Navigation – Plan du site

Texte intégral

1À l’occasion du 20e anniversaire de la Revue internationale d’éducation de Sèvres, le Centre international d’études pédagogiques organisera les 12, 13 et 14 juin 2014 un colloque international sur le thème de l’éducation en Asie en 2014.

Format, organisation et partenariats

Le colloque est ouvert sur invitation à 120 participants français et étrangers : experts, chercheurs, formateurs, responsables de systèmes éducatifs européens et asiatiques.

Les travaux menés durant trois jours nourriront le numéro 68 de la Revue internationale d’éducation de Sèvres, éditée par le CIEP, qui paraîtra en avril 2015. Les communications présentées dans les ateliers seront publiées en ligne sur le site de la revue : http://ries.revues.org/​

Le colloque se tiendra au CIEP, à Sèvres. Les participants pourront être logés et prendre leurs repas sur place. Les langues de travail seront le français et l’anglais. Une traduction simultanée sera assurée.

Ce colloque est organisé en partenariat avec le ministère français de l’éducation nationale, l’Ecole supérieure de l’éducation nationale (ESEN) et le ministère français des affaires étrangères, avec le soutien des services culturels français en Asie et en lien avec des institutions françaises et étrangères (universités, centres de recherche).

2Le CIEP a réuni les 11 et 12 avril 2013 un séminaire d’une vingtaine de participants (liste jointe à ce document) pour réfléchir aux orientations, aux objectifs et aux modalités du colloque à venir. Les participants à ce séminaire collaborent au conseil scientifique du colloque.

1. Les objectifs : un colloque pour connaître et comprendre l’éducation en Asie

Comprendre les réalités éducatives d’une région majeure, diverse et méconnue, en :

  • mobilisant une attention pluridisciplinaire et un croisement des regards sur une région remarquable par son poids démographique, économique et géopolitique ;

  • dépassant les observations partielles, datées, parfois faites de préjugés ou d’incompréhensions, qui tiennent à la fonction spécifique de doctrines traditionnelles dans ces pays, au développement exponentiel d’une « éducation de l’ombre », mais aussi souvent à l’hypothèse que les résultats de certains pays asiatiques seraient acquis par la mise en compétition à outrance des élèves ;

  • interrogeant les différents systèmes sur les valeurs, propres, communes à d'autres, voire universelles, qui les sous-tendent.

Comprendre les réponses apportées par l’Asie à ses propres défis et l’intérêt de ces réponses pour le monde extra-asiatique

  • Les pays d’Asie participent-ils plutôt, en matière d’éducation, d’une uniformisation ou d’une multipolarisation du monde ? Quelle influence exercent-ils ou exerceront-ils ?

  • Entre, d’une part, la production, d’une élite scientifique ou managériale nationale ainsi que mondialisée et défis de la massification scolaire, et d’autre part, avec le risque que de nouvelles exclusions font peser sur la cohésion sociale, quelles voies empruntent les pays asiatiques ?

2. Le champ : spécificités et délimitations

3Les questions posées aux systèmes asiatiques seront à la fois les questions que les comparatistes posent dans toutes les régions du monde, mais il y aura aussi, sans doute plus fortement, à étudier les liens entre éducation, traditions et civilisation, à la fois dans ces pays et en les comparant à d’autres : sens de ces traditions par rapport au savoir et à la logique, à l’Etat, à l’action, aux religions et philosophies, ainsi qu’aux questionnements sur leur unité et leur poids sur le présent.

Quelles « Asies ? »

4Si l’éducation en Asie se structure spécifiquement autour de deux grandes expériences éducatives, celle de l’Asie sinisée et celle de la tradition indienne, d’autres traditions éducatives moins propres à l’Asie, comme la tradition musulmane, sont aussi à considérer, de même que ne doivent pas être méconnus les développements historiques, idéologiques et politiques spécifiques selon les pays.

Délimitations thématiques

5Le colloque traitera principalement de l’enseignement scolaire, sans s’interdire d’aborder la question des modalités d’accès à l’enseignement supérieur ni celle de la formation des compétences professionnelles.

3. Trois axes majeurs du colloque

Axe 1 : Systèmes éducatifs d’Asie : Quelles représentations de l’école ?

Discours et récits

6L’ « élève», l’ « enfant », le citoyen, le lettré ou le travailleur à former sont des concepts différents selon les traditions, de même que le rapport à la famille, à l’aîné, au maître, aux compétiteurs ou au groupe. Seront abordés les discours et récits disponibles sur l’éducation, quand ils permettent de situer l’éducation par rapport à la société, à l’Etat, aux systèmes de valeurs. Comment ces récits prennent-ils en compte les bouleversements très rapides des dernières décennies ?

Savoirs, curricula et pédagogies

7On cherchera à cerner comment sont définis les savoirs enseignés par l’école et par rapport à quelles finalités. Avec quelles permanences et changements dans les curricula ? Quelles sont les traditions pédagogiques ? Quelle approche a-t-on de l’innovation ? Quelle influence des écoles parallèles ? Quelle prise en compte des langues et savoirs locaux ?

