Navigation – Plan du site
Dossier - Pourquoi enseigner l’histoire ?

Après l’apartheid, enseigner l’histoire

Le cas de l’Afrique du Sud
Teaching history after apartheid. The case of South Africa
Enseñar la historia tras el apartheid. El caso de Sudáfrica
Bill Nasson et Leah Nasson
Traduction de Jérôme Quintana
p. 97-105

Résumés

Cet article explore les changements affectant l’histoire, ainsi que son développement et son statut, dans les établissements scolaires d’Afrique du Sud à l’ère de l’apartheid et de l’après-apartheid. Sous le régime du Parti national, l’histoire du pays était un élément clé du système éducatif, proposant une version du passé de la nation qui légitimait la domination de la minorité blanche. Lors des luttes populaires contre l’apartheid dans les années 1970 et 1980, l’histoire à l’école s’est transformée de manière informelle en outil de résistance intellectuelle. Cependant, sous le gouvernement de la majorité, le curriculum d’histoire a d’abord été marginalisé, puis rétabli dans son importance, avant d’être à nouveau délaissé. Les responsables politiques actuellement au pouvoir et certains spécialistes de l’éducation souhaitent rendre obligatoire l’enseignement de l’histoire de l’Afrique du Sud, afin de répondre à des objectifs nationalistes et patriotiques clairement affichés.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2017.

Plan

L’ère de l’apartheid : 1948-1994
L’ère de l’après-apartheid (1) : 1994-2004
L’ère de l’après-apartheid (2) : 2004-2015

Aperçu du texte

Pour comprendre l’état actuel de l’enseignement de l’histoire en Afrique du Sud, il est essentiel de prendre en compte, d’une part, les étapes radicalement différentes traversées par le pays, sur le plan de l’éducation, depuis le milieu du XXe siècle, et d’autre part, la transition profonde qu’a connue le pays dans sa façon d’aborder le passé. Même si certains aspects de l’histoire mondiale sont enseignés depuis longtemps à l’école, c’est le traitement de l’histoire de l’Afrique du Sud qui demeure au centre de quasiment tous les débats relatif à la discipline ou à la pratique de celle-ci.

L’ère de l’apartheid : 1948-1994

Alors que l’Afrique du Sud connaissait une transition politique à la fin des années 1940, passant d’un système généralisé de gouvernement par les Blancs et de ségrégation raciale à une politique d’apartheid plus rude et plus idéologique sous le régime du parti nationaliste afrikaner au pouvoir, le Parti national, les programmes d’histoire se sont radicalisés. L’histoi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bill Nasson et Leah Nasson, « Après l’apartheid, enseigner l’histoire », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 69 | 2015, 97-105.

Référence électronique

Bill Nasson et Leah Nasson, « Après l’apartheid, enseigner l’histoire », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 69 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://ries.revues.org/4437 ; DOI : 10.4000/ries.4437

Haut de page

Auteurs

Bill Nasson

University of Stellenbosch, Afrique du Sud
Bill Nasson est né au Cap (Afrique du Sud), où il a fait ses études secondaires, avant d’entreprendre des études supérieures à Hull, York et Cambridge (Grande-Bretagne). Il a bénéficié de bourses de recherches en histoire et été professeur invité en histoire dans les universités de Yale, de Cambridge et du Kent, l’Université nationale australienne et Trinity College (Dublin). Outre de nombreuses publications dans divers domaines de l’histoire moderne, il a également publié des ouvrages sur l’éducation en Afrique du Sud. Il a été rédacteur au Journal of African History et a collaboré à la rédaction de la Cambridge History of South Africa (2011). Son ouvrage le plus récent s’intitule World War I and the People of South Africa (2014). Il est aujourd’hui professeur au département d’histoire de l’Université de Stellenbosch, en Afrique du Sud. bnasson@sun.ac.za

Leah Nasson

Chesterhouse School, Durbanville, Afrique du Sud
Leah Nasson a fréquenté l’école primaire aux États-Unis, en Angleterre et en Afrique du Sud, puis le secondaire en Afrique du Sud et à Trieste (Italie), avant d’entreprendre des études de littérature et d’histoire à l’Université du Cap, où elle a obtenu un master, puis un diplôme de troisième cycle en sciences de l’éducation. En 2012, elle a reçu le prix Marlene Silbert pour l’enseignement de l’histoire et des droits de l’homme décerné par le Centre de l’Holocauste du Cap. Elle dirige actuellement le département d’histoire et le bureau des affaires étudiantes de la Chesterhouse School, à Durbanville (Afrique du Sud).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page