Navigation – Plan du site
Dossier

Évolution de l’inspection en Roumanie

Steluta Coculescu
p. 105-112

Résumé

Les changements politiques de la Roumanie depuis 1990 ont conduit à redéfinir en profondeur les finalités et objectifs de l’enseignement et, par conséquent, le rôle des inspecteurs. L’inspection peut porter sur un domaine d’enseignement ou sur l’ensemble d’un établissement scolaire. Des rapports de synthèse permettent de définir les orientations de la politique éducative au niveau territorial et national. Cette évolution est présentée à travers un exemple concret : les missions d’un inspecteur de français.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Roumanie
Haut de page

Texte intégral

1Aujourd’hui, l’efficacité de l’école, de l’instruction et de l’éducation en système institutionnel est mise en relation avec les nouvelles évolutions et exigences de la société. La tendance générale à décentraliser, à déléguer des pouvoirs de décision aux échelons inférieurs de la hiérarchie demande de nouvelles attitudes face à l’éducation.

2Depuis 1990, l’école roumaine cherche à retrouver sa nouvelle identité d’abord par la dépolitisation, l’élimination de l’idéologie communiste que le totalitarisme avait imposée dans l’éducation. Ensuite, elle essaie de revaloriser la tradition ancestrale de l’enseignement roumain, avec tout ce qu’il a eu de positif et de solide. Parallèlement, une autre tendance se développe, le souhait d’une harmonisation de l’enseignement roumain, dans ses objectifs fondamentaux, avec l’enseignement européen. Tout cela se manifeste dans le contexte de la transition vers une économie de marché et une réelle démocratie, assurée et assumée dans son fonctionnement à tous les niveaux et dans tous les domaines, librement manifestée et favorisée par un cadre législatif qui garantit son existence. Cette période de transition suppose aussi la mise en place de plusieurs réformes, et celle qui touche l’enseignement en est une des plus importantes.

3Cette façon de penser et de fonctionner offre une alternative intéressante aux approches technologiques ou politiques du changement en éducation. On tentera notamment de montrer que la responsabilité de la gestion du changement revient aux personnels de direction et d’inspection surtout quand il s’agit de l’évolution de tout un système, à partir d’une attitude extrêmement dirigiste et idéologisée vers une attitude consultative, flexible, démocratique et dépolitisée. Dans ce contexte, le rôle de l’inspecteur de discipline s’affirme comme nécessaire dans la mesure où il peut assurer la gestion de l’évolution tout en assumant ses missions de contrôle et d’évaluation, d’animation, de formation et de conception de nouveaux programmes.

4L’expérience roumaine dans le domaine de l’inspection, telle qu’elle est conçue dans cette période de transition, peut retenir l’attention des spécialistes et praticiens des autres pays. Dans une première partie, seront présentés les différents types d’inspection ainsi que la méthodologie utilisée et dans une deuxième partie, les missions de l’inspecteur à travers l’expérience d’un inspecteur de français langue étrangère.

Typologie des inspections et méthodologie

5L’action d’inspecter est la mission principale de l’inspecteur disciplinaire. Dans ce contexte de la transition, le rôle de l’inspecteur est d’assurer l’évolution ascendante de la réforme, dans les objectifs, les stratégies, les techniques et les méthodes d’éducation et de formation, ainsi que dans les relations interindividuelles qui s’établissent entre les participants à l’acte éducatif. L’inspection se place dans une zone située au carrefour de la gestion et de l’évaluation : elle suppose un dialogue continu dans le domaine de l’expérience pratique et de la didactique, un échange d’idées et d’opinions en vue d’une optimisation de l’activité d’instruction et d’éducation.

6En tant que principale forme de contrôle, de gestion et d’évaluation des établissements scolaires et des professeurs, l’inspection existe sous divers aspects.

7« L’inspection de spécialité » a pour objet d’établir avec précision le degré de conformité aux programmes officiels, la qualité et la quantité des savoirs, des savoir-faire acquis par les élèves, leur capacité à les utiliser dans différentes situations, à faire des connexions, à penser et agir, leur comportement, tout cela à travers la compétence professionnelle et pédagogique de l’enseignant. Le domaine visé par l’inspecteur peut être plus large (une matière) ou plus restreint (un chapitre, un thème, etc.). Cela doit être fixé par avance, en fonction des objectifs proposés.

