Navigation – Plan du site
Dossier - Les langues d’enseignement, un enjeu politique

Façonner l’écologie des langues dans le domaine de l’éducation

Le cas de l’Estonie
Shaping the ecology of languages in the education sector. The case of Estonia
Forjar la ecología de las lenguas en el ámbito educativo. El caso de Estonia
Martin Ehala
Traduction de Jérôme Quintana
p. 85-95

Résumés

Cet article présente un bref aperçu de la façon dont la concurrence entre trois langues (l’estonien, le russe et l’anglais), dans l’environnement linguistique estonien, se manifeste dans le domaine de l’éducation et est façonnée par la politique linguistique éducative. En tant que pays post-soviétique, l’Estonie a dû rétablir la pleine fonctionnalité de sa langue nationale dans une société qui compte une minorité relativement importante de locuteurs russophones. Dans le même temps, l’estonien est en concurrence avec l’anglais, langue de la mondialisation et langue également perçue comme étant celle de la réussite personnelle. Si l’Estonie s’est montrée active et a connu un certain succès dans la mise en œuvre de sa politique linguistique, l’analyse montre également que les résultats ont été obtenus en interaction avec divers agents dont les intérêts étaient souvent contradictoires.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

Rappel socio-historique
Politique linguistique
Le russe comme langue d’enseignement
L’anglais comme langue d’enseignement
Tendances actuelles

Aperçu du texte

L’estonien, langue de stature moyenne parlée par environ un million de locuteurs natifs, est l’unique langue d’État en Estonie, où vit une importante minorité russophone. En tant que membre de l’Union européenne et de l’espace Schengen, l’Estonie est, sur un plan économique et politique, très ouverte à la mondialisation, processus renforcé grâce à une généralisation de l’accès à Internet et à un niveau élevé de maîtrise des langues étrangères, notamment l’anglais et le russe, au sein de la population.

L’Estonie étant un petit pays, les craintes quant à la pérennité de la langue et de la culture estoniennes ont toujours été fortes au sein de l’intelligentsia nationale : les questions relatives à la politique linguistique ont toujours constitué une priorité, dès l’époque de l’effondrement de l’Union soviétique. En 2001 fut créé le Conseil de la langue estonienne, chargé de définir des stratégies visant à garantir la pérennité de la langue estonienne. Par ailleurs, en 2007, le préambule...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martin Ehala, « Façonner l’écologie des langues dans le domaine de l’éducation », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 70 | 2015, 85-95.

Référence électronique

Martin Ehala, « Façonner l’écologie des langues dans le domaine de l’éducation », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 70 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://ries.revues.org/4502 ; DOI : 10.4000/ries.4502

Haut de page

Auteur

Martin Ehala

Martin Ehala est professeur d’éducation à la littératie à l’Institut de linguistique générale et estonienne de l’Université de Tartu, en Estonie. Ses travaux de recherche portent principalement sur le développement de l’environnement linguistique estonien, la préservation de la langue et la vitalité ethnolinguistique. À l’heure actuelle, il dirige le projet de « pérennisation de l’estonien à l’ère de la mondialisation » [ekkam.ut.ee], qui vise à élaborer une approche interdisciplinaire systémique de l’écologie de la langue, en s’appuyant sur l’exemple du développement de l’estonien. Il a également publié de nombreux articles sur des sujets liés à la langue et à l’identité ainsi qu’aux changements induits dans la langue estonienne par le contact avec les autres langues. Courriel : martin.ehala@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page