Navigation – Plan du site

Références bibliographiques

Antoine Bevort
p. 107-111

Résumé

La bibliographie privilégie les ouvrages abordant les problèmes méthodologiques et théoriques que posent les comparaisons internationales en éducation complétés par quelques publications à contenu plus empirique.

Haut de page

Texte intégral

1BOURDONCLE R., « La professionnalisation des enseignants : 1. Analyses sociologiques anglaises et américaines ; 2. Les limites d’un mythe. », Revue française de pédagogie, n° 94, janv.-fév.-mars 1991, p. 73-92, et n° 105, oct.-nov.-déc. 1993.
Note de synthèse sur la façon dont les sociologues anglo-saxons ont contraint la notion de « profession ». L’auteur examine notamment dans quelle mesure ce concept peut être appliqué aux métiers de l’enseignement.

2BROADFOOT P., « Research on Teachers: towards a Comparative Methodology », Comparative Education, vol. 26 n° 2/3, 1990, p. 164 à 169.
Réflexion méthodologique partant d’une critique des théories structuro-fonctionnalistes définissant les enseignants en termes de rôles remplis pour préconiser une théorie plus fine d’inspiration interactionniste qui voit les professeurs autant comme auteurs que comme interprètes de leur rôle.

3CHERKAOUI M., Les paradoxes de la réussite scolaire. Paris, PUF, l’éducateur, 1979, 223 p.
À partir d’une analyse comparée de plusieurs systèmes éducatifs, l’auteur défend la thèse provocante que plus la sélection est sévère, plus elle bénéficie aux enfants issus des classes populaires. Cette conclusion, et d’autres aussi paradoxales est aussi l’occasion d’une réflexion théorique et méthodologique sur la comparaison internationale.

4Comparative education review, vol. 34, n° 3, août 1990, Colloquy on Comparative Theory, p. 368 à 404.
Ensemble d’articles introduits par un article de George Psacharopoulos, From Theory to Practice, or Are You A :/neo.* or B :/*.ist ?, selon lequel les analyses développées dans la Comparative Education Review sont trop descriptives, trop qualitatives et monographiques, insuffisamment analytiques et donc guère utiles pour les décideurs. Réponses de Don Adam pour qui l’analyse sans théorie est incomplète ; de J. Kenneth Benson examinant le sous-développement de la théorie et le problème de la pratique, et de Edmund King et Paulston qui préconisent d’abandonner les querelles de chapelles au profit de réels débats scientifiques.

5CROSSLEY M., BROADFOOT P. (éd.), « Comparative and International Research in Education: Scope, Problems and Potential », British Educational Research Journal, vol. 18, n° 2, 1992, p. 99 à 112.
Les auteurs défendent l’idée que, dans une période d’ouverture croissante des frontières, les études comparatives représentent un intérêt majeur. Ils analysent l’évolution des paradigmes et des méthodes de la comparaison internationale ainsi que les implications d’une telle orientation pour la formation à la recherche et pour les transferts plus réfléchis de modèles nationaux.

6DEGENHART E. R. (editor), Thirty years of international Research, an Annoted bibliography of IEA publications (1960-1990), IEA, La Haye, 1990.
Le guide pour ceux qui s’intéressent aux recherches de l’IEA. C’est une bibliographie commentée qui présente tous les travaux de l’Association internationale pour l’évaluation des rendements scolaires menés entre 1960 et 1990. On y retrouvera toutes les références aux études sur les langues, les sciences, etc.

7DURU-BELLAT M., MINGAT A., « Un regard analytique sur la démocratisation de l’enseignement : valeur heuristique et problèmes méthodologiques des comparaisons dans le temps et dans l’espace », Sociétés Contemporaines, n° 11-12, 1992, p. 13-30.
Dans ce texte, les auteurs cherchent à identifier dans quelle mesure, au-delà de son degré d’ouverture, les inégalités sociales sont affectées par le fonctionnement du système éducatif. Ils procèdent à cet effet à une comparaison internationale et historique de l’évolution de la démocratisation.