8« L’inspection spéciale » est nécessaire pour permettre à l’enseignant de passer les examens de compétence. Dans la conception roumaine, cette évaluation doit comprendre l’assistance à quatre heures d’activité en classe, ainsi que le contrôle des documents scolaires. Les appréciations portent sur une problématique plus complexe, les objectifs s’amplifiant d’un examen à l’autre, pour analyser la personnalité de l’enseignant, son style, son implication dans la recherche pédagogique et dans la modernisation de l’enseignement.

9« L’inspection thématique » vise un domaine ou un aspect de l’activité pédagogique. Les thèmes sont fixés par les inspecteurs suivant un plan de contrôle élaboré pour chaque trimestre, indiquant aussi les établissements contrôlés. Le rapport de chaque inspecteur se retrouvera dans le rapport-synthèse réalisé par le responsable de la commission de contrôle. Parmi les inspections thématiques les plus courantes, on peut mentionner l’inspection de l’activité de direction et de gestion des établissements scolaires et l’inspection des activités éducatives (la manière dont les chefs d’établissement s’y impliquent). L’inspecteur doit constater ce que le directeur contrôle, quand et surtout comment, quelles sont les modalités d’évaluation, comment il réussit à valoriser l’expérience positive de ses collègues.

10« L’inspection frontale » envisage une problématique plus large et évalue toute l’activité d’un établissement scolaire. C’est une inspection complexe qu’il est souhaitable de réaliser tous les deux ans pour les écoles primaires et élémentaires, tous les deux ou trois ans pour les collèges et au moins tous les cinq ans pour les lycées. Mais ce qui compte surtout, c’est la qualité de l’évaluation, les solutions proposées plutôt que la fréquence de ces contrôles.

11Car, à cette occasion, il faut favoriser l’échange d’idées, d’informations, le dialogue, la confrontation des problèmes théoriques et des décisions administratives, la prise en compte des difficultés, etc. La réussite de l’évaluation dépend des deux partenaires de l’activité commune, l’équipe de contrôle et l’équipe contrôlée, et de la prise en compte par les deux partenaires des spécificités de l’établissement concerné.

12Dans son déroulement méthodologique, la démarche d’inspection comprend plusieurs étapes, la planification, la préparation, l’organisation, la réalisation, la valorisation.

13La planification de l’inspection se réalise en fonction des établissements scolaires visés, ou des enseignants, des matières, des domaines ou des problèmes. Dans l’élaboration de la planification, il faut tenir compte de plusieurs facteurs, tels que la dimension, la structure et les particularités du réseau scolaire, le rapport entre l’offre de la formation et la demande du marché de l’emploi ainsi que les priorités de la politique éducative. Il faut avoir réalisé un diagnostic très précis de la réalité et gérer les ressources humaines du terrain : personnel qualifié, en cours de qualification, non qualifié, débutant, stagiaire, en stage de formation continue, mais aussi le personnel hautement qualifié et performant, ayant obtenu des diplômes et des titres scientifiques.

14La répartition des inspections frontales ou thématiques est effectuée par les inspecteurs généraux conformément à une planification trimestrielle.

15Les inspections de spécialité et spéciales sont planifiées par les inspecteurs de disciplines, chaque mois, au cours de l’année scolaire.

16La préparation de l’inspection nécessite, du point de vue théorique, la parfaite maîtrise des arrêtés ministériels, des programmes officiels, des manuels et une bonne maîtrise du système d’évaluation des activités d’instruction et d’éducation.

