Navigation – Plan du site
ATELIER 2 : SAVOIRS, CURRICULA ET PÉDAGOGIES

L’enseignement à Singapour : pour quoi ? Pour qui ?

Jason Tan
Traduction de Robert Elbaz
Traduction(s) :
Education in Singapore: for what, and for whom?

Texte intégral

1Le système éducatif de Singapour a été au centre d’un intérêt international soutenu au cours des vingt dernières années, grâce aux succès répétés de ses élèves dans les tests internationaux de réussite scolaire, tels que PISA. Ce modèle a été salué comme une référence par les pays désireux de réformer ce que de nombreux gouvernements considèrent comme une incapacité à favoriser l’émergence de standards de réussite scolaire élevés. Serait-il possible que le cas de Singapour offre des leçons utiles pour progresser sur la voie de la réussite scolaire ?

  • 1 Desired Outcomes of Education. (NdT)

2Dans cet article, nous présentons d’abord deux éléments majeurs des curricula des soixante dernières années : encourager la croissance économique nationale et favoriser la cohésion sociale. Ces deux fondamentaux sont restés les mêmes au cours du temps et leur importance n’a cessé de s’accroître face aux nombreux défis posés par la mondialisation. De nombreuses initiatives de réformes ont réaffirmé l’importance de ces points, qui figurent dans les dernières déclarations politiques portant sur les objectifs éducatifs à atteindre1 et sur les compétences nécessaires au XXIe siècle.

3L’article souligne ensuite différentes caractéristiques clés du système éducatif de Singapour qui permettent de mieux appréhender le contexte dans lequel le fonctionnement des établissements singapouriens doit être compris. La première de ces caractéristiques est la croyance en une méritocratie fondée sur un système d’examens nationaux à fort enjeu dans le primaire, le secondaire et à l’entrée de l’université. Cette position suppose de fait, et de façon explicite, une inégalité dans les résultats scolaires, tout en offrant une véritable égalité en matière d’accès à l’éducation. La seconde caractéristique est l’établissement de filières fondées sur les capacités, que ce soit au niveau primaire ou secondaire, c’est-à-dire en d’autres termes la croyance en une inégalité des vécus scolaires. La troisième est un équilibre entre la centralisation des décisions politiques en matière d’éducation et la délégation des prises de décision aux chefs d’établissement.

4L’article critique l’élitisme croissant engendré par ce système soi-disant méritocratique, qui masque de nombreuses inégalités sur le terrain. Le système éducatif est un champ où se jouent des inégalités croissantes liées aux revenus. Ces inégalités ont été exacerbées par la marchandisation croissante de l’éducation au cours des trente dernières années. Ces inégalités recoupent également les inégalités ethniques. En réaction, le gouvernement a tenté de gommer les frontières rigides séparant les différentes filières et de proposer son aide aux différentes communautés pour améliorer la réussite scolaire. Il a également mis en place une grande variété de filières et de passerelles, affirmant accorder toute son importance aux différentes formes de réussite, car « chaque école est une bonne école ». Une autre critique concerne l’impact de ces inégalités, dans un contexte d’immigration croissante, sur la cohésion sociale.

