes appropriées et gérer efficacement les ressources dont ils ont besoin. Ils font leur travail avec plaisir et s’impliquent dans ce dernier. Ils ont assez de confiance en eux et de vivacité pour poser des questions et persévérer dans leur travail. Ils évaluent leur travail et portent sur lui un jugement réaliste. Lorsque cela est nécessaire, les élèves s’entraident volontiers.

L’efficacité

23Une école efficacement gérée utilise au mieux toutes les ressources qui sont à sa disposition afin d’atteindre les meilleurs résultats possibles. Elle est en mesure de justifier les dépenses auxquelles elle s’est engagée. Elle inscrit systématiquement à son budget de nouveaux achats et analyse l’utilisation de ses ressources à la lumière des priorités fixées par le projet de développement de l’école. Elle analyse régulièrement le résultat de ses dépenses, en évaluant les avantages obtenus en fonction des dépenses effectuées en matière de personnel, de manuels, de matériel pédagogique et d’équipement. Si les fonds apparaissent insuffisants pour atteindre tous les objectifs d’une école, on fixe avec soin les priorités qui s’imposent.

Le comportement et la discipline

24Lorsque le comportement des élèves est satisfaisant, la plupart d’entre eux montrent qu’ils ont compris ce que l’on attend d’eux et agissent en conséquence. Ils sont prévenants, courtois et ont de bons rapports entre eux et avec les adultes. Ils assument la responsabilité de leurs actes, conformément à leur âge et à leur maturité. Ils acquièrent de l’amour-propre, de l’autodiscipline et obéissent à des règles de comportement très strictes.

L’assiduité

25On considère que les élèves sont assidus lorsque le taux de fréquentation scolaire est supérieur à la moyenne des établissements similaires et lorsqu’il y a peu d’absentéisme non justifié. L’accent est mis sur l’assiduité des élèves et toutes les conditions sont remplies pour signaler et enregistrer les présences conformément à la loi. Les élèves sont ponctuels et soucieux d’assister aux cours et les absences non autorisées sont rares. L’établissement possède un système de contrôle et des stratégies efficaces qui favorisent l’assiduité des élèves.

Le développement spirituel et moral des élèves

26Une école atteint un niveau élevé dans ce domaine si son activité repose sur des principes clairs et des valeurs qu’elle exprime à travers ses objectifs et qu’elle met visiblement en pratique. Les rapports humains sont ouverts et intègres, basés sur le respect mutuel. Le code de conduite observé et encouragé par l’établissement est basé sur les qualités personnelles de l’élève telles que l’honnêteté, le respect des autres et la connaissance morale, qui sont continuellement sollicitées par l’ensemble du curriculum, la prise en charge pastorale, la prière quotidienne et le respect d’une éthique en général.

Le développement social et culturel des élèves

27Une école obtiendra de bons résultats dans ce domaine si son curriculum et son mode de vie sociale permettent aux élèves de développer leurs centres d’intérêt et l’étendue de leurs expériences, ainsi que leur conscience sociale et culturelle. Le contenu du curriculum et les méthodes d’enseignement et d’apprentissage encouragent l’élève à réagir de façon toujours plus mûre et complexe à son vécu et aux problèmes sociaux en général. Les élèves ont des conversations emplies de confiance et de respect mutuel. Les liens avec la communauté dans son ensemble sont forts et ceci contribue au développement social et culturel des élèves.

Les modalités de l’évaluation

28Lorsque le contrôle des connaissances se fait de façon satisfaisante, le travail des élèves est évalué au moyen de critères nettement définis qui s’appliquent systématiquement à différents stades du programme. Dans les matières du National Curriculum, l’évaluation est basée sur les indices de niveau qui définissent ce qu’un élève doit connaître, comprendre et être capable de faire conformément aux instructions officielles. Les résultats des évaluations sont systématiquement enregistrés et utilisés pour favoriser l’apprentissage. Les évaluations internes sont systématiquement comparées aux évaluations menées dans le cadre du National Curriculum, à d’autre examens ou critères d’évaluation.

