Navigation – Plan du site
Dossier

Le rôle des inspections en Europe aujourd’hui

The current role of inspections in Europe
El papel actual de las inspecciones en Europa
Ferry de Rijcke
Traduction de Robert Elbaz
p. 119-126

Résumés

Comment organiser le travail des inspecteurs et sur quoi le fonder pour qu’ils exercent au mieux leur mission d’évaluation et de contrôle, tout en respectant et en favorisant l’autonomie des établissements ? L’auteur rappelle que l’accroissement des pressions exercées sur l’école (par la société, par les familles) va de pair avec l’augmentation des démarches d’audits des établissements et de prise d’information. En Europe, les missions des inspecteurs se caractérisent à la fois par une grande diversité et par l’existence de sujets communs issus de l’évolution des rôles dévolus aux établissements scolaires. L’auteur propose des préconisations sur les grands domaines d’intervention des inspectorats, ainsi qu’une réflexion prospective sur le devenir des missions des corps d’inspection.

Haut de page

Texte intégral

1Les inspectorats jouent un rôle important dans la préservation de la qualité de l’éducation. À l’heure actuelle, dans la plupart des pays européens, ces services se voient confrontés à des questions sur la manière dont ils accompliront leur mission à l’avenir. Dans cet article, je préciserai certaines de ces questions afin d’en éclairer les enjeux, et je tenterai d’esquisser des réponses.

2Les systèmes éducatifs des pays européens traversent des turbulences. Sous la pression des ambitions du traité de Lisbonne, les politiques se sentent responsables de la manière dont l’éducation contribue à la prospérité économique et sociale de leur pays et de ses citoyens. Comme ils l’ont toujours fait, les parents s’inquiètent du bien-être et des chances d’épanouissement de leurs enfants et, plus qu’ils ne l’ont jamais fait, se comportent comme des clients tatillons, exigeant des établissements scolaires la meilleure qualité possible. Dans la société au sens large, les débats portant sur les objectifs du système éducatif varient du plaidoyer pour la plus extrême nouveauté pédagogique aux appels à un retour aux fondamentaux les plus traditionnels. Quant aux enfants, ils semblent de plus en plus considérer l’école comme un lieu dépassé, périmé. Plus que jamais auparavant, l’apprentissage et la vie se passent en dehors de l’école.

  • 1 Michael Power, The Audit Society: Rituals of verification (1999).

3Au cœur de ces turbulences, l’opinion publique tend à préconiser des actions qui lui donnent l’impression de garder le contrôle. On exige des institutions et des organisations (qu’elles soient publiques ou privées) qu’elles fournissent de plus en plus de données, de preuves d’efficacité. Cette pratique, largement répandue et qui ne cesse de s’étendre, porte désormais un nom : la société de l’audit1. Dans la plupart des pays, les établissements scolaires n’ont pas échappé à cette tendance. Il est bien sûr parfaitement sensé d’exiger de rendre des comptes : l’école joue un rôle absolument vital et la société est en droit d’être informée de la façon dont celle-ci s’acquitte de sa mission et dépense l’argent public qui lui est attribué. Mais la question essentielle est de savoir si le fait d’exiger toujours plus de données pointues des établissements scolaires suffit à répondre aux points évoqués ci-dessus. Que peuvent donc faire les inspectorats dans ce contexte ?

  • 2 Standing International Conference of National and Regional Inspectorates of Education : Conférence (...)

4Tout d’abord, il est important de se rendre compte que les organisations que nous appelons en Europe « corps d’inspection de l’éducation » ou « inspectorats » diffèrent entre eux dans de grandes proportions. Tous les membres de la SICI, l’organisation européenne des inspectorats d’éducation2, contribuent à assurer la compatibilité du système avec les lois relatives à l’éducation et sont censés assurer la qualité du service éducatif. Mais leurs véritables attributions, qui déterminent la façon dont ils mènent à bien cette mission, font apparaître des différences essentielles.

5Pour certains services d’inspection, « les évaluations globales d’établissement » sont la principale activité. Par exemple, c’est le cas en Angleterre, en Écosse et aux Pays-Bas. Les inspecteurs visitent les écoles et rédigent des rapports sur tous les aspects qu’ils jugent pertinents. Puis ces rapports viennent alimenter les données utiles aux prises de décision en matière d’éducation. Ils fournissent des informations aux parents. Enfin, une fois les données qu’ils contiennent rassemblées et traitées, ils informent de l’état du système éducatif dans le pays et peuvent constituer des éléments de jugement dans la détermination et la conduite des politiques éducatives.

