Navigation – Plan du site
Dossier - Pourquoi enseigner l’histoire ?

Bâtir une histoire régionale, un pari inédit

L’enseignement de l’histoire dans la région du Trentin-Haut-Adige
Constructing regional history: An unprecedented approach. History teaching in the region of Trentino-South Tyrol
Construir una historia regional: un desafío inédito. La enseñanza de la historia en la región de Trentino-Alto-Adigio
Émilie Delivré
p. 115-121

Résumés

Dans la région autonome du Trentin-Haut-Adige, territoire multilingue (principalement italien, allemand et ladin) dont les frontières touchent l’Autriche et la Suisse en Italie septentrionale, ce n’est qu’au cours de cette dernière décennie que l’enseignement de l’histoire s’est peu à peu détaché des tensions intercommunautaires et des conflits de mémoire. De nombreux efforts ont été entrepris par diverses équipes de pédagogues, enseignants et chercheurs universitaires pour construire un modèle à part d’enseignement de l’histoire, intégrant notamment l’histoire du Tyrol historique, s’ouvrant sur des interprétations plurielles, et encourageant laboratoires, échanges et manuels communs aux communautés italophones et germanophones.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2017.

Plan

Un modèle à part
Plusieurs chantiers pleins de promesses
Les politiques d’enseignement de l’histoire

Aperçu du texte

Les régions frontalières ont une histoire souvent complexe, et une historiographie plus complexe encore. L’enseignement de l’histoire y est alors un enjeu particulièrement important, et les efforts pour le libérer d’une quelconque tension politique, mémorielle ou sentimentale en constituent l’un des principaux défis.

La région autonome du Trentin-Haut-Adige, dont les frontières touchent l’Autriche et la Suisse en Italie septentrionale, ne déroge pas à cette règle. Elle est composée de deux provinces elles aussi autonomes, le Trentin (Trentino) et le Haut-Adige (Alto Adige) – ou Tyrol du Sud (Südtirol) – à la fois très proches l’une de l’autre, et très lointaines. Pendant longtemps sous domination du Saint-Empire romain et lentement germanisée, jouissant d’une relative autonomie sous l’égide des Princes-Évêques, parfois supplantés par les Comtes du Tyrol, la région rejoint en partie la République de Venise, puis, après la chute du Saint-Empire, la Bavière, puis encore le Royaume d’Ita...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émilie Delivré, « Bâtir une histoire régionale, un pari inédit », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 69 | 2015, 115-121.

Référence électronique

Émilie Delivré, « Bâtir une histoire régionale, un pari inédit », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 69 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://ries.revues.org/4442 ; DOI : 10.4000/ries.4442

Haut de page

Auteur

Émilie Delivré

Institut historique italo-allemand
Isig – FBK
Émilie Delivré est actuellement chercheuse à l’Isig (Istituto storico italo-germanico, FBK). Après des études de civilisation germanique et d’histoire à l’université Toulouse-Le Mirail, à la Freie Universität Berlin et aux universités de Halle/Saale et de Valladolid, elle a obtenu un doctorat d’histoire et de civilisation de l’Institut universitaire européen de Florence au sujet de la communication politique allemande et européenne à la croisée des XVIIIe et XIXe siècles. Ses intérêts de recherche actuels portent sur le thème de la justice populaire et de l’éducation politique. Elle enseigne auprès des universités de Trente et de Vérone. delivre@fbk.eu

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page