Navigation – Plan du site
ATELIER 3 : ENJEUX ET MODALITÉS DU FINANCEMENT DE L’ÉDUCATION EN ASIE

Financement de l’éducation au Viêt Nam

Thi Thai Ha Trân
Traduction de Nolwen Henaff
Traduction(s) :
Education financing in Vietnam

Texte intégral

1Le Viêt Nam connaît actuellement un développement sans précédent, marqué par une croissance économique rapide et soutenue. Par rapport à son niveau moyen de revenu, le Viêt Nam a enregistré des résultats remarquables en matière éducative depuis le début du « Renouveau ». L’Unesco a reconnu l’universalisation de l’éducation pour les garçons comme pour les filles en primaire comme un record au niveau mondial. La proportion de 25-55 ans sans aucune éducation est passée de 23 % en 1992 à moins de 1 % en 2008. Depuis 2006, la proportion d’enfants qui fréquentent l’école est stable à 100 % en primaire et 76 % en secondaire de base. L’essentiel de la croissance a eu lieu en milieu rural, où continue à résider la majorité de la population.

2Au Viêt Nam, l’éducation était une responsabilité collective avant de devenir un droit et un devoir individuels. Commencée dans les maquis lors de la guerre d’Indochine, l’histoire éducative du Viêt Nam prend des chemins différents après l’indépendance. Au Nord, le système éducatif fait partie intégrante de la planification centralisée tandis que se maintient au Sud un système de type « occidental » où se côtoient un enseignement public gratuit et un enseignement privé, confessionnel ou laïc, payant. La réunification du pays en 1976 permet de mettre en œuvre la reconstruction et l’harmonisation du système éducatif, à partir des modèles du Nord et du Sud. Les choix effectués par l’État ont permis le développement du système éducatif, mais ont aussi conduit à la mise en place d’un système de financement parallèle, dont l’État a les plus grandes difficultés à se défaire. Alors que le modèle est celui d’une éducation publique « gratuite », les familles sont convaincues que la qualité de l’éducation au Viêt Nam est faible et développent des stratégies destinées à améliorer les chances pour leurs enfants de recevoir une éducation de qualité.

L’arbitrage quantité/qualité

3La très longue période de guerre pratiquement ininterrompue que connaît le Viêt Nam entre 1946 et 1979 a contraint les autorités à faire preuve de pragmatisme et de souplesse dans le développement de l’éducation. En réaction à une politique perçue comme élitiste de la part du pouvoir colonial et conçue pour former les cadres du pays, il s’agit d’accroître les connaissances du plus grand nombre possible d’individus aussi vite que possible, avec aussi peu de ressources que possible.

4Alors que les taux de scolarisation s’accroissent en primaire et jusqu’à un certain point dans les autres cycles, l’éducation se développe. À partir de la première réforme éducative en 1950, différentes réformes ont cherché à améliorer à la fois l’accès et la qualité de l’éducation (Trân Kiêu, Nguyên Huu Châu, 2000). Il y a un accroissement progressif de la durée de scolarisation, qui passe de 9 ans en 1950 à 10 ans en 1956 puis à 12 ans en 1993. Le nombre de semaines travaillées, le nombre de cours par semaine, l’éventail des matières, le pourcentage d’enseignants formés et leur niveau de formation s’accroissent progressivement. Les réformes changent aussi le curriculum de manière régulière. Dans le même temps, le gouvernement investit dans les infrastructures et équipements scolaires.

5Il n’y a pas eu véritablement d’arbitrage entre quantité et qualité en matière éducative : la qualité et la durée de la scolarisation ainsi que le nombre d’élèves auxquels elle est dispensée se sont accrus simultanément, ce qui a permis un développement de l’éducation compatible avec les ressources disponibles, financières et humaines.

6Cependant, les écarts en termes de possibilités et de résultats d’apprentissage, particulièrement entre les populations de niveaux de vie différents, entre le milieu urbain et le milieu rural, et entre les différentes ethnies, demeurent un défi important pour l’éducation au Viêt Nam. Le coût est un obstacle aux possibilités d’apprentissage. Les dépenses budgétaires d’éducation au Viêt Nam ont augmenté au fil du temps, atteignant un pourcentage élevé du PIB par rapport aux autres pays d’Asie de l’Est et du Pacifique. Mais les efforts réalisés n’ont pas apporté les résultats escomptés. En dépit de dépenses accrues de l’État en faveur de l’éducation, les familles doivent contribuer pour l’éducation de base davantage que les ménages des autres pays de la région Asie de l’Est Pacifique, et c’est un poids de plus en plus lourd pour les familles les plus pauvres.