29Les enseignants utilisent ces résultats d’évaluation pour l’organisation de leurs cours et les dossiers scolaires reflètent de façon très représentative le niveau des élèves, tant sur un plan purement scolaire que personnel. Les élèves sont encouragés à utiliser ces évaluations comme autant d’indicateurs qui leur montrent comment améliorer leur travail. Les parents des élèves en cours de scolarité obligatoire reçoivent régulièrement et sont invités à commenter des rapports écrits qui décrivent de façon très complète et précise, dans un anglais accessible à tous, les résultats de leur enfant. Ces rapports sont établis selon les instructions.

La qualité et l’étendue du curriculum

30Un bon curriculum se doit de respecter les instructions officielles concernant les élèves au cours de la scolarité obligatoire ; il s’articule autour d’une juste répartition du temps par matières et de regroupements qui permettent aux élèves de donner le meilleur d’eux-mêmes. Il est accessible dans toutes ses composantes à tous les élèves et assure une continuité en prenant notamment en compte l’expérience antérieure des élèves. De plus, il intègre de façon cohérente les principaux thèmes transversaux (compétences et objectifs) y compris l’éducation civique et personnelle de l’élève ou sa préparation à la vie adulte. Un ensemble d’activités hors curriculum accessible à tous les élèves vient l’étendre et le compléter.

L’égalité des chances

31Lorsque l’enseignement est de qualité, tous les élèves ont accès à un programme varié équilibré qui leur permet d’atteindre un bon niveau. L’école mène une politique clairement définie et possède des systèmes de contrôle efficaces. Des indicateurs tels que les résultats d’examens ou les taux de fréquentation sont examinés avec le plus grand soin lorsqu’il s’agit d’étudier les performances de groupes minoritaires d’élèves, y compris des plus capables. Les enseignants apprécient dans quelle mesure des facteurs tels que l’origine ethnique, le sexe ou le milieu social influent sur l’apprentissage. Ils savent comment organiser leur travail et diriger leur classe en prenant en considération les besoins spécifiques des élèves, tout en maintenant élevée la barre de leurs exigences.

Les besoins pédagogiques en éducation spécialisée

32Lorsque l’enseignement est de qualité, les élèves font des progrès très importants. Les besoins des élèves en éducation spécialisée sont systématiquement évalués et l’enseignement est soigneusement adapté à ces besoins. Les ressources humaines et matérielles sont efficacement utilisées pour garantir à tous les élèves une bonne intégration dans la vie et le travail scolaires. L’attitude adoptée avec les élèves qui ont des difficultés à apprendre est positive et constructive. Les services d’aide professionnels et l’aide bénévole apportent un secours précieux et les parents sont consultés régulièrement.

La direction et la planification

33Lorsqu’un établissement est correctement géré, les élèves apprennent efficacement. Le conseil d’administration et le chef d’établissement donnent une orientation précise aux travaux scolaires. L’établissement annonce publiquement des objectifs clairs, nets et accessibles. Les priorités en matière d’amélioration sont basées sur l’évaluation et reflétées dans le mode d’organisation même de l’établissement. La formation et le développement du personnel enseignant sont étroitement liés à ses fonctions. Élèves et enseignants comprennent ce que l’on attend d’eux, ils sont fortement motivés et ambitieux. Les structures et modalités qui permettent aux élèves et au personnel enseignant de travailler efficacement sont bien établies et régulièrement contrôlées. La communication s’établit selon des axes clairement définis. La communauté scolaire est bien ordonnée, son attitude face au travail est positive et les rapports humains y sont de qualité. Les parents sont bien informés sur la vie scolaire et les progrès de leurs enfants, d’où leur confiance. La gestion financière est efficace et elle respecte les priorités fixées en matière de ressources.

L’organisation et l’administration

34Dans un établissement bien organisé, les élèves et le personnel enseignant opèrent à l’intérieur d’un cadre administratif solide mais non pesant. Les changements d’ordre pratique qui peuvent subvenir à l’intérieur de l’établissement sont clairement annoncés. On consacre un minimum de temps à des affaires pressantes mais relativement peu importantes. Les cours commencent à l’heure dite et toutes les personnes concernées sont averties d’un éventuel changement d’emploi du temps. Les informations utiles sont rassemblées et utilisées efficacement. Il existe un juste équilibre entre une certaine routine, nécessaire au travail harmonieux de l’école, et une réglementation excessive, qui serait restrictive et irritante. Les activités quotidiennes sont bien établies, ce qui permet à la communauté scolaire de se concentrer sur les principaux objectifs pédagogiques de l’école.