8ECKSTEIN M. A., NOAH H. J., Examinations: Comparative and International Studies, Oxford, Pergamon Press, 1992, 179 p.
Le livre analyse les systèmes d’examens en Chine, au Japon, aux États-Unis, en Europe de l’Ouest et dans quelques pays du Tiers monde. Il comprend des études transversales et des études de cas régionales (Europe ou Afrique) et nationales (Suède, Japon, Chine).

9HALLAK J., « Educational Policies in a Comparative Perspective: suggestions for a research agenda », Working Conference on the Comparative Study of Educational Systems, Washington DC, 13-14 septembre 1990, p. 1 à 23.
Selon l’argument central de cet article, les études comparatives sont plus que jamais nécessaires pour l’amélioration des politiques et décisions éducatives dans un monde de plus en plus interdépendant. Elles aident en effet à identifier, derrière les spécificités nationales, des problèmes communs gérés différemment dans les pays.

10HALLS W.D. (ed.), Comparative Education. Contemporary Issues and Trends, Londres, Jessica Kingsley Publishers, 1990, 352 p.
Ce livre, d’abord destiné aux étudiants, tente de décrire l’état des lieux en matière d’éducation comparée. La première partie décrit les origines et le développement de l’éducation comparée et analyse les tendances et débats. La seconde partie, la plus longue, présente des études par grandes régions mondiales, tandis que la troisième analyse la dimension institutionnelle de la discipline.

11HOLMES B., « L’Éducation comparée et son évolution », Perspectives, vol. XV, n° 3, 1985, p. 355 à 381.
L’auteur analyse l’évolution des modèles de classement des données, puis évoque quelques débats concernant les cadres de référence des spécialistes de l’éducation comparée. Il termine par la présentation des derniers développements de la littérature spécialisée, puis de l’action de certaines organisations non-gouvernementales.

12HUSÉN T., TUIJNMAN A., HALLS B.l (sous la direction de), Schooling in Modem European Society, A report of the Academia Europea, Oxford, Pergamon Press, 1992.
Ce livre étudie la situation de l’éducation dans la société européenne moderne et traite de thèmes tels que la qualité de l’école, les examens, l’enseignement des langues étrangères, l’éducation aux sciences. Il examine le rôle de l’école dans la formation d’une identité européenne.

13IRIBARNE P. (d)’, « Culture et “effet societal” », Revue française de sociologie, XXXII, 1991, p. 599 à 614.
Point de vue « culturaliste » dans le débat sur les comparaisons internationales. À partir d’une critique de la vision « sociétale » développée par Maurice, Sellier et Silvestre, l’auteur souligne l’intérêt de la prise en compte des dimensions culturelles dans les comparaisons internationales.

14LADERRIERE P., « Quelques grands problèmes éducatifs dans les pays européens », Éducation & pédagogies, n° 18, p. 93 à 109.
L’auteur analyse à la lumière des transformations qui touchent l’ensemble des pays européens, les politiques éducatives mises en œuvre autour du thème-clé de l’amélioration de la qualité de l’enseignement, en relation avec la demande sociale croissante en matière éducative.

15LECLERCQ J.-M., L’enseignement secondaire obligatoire en Europe, Paris, La Documentation française, 1993, 139 p.
Dernier ouvrage d’un auteur dont les publications sur l’Europe de l’éducation ont comblé une grande lacune. Cette étude décrit les différentes modalités d’organisation de l’enseignement secondaire obligatoire en Europe, mais aussi aux États-Unis et au Japon. L’auteur analyse les grands choix d’organisation ainsi que l’évolution des contenus de formation et des pratiques pédagogiques.