Figure 1 : le système éducatif vietnamien (2007)

Figure 1 : le système éducatif vietnamien (2007)

Source : Ministère de l’éducation et de la formation, 2007.

Le principe du financement public de l’éducation

  • 1 L’éducation élémentaire (primaire) est obligatoire et gratuite, en vertu de la constitution de 1946 (...)

7La constitution de 1980 réaffirme le rôle de l’État dans la mise en œuvre de l’enseignement obligatoire et gratuit et d’une politique de bourses pour l’éducation (article 60), mais le coût de la reconstruction au Viêt Nam et au Cambodge – où des effectifs importants sont stationnés à partir de 1978, ce qui vaut au pays de se retrouver presque totalement isolé sur la scène internationale –, enfonce le pays dans la crise. Alors qu’ailleurs, les institutions de Bretton Woods prônent la réintroduction de droits pour les usagers, y compris dans le secteur éducatif, pour l’assainissement budgétaire et l’amélioration de l’efficience en matière éducative (Thobani, 1983 ; Mingat, Tan, 1986), le Viêt Nam abandonne la gratuité scolaire1 pour adopter en 1989 un principe de réalité budgétaire : une directive du président du Conseil des ministres précise que :

  • 2 Directive du président du Conseil des ministres n° 241/CT du 4 septembre 1988 sur la résolution de (...)

L’État garantit le maintien, et en fonction des capacités de financement, l’augmentation de la part des dépenses d’éducation et de formation dans le budget annuel. Le ministère de l’Éducation et le ministère de l’Enseignement supérieur, professionnel et technique ont la responsabilité de l’établissement d’un plan d’ensemble pour le secteur compatible avec les conditions financières mentionnées ci-dessus et avec le plan et le budget global de l’État2.

Figure 2 : Financement de l’éducation par l’État et la population

Figure 2 : Financement de l’éducation par l’État et la population

8Ce principe continue de régir le financement de l’éducation au Viêt Nam. Il va permettre la création d’écoles « non publiques », hybrides fonctionnant sur un recouvrement plus ou moins important des coûts auprès des parents qui ne peuvent pas mettre leurs enfants à l’école publique, soit parce que l’offre est inexistante (ce qui est souvent le cas dans l’enseignement préprimaire), soit parce qu’ils n’ont pas obtenu des résultats suffisants aux examens de fin de cycle, ce qui leur interdit en principe le passage dans le cycle supérieur : le maintien dans le système scolaire est possible au prix d’une contribution accrue des parents. Les sources de financement pour l’éducation incluent aujourd’hui, en plus du budget de l’État (qui comprend des obligations, des prêts, des dons), des sources en dehors du budget de l’État telles que les droits scolaires, les revenus des services liés à la science et à la technologie, des contributions individuelles et d’organisations. Le budget de l’État demeure cependant la principale source de financement et l’État conserve le pouvoir de décision en matière de politique éducative (Figure 2).

L’ajustement par les coûts supplémentaires

9Pour les familles, l’éducation, à des niveaux qui s’élèvent au fur et à mesure des progrès réalisés en matière de généralisation de l’éducation, apparaît désormais moins comme une condition suffisante que comme une condition nécessaire pour l’insertion professionnelle. Dans ce contexte d’élévation progressive du niveau général d’éducation de la population active, les ménages moins démunis cherchent à amener leurs enfants le plus loin possible au-delà du niveau d’éducation moyen.

10L’éducation de base revient cher aux parents d’élèves vietnamiens. Il y a trop de types de frais scolaires et de contributions en plus des droits scolaires, en quantités et sous des noms qui varient selon les localités. L’enquête HIDE (IRC, 2013) a identifié 15 groupes principaux de frais à l’école et hors l’école incluant les droits scolaires et d’inscription, de construction et de réparation, d’achat d’équipement, la caisse de classe, les manuels scolaires et le matériel scolaire, les uniformes, la cantine, les frais de parking, les cours supplémentaires à l’école et en dehors de l’école, les assurances, la contribution à la caisse des parents d’élèves, et les cadeaux et enveloppes pour les enseignants.