1959-2014 : les points marquants de la politique éducative

5Depuis 1959, l’un des traits distinctifs de Singapour est l’hégémonie politique du PAP (People’s Action Party). Cette hégémonie est sans doute l’un des facteurs qui permettent d’expliquer la pérennité relative des objectifs fixés par le gouvernement. Lorsque le PAP a pour la première fois assumé le pouvoir politique dans un Singapour autonome après 140 ans de gouvernement colonial britannique, il a hérité d’un fatras disparate d’établissements fonctionnant dans quatre langues différentes : l’anglais, le chinois, le malais et le tamoul. La scolarisation était loin d’être universelle et les établissements manquaient d’objectifs communs, voire de programmes ou d’examens communs. Outre le fait de lancer un programme ambitieux d’accroissement des inscriptions dans le primaire (l’objectif d’inscrire la totalité d’une classe d’âge dans le primaire a été atteint en 1966), le PAP a également commencé à unifier les curricula, les examens, ainsi que la formation et les salaires des enseignants. En 1965, l’indépendance (après une courte période d’union politique avec la Malaisie) a renforcé la volonté de définir deux objectifs éducatifs fondamentaux dans la nouvelle nation : favoriser la croissance économique nationale et encourager la cohésion sociale au sein d’une population multi-ethnique et multi-religieuse. De plus, le nombre d’écoles privées a rapidement été réduit afin de permettre un contrôle centralisé de la définition de la politique éducative, de la régulation et du financement. Afin d’encourager la croissance économique, l’accent a été mis sur les compétences en anglais, en mathématiques et en sciences (ce qui a quelque peu marginalisé les autres matières) au primaire, au secondaire et au niveau pré-universitaire. Dans le même temps, un ensemble de rituels quotidiens a été mis en place dans les écoles afin de promouvoir la cohésion sociale et l’identité nationale. Ces rituels comprenaient la récitation du serment d’allégeance, la levée du drapeau et le chant de l’hymne national.

6Ces deux objectifs fondamentaux ont perduré, malgré de nombreuses initiatives de réforme au cours des soixante dernières années. Par exemple, la publication en 1998 des objectifs éducatifs à atteindre fixés par le ministère de l’éducation (document révisé par la suite en 2009) mentionne des résultats tels qu’ « aimer Singapour » ou « être entreprenant et innovant ». En 2009 a été publié un ensemble de compétences nécessaires pour le XXIe siècle, soulignant là encore le besoin de « littéracie civique » et d’ « harmonie ». Ces objectifs ont été réactivés par le défi posé par la nécessité de demeurer compétitif dans une économie mondialisée, ainsi que par la montée en puissance d’une immigration à grande échelle au cours des vingt dernières années. Comme l’a montré le dernier recensement, cette immigration a eu pour conséquence que les non-citoyens représentent 37 % des cinq millions d’habitants.

Les caractéristiques clés du système éducatif singapourien

7Afin de comprendre plus avant le système éducatif de Singapour, plusieurs caractéristiques clés sont soulignées. La première est la méritocratie, dont le PAP a fait un mythe fondateur gravé dans le marbre. La rhétorique officielle prétend que la méritocratie offre à chacun des chances égales en matière éducative et qu’il s’agit du moyen le plus efficace de sélectionner le talent fondé sur le travail individuel et le mérite (comme le montrent les performances individuelles dans une série d’examens nationaux à fort enjeu). Cependant, il est important de reconnaître que la méritocratie stipule de manière explicite des résultats scolaires inégaux.

8La seconde caractéristique est la croyance en une différenciation des filières fondée sur les capacités, qui repose elle-même sur la conviction que les différences individuelles de capacités exigent des curricula différents. Le système de filières a été institutionnalisé au primaire fin 1979, et dans le secondaire un an plus tard. En fonction de leur score aux examens nationaux, les élèves étaient orientés vers différentes filières, avaient accès à différentes matières, à différents niveaux de complexité dans le traitement de ces matières et à différents examens finaux.

9La troisième caractéristique est l’équilibre entre la lourde centralisation de la définition de la politique mentionnée plus haut et le transfert progressif de la prise de décision aux chefs d’établissement. La mise en place d’une plus grande autonomie des écoles a commencé dans les années 1980 sous la forme d’écoles indépendantes et d’écoles autonomes dans le secondaire, et aujourd’hui sous la forme d’une plus grande liberté de décision pour la gestion des personnels et l’offre de curricula.