16LÊ THÀNH KHÔI, L’éducation comparée, Paris, A. Colin, 1981, 315 p.
Ce manuel destiné aux étudiants et chercheurs débutants en éducation comparée analyse de façon approfondie les problèmes méthodologiques et théoriques complexes que pose cet objet. Il abonde en exemples précis et très divers. Une réflexion qui se rattache de façon critique au matérialisme historique.

17LESPESAILLES C. et al., Les formations en alternance, Paris, ministère du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle, La Documentation française, 1992.
Chercheurs et praticiens de la formation font un bilan des réflexions et pratiques en matière d’alternance en France et en Europe. Les chapitres abordent les réalités sociales, politiques, pédagogiques et méthodologiques de l’alternance.

18MAURICE M., SELLIER F. et SILVESTRE J.-J., « Analyse sociétale et cultures nationales, Réponse à Philippe d’Iribarne », Revue française de sociologie, XXXIII, 1992, p. 75 à 87.
Le groupe d’Aix répond à P. d’Iribarne : l’essence d’une configuration sociétale n’est pas éternelle. Les formations sociales et leurs cultures n’existent pas sans les individus qui les composent, il faut chercher à rendre compte non pas tant de l’origine ou de la source, mais des processus de construction des cohérences nationales.

19MAURICE M., SELLIER F., SILVESTRE J.-J., Politique d’éducation et organisation industrielle en France et en Allemagne : essai d’analyse sociétale, Paris, PUF, 1982.
L’ouvrage fondateur de l’approche sociétale dans lequel les auteurs du LEST (Laboratoire d’économie et de sociologie du travail) d’Aix-en-Provence procèdent à une comparaison approfondie des politiques d’éducation et des modes d’organisation industrielle en France et en Allemagne.

20OCDE, Regards sur l’éducation. Les indicateurs de l’OCDE, Paris, 1993, 148 p.
Deuxième édition d’une publication qui présente les résultats des travaux de l’OCDE ayant pour objet de mesurer, d’évaluer les résultats de l’école. Voir également : L’OCDE et les indicateurs internationaux de l’enseignement. Un cadre d’analyse. Paris, OCDE, 1992, 133 p. Dans ce volume qui accompagnait la première édition sont analysés les problèmes d’ordre conceptuel que posent le rôle et les limites d’indicateurs de l’enseignement ainsi que les objectifs, les hypothèses et les méthodes de travail qui fondent les données présentées.

21PALOMBA D., BERTIN N., Insegnare in Europa. Comparazione di sistem ; formativi e pedagogia degli scambi interculturali, Milan, Franco Angeli, 1993.

22Perspectives, « L’éducation comparée : un bilan provisoire », vol. XIX, n° 3, 1989, p. 379-441.
Un bilan de l’éducation comparée dressé par quelques-uns de ses spécialistes européens les plus éminents : Torsten Husén, José Luis Garcia Garrido, Edmund King, Michel Debeauvais et Jürgen Schriewer.

23PHILLIPS D., « Lessons of cross-national Comparison in Education”, Oxford Studies in Comparative Education, vol. 1, 1991.
Ce volume comprend notamment des approches thématiques portant sur l’accès à l’enseignement supérieur ou sur la formation des enseignants et des études de cas sur les modèles japonais et allemand. Il tente d’apporter une contribution à deux questions : quelles leçons peut-on tirer d’études « cross-national » en éducation ? Et quels problèmes méthodologiques rencontre ce type d’études ?

24PLANTIER J., « Comment comparer les systèmes de formation européens ? », Éducation permanente, n° 99, septembre 1989, p. 93 à 96.
Prenant acte du décloisonnement des nations, l’auteur propose une démarche susceptible de dépasser à la fois l’utopie des modèles et l’irréductibilité des cohérences sociétales. Selon cette démarche qualifiée comme « sociale », il faut chercher ce qui peut tenir lieu de dénominateur commun à toutes ces sociétés compte-tenu de leurs différences.