11Alors que l’essentiel de la dépense récurrente d’éducation incombe au financement local, les établissements scolaires restent sous dotés et les enseignants mal payés. Les parents sont mis à contribution pour « la construction et la maintenance », qui correspondent à des dépenses d’investissement et pour une liste – plus ou moins étendue selon les établissements – de contributions « volontaires » correspondant essentiellement à des dépenses récurrentes. La collecte des divers types de frais, dont les montants sont loin d’être négligeables en particulier dès lors que plus d’un enfant est scolarisé, est réalisée par les enseignants, dont les méthodes de recouvrement confinent parfois au harcèlement. Mais ils ne bénéficient qu’à la marge de ces recettes, lorsqu’elles sont utilisées pour payer des missions non prises en charge par le système éducatif ou des primes aux enseignants méritants.

12Rémunérés pour une demi-journée de cours, les enseignants mettent à disposition des familles leurs compétences et leur temps libre pour aider les élèves à améliorer leur niveau scolaire contre une rémunération, dont une part revient à l’école, qui fournit les salles de classe, et une part aux enseignants, qui dispensent les cours. Les cours supplémentaires vont se répandre d’autant plus facilement qu’ils répondent à une demande croissante de la part de familles confrontées à un environnement scolaire de plus en plus concurrentiel, dans un contexte de généralisation de l’enseignement amenant chaque année davantage d’élèves à des niveaux plus élevés d’éducation, et qu’ils apparaissent comme un moyen de compenser ce que les familles perçoivent comme des faiblesses de l’enseignement et une insuffisante qualité de l’éducation.

13Le contournement de la carte scolaire demeure un élément central de la stratégie éducative des familles qui peuvent le mettre en œuvre. Mais l’inscription dans une école en dehors de la commune de résidence suppose l’obtention d’une dérogation (les fonctionnaires, par exemple, bénéficient de cette possibilité), ou le paiement de droits d’enregistrement. Et même dans ces conditions, l’inscription d’un enfant dans une école jugée meilleure par les parents n’est pas toujours possible, entraînant, en milieu urbain en particulier, le développement de logiques résidentielles tenant compte de la localisation des établissements scolaires.

14Dans tous les cas, le coût pour les parents de la scolarisation de leurs enfants représente une partie importante du budget du ménage. Selon les comptes financiers officiels des établissements scolaires, la contribution des parents représente environ 10 % des ressources des écoles, 90 % provenant venant du budget de l’État. Cependant, la réalité est assez différente. Les résultats du projet HIDE montrent qu’alors que ces fonds ne semblent pas être utilisés dans l’intérêt commun, qu’il s’agisse de l’école ou d’une classe en particulier, une partie est utilisé dans l’intérêt de certains d’étudiants. Le système mis en place pour mobiliser des financements pour l’éducation de base à partir des contributions de la population n’a donc pas eu un impact totalement positif sur la gestion des écoles. Pourtant, les parents continuent d’espérer et d’attendre pour leurs enfants une éducation de meilleure qualité et un avenir plus prometteur, s’ils consacrent davantage de fonds à l’école.

Modèles étrangers, choix locaux

  • 3 Le nombre d’étudiants vietnamiens à l’étranger est le plus élevé en Australie (environ 25 %), aux É (...)

15Envoyer leurs enfants à l’étranger poursuivre leurs études est un choix que font un nombre croissant de familles. Les pays développés comme les États-Unis ou la France demeurent des choix évidents pour ces familles. L’Australie et la Chine sont aussi des destinations prisées par les étudiants vietnamiens3. Le Japon, la Corée, Singapour et Hong-Kong sont attractifs, mais y vivre coûte cher. On estimait à plus de 100 000 le nombre d’étudiants vietnamiens à l’étranger en 2012, environ 10 % recevant des aides ou des bourses (Thanh Lam, 2013). Faire étudier leurs enfants à l’étranger à des âges qui ont tendance à décroître, ou dans le pays, dans des institutions étrangères, apparaît comme un moyen pour les familles de s’assurer qu’ils recevront une éducation de qualité, ou au moins des diplômes de qualité. Dans le même temps, l’État vietnamien, suivant l’exemple coréen, considère également les études à l’étranger comme une voie de développement. Le ministère de l’éducation et de la formation gère et distribue actuellement des bourses, partielles ou totales, à près de 6 000 étudiants dans 47 pays et territoires dans le monde (Thanh Lam, 2013). Plus d’un tiers étudient en Russie.

  • 4 « Le Viêt Nam est à la pointe des efforts déployés pour mettre en œuvre les conclusions du Forum de (...)

