Navigation – Plan du site
ATELIER 4 : ÉVOLUTIONS DES ORGANISATIONS SCOLAIRES FACE AUX MUTATIONS SOCIOÉCONOMIQUES

Évolutions des organisations scolaires chinoises face aux mutations sociales

Avec l’exemple de Shanghai
Wei Chen

Texte intégral

1Depuis ces trente dernières années, la Chine a connu des mutations sans précédent dans l’histoire. Les organisations scolaires, afin de mieux s’adapter à ces mutations, ont aussi enregistré des évolutions dont cet article va tenter de donner un bref aperçu, tout en tenant compte du changement des contextes économique, socio-culturel et politique de la Chine. Étant donné l’immensité de ce pays, l’énorme hétérogénéité de ses régions, ainsi que la complexité du contenu des « organisations scolaires », il nous paraît impossible d’épuiser ce sujet en quelques pages. C’est pourquoi nous nous permettons de traiter ce problème en prenant Shanghai comme exemple.

Histoire et contexte 

2Cette présentation de l’histoire et du contexte explique en partie l’état actuel de l’éducation chinoise ainsi que la mentalité des Chinois.

Keju (Concours impérial)

3Par rapport aux pays occidentaux, le système d’enseignement scolaire est apparu assez tard en Chine : les premières écoles, au sens moderne du mot, ont vu le jour seulement vers la fin du XIXe siècle, tandis que le premier programme systématique et complet de l’enseignement national, le « Programme impérial des études scolaires », n’a été promulgué et mis en application par le gouvernement des Qing qu’en 1904. Avant l’apparition du système scolaire, l’enseignement en Chine était privé et se faisait à titre individuel. L’État n’y jouait aucun rôle, sauf pour l’organisation des concours impériaux annuels (科举, kējǔ), visant à sélectionner les fonctionnaires parmi les gens du peuple.

4Le système des concours impériaux, institutionnalisé en 605, a existé continûment pendant 1 300 ans. Les candidats étaient censés écrire un commentaire sur la politique en invoquant les idées figurant dans des textes classiques et canoniques. La plus grande valeur de ce système très concurrentiel mais très efficace dans la sélection des mandarins parmi les lauréats, résidait dans sa rigueur et son équité, offrant à tous l’espoir d’améliorer sa situation par l’éducation.

5Ce système a marqué et marque toujours de façon considérable l’esprit et la mentalité des Chinois :

  • l’éducation donne accès à une meilleure situation, la réussite des études inspire le respect ;

  • la réussite se mesure par le résultat du concours, ce résultat est plus important que les connaissances et la compétence ;

  • la mémorisation est un facteur de réussite primordial (les candidats doivent retenir par cœur les textes canoniques pour pouvoir en invoquer les idées) ;

  • la mémorisation exigeant acharnement et persévérance, les études sont par définition dures et sans plaisir ;

  • étudier revient à apprendre les techniques pour réussir le concours.

6Le système des concours impériaux a été aboli en 1905, peu de temps avant la fin de la dynastie des Qing. Mais son impact sur la mentalité des Chinois et sur l’éducation chinoise se fait sentir jusqu’à aujourd’hui.

Gaokao (Concours d’entrée à l’université)

7Le système scolaire chinois comprend grosso modo des maternelles, des écoles primaires, des écoles secondaires (collèges et lycées) et des universités. En 1986, le gouvernement a instauré une loi rendant obligatoire et gratuit un minimum de neuf années d’éducation (six ans d’école primaire et trois ans de collège). Les études secondaires sont sanctionnées par le Gaokao, c’est-à-dire le concours d’entrée à l’université.