17Ces compétences de l’inspecteur doivent être doublées d’une bonne connaissance des problèmes du terrain, tant pour ce qui concerne l’établissement scolaire, ses performances et la qualité de son activité pédagogique que les conclusions des rapports d’inspections précédents, les statistiques, les comptes rendus des activités antérieures, etc. Les derniers éléments sont nécessaires pour pouvoir constater s’il y a ou non évolution du processus de formation et d’éducation. La préparation de l’inspection suppose aussi des discussions de l’inspecteur avec les chefs d’établissement, les responsables des commissions méthodiques (par disciplines), l’ensemble des professeurs d’une même discipline et bien sûr avec le ou les professeurs qui seront inspectés.

18Cet entretien collectif et/ou individuel doit être un dialogue centré sur la méthodologie, sur les objectifs visés par le contrôle et l’encadrement de ces objectifs dans l’ensemble de l’action pédagogique exercée par le maître. Conçue comme une activité complexe, réalisée en parfaite concordance avec la forme et les objectifs de l’inspection, la préparation collective et individuelle assure l’efficacité du contrôle et la confiance des enseignants dans sa capacité d’amélioration.

19La réalisation de l’inspection scolaire débute par un entretien entre l’inspecteur et le professeur inspecté, portant sur les objectifs, les stratégies, les méthodes et les techniques de classe en fonction des besoins réels des élèves. Cet entretien a aussi un rôle psychologique, instaurant une atmosphère de confiance et de collaboration pendant l’inspection. L’inspection frontale ou thématique demande une à quatre heures d’observation et d’entretiens ; pour l’inspection spéciale ou de spécialité, il faut assister à quatre heures de cours. À partir de trois heures d’assistance au moins, on accorde un qualificatif : insuffisant, suffisant, bien, très bien. Pour analyser et apprécier les activités comme pour réaliser le rapport d’inspection, l’inspecteur doit utiliser une grille d’évaluation.

20La discussion individuelle, dans une atmosphère de confiance et de respect, doit favoriser d’abord l’analyse réaliste de l’activité, de son efficacité, l’évaluation de la qualité des acquisitions des élèves et l’attitude coopérative du professeur ; ensuite, le dialogue et la possibilité de trouver les meilleures solutions pour l’amélioration de l’activité ; enfin, une certaine sécurité pour le professeur moins exposé au jugement de ses collègues, surtout s’il s’agit de certaines critiques.

21La discussion collective s’effectue dans la commission méthodique de l’établissement scolaire avec tous les professeurs de la même matière. L’accent est mis alors sur des centres d’intérêt communs, sur la perspective moderne des méthodes et des techniques d’enseignement, sur le choix des objectifs fixés et les stratégies à adopter.

22Le rapport d’inspection est un document officiel qui doit obligatoirement rester dans le registre d’inspection de chaque établissement scolaire. Ce rapport doit faire la synthèse des observations pendant l’activité et présenter les conseils concrets pour l’amélioration de l’activité. Les finalités des inspections « thématiques » ou « frontales » sont des rapports de synthèse réalisés, à partir des rapports individuels des inspecteurs, par le responsable de l’équipe de contrôle chargée de procéder à l’inspection.

23La valorisation de l’inspection doit se faire au niveau de l’établissement scolaire, au niveau territorial et aussi au niveau national. Elle doit fournir des données et des conclusions nécessaires pour la prise des décisions dans le domaine de la politique éducative.

Les missions de l’inspecteur de français langue étrangère

24Les missions de l’inspecteur disciplinaire sont multiples et supposent des compétences professionnelles et administratives. Elles appuient leur action sur une éthique d’État, ainsi que sur une déontologie professionnelle. Afin de mieux comprendre ce fonctionnement, nous proposons de quitter le cadre général de la méthodologie et de présenter une expérience personnelle dans l’exercice du métier d’inspecteur, celle d’inspecteur de français langue étrangère.

25Soulignons d’abord que, si le cadre général dans lequel on exerce la gestion et le contrôle dans l’éducation n’a pas été modifié par une réforme de structure, en revanche l’attitude du personnel de direction et d’inspection est devenue flexible, coopérative, permettant l’initiative et l’impulsion de l’innovation.

26Ainsi l’inspecteur de français se trouve-t-il dans une situation privilégiée car, par sa formation humaniste et par l’accès aux recherches et à l’expérience pédagogiques des autres systèmes éducatifs, il peut jouer un rôle très important dans la mise en œuvre de la réforme.

