Navigation – Plan du site
Dossier

L’inspection en Écosse

Isobel McGregor
p. 97-103

Résumé

Les inspecteurs ont des responsabilités territoriales ou sectorielles et sont amenés à travailler en équipes. L’évaluation des établissements s’appuie sur des indicateurs quantitatifs et qualitatifs. Organisée en différentes phases, elle prévoit l’implication des équipes éducatives et des partenaires de l’école.

Haut de page

Texte intégral

L’Écosse et son système d’éducation

1L’Écosse fait partie du Royaume-Uni, les autres pays membres étant l’Angleterre, le Pays de Galles et l’Irlande du Nord. Elle a 5,1 millions d’habitants, dont la plupart se centralise dans une zone traversant le pays entre Glasgow à l’ouest, la plus grande ville, et Édimbourg à l’est, la capitale. Le paysage est très varié avec des zones industrielles très peuplées et des régions isolées comme les Highlands and Islands (Hautes-Terres et Îles), célèbres dans l’Histoire et la chanson populaire.

2Administrativement, le pays est divisé depuis 1975 en douze régions, ce chiffre devant passer à trente et un en 1996. Si l’administration écossaise dépend en grande partie du gouvernement central basé au Parlement à Londres, quelques aspects importants de la vie nationale écossaise ont des traditions, voire des lois, spécifiques notamment pour l’éducation et la justice.

3Le ministre des affaires écossaises est directement responsable devant le Parlement du Royaume-Uni de la supervision globale et du développement du service de l’éducation en Écosse. En pratique, il délègue les affaires courantes à un ministre de l’éducation. La politique est élaborée en conformité avec la politique gouvernementale du jour et administrée par le Scottish Office Education Department (service de l’éducation auprès du ministère des affaires écossaises).

4Les autorités scolaires locales (section de l’administration dans chaque région) sont directement responsables de l’existence d’établissements scolaires en nombre suffisant, de l’emploi du personnel enseignant (ces personnels n’étant pas des fonctionnaires de l’État), de l’organisation de la plus grande partie des services éducatifs et du financement des ressources consacrées à l’enseignement. Elles sont également chargées de mettre en œuvre la politique du gouvernement.

5L’Écosse étant un pays relativement petit, son système éducatif compte environ sept cents écoles maternelles, deux mille quatre cents écoles primaires, quatre cent quarante écoles secondaires, trois cent cinquante établissements pour l’éducation spécialisée, cinquante établissements d’enseignement ou de formation professionnels et douze universités (le secteur privé compte quelque cent cinquante établissements au total.) Chaque établissement scolaire accepte des élèves de tous niveaux. Le système est hétérogène et égalitaire. Depuis 1981, les parents ont le droit de choisir un établissement qui n’est pas « local » et, s’il y a une place, l’établissement est obligé de répondre à la demande des parents. En conséquence, quelques établissements sont devenus très populaires, pour une raison ou une autre, le plus souvent historique et traditionnelle.

Les inspecteurs de Sa Majesté

Les missions

6Les HM Inspectors of Schools sont nommés par Sa Majesté la reine sur recommandation du ministre des affaires écossaises. Le corps constitue une unité distincte du Scottish Office Education Department. Les inspecteurs sont les principaux experts attachés au ministre. Ils transmettent leurs informations, évaluations et recommandations aux ministres, au Scottish Office Education Department ainsi qu’aux autres institutions gouvernementales concernées par l’élaboration de la politique nationale en matière d’éducation. Les inspecteurs prêtent également leur concours aux autorités locales, aux écoles et aux autres établissements ainsi qu’à un large éventail d’organismes attachés à l’enseignement.

7En 1983, le ministre des affaires écossaises a publié un rapport consacré au rôle et à la fonction de l’inspection. Ce rapport définit globalement quatre domaines de responsabilités :

  • inspecter les établissements d’enseignement ainsi que les conditions de scolarisation et en référer aux ministres, aux établissements eux-mêmes et à la collectivité ;

  • assumer un rôle très important dans la promotion de projets éducatifs au plan national ;

  • apporter leurs concours aux ministres ainsi qu’aux divisions administratives du Scottish Office Education Department en se fondant sur les résultats des inspections et en collaborant avec les autorités scolaires locales et les autres organismes éducatifs ;

  • gérer un programme de travail spécifique, le déploiement des inspecteurs, la mise à jour de banques de données appropriées, et l’évaluation permanente de la qualité des travaux accomplis.

