Navigation – Plan du site

Introduction

Roger Godard
p. 29-30

Texte intégral

1Qu’est-ce que lire ? À cette question fondamentale, études, recherches, colloques ont apporté ces dernières années des réponses diversifiées voire contradictoires. La réflexion sur l’acte social que constitue la lecture a engendré des débats sur le savoir lire et, par voie de conséquence, sur le rôle que jouent les systèmes éducatifs dans la formation des lecteurs.

2Il n’est pas question de ranimer ici les querelles sur l’apprentissage de la lecture ni d’apporter une réponse définitive à cette question mais, plus modestement, et dans l’esprit de cette revue – en abordant le thème dans une perspective internationale –, de poser quelques jalons à partir d’études, d’analyses et d’expériences conduites dans différents pays. Évaluation, formation, stratégies d’apprentissage et motivation constituent quelques pistes que nous nous proposons d’explorer à travers des contributions complémentaires qui participent à la réflexion commune.

3Le premier volet du numéro traite des enquêtes internationales sur le niveau en lecture. Il est introduit par un article de Jacques Aubret qui définit le cadre méthodologique de telles enquêtes et en précise les limites. Sont proposés ensuite deux articles concernant l’enquête sur la compréhension de la langue écrite menée en 1990-91 par l’Association internationale d’évaluation des rendements scolaires (IEA : International Association for the Evaluation of Educational Achievement) dans trente pays. Pirjo Linnakylà s’attache aux orientations de l’enseignement/apprentissage en comparant notamment le processus de compréhension et le genre et la fonction du texte écrit sur un échantillonnage représentatif d’une population d’élèves de 14 ans. Emilie Barrier s’intéresse plus particulièrement aux résultats de l’enquête dans les classes de CM1 ou équivalentes.

4Toutefois, quels que soient les enseignements que l’on peut tirer de l’étude menée par l’IEA, force est de constater, comme le fait Jean-Louis Dumortier, qu’il existe une « crise de la lecture » étroitement liée à une « crise de société ». Il est important de tenir compte de l’environnement culturel de l’apprenant, de l’école, mais aussi du statut de l’écrit et de la multiplicité des médias en dehors du cadre scolaire. Dans cette perspective, faire apprendre à lire est l’affaire de tous, et la réflexion sur l’acte de lire met à contribution les travaux de recherche dans diverses disciplines, comme le montre l’article de Pietro Lucisano et Anna Salerni. Mais l’apprentissage n’est effectif que s’il parvient à mettre en place des comportements de lecteurs, c’est ce qu’explique Jean Duverger, en prenant pour référence des expériences menées dans un contexte de bilinguisme.

5Peut-on cependant apprendre à lire sans apprendre en même temps à aimer lire en ayant recours à des supports diversifiés, y compris ceux qu’offrent les nouvelles technologies ? C’est cette question que la troisième partie du numéro aborde avec des éclairages différents. Développer le goût de lire suppose de faire appel à la créativité. Ainsi Victoria Reyzabal réhabilite-t-elle la lecture à voix haute qui permet aux élèves de s’approprier le texte et de le réinventer. Mais, comme nous avons eu à le signaler, l’école doit tenir compte de l’environnement écrit extrascolaire et une collaboration tend à se développer entre les enseignants et les professionnels de l’édition. Maria Antonia Casanova apporte le point de vue du pédagogue et insiste sur l’importance qu’il convient d’attacher à la littérature pour la jeunesse. Elle présente également une grille d’analyse des publications pour les enfants et les adolescents. Jacqueline Kerguéno propose, quant à elle, une perspective éditoriale en développant l’exemple d’une revue destinée à des jeunes ayant peu de contacts avec l’écrit. Mais les principes qu’elle propose ne pourraient-ils pas également être réinvestis par des enseignants dans des projets pédagogiques ?

6Enfin Henri Portine et Jean-Louis Malandain, dans deux articles complémentaires, font le point sur l’évolution des supports de lecture et sur les apports des nouvelles technologies dans ce domaine.

7Comment former des lecteurs efficaces et motivés, dans un monde en perpétuelle évolution ? Tel est bien, aujourd’hui, l’un des enjeux principaux des systèmes éducatifs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Godard, « Introduction », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 02 | 1994, 29-30.

Référence électronique

Roger Godard, « Introduction », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 02 | 1994, mis en ligne le 17 avril 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://ries.revues.org/4251

Haut de page

Auteur

Roger Godard

Centre international d’études pédagogiques (CIEP), coordonnateur du dossier.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page