8Le système de Gaokao a été mis en place en 1952, peu après la fondation de la République populaire de Chine. Il vise à sélectionner les meilleurs éléments du lycée et à leur assurer une éducation universitaire d’élite, afin de répondre au double contexte de l’époque : le niveau d’éducation généralement assez bas du peuple, d’une part, et le manque de ressources universitaires, d’autre part. Ce système, qui a beaucoup contribué à la construction du pays, a été aboli en 1965 pendant la Révolution culturelle et rétabli en 1977, après la reprise du pouvoir par DENG Xiaoping, en raison du besoin de modernisation et notamment de la réforme économique de la Chine.

9À l’origine, le Gaokao est un concours national, organisé de façon unifiée dans toute la Chine. À partir de 2001, certaines provinces et municipalités (dont Shanghai) ont obtenu une autonomie plus ou moins grande, notamment en ce qui concerne les matières faisant l’objet des épreuves du concours, ainsi que la conception de ces épreuves. Généralement, les candidats doivent choisir, en plus des trois épreuves fondamentales et obligatoires (chinois, mathématiques, langue étrangère), une quatrième épreuve couvrant plusieurs matières (sciences ou humanités), suivant leur orientation. En fonction de leur rang au concours, ils sont admis dans les universités qui sont classées en trois catégories : université pilote au niveau national (première catégorie), université régionale (deuxième catégorie), institut universitaire professionnel (troisième catégorie).

  • 1 Le taux d’admission à l’université augmente chaque année: de 4,8 % en 1977, il a atteint 56 % en 19 (...)
  • 2 En 1977 et 1978 – les deux premières années après le rétablissement du Gaokao – le nombre des candi (...)
  • 3 Théoriquement, l’université est devenue aujourd’hui accessible à tout le monde, mais en réalité, la (...)

10Le résultat du Gaokao étant généralement le seul critère du recrutement des universités, et l’enseignement supérieur étant considéré par les Chinois comme la meilleure voie d’accès à une bonne situation, le Gaokao est à leurs yeux le concours le plus important, voire décisif, de la vie. Et, bien que le taux d’admission augmente sans cesse depuis le rétablissement du Gaokao en 19771, le nombre des candidats s’accroît d’année en année2, ce qui rend la concurrence toujours acharnée3.

11De même que le système de concours impériaux a profondément marqué la mentalité des Chinois, de même le Gaokao, réputé aussi comme une forme juste et équitable de sélection des talents, a causé des effets non moins négatifs. Ce fameux concours détermine objectifs et modalités de l’enseignement pré-universitaire chinois :

  • l’objectif suprême de l’école est d’augmenter le taux d’admission de ses élèves à l’université, tandis que celui de l’élève est d’avoir le meilleur résultat possible au concours ;

  • l’école et l’élève n’attachent d’importance qu’aux matières faisant l’objet des épreuves (qui monopolisent la quasi-totalité de leur temps, de leur énergie et de leurs ressources), aux dépens d’autres matières jugées « inutiles » ;

  • l’école devient un lieu d’apprentissage et non de formation : on y apprend de pures et simples connaissances et on mémorise des réponses soi-disant correctes, sans chercher à acquérir des compétences en matière de réflexion et de raisonnement, sans penser à aiguiser son sens critique et sa créativité ;

  • après l’école, les élèves sont obligés de passer énormément de temps à faire des devoirs, qui ne sont que des exercices répétitifs favorisant la mémorisation ; pendant le week-end, beaucoup d’entre eux participent à des cours de soutien privé, afin d’être plus compétitifs aux concours.

12Ainsi, beaucoup d’élèves chinois se montrent très forts en connaissances livresques et aux examens, mais ils ont souvent un horizon assez étroit et manquent de créativité, de compétences et de motivation dans leurs études. Sous l’ombre de la tradition et du Gaokao, l’éducation scolaire en Chine ressemble de plus en plus à une super machine de préparation aux concours, et s’adapte de moins en moins à l’énorme mutation que connaît actuellement la société chinoise.

Mutations socio-économiques

  • 4 Classement des pays par l’ordre du PIB en 2013, World economy (« 2013年名GDP国内生产总值世界排名 », 世界经济信息网)
    h (...)