16Le Viêt Nam a compris tôt l’intérêt de tirer parti de l’expérience d’autres pays dans la définition de politiques cohérentes avec les besoins et conditions locales. Prêt à expérimenter et enclin à contrôler, le pays remplissait les conditions pour devenir le pilote d’un certain nombre d’initiatives internationales, comme l’harmonisation de l’aide, à la suite de la Déclaration de Paris en 20054, et de l’initiative « One United Nations » en 2006. Selon l’évaluation de cette initiative « One United Nations » réalisée par le pays :

Le Viêt Nam est apparu comme un leader mondial dans la promotion et la mise en œuvre de l’agenda sur l’efficacité de l’aide, comme le montre la Déclaration de Hanoi sur l’efficacité de l’aide (HCS), une traduction locale des engagements et indicateurs de la Déclaration de Paris […] (Poate, Dang, Nguyen, 2010, p. ix.)

Le rapport principal note en outre que :

Les réussites du Viêt Nam, où le gouvernement et l’équipe pays se sont mis d’accord sur un cadre qui régit tous les aspects opérationnels de leur interaction, sont particulièrement remarquables et pourraient servir de modèle. (United Nations, p. 317.)

Tout en étant ouvert à de nouvelles idées et méthodes, le Viêt Nam a son propre jeu de plans de développement, macro et sectoriels et à court, moyen et long terme. Selon l’Unesco,

Le Viêt Nam apparaît comme l’un des quelques pays qui ont commencé à rechercher une solution [au problème de la cohérence entre les plans nationaux et les engagements internationaux]. (Bahr, 2007)

Et la Banque mondiale reconnaît que :

« La formulation des politiques et les actions publiques au Viêt Nam sont guidées par une série de stratégies et de plans bien développés et interconnectés […] Le gouvernement a articulé sa vision du développement pour la décennie […] avec sa Stratégie de développement socioéconomique (SEDS), qui exprime un engagement fort en faveur de la croissance, de la réduction de la pauvreté, et de l’équité sociale. Les actions spécifiques nécessaires à la traduction du SEDS dans la réalité sont décrites dans les Plans de développement socioéconomique quinquennaux requis par la constitution (SEDPs) […] ainsi que dans les plans quinquennaux sectoriels. Les Stratégies de développement sectorielles à moyen terme détaillant un grand nombre d’objectifs et d’indicateurs sont préparées par les ministères techniques pour la mise en œuvre du SEDS et des autres plans sectoriels de plus long terme. » (World Bank, 2007, p. 2)

17Les choix effectués par le Viêt Nam en matière de développement de l’éducation ont des résultats ambigus. Le pays a atteint ses propres objectifs de généralisation pour l’enseignement préprimaire à l’âge de 5 ans, pour l’enseignement primaire et pour l’enseignement secondaire de base. Il a atteint les objectifs du millénaire et atteindra, en toute probabilité, les objectifs de l’EPT à l’horizon 2015. L’État a alloué des ressources (financières et humaines) provenant de son propre budget et de celui des provinces, des contributions des parents, et de l’aide internationale pour améliorer l’accès à l’éducation et la qualité de l’éducation, étape après étape. De réels efforts ont été faits au fil des ans pour améliorer la qualité de l’éducation grâce à de meilleurs équipements et infrastructures, une meilleure gestion, des enseignants plus qualifiés, de nouvelles méthodes pédagogiques, un curriculum rénové, et une amélioration de l’accès à l’éducation.

18Au-delà du nombre important d’enfants qui quittent encore l’école trop tôt et des inégalités éducatives fortes et croissantes, le modèle n’a pas réussi à convaincre les familles qu’il pouvait fournir une éducation de qualité. Le système de financement parallèle, toléré par le gouvernement parce qu’il permettait de compenser la faiblesse du salaire des enseignants et des allocations budgétaires aux écoles, est devenu le principal outil mobilisé par les parents dans la recherche d’une éducation de meilleure qualité. Il a jusqu’à présent été impossible d’éradiquer ce système, qui continue à semer le doute sur la qualité de l’enseignement dispensé dans les écoles du pays. Des analyses détaillées des résultats des tests PISA et PASEC pourraient aider à évaluer l’état de la qualité de l’éducation au Viêt Nam. Ces résultats projettent une image favorable d’un système éducatif considéré comme étant de faible qualité par l’opinion publique et les spécialistes. La manière dont ces résultats peuvent, le cas échéant, affecter les opinions des parents sur la qualité de l’éducation et leurs stratégies éducatives reste une question ouverte.

Haut de page

Bibliographie

Bahr K., 2007, « Paper 8.1 – Introductory Paper on International commitments », Session 8 : International commitments (EFA, MDG, PRGS) and National Education Sector Planning, 12 February – 2 March 2007, Course on Decentralized Education Planning in the context of Public Sector Management Reform, Khon Kaen, Thailand Mekong Institute-UNESCO, 8 p.