8Il s’agit là d’inspection d’établissements, d’aspects éducatifs et du système en général. L’inspection n’a pas la mission d’évaluer l’enseignant sur un plan individuel et de lui donner une note. Les inspecteurs basent leurs évaluations sur l’apprentissage et l’enseignement dont ils sont témoins en classe, donc évidemment ils se forment une opinion quant à la qualité de ce qu’ils voient et en parlent au professeur. Un principe fondamental est de toujours louer ce qui est positif ; on ne peut rien améliorer dans un contexte constamment négatif.

Effectif, recrutement, formation

9Le HM Senior Chief Inspector qui est l’inspecteur principal, responsable de toute l’inspection, est chargé de conseiller directement les ministres ainsi que l’administration civile du Scottish Office Education Department. Les deux HM Deputy Senior Chief Inspectors sont ses adjoints, chacun ayant aussi des responsabilités distinctes, soit pour l’éducation scolaire et la publication de rapports concernant les établissements ou des disciplines différentes, soit pour l’éducation post-scolaire, la recherche et la publication de données.

10Chaque HM Chief Inspector (ils sont dix au total) a la responsabilité soit d’une zone géographique, soit d’un aspect spécifique de l’éducation : l’éducation entre 5 et 14 ans, l’éducation entre 14 et 18 ans, l’éducation post-scolaire, la recherche, le bureau pour la publication de données basées, pour la plupart, sur les résultats des inspections et permettant une comparaison nationale et internationale (Audit Unit).

11Chaque HM Staff Inspector (trente-cinq au total) a aussi une responsabilité soit géographique (liée à un département ou une région), soit professionnelle (liée à une discipline, telle que les mathématiques, les langues vivantes, la technologie, etc.), soit concernant l’un des aspects spécifiques mentionnés ci-dessus. Les HM Inspectors, au nombre de cinquante-deux, sont eux aussi spécialistes d’une matière spécifique, mais chaque inspecteur devient autant généraliste que spécialiste. La plupart des inspections des établissements sont conduites par les HM Staff Inspectors et les HM Inspectors.

12Cette présentation très rigide ne doit pas occulter l’importance du travail transversal réalisé en équipe. Une confiance mutuelle dans le professionnalisme entre collègues laisse la voie ouverte à une pratique plus égalitaire que strictement hiérarchisée, bien que la responsabilité finale quant aux décisions majeures et à la qualité des jugements formés, demeure toujours du domaine du HM Senior Chief Inspector, de ses deux adjoints et des HM Chief Inspectors.

13Cette confiance dans le professionnalisme des inspecteurs est partagée largement par les enseignants, les directeurs, les autorités locales et les autres organismes qui ont à faire avec l’éducation. Certes, la crainte traditionnelle de la visite de l’inspecteur existe toujours et de manière frappante, mais la réponse à l’inspection même et aux inspecteurs reste, globalement, très positive, du fait que l’inspecteur exprime ses critiques dans un contexte positif, que les évaluations sont justes et vérifiables et que chaque inspecteur a une compétence professionnelle reconnue dans le système.

14Chaque inspecteur a été enseignant. De plus, compte tenu de la hiérarchisation dans les établissements scolaires, un inspecteur aura eu l’expérience de plusieurs postes avant d’être recruté par l’inspection. Beaucoup ont été directeur ou directeur-adjoint d’établissement, d’autres ont exercé une responsabilité au sein d’une autorité locale. Leur recrutement s’effectue toujours par concours.

15La formation des personnels recrutés a lieu pendant la première année de travail. L’inspecteur aura l’occasion d’apprendre en accompagnant un collègue, en complétant des tâches liées à sa spécialité, et en suivant un programme légèrement moins chargé. Chaque année, il y aura aussi, dans des contextes différents, des occasions de formation, suivies par les inspecteurs en poste ainsi que par ceux qui ont été récemment recrutés. Ce fait est important, étant donné que le processus de l’inspection est soumis à une évaluation continue. Cette évaluation, « l’évaluation de l’évaluation », se base sur les opinions des inspecteurs eux-mêmes, les avis des directeurs d’établissement qui ont été récemment inspectés et les opinions des enseignants, transmises soit par leurs directeurs soit par les syndicats d’enseignants.

16Le stage de formation initiale dure un an. La formation continue dure tout au long de la carrière de l’inspecteur, même pour ceux qui sont à un niveau élevé dans la hiérarchie, sous forme de conférences, de discussions ou bien même d’apprentissage de l’utilisation des ordinateurs ou d’une langue étrangère.

L’inspection d’un établissement scolaire

17Comme cela a déjà été mentionné, l’inspection peut être celle d’un établissement, d’un aspect spécifique de l’éducation ou même d’un aspect de la gestion faite par une autorité scolaire locale. Ce qui suit est une description d’une des activités – et l’une des plus importantes –, à savoir l’inspection d’un établissement secondaire.

