Navigation – Plan du site
Dossier - Les langues d’enseignement, un enjeu politique

Pour un ancrage sociologique de l’alphabétisation

Analyse des besoins langagiers des populations burkinabè
Towards a sociological basis for literacy in Burkina Faso. Analysis of the language needs of populations in Burkina Faso
Para un anclaje sociológico de la alfabetización en Burkina Faso. Análisis de las necesidades lingüísticas de los pueblos de Burkina Faso
Alkassoum Maïga, Abou Napon et Zakaria Soré
p. 65-75

Résumés

Au Burkina Faso, une trentaine de langues nationales sont utilisées officiellement pour l’alphabétisation des adultes. En dépit des efforts fournis, la situation de l’alphabétisation ne s’améliore guère et pose la question du choix des langues utilisées pour enseigner. L’article rend compte d’une étude qui a visé à cerner les besoins langagiers des populations burkinabè en matière d’alphabétisation. Il s’appuie sur des données secondaires et des données de terrain. Pour la collecte des données, une enquête par questionnaire a été conduite et des entretiens qualitatifs ont été administrés. Dans les treize régions du pays, au moins 50 % des interviewés souhaitent être alphabétisés. Pour le choix de la langue d’alphabétisation, ils avancent des raisons sociales mais également commerciales ou économiques. L’article contraste en outre la situation du secteur informel à celle du secteur de l’éducation formelle.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

Les langues nationales
Situation sociolinguistique et famille des langues
Langues et développement
Politique linguistique du Burkina et situation des langues dans le système éducatif
Dans l’éducation formelle
Dans l’éducation non formelle
Constats de terrain
Situation de l’alphabétisation par région
La demande d’alphabétisation

Aperçu du texte

Au Burkina Faso, une trentaine de langues nationales sont utilisées officiellement pour l’alphabétisation des adultes. Les premières initiatives en matière d’alphabétisation remontent à 1967. Dans les premiers moments, les principaux porteurs de cette initiative sont les structures privées, les missions religieuses chrétiennes et les ONG, l’État ne s’intéressant à la question qu’à travers la création des centres de formation des jeunes agriculteurs en 1974. À partir de cette date, les actions en faveur de l’éducation des adultes n’ont cessé d’être menées.

L’objectif des autorités burkinabè à travers l’implication des langues nationales dans l’alphabétisation était de permettre aux adultes de participer aux débats concernant la vie de la nation. Pour ce faire, près d’une trentaine de langues nationales, sur la soixantaine que compte le pays, sont utilisées dans l’alphabétisation des adultes.

En dépit des efforts de l’État et de ses partenaires de la société civile, la situation de l’al...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alkassoum Maïga, Abou Napon et Zakaria Soré, « Pour un ancrage sociologique de l’alphabétisation », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 70 | 2015, 65-75.

Référence électronique

Alkassoum Maïga, Abou Napon et Zakaria Soré, « Pour un ancrage sociologique de l’alphabétisation », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 70 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://ries.revues.org/4495 ; DOI : 10.4000/ries.4495

Haut de page

Auteurs

Alkassoum Maïga

Alkassoum Maïga est maître de conférence en sociologie à l’Université de Ouagadougou. Il est responsable de la formation en master II de recherches au département de sociologie et membre du laboratoire Genre et développement. Ses intérêts scientifiques portent sur les organisations paysannes, l’éducation, la décentralisation et l’environnement. Courriel : kasmaig@yahoo.fr

Abou Napon

Abou Napon est professeur titulaire de sociolinguistique à l’Université de Ouagadougou. Il est par ailleurs directeur des programmes du Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (CAMES). Ses recherches portent en particulier sur les thématiques langues et développement. Courriel : abou.napon@univ-ouaga.bf

Zakaria Soré

Zakaria Soré est docteur en sociologie, et attaché de recherche au département sciences de l’éducation de l’Institut national des sciences des sociétés / Centre national de la recherche scientifique et technologique (INSS/CNRST). Il y travaille au sein du projet « Éducation et lutte contre la pauvreté. » Sa thèse de doctorat a porté sur « Massification scolaire, rapport au savoir et qualité de l’enseignement primaire dans la commune rurale de Rambo (province du Yatenga, Burkina Faso) sous la direction de Alkassoum Maïga. Ses travaux portent sur la qualité de l’enseignement primaire, la logique de formulation des politiques éducatives, la formation initiale et continue des enseignants, entre autres. Courriels : sorefils@gmail.com / sorefils@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page