Navigation – Plan du site
Dossier - Les langues d’enseignement, un enjeu politique

Les langues maternelles et la politique des langues d’enseignement en Inde

Mother tongues and the policy of languages of instruction in India
Las lenguas maternales y la política de las lenguas de enseñanza en India
Padma M. Sarangapani
Traduction de Sylvaine Herold
p. 107-114

Résumés

L’Inde présente un paysage linguistique varié, avec plus de 1652 langues, dont 47 sont utilisées comme langues d’enseignement à l’école. Du fait de la colonisation britannique, l’anglais est traditionnellement une langue dominante dans les espaces social, culturel, économique et éducatif. La dépendance accrue au secteur privé pour pourvoir des emplois et répondre aux aspirations sociales a ravivé ce phénomène. L’article retrace l’émergence de l’éducation en langue maternelle dans l’espace politique, par rapport à l’anglais et en tant qu’affirmation des politiques identitaires régionales. Une deuxième tension tient au statut dominant des langues régionales vis-à-vis des groupes linguistiques et ethniques minoritaires. Les changements récents au sein des États suggèrent que le consensus politique antérieur a été rompu et qu’un nouveau consensus doit être bâti, adapté aux réalités actuelles et à leurs enjeux, politique, économique et culturel.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

Langues régionales vs anglais
Langues des minorités vs langues régionales
Vers une politique multilingue

Aperçu du texte

Peu de pays dans le monde ont un paysage linguistique aussi varié et diversifié que celui de l’Inde, ni peut-être une histoire aussi complexe et des politiques autant façonnées par la problématique des langues. Le recensement de 1971 a enregistré un total de 1 652 langues, appartenant à cinq familles linguistiques différentes. Plus de 87 d’entre elles sont utilisées dans la presse écrite, 71 à la radio et 13 dans l’administration. Seules 47 de ces langues sont utilisées comme langue d’enseignement dans les écoles (NCERT, 2006). Cependant, depuis l’époque de l’Indépendance en 1947 déjà, et même auparavant, il a existé en Inde un consensus sur la nécessité d’offrir l’éducation primaire en langue maternelle. La Constitution de l’Inde va même jusqu’à stipuler :

Chaque État et autorité locale au sein des États doit d’efforcer de mettre en place les aménagements nécessaires pour permettre l’enseignement en langue maternelle au niveau de l’éducation primaire pour les enfants appartenant à d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Padma M. Sarangapani, « Les langues maternelles et la politique des langues d’enseignement en Inde », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 70 | 2015, 107-114.

Référence électronique

Padma M. Sarangapani, « Les langues maternelles et la politique des langues d’enseignement en Inde », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 70 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://ries.revues.org/4509 ; DOI : 10.4000/ries.4509

Haut de page

Auteur

Padma M. Sarangapani

Padma M. Sarangapani est professeur à la School of Education, Tata Institute of Social Sciences, Mumbai (Inde), et présidente du Centre for Education Innovation and Action Research de cette institution. Sa thèse a consisté en une étude ethnographique de l’apprentissage dans une école de village indien. Depuis, elle a mené des recherches sur la transmission des savoirs indigènes dans une communauté tribale, sur les récentes réformes curriculaires du gouvernement indien et sur des organisations non gouvernementales (ONG). Elle s’intéresse à la formation des enseignants – initiale et continue – et au développement de la nouvelle formation initiale des enseignants, ainsi qu’aux programmes de troisième cycle en éducation. Courriel : psarangapani@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page