L’émergence de dilemmes et de contradictions

10Au cours des dix dernières années, il apparaît de plus en plus clairement que l’objectif de parvenir à un système homogène n’est toujours pas atteint et que, dans les faits, la méritocratie telle qu’elle est pratiquée a favorisé l’élitisme, en privilégiant les élèves doués et les établissements prestigieux. Devant la montée en puissance des inégalités de revenus, le gouvernement lui-même a été forcé de reconnaître publiquement ce phénomène. En réaction, il a tenté au cours des dix dernières années de remplacer les filières par la répartition en groupes de niveaux dans le primaire, et d’atténuer les différences entre filières dans le secondaire. Il est regrettable que les inégalités de revenus se trouvent coïncider avec les inégalités ethniques. De ce point de vue, la plus grande minorité ethnique de Singapour, les Malais (qui représentent environ 14 % de la population) et, dans une moindre mesure, les minorités ethniques indiennes, s’en sort relativement moins bien que la majorité chinoise dans les examens nationaux. Au cours des trente dernières années, le gouvernement a apporté son aide aux groupes de soutien internes aux différentes communautés ethniques afin d’améliorer leur réussite scolaire. Cependant, ces efforts doivent encore apporter la preuve de leur capacité à réduire les fossés éducatifs.

11Il se peut que ces inégalités interscolaires et sociales aient été exacerbées par la marchandisation rapide de l’éducation (par exemple, par la promotion du choix des établissements et la compétition) depuis les années 1980. L’apparition d’une compétition agressive entre établissements, à la fois pour les élèves et pour les résultats scolaires et non-scolaires, a conduit à une stratification des élèves et des établissements, spécialement dans le secondaire. La diversification ultérieure des choix des filières éducatives au cours de la dernière décennie n’est pas parvenue à atténuer ces inégalités. En dépit des déclarations gouvernementales stipulant que « chaque école est une bonne école » et qu’il faut accorder la même importance à toutes les formes de réussite éducative, il y a peu de preuves sur le terrain que l’empressement de la classe moyenne à faire appel à des tuteurs privés et à inscrire ses enfants dans les établissements prestigieux ait diminué.

12Un autre aspect problématique de l’éducation à Singapour est l’impact des inégalités scolaires sur la cohésion sociale et ce d’autant plus que l’immigration massive des vingt dernières années a soulevé des questions portant sur l’identité nationale et sur la capacité du pays à intégrer les nouveaux immigrants. Une des réponses apportées par le gouvernement a été la mise en place, en 2011, d’une révision curriculaire portant sur l’éducation de la personnalité et à la citoyenneté, qui a élargi le concept de citoyenneté pour inclure les compétences interculturelles.

13Cet article a brossé un tableau rapide du système éducatif singapourien et a mis l’accent sur différentes caractéristiques et tendances clés. Les premiers succès de Singapour, qui ont permis de stimuler la réussite éducative de ses élèves, sont probablement la preuve de la valeur de cette politique éducative centralisée et concentrée sur ses objectifs. Cependant, loin de proposer des réponses toutes faites ou des modèles pour le reste du monde, l’exemple de Singapour met en lumière l’existence d’inégalités sociales et éducatives, même dans un système loué par ailleurs pour sa relative réussite. Il met également en lumière les difficultés de défaire ou de contrecarrer les croyances sociales, une fois celles-ci fermement établies.

Haut de page

Notes

1 Desired Outcomes of Education. (NdT)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jason Tan, « L’enseignement à Singapour : pour quoi ? Pour qui ? », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], Colloque : L’éducation en Asie en 2014 : Quels enjeux mondiaux ?, mis en ligne le 05 juin 2014, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://ries.revues.org/3852

Haut de page

Auteur

Jason Tan

Jason Tan est titulaire d’une maîtrise en éducation et développement national de l’Université de Hong-Kong et d’un doctorat en éducation comparée de l’Université d’Etat de New York à Buffalo, États-Unis. Il est actuellement maître de conférences en politique et leadership à l’Institut national de l’éducation de Singapour et membre de comités de rédaction de plusieurs revues internationales, parmi lesquelles Asia Pacific Journal of Education and Globalisation, Societies and Education. Publication récentes: Education in Singapore: Taking Stock, Looking Forward, Pearson, Singapour, 2012. Courriel : engthye.tan@nie.edu.sg

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page