Navigation – Plan du site
ATELIER 5 : ÉCOLE ET SOCIÉTÉS, LA CONFIANCE EN JEU

Les cours particuliers dans l’enseignement secondaire en Inde

K. Sujatha
Traduction de Helen Tomlinson
Traduction(s) :
Private tuition in India: trends and issues

Notes de la rédaction

Ce texte est un résumé de l’article en anglais : Private tuition in India: trends and issues

Texte intégral

1Le système de cours particuliers pour les élèves du secondaire existe en Inde depuis assez longtemps, mais il a pris depuis peu des formes diverses, qui ont un impact sur les fondements mêmes du système éducatif, en lien avec l’évolution des caractéristiques et de la nature de l’éducation. Au lieu d’être perçus comme fastidieux, les cours particuliers sont désormais considérés comme un complément nécessaire à l’enseignement scolaire et un moyen d’améliorer les notes des élèves aux examens. Au fur et à mesure qu’ils explorent de nouveaux moyens et découvrent des territoires et des publics nouveaux, territoires, la nature et la typologie de ces cours évoluent aussi.

2Cet article s’appuie sur une étude empirique des cours particuliers dans l’enseignement secondaire dans un échantillon de quatre États indiens. Une majorité d’élèves du secondaire, surtout ceux de dixième (58 %) et de douzième (53 %) années, suivent des cours particuliers. L’étendue, l’intensité et la nature des cours particuliers suivis par ces élèves varient en fonction de facteurs tels que le genre, l’emplacement de l’école (milieu rural ou urbain), la gestion de l’établissement, et l’État considéré. Les cours particuliers sont plus répandus dans l’État du Kerala (71 %), qui présente également l’indice de développement humain (IDH) le plus élevé d’Inde. Dans le premier cycle de l’enseignement secondaire, les cours particuliers sont plus répandus en milieu urbain, à l’expectation du Kerala, mais au deuxième cycle du secondaire, il n’existe pas de différence entre zones rurales et urbaines. L’étude confirme qu’un pourcentage très important des élèves inscrits dans des écoles privées non subventionnées reçoit des cours particuliers, par rapport aux élèves inscrits dans des écoles publiques. Malgré l’idée reçue que les écoles privées non subventionnées sont plus performantes en termes de qualité d’offre d’enseignement et de reddition des comptes, les cours particuliers prennent une importance alarmante dans la mesure où, dans les quatre États étudiés, entre 50 % et 93 % des élèves y sont inscrits.

3Un pourcentage important des élèves suit des cours particuliers dans plus d’une matière. Une majorité des élèves prend des cours particuliers dans trois matières, tandis que plus qu’un quart s’inscrit pour toutes les matières. En ce qui concerne le nombre de matières étudiées dans ces cours particuliers, il existe des variations selon qu’il s’agit d’écoles rurales ou urbaines et selon le type de gestion d’établissement pratiqué. Près de trois quarts des élèves s’inscrivent aux cours particuliers dès le début de l’année scolaire, tandis qu’un tiers s’y inscrit au cours de l’année et quelques-uns seulement avant la période des examens. 55 % des élèves se rendent aux cours particuliers le matin avant d’aller à l’école, tandis que 41 % y vont le soir après l’école. 4 % des élèves assistent aux cours particuliers le matin et le soir. La plupart des élèves suivent des cours particuliers six jours par semaine. Un grand nombre d’élèves ont recours à des centres de coaching ou à des organismes spécialisés en tutorat privé, mais près d’un cinquième prend des cours particuliers auprès des professeurs de son établissement. Le montant moyen dépensé pour les cours particuliers chaque mois varie en fonction du nombre de matières étudiées, de la durée et du type de cours. Cependant, on relève des différences en ce qui concerne les frais de scolarités moyens payés par les élèves : ils sont plus élevés chez les élèves inscrits dans des écoles privées non subventionnées que chez ceux qui sont inscrits dans le public. Cela étant, les frais moyens dépensés pour les cours particuliers par les élèves des écoles publiques sont bien plus importants que les frais de scolarité modiques prélevés par les établissements. L’étude démontre que plus le niveau d’éducation et l’aisance économique des parents sont élevés, plus les enfants sont susceptibles de suivre des cours particuliers.

4Les raisons évoquées ci-dessus montrent clairement que les élèves des écoles publiques ressentent un besoin de soutien scolaire afin de préparer leurs examens, tandis que les élèves des écoles privées non subventionnées s’inscrivent aux cours particuliers afin d’améliorer leurs performances aux examens. Cependant, bien d’autres raisons expliquent cet essor du système des cours particuliers, qui sont liées au système éducatif lui-même ainsi qu’à des mécanismes sociaux, économiques, culturels et de marché. La situation actuelle des cours particuliers en Inde rend nécessaire l’interventions politique du gouvernement à différents niveaux de l’enseignement secondaire, pour faire face à la demande croissante, mieux équiper les établissements scolaires, diversifier et améliorer l’enseignement scolaire et le développement professionnel, et réformer le système des examens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

K. Sujatha, « Les cours particuliers dans l’enseignement secondaire en Inde », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], Colloque : L’éducation en Asie en 2014 : Quels enjeux mondiaux ?, mis en ligne le 11 juin 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://ries.revues.org/3796

Haut de page

Auteur

K. Sujatha

K. Sujatha est professeur et directrice du département d’administration de l’éducation de l’Université nationale de planification et d’administration de l'éducation (NUEPA) de New Delhi, Inde. Docteure en anthropologie éducative, elle s'est spécialisée sur l'éducation des groupes défavorisés et des tribus, l'éducation comparée et l'éducation secondaire, sujets sur lesquels elle a mené plusieurs études empiriques. Elle est l'auteur de huit livres, dont deux publiés par l'Institut international de planification de l'éducation IIPE-UNESCO, Paris. Elle a également publié plusieurs articles de recherche dans des revues nationales et internationales. Courriel : sujakalimili@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page