13Les changements sans précédent dans l’histoire que la Chine a enregistrés pendant ces trente dernières années se manifestent d’abord dans le domaine économique : à la suite d’une croissance rapide et continue, le PIB chinois a atteint 9038,66 milliards de dollars en 2013, faisant de ce pays la deuxième puissance économique du monde pour la quatrième année consécutive. Le niveau de vie des Chinois a aussi été nettement amélioré : en 1978, année de la mise en œuvre de la réforme économique, le PIB par tête d’habitant n’était que de 226 dollars, alors qu’en 2013, il s’est élevé à 6 644 dollars.4

  • 5 Rapport sur la tendance des étudiants chinois à l’étranger (2013), Education on line (« 2013年出国留学趋势 (...)
  • 6 Le nombre des étudiants chinois à l’étranger atteindra 500 000 en 2014, News.sina.com.cn, le 16 déc (...)

14La croissance rapide et continue de la Chine s’accompagne d’échanges massifs et fréquents avec le monde : si aujourd’hui, la Chine est le premier pays exportateur et le deuxième pays importateur du monde, elle est aussi le pays d’où partent le plus d’étudiants à l’étranger. Entre 1978 et 2012, la Chine a envoyé au total 2,64 millions d’étudiants à l’étranger5, alors que l’année 2013 a battu le record, avec le départ de 450 000 étudiants6. La croissance explosive du nombre d’étudiants chinois partant à l’étranger s’explique par beaucoup de raisons, en particulier par l’insatisfaction voire la déception à l’égard du système scolaire actuel trop orienté vers le concours.

15Un autre phénomène marquant en Chine est son processus d’urbanisation, lié à l’essor économique qui attire massivement les ruraux vers les villes. En 2011, le taux de l’urbanisation de la Chine a pour la première fois dépassé 50 % (51,27 %), et continue à augmenter avec un pourcentage moyen de 2 % par an7. À cause du développement inégal entre l’est et l’ouest du pays, on constate une forte immigration des habitants des régions de l’ouest vers les régions côtières, ce qui n’est pas sans effet sur l’organisation scolaire.

16La croissance économique, l’augmentation du niveau de vie, la mondialisation et l’urbanisation, toutes ces mutations qui surviennent en l’espace de trente ans ont changé considérablement la demande des Chinois à l’égard de l’éducation. Grâce à une mobilité plus facile et plus fréquente du personnel et du matériel, les Chinois ont acquis un esprit plus ouvert, et exigent un système scolaire non seulement de meilleure qualité, mais aussi plus juste et plus équitable.

Vers une éducation plus juste, plus équitable, et de meilleure qualité – l’exemple de Shanghai

17Shanghai est la ville la plus ouverte et la plus internationalisée de la Chine. Elle a aussi la réputation d’être une pionnière de la réforme éducative chinoise. L’exemple de Shanghai pourrait donner une idée des efforts entrepris pour améliorer l’éducation, mais aussi de la tendance de l’évolution du système scolaire de toute la Chine.

Réforme éducative

18Shanghai a commencé sa réforme éducative dès les années 1980, afin de remplacer l’éducation orientée vers l’examen par une éducation nouvelle visant le développement intégral des élèves. Cette réforme était notamment effectuée dans trois domaines : le cursus, l’enseignement en classe et le Gaokao.

Réorganisation du cursus

19Les premiers travaux de réorganisation datent de 1988 et ont donné naissance à une nouvelle série de manuels que tous les élèves Shanghaiens étudient à partir de 1997. En 1998, la ville est entrée dans la deuxième phase de la réorganisation, qui vise à changer le mode d’apprentissage passif des élèves, en procédant à une « triple intégration et coordination » entre les sciences et les humanités, entre les cours imposés par le ministère et les cours créés par chaque école, ainsi qu’entre la méthode traditionnelle et la méthode active et autonome d’acquisition de connaissances.