Axe 2. Systèmes éducatifs d’Asie : Organisations, stratégies et résultats

Evolutions des organisations scolaires  face aux mutations sociales (atelier C)

8Nombre des pays considérés sont confrontés à divers éléments qui déstabilisent leurs organisations scolaires et créent des situations de relatif désordre : la pauvreté ici, la marchandisation de l’éducation ailleurs, le jeu de l’éducation parallèle, les interférences étrangères directes ou indirectes, la question des minorités et des migrations internes, ou encore la mise en œuvre de la décentralisation. Il semblerait intéressant de savoir quels ont été ou quels sont les processus de transition et comment, y compris avec quels cadres, les différents systèmes régulent ces évolutions et construisent le pilotage nécessaire.

Enjeux et modalités du financement de l’éducation en Asie

9Le constat de l’antériorité du développement de l’éducation en Asie par rapport au développement économique a conduit certains à penser qu’il pouvait y avoir un « modèle asiatique » efficient de financement de l’éducation. Alors que l’État est réhabilité et l’aide internationale harmonisée, l’apparition de stratégies entrepreneuriales dans le champ de l’éducation, de la part des États comme des acteurs privés, et la demande émanant des familles, des plus pauvres aux plus aisées, ont entraîné une multiplication des acteurs de l’offre et des modalités de financement de l’éducation qui soulève un certain nombre de questions quant à leurs effets en termes d’efficience.

Ecole et sociétés : la confiance en jeu

10La question de la confiance des sociétés dans l’école est un objet intéressant pour la comparaison internationale en éducation : si différents modèles de relations entre éducation et société existent en Asie selon les pays, avec une intégration plus ou moins forte de l’école dans le système social, si la compétition y semble plus facilement acceptée, notamment par les familles, le développement massif et rapide d’écoles parallèles comme d’écoles privées montre une forte insatisfaction des familles vis-à-vis de l’éducation scolaire existante. Quelles sont les évolutions actuelles ?

Axe 3. L’Asie de l’éducation et le reste du monde : vers des modèles asiatiques ? Vers des perspectives de compétition ou de coopération ?

Existence et influence de modèles asiatiques ?

11Un ou plusieurs « modèles » asiatiques apparaissent-ils en tant que tels ? Peut-on en risquer une typologie ? Quelle conscience les acteurs en ont-ils ? Va-t-on vers un développement de la diversité ou vers une homogénéisation des modèles? Quelle a été et quelle pourrait être l’influence de modèles éducatifs étrangers en Asie ? Observe-t-on une influence de certains modèles asiatiques en Asie et dans le reste du monde ?

Entre compétition et dialogue : quelles dialectiques ?

12Reste-t-on dans des confrontations de modèles ou bien va-t-on vers des éléments de dialogue des civilisations ?

Comité scientifique

Président : François PERRET, directeur du CIEP

Pr. Joël BEL LASSEN, Inspecteur général de l’Éducation nationale (chinois)

Pr. Alain BOUVIER, ancien recteur, professeur émérite, rédacteur en chef de la RIES

Pr. Mark BRAY, directeur du Centre de recherche en éducation comparée, Faculté d’éducation, Université de Hong Kong,

Pr. CHEN Wei, professeur, Université de Shanghai (littérature française et comparée), traducteur

Pr. Laurence CORNU, philosophe, directrice du département de Sciences de l’éducation, Université François-Rabelais, Tours

Bruno CURVALE, chargé de programme, département coopération en éducation, CIEP

Pr. Jean-Marie DE KETELE, professeur émérite, sciences de l’éducation, Université de Louvain-la Neuve

Pierre-Louis GAUTHIER, Inspecteur d’académie (H)

Dr. Roger-François GAUTHIER, Inspecteur général de l’administration de l’Éducation nationale et de la Recherche, professeur associé à Paris 5, membre permanent du Conseil supérieur des programmes

Dr. Nolwen HENAFF, économiste, chargée de recherche au CEPED, Université Paris Descartes - l’Institut de recherche pour le développement (IRD) (axe Éducation et savoirs au Sud)

Dr. Bernard HUGONNIER, ancien directeur adjoint de la direction de l’Éducation, OCDE, maître de conférences à Sciences-Po Paris

Pr. Walo HUTMACHER, sociologue, professeur émérite, Université de Genève

Pr. Le Huu Khoa, anthropologue, sociologue, directeur du master Asie, Université de Lille

Pr. LE THAN KHOI, professeur émérite (éducation comparée, économie), Paris 5

Dr. Odile LUGINBÜHL, Inspectrice d’académie-Inspectrice pédagogique régionale (H), ancienne rédactrice en chef de la revue (1994-2003)

Pr. Michel LUSSAULT, professeur des universités (géographie), directeur de l’Institut français d’éducation (IFE)

Pr. Denis MEURET, professeur (Université de Bourgogne - IREDU), sciences de l’éducation, membre de l’Institut universitaire de France

Pr. Nathalie MONS, professeure, sociologue, Université de Cergy-Pontoise

Dr. Jun OBA, maître de conférence, Université d’Hiroshima

Bernadette PLUMELLE, responsable du centre de ressources et d’ingénierie documentaires, CIEP

Dr. Maroussia RAVEAUD, Maître de conférence, Université du Maine (France), Research Fellow, University of Bristol (UK)

Marie-José SANSELME, rédactrice en chef adjointe de la RIES

Valérie TEHIO, responsable adjointe, division Education et Formation, Agence française de développement (AFD)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Cadrage scientifique », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], Colloque : L’éducation en Asie en 2014 : Quels enjeux mondiaux ?, mis en ligne le 22 mai 2014, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://ries.revues.org/3835

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page