27Il faut noter également plusieurs changements fondamentaux : une nouvelle motivation des élèves, un intérêt particulier pour l’apprentissage du français considéré comme un instrument de communication et d’accès à la culture française et aux valeurs européennes ; le développement de nouveaux objectifs socio-culturels avec l’ouverture vers la vraie culture et la civilisation ; la diversification des méthodes et des techniques de travail en classe, la prise en compte des besoins des élèves, l’application de la pédagogie active, la décentralisation du réseau communicatif.

28Devant cette valorisation du métier du professeur de français, l’inspecteur a la responsabilité de la gestion des évolutions au niveau des mentalités, des attitudes et de la pratique pédagogique. Ses missions sont complexes.

29La mission d’évaluation et de contrôle concerne le personnel de direction des établissements scolaires, conformément à la méthodologie présentée à l’inspection thématique, et l’activité pédagogique des professeurs de français.

30L’analyse de l’activité de classe doit s’effectuer selon trois étapes, la conception, l’action et l’évaluation. L’inspecteur doit d’abord procéder à une observation générale. La domination du manuel et du programme très rigide, qui caractérisait l’enseignement du français jusqu’au décembre 1989, laisse encore des traces dans la mentalité de certains enseignants. Il faut donc, à l’occasion du contrôle, favoriser le dialogue et conseiller, au niveau de la conception et de l’action, l’utilisation des documents authentiques dans la classe de français langue étrangère (FLE) ; la souplesse du programme visant des savoir-faire et non plus des savoirs purement linguistiques ; la stimulation de l’expression des idées et des sentiments propres ; le travail des élèves en équipes, l’utilisation des méthodes de la pédagogie active.

31Il est parfois difficile de conseiller sans donner des possibilités concrètes, des ressources matérielles qui facilitent le travail. Pour introduire une nouvelle approche pédagogique, il faut renforcer les conseils et les explications théoriques par la confrontation des expériences individuelles et par l’animation des réunions pédagogiques. Cela vient rejoindre une autre mission de l’inspecteur, celle de l’animation pédagogique, qui constitue par excellence le domaine du spécialiste.

32C’est une mission importante qui doit transformer l’innovation en pratique et qui s’exerce à l’occasion des réunions de travail. Ces réunions sont mensuelles, au niveau des commissions méthodiques qui comprennent tous les professeurs de français d’une école, ou trimestrielles, au niveau des cercles pédagogiques organisés par zones territoriales en fonction du niveau d’enseignement élémentaire ou secondaire. L’inspecteur devient le conseiller des responsables des commissions et l’animateur – avec les responsables – des cercles pédagogiques. La programmation de ces activités se réalise au début de l’année scolaire en fonction des besoins et des priorités ; les thèmes des débats doivent permettre une mise en commun des expériences individuelles. L’innovation vise non seulement les contenus, les objectifs et les méthodes de travail mais aussi l’attitude envers le métier et les relations interindividuelles. Celles-ci sont profondément modifiées par l’introduction de la pédagogie active, le travail en équipe, la décentralisation des savoirs et la prise en charge des responsabilités concernant l’organisation de la démarche pédagogique.

33La mission de formation des personnels se réalise en coopération avec divers partenaires : la Maison du corps enseignant, le bureau de Coopération linguistique et éducative auprès de l’ambassade de France en Roumanie, les centres culturels français, les Alliances françaises de Roumanie. L’inspecteur collabore avec ces partenaires à l’identification des besoins et à la sélection des stagiaires en fonction des centres d’intérêt spécifiques. Il a aussi la mission d’assurer la participation des enseignants aux stages et doit suivre leur efficacité en contrôlant l’application des acquis dans les classes. À côté des intervenants roumains et français, l’inspecteur devient animateur et contribue à la modification du travail en remplaçant les réunions de type conférence par des ateliers assurant à chaque participant un rôle actif d’implication.