Le personnel enseignant

35Lorsque l’encadrement est de qualité, tous les élèves reçoivent l’enseignement de professeurs dûment qualifiés. Dans les écoles primaires, on rencontre des spécialistes qui répondent aux exigences du National Curriculum. Les enseignants ont la possibilité de réactualiser leurs compétences, et une politique de formation du personnel enseignant définit les besoins de formation de chacun dans le contexte du plan de développement de l’établissement. Les fonctions et la charge d’enseignement de chacun sont dûment réparties et constituent un facteur de motivation et de satisfactions personnelles. Le recours à une équipe de soutien permet aux enseignants de travailler de façon plus efficace. L’équipe de soutien fait preuve d’une solide connaissance du travail à effectuer, lequel s’intègre efficacement à celui des enseignants avec lesquels elle travaille. L’administration et le secrétariat scolaires apportent, eux aussi une aide précieuse.

Les ressources pédagogiques

36Dans un établissement scolaire de qualité, il existe tout un ensemble de ressources qui augmentent l’efficacité de l’enseignement et de l’apprentissage. Le matériel pédagogique est suffisamment accessible aux élèves pour leur permettre de travailler seuls. On leur apprend et on les encourage à utiliser la bibliothèque comme un centre de documentation et à lire pour leur plaisir. Le matériel approprié en matière de technologie de l’information est également disponible en cours. Le matériel fourni par l’établissement fait l’objet d’un audit. Il est souvent complété par l’utilisation judicieuse de sources extérieures telles que les musées, les bibliothèques et le milieu environnant. Les priorités en matière de dépenses sont définies avec le plus grand soin et les décisions qui sont prises sont basées sur l’évaluation des coûts et liées au plan de développement de l’établissement.

L’aménagement des locaux

37S’il est satisfaisant, il n’entrave pas l’application du curriculum ni le niveau atteint par les élèves. L’espace scolaire répond en quantité et en qualité à ses exigences. Les classes sont bien entretenues et décorées. Les responsables décident judicieusement où les différents groupes d’élèves doivent avoir cours. Les enseignants utilisent l’espace qui leur est attribué pour améliorer quantitativement et qualitativement le savoir de leurs élèves. L’emplacement géographique de l’école fournit lui aussi une source d’enseignement et d’apprentissage.

L’aide et les conseils apportés aux élèves

38Lorsque l’aide apportée est de qualité, les besoins et les progrès de chaque élève sont définis et contrôlés par un membre du personnel enseignant qui a toute la confiance de l’élève et auquel ce dernier peut s’adresser régulièrement et aisément. Les élèves sont sûrs d’eux et manifestent une ambition réaliste, fondée sur une évaluation pertinente de ce dont ils ont déjà été capables. Ils tirent profit des possibilités qui leur sont données et sont fiers de leur travail, de leur école et de la communauté dans laquelle ils vivent. Ils reçoivent des conseils judicieux, et ceci particulièrement à des périodes charnières de leur scolarité. Les professeurs ou les tuteurs contrôlent les progrès réalisés par les élèves et les commentent régulièrement avec eux ou leurs parents. Les professeurs ont des compétences adaptées à leur rôle de conseillers et Ils peuvent recourir à une aide professionnelle provenant de l’école elle-même ou de services spécialisés.