6Dans d’autres pays, les inspecteurs se concentrent sur l’évaluation des performances des personnels et sont partie prenante des décisions concernant les recrutements et les révocations, les nominations et les promotions.

7Les inspectorats diffèrent également dans la manière dont ils participent à l’amélioration pédagogique. Dans certains pays, les inspecteurs jouent le rôle de consultants aux côtés des écoles dans leurs efforts pour améliorer la qualité du service rendu aux familles. À l’autre extrémité du spectre, on trouve des corps d’inspecteurs qui s’abstiennent de manière stricte de toute interférence entre évaluation externe et coresponsabilité dans la politique interne de qualité des établissements.

8Malgré ces différences, nous pouvons discerner un certain nombre de sujets communs dans les débats portant sur l’avenir des inspectorats en Europe. Dans une large mesure, ceux-ci trouvent leur origine dans les changements que l’on observe dans les situations et les responsabilités des établissements. Dans une étude récente, EURYDICE3 a mis en évidence l’accroissement de l’autonomie des établissements dans les pays européens et les nouvelles formes de responsabilité qui l’accompagnent. L’étude montre qu’il existe une grande diversité dans les réformes qui affectent l’Europe. Elle révèle également que les différents pays de l’Union suivent des calendriers différents. La notion d’autonomie recouvre des champs différents dans les différents pays. La prise de décision en matière financière, dans la gestion des personnels, en ce qui concerne la pédagogie, la didactique ou l’organisation scolaire – tout cela peut, à des degrés divers, être délégué au niveau de l’établissement. Dans l’ensemble, EURYDICE observe un renforcement récent des responsabilités des établissements dans des domaines qui sont au centre même du processus éducatif : la pédagogie, la didactique, les méthodes d’enseignement et d’apprentissage.

9Il y a de bonnes raisons pour renforcer le pouvoir décisionnel et la capacité qu’ont les établissements de définir une ligne de conduite. Les politiques éducatives actuelles reconnaissent généralement que c’est avant tout sur les établissements que repose la responsabilité d’apporter une bonne éducation. Il est somme toute logique que le pouvoir de décision échoie aux établissements, au moment où l’environnement dans lequel ces établissements fonctionnent devient de moins en moins prévisible. La population scolaire des centres urbains n’a pas les mêmes exigences en matière scolaire que celle qui fréquente les petits établissements ruraux. Les jeunes issus de familles dans lesquelles on trouve deux ou trois ordinateurs reliés à Internet ont tendance à poser aux enseignants des questions différentes de celles que peuvent poser des enfants vivant de l’autre côté de la fracture numérique. Pour pouvoir fournir un enseignement de qualité, les établissements doivent faire face à de nouveaux défis. Ils doivent s’adapter de façon active à des exigences et des besoins spécifiques, tout en atteignant les objectifs nationaux du système éducatif dont ils font partie. Cela implique que les établissements ne doivent pas limiter leur contribution au seul apprentissage et au seul savoir scolaires, ce qui requiert une capacité à apprendre en tant qu’organisation. Cela signifie indubitablement qu’ils ont besoin d’espace de manœuvre.

10Ce qui ne veut pas dire pour autant que les preux chevaliers de la société de l’audit doivent franchir les portes de l’école. Alors que l’on donne plus de liberté aux établissements, il semble qu’on ne cesse d’exiger de leur part toujours plus d’informations sur leurs performances véritables. Il y a là une véritable ambiguïté.

11On peut donc légitiment se poser la question de savoir comment les inspectorats peuvent répondre à la demande raisonnable de la société d’être informée de la qualité de ses établissements et d’avoir la garantie qu’ils répondent aux critères nationaux, tout en n’étouffant pas la capacité d’initiative de ces mêmes établissements par des normes détaillées de performance appliquées sans discernement avec une vigilance tatillonne, ou par des demandes incessantes d’information en retour.

Une information fiable et objective

  • 4 Pour le caractère particulier de l’évaluation non-quantitative, voir Elliot W. Eisner : The Enlight (...)