18Chaque année, l’inspection d’un échantillon d’établissements est faite en nombre suffisant afin d’aboutir à l’élaboration de données statistiquement vérifiables sur la qualité de l’éducation au niveau national. Cet échantillon couvre des établissements de toutes sortes.

19Prenons l’exemple d’un établissement type. Comme on l’a déjà indiqué, chaque établissement secondaire accepte des élèves de toute capacité intellectuelle, même ceux avec des besoins spécifiques, pouvant tirer profit d’une éducation « normale ». Une école type aura entre huit cent et mille élèves et un corps d’enseignants d’environ soixante-cinq à soixante-quinze professeurs. Ceux-ci travaillent dans leurs propres disciplines, ayant normalement un professeur, dit « principal », responsable du programme scolaire dans la matière, de la qualité des acquis et du comportement des élèves et, en quelque sorte, de la formation continue des professeurs dans la discipline. Un directeur et son équipe, composée du directeur-adjoint et de trois directeurs « sous-adjoints » qui enseignent aussi pour la moitié des heures dans la semaine, sont chargés de la gestion globale. Cette école a été choisie pour être inspectée.

20Une équipe de dix inspecteurs est formée, menée par l’un d’entre eux (appelons-le « inspecteur chef d’équipe ») qui aura la responsabilité de gérer l’inspection et d’en rédiger le rapport qui sera publié. De plus, dans chaque équipe d’inspection, depuis 1994, il y a un représentant du public, extérieur à la profession. Cette personne, extérieure au système, n’a rien à voir avec l’inspection des programmes scolaires ni l’enseignement, mais peut donner son avis sur le rapport entre élèves et enseignants, entre établissement et parents et sur les liens avec la communauté locale.

21Le processus de l’inspection se déroule en six phases.

22Ce qui est décrit ci-dessous représente la plus longue sorte d’inspection. D’autres inspections, de plus courte durée, ont lieu régulièrement. Des améliorations et des changements apportés au processus de l’inspection sont constants. Un principe fondamental, néanmoins, est que chaque inspection, de quelque type que ce soit, se base solidement sur l’évaluation de la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage, et de la qualité des moyens adoptés par l’établissement pour l’auto-évaluation.

Les phases d’inspection

23Phase 1 (cinq semaines)
Préparation par le directeur de l’établissement et les « professeurs principaux » par discipline de toutes les informations nécessaires à l’équipe d’inspecteurs.

  • Deux ou trois inspecteurs : préparation de données fournies par l’établissement ou par une base de données nationales.

  • L’inspecteur chef d’équipe : visite de l’établissement (examen du bâtiment, interviews du directeur et d’un représentant du « conseil des parents »).

24Phase 2 (une semaine)
L’inspecteur chef d’équipe et deux ou trois inspecteurs : visite de l’établissement (interviews du directeur-adjoint et d’une sélection de professeurs et d’élèves).

  • L’inspecteur chef d’équipe : résumé écrit des points forts et des points faibles de l’établissement.

  • Distribution du résumé aux membres de l’équipe d’inspection.

25Phase 3 (deux semaines ; quelques semaines après la phase 2)
L’équipe d’inspection : inspection d’un échantillonnage de disciplines (normalement neuf) durant deux à quatre jours (interview du « professeur principal », inspection de l’enseignement et de l’apprentissage dans une sélection de classes représentatives, vérification des ressources disponibles des professeurs et des élèves par discipline, rapport verbal au « professeur principal » et au directeur de l’établissement.

  • Inspecteur de chaque discipline : rédaction d’un rapport et remise d’un « niveau de performance » (indicateurs), à l’intention de l’inspecteur en chef et de la base de données nationales.

26Phase 4 (quatre/cinq jours, après la phase 3)
L’équipe d’inspection : analyse du rapport, inspection de la gestion de l’établissement et de la vie scolaire.

27Phase 5 (entre six et dix semaines)
Inspecteur chef d’équipe : rédaction d’un rapport, discussion avec l’équipe d’inspection puis avec le directeur de l’établissement et le représentant du « conseil des parents ».

  • Publication du rapport et envoi à chaque parent d’élèves.

28Phase 6/a (douze à quinze mois)
Introduction de stratégies dans l’établissement pour appliquer les recommandations de l’inspection, en coopération et avec le soutien de l’autorité scolaire locale.

29Phase 6/b (une semaine)
Inspecteur chef d’équipe : inspection (un ou deux jours) pour vérifier l’impact des recommandations et publications d’un texte faisant état des améliorations ou des points à améliorer ; dans ce cas une nouvelle inspection est prévue six mois plus tard.