25POSTLETHWAITE T. N., HUSÉN T., The International encyclopedia of education, vol. 2, 1985.
Une encyclopédie en 11 volumes qui comprend des entrées nationales et thématiques dont notamment Eckstein Max. A., Comparative Education : Concepts and Theories, pp. 855 à 858. NOAH Harold J., Comparative Education Methods, pp. 869 à 872.
Voir également Postlethwaite T. Neville,
Encyclopedia of Comparative Education and National Systems of Education, Oxford- New York, Pergamon, 1988.

26PSACHAROPOULOS G., « Evaluation of Education and Training : what Room for the Comparative Approach ? », Comparative Education Society in Europe, 15e conférence du CESE, IREDU-Université de Bourgogne, Dijon, France, 27 juin-2 juillet 1992, 33 p.
Cette étude examine les problèmes conceptuels que pose l’évaluation de systèmes scolaires tels que la nature des critères d’évaluation, le choix de l’évaluateur et l’objet de la première évaluation, notamment dans une perspective de comparaison internationale.

27SCHRIEWER J., HOLMES B., Theories and Methods in Comparative Education, Francfort, Bibliothèque d’études comparatives, Peter Lang, 1992.
Les contributions à cet ouvrage sont centrées sur les questions théoriques et méthodologiques que pose l’éducation comparée. Selon les auteurs, on assiste à un glissement de la prescription à la description socio-historique.

28Sociologie du travail, Les comparaisons internationales. Théories et méthodes, Paris, Dunod, n° XXXI, 2/89.
Ce numéro est consacré à la méthodologie comparative dans le champ de la sociologie du travail. A partir des recherches empiriques des années 80, les auteurs tracent le chemin parcouru sur les plans théorique et méthodologique et font le point sur de vieux débats comme celui de la convergence ou de la divergence des sociétés industrielles. Voir notamment l’article de Marc Maurice, « Méthode comparative et analyse sociétale », dans lequel l’auteur fait une analyse critique des mérites et inconvénients respectifs de deux approches comparatives (fonctionnaliste, culturaliste) et propose une démarche sociétale, nouvelle problématique tentant de dépasser les limites des deux démarches, pour s’intéresser à la reconstruction de « cohérences nationales ».

29THOMAS R. Murray, International Comparative Education. Practices, Issues and Prospects, Oxford, Pergamon Press, 1990.
Ce livre se veut une introduction à l’éducation comparative internationale par l’analyse des objectifs et pratiques pédagogiques et l’étude de plusieurs problèmes-clés, comme celui du recrutement des enseignants. Ces questions sont appréhendées systématiquement dans leur dimension comparée sans privilégier une approche théorique particulière.

30TODOROV T., Nous et les autres. La réflexion française sur la diversité humaine, Paris, Seuil, 1989, 540 p.
Contribution au débat sur l’universel et le particulier. L’auteur analyse comment les penseurs français, de Montesquieu à Lévi-Strauss ont théorisé la relation entre « nous », le groupe culturel et social d’appartenance et « les autres », ceux qui ne font pas partie de cette communauté.

31VAN DAELE H., L’éducation comparée, Paris : PUF, Que sais-je ?, 1993, 128 p.
Une vue d’ensemble récente sur l’éducation comparée. Après avoir précisé les problèmes de terminologie que pose la notion d’éducation comparée, l’auteur en développe de façon assez détaillée les origines, l’histoire et l’organisation institutionnelle. Il aborde de façon plus succincte les questions de méthodes et de théories.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Bevort, « Références bibliographiques », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 01 | 1994, 107-111.

Référence électronique

Antoine Bevort, « Références bibliographiques », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 01 | 1994, mis en ligne le 20 avril 2015, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://ries.revues.org/4312 ; DOI : 10.4000/ries.4312

Haut de page

Auteur

Antoine Bevort

Centre international d’études pédagogiques (CIEP)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page