12Avant tout, le rôle des inspectorats consiste à fournir une information et des analyses fiables relatives à ce qui se passe au jour le jour dans les établissements scolaires. Nombreux sont celles et ceux qui ne cessent de donner leur opinion sur l’éducation sans jamais douter de leur expertise en matière éducative. Les inspectorats, eux, peuvent apporter un regard vraiment différent en fondant le débat éducatif sur des informations pertinentes, qui entretiennent un rapport étroit avec la réalité du terrain. Cela inclut les données quantitatives, fondées sur des définitions partagées, et soigneusement collectées. De surcroît, les inspecteurs observent directement ce qui se passe dans les écoles, les classes, les salles informatiques, et ils communiquent directement avec les enseignants, les élèves, les personnels de direction et les parents. Utilisant l’expertise qu’ils ont acquise peu à peu lors de nombreuses visites d’établissements, les inspecteurs ajoutent leur propre perception qualitative aux données quantitatives portant sur les résultats, les taux d’abandon scolaire, les emplois du temps et les dépenses4. Ils peuvent porter un regard éclairé sur les processus à l’œuvre derrière les données quantifiées brutes d’évaluation, tout à la fois pour les établissements, les parents et les décisionnaires.

13Les inspectorats utilisent de plus en plus des instruments testés et validés pour accroître l’objectivité de leur travail. Par « objectivité », il faut comprendre ici le degré de cohérence que les inspecteurs parviennent à atteindre dans leurs évaluations. Celles-ci doivent être aussi proches que possible dans des situations pédagogiques identiques.

  • 5 L’Angleterre, l’Écosse, la Suède, les Flandres, l’Irlande du Nord, la France, la République tchèque (...)

14Les inspectorats des différents pays ont largement collaboré pour mettre au point une « boîte à outils » à destination de leurs inspecteurs. Il est intéressant de constater que les inspectorats, après un examen attentif, sont dans une large mesure d’accord sur les points, les indicateurs et les critères qui comptent vraiment5. Ces instruments de mesure se concentrent sur les résultats, les comportements didactiques et, de façon croissante, sur les conditions favorisant un enseignement de qualité. Il devient de plus en plus important pour les inspecteurs d’évaluer également la façon dont les établissements ont mis en place des processus permettant d’assurer et d’améliorer la qualité de leur enseignement, et dans quelle mesure la capacité qu’ils ont de définir une ligne de conduite a été mise en œuvre afin de leur permettre d’innover, de répondre à de nouveaux défis et d’utiliser leurs ressources de manière optimale. Dans cette optique, l’auto-évaluation des établissements est un outil important.

Sauvegarde de la qualité commune et conformité aux normes

15Les inspectorats peuvent évaluer les performances d’un établissement en y appliquant une grille d’analyse faite de normes et de critères uniformes. Ceux-ci sont primordiaux. Afin d’atteindre leur but, ils doivent être définis avec soin et être clairs aux yeux de tous ceux qui y sont assujettis. Dans cette optique, les rapports d’inspection contribuent à assurer la société que ses établissements scolaires se conforment aux décisions politiques qui prennent corps dans les textes et règlements officiels. Ils montrent au public qu’une qualité minimale est garantie en matière d’éducation et ils sauvegardent les droits et les intérêts des élèves, des étudiants et des parents, comme ceux des personnels éducatifs et administratifs.

16De plus, l’inspection peut juger des qualités spécifiques d’une école donnée en évaluant ses performances réelles et en les comparant aux objectifs qu’elle a elle-même déterminés et explicitement formulés. L’inspection, au sens où on l’entend ici, peut également déterminer si l’établissement a les résultats auxquels sa population scolaire lui permet de prétendre. Dans ce cas, l’inspection tend une sorte de miroir à l’établissement, miroir que cet établissement peut utiliser comme aiguillon pour s’améliorer.

  • 6 Pour plus de détails sur le programme d’amélioration scolaire de l’inspectorat écossais, voir http: (...)