34La situation actuelle de l’évolution de l’enseignement roumain offre à l’inspecteur de français la possibilité d’accomplir une autre mission, utile et valorisante, en tant que concepteur de programmes, de manuels et de sujets d’examens. Cette responsabilité vient consacrer l’inspecteur comme cadre actif dans l’impulsion de la réforme. Elle se réalise par la participation à la commission nationale organisée par le ministère de l’Enseignement pour l’élaboration de nouveaux programmes. Ce travail exige de la part de l’inspecteur des performances dans le travail de recherche scientifique, pédagogique et didactique et le place à un niveau de compétence professionnelle reconnu et respecté.

35Par son implication dans la conception des sujets aux examens, concours, tests, etc., l’inspecteur peut orienter plus fermement les contenus et les stratégies d’acquisition du français, en fixant des finalités par des grilles d’évaluation portant sur des compétences complexes de savoirs et savoir-faire. Parmi les concours scolaires traditionnels, il faut mentionner les Olympiades, organisées pour les meilleurs élèves et jouissant d’un grand prestige. La conception de sujets sollicitant la créativité des participants permet à l’inspecteur qui en est responsable d’introduire des techniques comme le commentaire composé, l’essai, le dialogue situationnel, la dissertation, etc. C’est à partir de ces exigences qu’on peut stimuler la pratique pédagogique.

36En dehors de ces missions, la législation roumaine prévoit l’obligation pour l’inspecteur d’enseigner au moins deux heures de cours par semaine (avec un maximum de six), afin de maintenir les contacts avec la pratique, de ne pas laisser s’installer l’oubli des difficultés du métier, de continuer à entretenir avec ses collègues enseignants des rapports professionnels en dehors de la hiérarchie administrative.

La mission de coopération

37Dans les conditions actuelles où les échanges internationaux en éducation se multiplient, l’inspecteur doit être capable de jouer un rôle de conseiller pour faciliter les échanges scolaires. Par ses recherches, travaux et contacts, l’inspecteur peut et doit connaître les expériences pédagogiques provenant des systèmes éducatifs des autres pays. Il est donc amené à en prendre conscience, à les mettre en valeur, en cherchant les articulations possibles pour une harmonisation entre les systèmes éducatifs différents. Ainsi avons-nous collaboré, dans le cadre d’un projet entre les écoles normales et l’association Solidarité laïque des enseignants retraités, à l’harmonisation des objectifs de l’éducation civique et de la pratique pédagogique des futurs instituteurs. Le travail en commun, les deux premières années exclusivement dans l’école normale et la troisième année, par extension, dans les classes bilingues terminales, aux cours de civilisation française, nous a aidé à mieux comprendre certains de nos défauts de fonctionnement mais aussi les bonnes choses qu’il faut préserver.

38Les multiples contacts des professeurs roumains et français travaillant ensemble dans les mêmes écoles, participant aux ateliers pédagogiques, assumant chacun le rôle d’animateur ou de personne ressource ont aidé à des méthodes et techniques pour l’enseignement de la citoyenneté.

39Dans le contexte présent de l’enseignement roumain, le corps d’inspection est légitimé dans la mesure où il peut répondre aux exigences de ses missions. L’inspecteur doit être à même d’instaurer un climat de confiance, de conscience, de responsabilité et d’exigence professionnelle. En tant que personne de culture et professionnel de prestige, il doit suivre l’évolution de son métier et maintenir un équilibre entre l’administratif et le pédagogique. Il faut tout de même préciser que l’existence du corps d’inspection est nécessaire mais insuffisante pour impulser l’innovation. Celle-ci doit résider dans la force créatrice, l’enthousiasme et la passion du corps enseignant, car le sort du changement en éducation dépend de ce que les enseignants en pensent et en font.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Steluta Coculescu, « Évolution de l’inspection en Roumanie », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 08 | 1995, 105-112.

Référence électronique

Steluta Coculescu, « Évolution de l’inspection en Roumanie », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 08 | 1995, mis en ligne le 01 décembre 1995, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://ries.revues.org/3551 ; DOI : 10.4000/ries.3551

Haut de page

Auteur

Steluta Coculescu

Inspecteur de français, inspection académique Prahova, Roumanie.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page