20La réorganisation du cursus a abouti à la formation de huit disciplines : langue et littérature, mathématiques, sciences naturelles, sciences sociales, technologie, art, sport, activités pratiques. Ces huit disciplines sont classées en trois modules : cours élémentaires et obligatoires destinés à tous les élèves, cours « d’extension » et facultatifs ayant pour but de renforcer la potentialité des élèves, et cours « d’exploration », qui sont constitués d’activités extra-scolaires. Les cours des deux premiers modules sont assurés en classe, tandis que ceux du troisième module se présentent plutôt sous forme de projets de recherches que les élèves réalisent en dehors de classe et sous la direction du professeur : ces cours tendent à donner aux élèves la capacité et l’habitude du travail autonome, afin qu’ils puissent participer à la vie sociale avec créativité et sens critique.

Réorganisation de la classe

21Cette réorganisation consiste d’abord à « rendre la classe aux élèves ». Ce qui veut dire qu’en classe, au lieu de « gaver » les élèves de nouvelles connaissances, l’enseignant se doit de susciter leur initiative en leur offrant des occasions de réfléchir et de découvrir. À la place des cours magistraux, il doit faire participer les élèves en organisant des activités interactives et en leur accordant plus de liberté.

22La réorganisation de la classe se fait aussi sous le mot d’ordre « tout problème peut avoir plus qu’une solution ». Cela implique une véritable subversion de l’autorité de l’enseignant qui, selon l’idée traditionnelle et orthodoxe, détient la vérité absolue et a donc toujours raison.

Réorganisation du Gaokao

23En 1985, Shanghai a obtenu le droit autonome d’organiser le Gaokao, ce qui lui accorde une grande liberté dans la réforme liée à ce système de concours. Depuis lors, nombre de mesures ont été prises afin, d’une part, d’alléger la charge de travail scolaire des élèves, et d’autre part, de minorer le rôle de Gaokao dans le recrutement des universités. Parmi ces mesures, nous pouvons citer :

  • les épreuves « 3+1 », c’est-à-dire qu’en plus des trois épreuves obligatoires (chinois, mathématiques, langue étrangère), la quatrième épreuve porte seulement sur une matière choisie par le candidat (politique, histoire, géographie, physique, chimie ou biologie), et non sur plusieurs matières scientifiques ou humaines ;

  • le système d’octroi de points supplémentaires au Gaokao ;

  • l’admission par l’université sur recommandation du proviseur, voire l’admission directe avec dispense du Gaokao ;

  • le recrutement autonome par certaines universités cotées.

24La réforme menée par Shanghai, qui vise à la fois au développement des compétences et à l’acquisition des connaissances, a donné des résultats satisfaisants et amélioré nettement la qualité de l’éducation.

Vers une éducation plus juste et plus équitable

25Shanghai, l’une des premières villes chinoises à prendre en compte les enjeux de la réduction de l’inégalité dans l’éducation, a fait de grandes avancées dans ce domaine.

Abolition des écoles pilotes et application de la carte scolaire

26En Chine, certaines écoles primaires ou secondaires qualifiées de « pilotes » ont droit aux meilleures ressources matérielles et humaines. Cette inégalité, qui s’ajoute à la pression exercée sur les élèves par les concours d’admission aux écoles pilotes, fait depuis longtemps objet de polémique. Dans les années 1980, Shanghai a été la première en Chine à abolir les écoles pilotes dans l’enseignement primaire et secondaire inférieur. En 1994, elle a pris l’initiative d’appliquer la carte scolaire à ces deux stades d’enseignement. Ces deux mesures ont permis de supprimer le concours d’entrée au collège, et ainsi de soulager les enseignants, les élèves et leurs parents, ce qui a beaucoup contribué à libérer l’esprit d’innovation et de création des écoles (surtout primaires) : elles sont considérées comme une des raisons du succès de la réforme éducative de Shanghai.