Poate D., Dang N.D., Nguyen H., 2010, Country-led evaluation of the Delivering as One UN pilot initiative in Viet Nam, Final Report, Hanoi, 127 p. [http://www.undg.org/docs/11328/CLE-DaO-Viet-Nam-Final-Report-May-2010.pdf]

Mingat A., Tan J.P., 1986, « Expanding Education through User Charges : What Can Be Achieved in Malawi and Other LDCs ? », Economics of Education Review, vol. 5, n° 8, p. 273-286.

Thobani M., 1983, « Charging User Fees for Social Services : The Case of Education in Malawi », World Bank Staff Working Papers, n° 572, p. 1-35.

Trân Kiêu, Nguyên Huu Châu, 2000, “Education in Vietnam”, Journal of Southeast Asian Education, vol. 1, n° l, p. 219-241.

Trân, T.T.H , 2014, « Education Strategy of Rural Areas’ Households in the Socio Economic Transformation Context », Research Project VI2.3-2011.12 sponsored by NAFOSTED.

Thanh Lam, 2013, “90 % du học sinh Việt Nam là tự túc” [90 % des étudiants vietnamiens partent par leurs propres moyens], Nhân Dân, 23/10/2013 [http://www.nhandan.com.vn/hangthang/khoahoc-giaoduc/item/21474102-90-du-hoc-sinh-viet-nam-la-tu-tuc.html]

IRC, 2012, « Household Informal Disbursements for education in Vietnam (HIDE) », Research report, Hanoi, unpublished.

World Bank, 2007, « Country Partnership Strategy With The Socialist Republic of Vietnam for The Period 2007-2011) », Report n° 38236-VN, Washington DC, World Bank Group, 169 p. [http://documents.worldbank.org/curated/en/2007/01/7405021/vietnam-country-partnership-strategy]

United Nations, 2012, Independent Evaluation of Delivering as One, Main Report, New York, United Nations, 317 p. [http://www.undg.org/docs/12767/mainreport.pdf]

Haut de page

Notes

1 L’éducation élémentaire (primaire) est obligatoire et gratuite, en vertu de la constitution de 1946 (article 15).

2 Directive du président du Conseil des ministres n° 241/CT du 4 septembre 1988 sur la résolution de quelques problèmes urgents dans les domaines de l’éducation et de la formation.

3 Le nombre d’étudiants vietnamiens à l’étranger est le plus élevé en Australie (environ 25 %), aux États-Unis (16 %) et en Chine (13 %) (Thanh Lam, 2013).

4 « Le Viêt Nam est à la pointe des efforts déployés pour mettre en œuvre les conclusions du Forum de haut niveau sur l’efficacité de l’aide qui s’est tenu à Paris en mars 2005 (“La Déclaration de Paris”) et a été proactif dans l’adaptation locale de l’agenda mondial. » (World Bank, 2007, annexe 5, p. 1)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : le système éducatif vietnamien (2007)
Crédits Source : Ministère de l’éducation et de la formation, 2007.
URL http://ries.revues.org/docannexe/image/3892/img-1.png
Fichier image/png, 55k
Titre Figure 2 : Financement de l’éducation par l’État et la population
URL http://ries.revues.org/docannexe/image/3892/img-2.png
Fichier image/png, 50k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thi Thai Ha Trân, « Financement de l’éducation au Viêt Nam », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], Colloque : L’éducation en Asie en 2014 : Quels enjeux mondiaux ?, mis en ligne le 11 juin 2014, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://ries.revues.org/3892

Haut de page

Auteur

Thi Thai Ha Trân

TRAN Thi Thai Ha travaille à l’Institut vietnamien de sciences de l’éducation. Titulaire d’une maîtrise en éducation de l’Université de pédagogie de Hanoi (1995), d’un doctorat de pédagogie de l’Université de Potsdam (Allemagne), elle est enseignante et responsable de recherche à l’Institut national pour le développement de l’éducation, et a mené des projets de recherche sur le développement de l’éducation. Depuis 2012, elle dirige le Centre d’analyse et de prévisions des besoins de formation de main d’œuvre de l’Institut vietnamien de sciences de l’éducation au ministère de l’éducation et de la formation. Elle est également consultante à temps partiel pour l’UNESCO au Viet Nam, dans le cadre du projet « Améliorer la performance éducative à travers un examen sectoriel exhaustif ». Courriel : hatran.vnes@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page