Navigation – Plan du site
Dossier - Les langues d’enseignement, un enjeu politique

Statuts des langues et éducation de base aux Comores

Statuses of languages and basic education in the Comoros
Situación de las lenguas y educación básica en las Comores
Aurélie Chauvet
p. 77-84

Résumés

Aux Comores, la place des langues dans l’éducation de base se détermine peu à peu, suite à la standardisation récente du shikomori. Les politiques linguistiques actuelles, soucieuses d’une meilleure réussite scolaire des élèves, s’organisent autour de deux axes essentiels : d’une part une politique visant une mise en valeur du shikomori, langue première du pays ; d’autre part, une politique d’appui au français, celui-ci étant la langue de diffusion des savoirs. La réussite de cette politique dépendra en partie d’une juste articulation des enseignements de et par ces deux langues. Elle tiendra aussi à une meilleure prise en compte du potentiel que présente l’exposition à l’arabe, notamment au niveau du préscolaire.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

L’enseignement préélémentaire : une tentative de mise en valeur de la langue première
Le programme d’appui au français : renforcement des compétences dans la langue d’enseignement
L’éducation de base pour adultes et jeunes déscolarisés
Maeecha : l’alphabétisation des adultes en comorien
Programme d’alphabétisation en français d’adultes à l’Alliance française
Réussites et limites des politiques linguistiques actuelles dans l’éducation de base

Aperçu du texte

La place attribuée à chaque langue dans les structures pédagogiques a un rôle indéniable. En donnant à chacune d’elles la place appropriée, il est possible de contribuer à une amélioration des apprentissages des élèves. Nous analyserons ici comment les politiques linguistiques éducatives, aux Comores, pourraient être mises au service de la réussite scolaire.

Les Comores ont trois langues officielles : le français – le pays a été colonie française jusqu’à son indépendance en 1975 –, l’arabe – le pays est de confession musulmane – depuis 1985 et le shikomori depuis 1992. Un décret donnant lieu à la standardisation de cette dernière est paru en 2009. La langue comorienne avait déjà connu diverses propositions de standardisation de l’écriture : en caractères arabes (Kamar-Eddine) et en caractères latins dans les années 1977-1978, sous le régime d’Ali Soilihi, qui lança une campagne d’alphabétisation en comorien.

Ces trois langues sont utilisées dans des sphères coïncidant en partie seulem...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélie Chauvet, « Statuts des langues et éducation de base aux Comores », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 70 | 2015, 77-84.

Référence électronique

Aurélie Chauvet, « Statuts des langues et éducation de base aux Comores », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 70 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://ries.revues.org/4499 ; DOI : 10.4000/ries.4499

Haut de page

Auteur

Aurélie Chauvet

Aurélie Chauvet est enseignante certifiée d’espagnol et auteure d’un mémoire de master sur l’enjeu du plurilinguisme dans les politiques linguistiques de l’Agence pour l’enseignement du français à l’étranger (AEFE). Elle enseigne dans les collèges et lycées français à l’étranger. Son futur doctorat portera sur l’étude et les enjeux des systèmes éducatifs pluriculturels dans l’Océan Indien. Courriel : oyannaurelie@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page