Indicateurs utilisés

30L’utilisation d’un éventail d’indicateurs quantitatifs et qualitatifs est un outil indispensable à l’inspection.

31Les indicateurs quantitatifs ressemblent, sans doute, à ceux utilisés par l’inspection dans d’autres pays, comme le pourcentage d’élèves reçus dans les examens nationaux à des niveaux différents, le pourcentage d’élèves absents (par semaine, par année), l’orientation des élèves à la fin de leur scolarisation, par exemple.

32Un travail interne à l’inspection, entre 1988 et 1993, a abouti à l’élaboration et la publication d’indicateurs qualitatifs. Il fallait d’abord arriver à une définition du terme « qualité ». On part du principe que tout professionnel en aura une idée précise. L’Inspection en Écosse a décidé de rendre ce concept plus clair afin d’essayer d’assurer une conformité d’évaluation parmi tous les inspecteurs de toute discipline et de permettre à chaque établissement de comprendre les critères sur lesquels il sera évalué.

33La notion de « qualité » étant très complexe à cerner, l’Inspection a postulé qu’il était nécessaire de la définir selon quatre critères :

  • ce qui est très bon, ce qui démontre beaucoup de « points forts », ce qui a très peu de « points faibles » et ce qui ne demanderait pas d’améliorations (niveau 4) ;

  • ce qui est bon, ce qui démontre des points forts et des points faibles, mais où les points forts sont plus importants et où des améliorations seraient souhaitables (niveau 3) ;

  • ce qui est moyen, ce qui démontre des points forts et des points faibles, mais où les points faibles sont plus importants et où des améliorations seraient nécessaires (niveau 2) ;

  • ce qui est faible, ce qui démontre beaucoup de point faibles et où il faut immédiatement introduire des améliorations (niveau 1).

34Pour certains aspects concernant la qualité de l’enseignement, de l’apprentissage, de la gestion par discipline, de la gestion globale et de la vie scolaire, l’inspection a illustré ce qu’elle considère comme « très bon » et ce qu’elle considère comme « moyen », les deux autres niveaux étant définis automatiquement comme « pire » ou « meilleur ».

35Pour illustrer brièvement, chaque inspecteur par discipline considère, entre autres choses, la qualité de l’enseignement dans sa discipline (par exemple, si les exposés des professeurs sont clairs et distincts, si les professeurs manient bien les questions pour aider ou stimuler les élèves, si les professeurs répondent de manière satisfaisante aux interventions, réponses ou actions des élèves, etc.). L’inspecteur consulte l’illustration dans le manuel de l’inspection et décide, pour son rapport, à quel niveau il évaluera la qualité de l’enseignement dans cette discipline après avoir inspecté un échantillonnage de classes. L’inspecteur note le niveau décidé et écrit une courte justification du niveau attribué. Cette procédure est répétée pour tous les aspects de l’éducation dans un établissement. L’inspection aboutit, donc, à une classification numérique exclusivement à l’usage de l’inspectorat. D’autre part, on a la possibilité de rassembler, sur ordinateur, les évaluations à travers tous les établissements inspectés et d’en rédiger des rapports traitant de tout aspect à un niveau national. Ce système offre une base très solide aux évaluations nationales concernant la qualité.

36Finalement, la publication de ces illustrations des indicateurs qualitatifs utilisés par l’inspection donne aux établissements eux-mêmes l’occasion de comprendre le système d’évaluation et donc – souvent – de l’accepter, voire même de l’utiliser pour examiner et juger la qualité de l’établissement en l’absence des inspecteurs. C’est donc le début d’un système d’auto-évaluation, où la responsabilité pour la qualité est placée entre les mains de l’établissement même. Disons que l’Inspection commence à vérifier plutôt qu’évaluer, à confirmer (ou contester) les opinions sur la qualité plutôt que prononcer des jugements de l’extérieur. Le but ultime de chaque système d’inspection doit être d’impulser ce système vers une meilleure éducation pour les jeunes. En Écosse, on pense avoir commencé à suivre ce chemin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isobel McGregor, « L’inspection en Écosse », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 08 | 1995, 97-103.

Référence électronique

Isobel McGregor, « L’inspection en Écosse », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 08 | 1995, mis en ligne le 20 février 2014, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://ries.revues.org/3548 ; DOI : 10.4000/ries.3548

Haut de page

Auteur

Isobel McGregor

HM Staff Inspector, doyen des inspecteurs de langues vivantes, Édimbourg, Écosse.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page