Navigation – Plan du site
Actualité internationale
Notes de lecture

Education in Australia, New Zealand and the Pacific, Michael Crossley, Greg Hancock, Terra Sprague (sous la direction de)

London/Bloomsbury, 2015, 400 p.
Marie-Odile Ottenwaelter
p. 41-42
Référence(s) :

Education in Australia, New Zealand and the Pacific, Michael Crossley, Greg Hancock, Terra Sprague (sous la direction de), London/Bloomsbury, 2015, 400 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage s’inscrit dans une série de 19 volumes (dont huit antérieurement parus) qui vise à faire un panorama complet de l’éducation dans le monde. Le premier volume, intitulé Education Around the World : a Comparative Introduction, en a posé le cadre en présentant, dans une perspective historique, les grands thèmes dont traite aujourd’hui l’éducation internationale et comparée ainsi que les différentes échelles auxquelles elle s’applique, du niveau local au niveau mondial en passant par le régional.

2Ce volume est consacré à l’Océanie, ou plus exactement à une moitié de la trentaine de territoires qui la composent : il ne traite que des États indépendants, membres des Nations Unies, et non des territoires rattachés à des États d’autres régions du monde et qui peuvent être abordés par ce biais dans d’autres volumes.

3Le titre reflète bien l’importance relative accordée aux pays présentés : les sept premiers chapitres, soit la moitié du livre, sont consacrés à l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Ces deux pays, qui constituent l’Australasie, sont de loin les plus importants en termes de superficie et de population (avec respectivement 23,5 et 4,3 millions d’habitants). Les trois autres sous-régions font l’objet de cinq chapitres : il s’agit de la Mélanésie, avec les Îles Fidji, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, les Îles Salomon et le Vanuatu ; de la Polynésie, avec les Samoa, les Tonga et les Tuvalu ; de la Micronésie, avec les États fédérés de Micronésie, les Kiribati et les Îles Marshall (Nauru et les Palaos n’étant pas traités).

4Tous ces pays, à l’exception des Tonga, ont connu la colonisation, voire plusieurs colonisations successives. Mis à part l’Australie et la Nouvelle-Zélande, ce sont aussi, suivant la classification des Nations Unies, des « petits États insulaires en développement », qui sont souvent composés d’une myriade de petites îles (l’archipel des Tonga, par exemple, regroupe 169 îles, dont 133 habitées et compte 100 000 habitants). Mais au-delà de ces traits communs, la diversité l’emporte, notamment en termes culturels et linguistiques, donc aussi en matière d’éducation.

5Et c’est bien l’impression qui domine à la lecture de ce livre fourmillant d’informations, auquel ont collaboré une trentaine d’auteurs, impliqués, pour la plupart, dans l’enseignement ou la recherche des pays qu’ils étudient. Chapitre après chapitre, les différents systèmes éducatifs sont placés dans leur contexte, avec le plus souvent un rappel historique et une description circonstanciée des évolutions récentes ou en cours. Les données géographiques, démographiques, économiques sont abondantes, détaillées et à jour. Les nombreuses références fournies en fin de chapitre donnent des repères bibliographiques très complets.

6Dans ce panorama fragmenté, quelques thématiques ressortent plus régulièrement : la question des financements (par exemple dans un cadre fédéral et néolibéral en Australie ou, dans l’ensemble de la région, par le biais des nombreux programmes d’aide internationaux), celle des langues d’enseignement (avec souvent la volonté d’associer l’anglais – ou le français – et les langues locales, notamment au travers de démarches spécifiques en Australie et en Nouvelle-Zélande à l’égard des Aborigènes et des Maoris), les problèmes posés par l’isolement (dans les îles comme dans les régions reculées d’Australie) ainsi que par la faiblesse des effectifs (conduisant notamment à un développement très limité de l’enseignement tertiaire).

7La dimension régionale est moins perceptible. Elle est directement abordée dans deux chapitres spécifiques, portant l’un sur l’aide internationale (les deux principaux pays donateurs, en matière d’aide bilatérale, étant l’Australie et la Nouvelle-Zélande) et l’autre sur l’utilisation des technologies de l’information et de la communication pour pallier les problèmes de distance.

8Comme dans les autres régions du monde, l’efficacité et l’efficience des systèmes éducatifs sont des problématiques qui reviennent ici de manière transversale. Dans la plupart des pays présentés, la disparité des résultats des élèves selon leur origine culturelle et géographique suscite des questionnements sur l’équité, qui génèrent parfois de nouvelles initiatives, notamment linguistiques. Dans le chapitre sur la Polynésie, la qualité est envisagée de manière très intéressante : l’auteur remarque, en conclusion, que la qualité de l’éducation est trop souvent abordée, dans la région, sous l’angle des résultats aux examens, du nombre d’élèves exclus du système ou de la qualité des enseignants, alors que ce qui importe c’est la pertinence du système éducatif dans son contexte propre, qu’il s’agisse de préparer les jeunes diplômés des îles Cook à une émigration économique, ceux des îles Tonga à s’insérer dans les secteurs traditionnels de l’agriculture et la pêche ou à devenir entrepreneurs, ceux des Tuvalu à affronter le changement climatique qui menace leur survie. Une lecture stimulante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Odile Ottenwaelter, « Education in Australia, New Zealand and the Pacific, Michael Crossley, Greg Hancock, Terra Sprague (sous la direction de) », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 69 | 2015, 41-42.

Référence électronique

Marie-Odile Ottenwaelter, « Education in Australia, New Zealand and the Pacific, Michael Crossley, Greg Hancock, Terra Sprague (sous la direction de) », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 69 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://ries.revues.org/4416

Haut de page

Auteur

Marie-Odile Ottenwaelter

Marie-Odile Ottenwaelter est actuellement consultante en assurance qualité dans l’enseignement supérieur et membre du comité de rédaction de la Revue internationale d’éducation de Sèvres. marie-odile.ottenwaelter@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page