Navigation – Plan du site
Dossier - Les langues d’enseignement, un enjeu politique

Le français, langue de l’école, langue à l’école

Sur un consensus encore inentamé en France
French, the language of schooling and the language at school. Regarding a consensus that remains intact in France
El francés : lengua de la escuela, lengua en la escuela. Sobre el consenso todavía total en Francia
Gérard Vigner
p. 97-106

Résumés

Le français bénéficie dans l’école française d’une position privilégiée. Il occupe l’essentiel du temps scolaire, comme discipline et comme langue support des autres apprentissages. Sa maîtrise constitue une des conditions majeures d’accès à la réussite scolaire. Cette fonction, qui fait consensus auprès des familles, trouve son origine dans un très long processus d’élaboration historique et disciplinaire, inséparable de la construction de l’État-nation. Cependant cette position, si favorable dans l’enseignement scolaire, l’est moins dans l’enseignement supérieur, où la présence de l’anglais est de plus en plus affirmée, de même que dans la recherche scientifique. Le français doit repenser son articulation tout à la fois au local – mais un local revisité en direction des langues de la migration et des langues régionales – et aux courants transnationaux de plus en plus présents sur le territoire.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

Une langue dans la diversité des territoires
Un français plus tardivement installé
Et l’anglais ?
Une nation devant la diversité des langues
Une discipline aux contours incertains

Aperçu du texte

Vue d’ailleurs, la situation de la langue française dans l’école française semble particulièrement privilégiée. Présente de bout en bout sur l’ensemble du curriculum scolaire (de la petite section de l’école maternelle jusqu’aux classes terminales des lycées, CITE 0 à CITE 3), langue vecteur des apprentissages pour la totalité des disciplines non linguistiques (DNL), ne souffrant par ailleurs d’aucune concurrence véritable de la part de langues des États voisins (flamand, allemand, italien ou espagnol) sur ses marches frontalières, ne concédant aux autres langues présentes dans les programmes qu’une place limitée (langues vivantes étrangères, langues régionales, langues anciennes), récusant même le principe de langue minoritaire, puisque la notion de minorité en France ne dispose d’aucun fondement juridique pour justifier d’un traitement spécial de la langue associée, la langue française est en position de quasi-monopole dans cette double fonction de langue des apprentissages et de ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Vigner, « Le français, langue de l’école, langue à l’école », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 70 | 2015, 97-106.

Référence électronique

Gérard Vigner, « Le français, langue de l’école, langue à l’école », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 70 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://ries.revues.org/4507 ; DOI : 10.4000/ries.4507

Haut de page

Auteur

Gérard Vigner

Gérard Vigner a exercé une carrière d’inspecteur dans le premier et le second degré, dans un certain nombre de pays des francophonies du Sud, ainsi qu’en France et a pu de la sorte approcher transversalement le français dans la diversité de ses enseignements, comme langue seconde et comme langue maternelle, mais aussi comme langue étrangère. Il s’est particulièrement consacré à l’enseignement du français auprès des enfants de migrants. Courriel : g.vigner@noos.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page