Aménagement des écoles « faibles »

27L’abolition des écoles pilotes et l’application de la carte scolaire ne seraient pas durables, si l’on n’arrivait pas à gommer la différence entre les écoles sur le plan de la qualité de l’enseignement. Ainsi Shanghai a-t-elle adopté différentes stratégies pour aménager les écoles « faibles » :

  • transformer les écoles « faibles » en écoles « fortes » par restructuration ou annexion ;

  • augmenter le budget alloué aux écoles « faibles » ;

  • stimuler la mobilité du personnel (envoyer des enseignants expérimentés dans les écoles « faibles », organiser des stages pour les enseignants de ces dernières dans les écoles « fortes ») ;

  • encourager le jumelage entre écoles « fortes » et « faibles » ;

  • gestion concessionnaire des écoles « faibles » par les écoles « fortes » ;

  • mise en place d’alliances scolaires regroupant des écoles « fortes » et « faibles », anciennes et nouvelles, publiques et privées, ayant à la tête des écoles de grande réputation.

28Ces stratégies d’aménagement ont diminué le décalage de qualité entre les écoles et favorisé l’application de la carte scolaire.

Scolarisation des enfants des travailleurs migrants

29Avec le développement économique et l’urbanisation, de plus en plus d’habitants ruraux viennent travailler en ville. Mais beaucoup de villes ne veulent pas payer l’éducation des enfants de ces travailleurs migrants avec l’argent de leurs contribuables et les habitants urbains n’acceptent pas non plus que leurs enfants étudient dans la même école que les enfants des migrants.

30La Chine compte actuellement plus de 30 millions d’enfants en âge de scolarité issus des familles de travailleurs migrants, soit 20 % de la totalité des enfants qui vont à l’école ; 20 millions d’entre eux vivent en ville avec leurs parents, tandis que 10 millions restent à la campagne, séparés de leurs parents.

31Que les enfants des travailleurs migrants soient en ville ou à la campagne, leur éducation devient un problème social grave pour le gouvernement. L’État chinois a donc imposé deux principes en 2002 : l’éducation des enfants des travailleurs migrants doit être prise en charge par les villes d’accueil et cette éducation incombe à l’école publique.

32Étant historiquement une ville d’immigration, Shanghai a adopté d’emblée une attitude raisonnable et ouverte à la scolarisation des enfants des travailleurs migrants. Au début, la ville a créé pour eux des écoles spécifiques mais le caractère discriminant de cette démarche est vite apparu. C’est pourquoi, aujourd’hui, les enfants de migrants sont tous intégrés dans les écoles publiques et travaillent avec les enfants autochtones.

33La réforme scolaire de Shanghai a apporté beaucoup de changements réjouissants : non seulement les élèves acquièrent des connaissances plus larges, mais ils apprennent aussi à combiner l’acquisition des connaissances à la résolution des problèmes pratiques ; ils sont de plus en plus habitués à poser des questions auxquelles ils s’intéressent et à effectuer des recherches ouvertes et créatives, ce qui constitue un grand progrès par rapport au mode antérieur d’éducation.

34Cependant, malgré tous ces changements, personne n’est satisfait de la situation actuelle. D’une part, la réforme procède du haut vers le bas, alors que les élèves – les vrais sujets de l’éducation – ne sont pas encore tout à fait mobilisés. D’autre part, les écoles de qualité sont toujours en nombre insuffisant, tandis que les concours et les examens continuent à exercer de fortes pressions sur les élèves.

35Quoi qu’il en soit, le cas de Shanghai représente la tendance de l’évolution scolaire de la Chine. Beaucoup de mesures prescrites dans le Programme national à long et à moyen terme sur la réforme et le développement du système éducatif (2010-2020) sont inspirées des expériences réussies de Shanghai, notamment en ce qui concerne la réforme du système de Gaokao et du recrutement des universités, l’application de la carte scolaire, l’abolition du concours d’entrée au collège, la scolarisation des enfants des travailleurs migrants dans les écoles publiques de la ville d’accueil, etc.