L’établissement scolaire et son environnement

39Des rapports de qualité se caractérisent par un haut niveau de satisfaction et de soutien des parents ainsi que par leur engagement dans les actions entreprises par l’établissement. On veille à ce que les nouveaux élèves se familiarisent avec l’école et ses activités quotidiennes. En cas de changement d’établissement, tous les renseignements concernant les résultats de l’élève et ses progrès sont rassemblés de façon claire et efficace ; une fois ces renseignements parvenus à l’école, ils permettent d’adapter le travail prévu avec ces élèves. Il existe des contacts positifs avec les entreprises locales, et les moyens offerts par la municipalité sont judicieusement utilisés. Toutes les informations relatives à la vie scolaire sont communiquées aux parties concernées ; on utilise au mieux la communauté locale dans l’orientation du curriculum. L’établissement est utilisé et apprécié par la communauté qu’elle sert.

Le résultat des inspections

40Au niveau local, après chaque inspection et avant la publication du rapport, l’inspecteur agréé propose de débattre des principales conclusions de l’inspection avec le conseil d’administration, le directeur de l’établissement et les professeurs principaux au cours de différentes réunions. Une fois que le rapport a été publié, le conseil d’administration doit dresser un plan définissant l’action qu’il entend mener à la lumière des conclusions issues du rapport et la période à laquelle il doit la mener. Le rapport et le plan d’action doivent être également envoyés au Chief Inspector des HMI, à la Local Education Authority, dans le cas d’établissements subventionnés, et un récapitulatif doit être transmis aux parents. Dans le rapport annuel présenté aux parents, le conseil d’administration est obligé de faire état des progrès accomplis grâce à la mise en œuvre du plan d’action.

41Au niveau national, les documents attestés par l’inspection des établissements viennent compléter la base de données exploitée par l’OFSTED, qui permet d’identifier les points forts et les faiblesses de l’enseignement, et de contrôler toute évolution nouvelle. Conjointement à d’autres documents rassemblés par les HMI et par des commissions d’enquête, ceci constitue la base de référence des publications de cet organisme. Ces dernières comprennent des rapports sur des sujets divers, sur les tendances et les aspects de l’enseignement et de l’apprentissage et sur des questions apparues dans différents domaines de l’éducation. En outre, un rapport concernant l’enseignement en Angleterre et d’autres aspects du rôle de l’OFSTED est publié et présenté annuellement au ministre de l’Éducation par le Chief Inspector des HMI.

42L’apparition d’un système d’inspection aussi détaillé et réglementé fait inévitablement naître des interrogations chez toutes les personnes concernées : les inspecteurs eux-mêmes, les enseignants et même les élèves. Dans leur ensemble, les établissements scolaires, les parents, les enseignants et tous ceux qui sont impliqués dans le monde de l’éducation ont, en général, bien accueilli la transparence du nouveau système et, plus particulièrement, la publication des directives pour l’inspection qui détaillent les dispositions prises pour l’inspection et les critères selon lesquels elle fonde ses avis. En ce qui concerne les modalités proprement dites, on se demande si elles ne devraient pas être moins bureaucratiques et prendre davantage en compte les procédures d’auto-évaluation que les établissements mettent en place. On se demande également quel type d’aide devrait être mis à leur disposition à l’issue d’une inspection, et comment, et ceci afin de s’assurer que l’inspection entraîne bien une amélioration. De plus, alors que le premier cycle d’inspection sur quatre ans est en cours de réalisation, on se demande de plus en plus si le prochain cycle doit avoir la même durée pour tous les établissements ou si plusieurs rythmes d’inspection doivent être prévus, en fonction de circonstances particulières ou de changements postérieurs à la première inspection. Tous ces sujets de réflexion sont dûment examinés et des modifications vont avoir lieu en pratique, mais à la base, les principes et les politiques qui ont conduit à l’avènement de ce nouveau système demeurent fondamentalement inchangés.

Haut de page

Notes

1 L’équivalent du doyen de l’inspection générale.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://ries.revues.org/docannexe/image/3540/img-1.png
Fichier image/png, 60k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

John Singh, « L’inspection des établissements en Angleterre », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 08 | 1995, 83-95.

Référence électronique

John Singh, « L’inspection des établissements en Angleterre », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 08 | 1995, mis en ligne le 01 décembre 1995, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://ries.revues.org/3540 ; DOI : 10.4000/ries.3540

Haut de page

Auteur

John Singh

HMI, Head of External Relations, OFSTED, Londres, Grande-Bretagne.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page