36L’année 2014 est très importante pour l’éducation chinoise, car le ministère de l’Éducation nationale rendra public un plan global pour la réforme du système de recrutement universitaire, et chaque province définira les mesures concrètes d’application de ce plan vers la fin de l’année. On a raison d’attendre avec espoir.

Haut de page

Bibliographie

Programme à long et à moyen terme pour la réforme et le développement du système éducatif de Shanghai (2010-2020), www.shmec.gov.cn
(« 
上海市中长期教育改革和发展规划纲要 » 2010-2020年), 上海教育网)
http://www.shmec.gov.cn/html/xxgk/201009/301122010002.php

Programme national à long et à moyen terme pour la réforme et le développement du système éducatif (2010-2020), www.gov.cn, 29 juillet 2010 (« 国家中长期教育改革和发展规划纲要(2010-2020) », 中央政府门户网站, 20100729)
http://www.gov.cn/jrzg/2010-07/29/content_1667143.htm

Haut de page

Notes

1 Le taux d’admission à l’université augmente chaque année: de 4,8 % en 1977, il a atteint 56 % en 1999 (année où la Chine a commencé à appliquer la politique de démocratisation de l’enseignement supérieur) pour arriver à 75 % en 2012. Concours national d’entrée à l’université, Wikipédia (« 普通高等学校招生全国统一考试 », 维基百科), voir : http://zh.wikipedia.org/wiki/

2 En 1977 et 1978 – les deux premières années après le rétablissement du Gaokao – le nombre des candidats s’est élevé respectivement à 5,7 millions et 6,1 millions : c’est toute une génération de diplômés du lycée accumulés pendant dix ans qui participe au concours. Ce nombre a atteint son point culminant en 2009 (10,2 millions), et commence à baisser à partir de l’année suivante, en raison de l’effet du planning familial. Ces dernières années, le nombre des candidats au Gaokao reste relativement stable et dépasse neuf millions par an. Voir Wikipédia, le site cité en note 1.

3 Théoriquement, l’université est devenue aujourd’hui accessible à tout le monde, mais en réalité, la concurrence se fait de plus en plus rude, du fait que tous les candidats souhaitent entrer dans une université de première catégorie.

4 Classement des pays par l’ordre du PIB en 2013, World economy (« 2013年名GDP国内生产总值世界排名 », 世界经济信息网)
http://www.8pu.com/gdp/ranking_2013.html

5 Rapport sur la tendance des étudiants chinois à l’étranger (2013), Education on line (« 2013年出国留学趋势报告 », 中国教育在线)
http://www.eol.cn/html/lx/baogao2013/page1.shtml

6 Le nombre des étudiants chinois à l’étranger atteindra 500 000 en 2014, News.sina.com.cn, le 16 décembre 2013 (« 2014年中国留学生人数将达50 », 新浪新闻中心, 20131216)
http://news.sina.com.cn/c/2013-12-16/111828996601.shtml

7 Voir L’urbanisation chinoise, Wikipédia, http://zh.wikipedia.org/wiki/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Wei Chen, « Évolutions des organisations scolaires chinoises face aux mutations sociales », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], Colloque : L’éducation en Asie en 2014 : Quels enjeux mondiaux ?, mis en ligne le 11 juin 2014, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://ries.revues.org/3755

Haut de page

Auteur

Wei Chen

Chen Wei est diplômé du département de français de l’Université des Études internationales de Shanghai, docteur ès lettres, spécialité « traductologie » et professeur de langue et littérature françaises ainsi que directeur de thèse dans cette université. Outre ses activités d’enseignement à l’université depuis plus de vingt ans, il est l’auteur de plusieurs dizaines de publications : monographies, articles, manuels, dictionnaires. Il est aussi un traducteur et interprète simultané (français-chinois) expérimenté.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page