17Le fait de s’en tenir strictement aux règlements et aux normes de qualité nationaux permet aux inspectorats d’identifier les établissements qui ne remplissent pas leurs objectifs, c’est-à-dire ceux qui ne satisfont pas aux exigences minimales de qualité. Il y a de bonnes raisons d’attirer l’attention sur les établissements en péril. En fait, ils ne parviennent pas à donner aux élèves un enseignement qui satisfasse aux normes minimales de qualité. De plus en plus d’inspectorats mettent au point des méthodes d’analyse des risques, permettant d’identifier à temps ces établissements. Aux Pays-Bas, il a récemment été décidé de concentrer les efforts de l’inspection sur les écoles présentant des points faibles. Pour autant, tous les inspectorats ne font pas ce choix. L’inspectorat écossais, également convaincu du problème posé par les établissements en difficulté, se préoccupe aussi des établissements présentant des résultats insuffisants, ceux qui « peuvent mieux faire ». Si l’on considère le nombre d’établissements concernés, l’insuffisance des résultats est, du point de vue des autorités écossaises, un problème bien plus sérieux que celui de l’échec proprement dit, qui ne concerne qu’un nombre d’établissements beaucoup plus réduit6.

Auto-évaluation et évaluation externe

  • 7 NdT : European experiences with school self-evaluation (ESSE) : expériences européennes en auto-éva (...)
  • 8 Les résultats du projet ESSE peuvent être consultés sur le site du SICI : http://www.sici-inspector (...)

18Dans le cadre du projet ESSE7, un certain nombre d’inspectorats membres du SICI ont exploré les conditions et les caractéristiques qui définissent une auto-évaluation d’établissement réussie8. Par définition, l’évaluation externe par des inspecteurs a une portée limitée, à moins que l’établissement ne prenne au sérieux son propre engagement de qualité. Dans un certain nombre de pays, les établissements scolaires sont censés pratiquer l’auto-évaluation sous une forme ou sous une autre. Dans certains cas, non seulement cette auto-évaluation est statutairement obligatoire, mais les instruments d’évaluation normatifs le sont aussi. Dans la plupart des pays, les établissements disposent d’une certaine latitude pour déterminer leur pratique de l’auto-évaluation. L’utilisation que font les inspecteurs de ces auto-évaluations varie également : ils peuvent les considérer comme des références et s’en remettre aux conclusions auxquelles elles parviennent ou au contraire reproduire une approche faite d’accumulation et d’analyse de données.

19Le point essentiel est que l’auto-évaluation aide et encourage les établissements à examiner leurs propres pratiques pédagogiques de façon active et critique, et à utiliser ce processus comme point de départ d’une amélioration future. L’évaluation externe menée par les inspectorats devrait veiller à ce que cette approche soit encouragée et non étouffée.

Les rapports d’inspection et l’information du public

20Dans de nombreux pays, on ne sait trop comment gérer la communication des résultats de ces évaluations au public. L’une des raisons est la crainte de rendre la tâche plus ardue encore pour ces établissements en les rendant encore moins attirants aux yeux des nouveaux élèves et des nouveaux personnels. Cela semble avéré en ce qui concerne le classement des établissements, dans lequel ceux-ci ne sont caractérisés que par un nombre restreint de paramètres, bien loin de la réalité complexe de l’école. Cependant, un rapport d’inspection équilibré, présentant des preuves attestées et une analyse soigneuse et détaillée de la situation, peut parfaitement aider un établissement à s’améliorer, tout en portant un jugement. Les parents qui ont accès aux rapports d’inspection peuvent exercer une pression sur les établissements pour agir lorsque des cours, des enseignants ou des résultats sont loin d’être satisfaisants.

21Les effets des inspections sont considérablement renforcés lorsque les rapports sont rendus publics. On peut en avoir la preuve dans les pays où cette publication des résultats est monnaie courante depuis un certain temps. En Angleterre par exemple, un certain nombre d’établissements qui n’atteignaient pas leurs objectifs (décrits comme « faisant l’objet de mesures spéciales » ou, dans des cas moins graves, ayant reçu une « injonction à s’améliorer ») ont progressé et sont devenus d’excellents établissements9.

22Cette publication des rapports a une autre conséquence positive : puisque les établissements vont examiner de très près ce que les inspecteurs écrivent à leur sujet dans leur rapport et n’hésiteront pas à les mettre en cause publiquement s’ils ne sont pas d’accord avec leurs conclusions, les inspecteurs ne manqueront pas de rédiger des rapports cohérents et argumentés, qui puissent réfuter de telles critiques. Eux-mêmes soumis à un examen minutieux, ils sont amenés à se montrer prudents.

Des outils professionnels rénovés

23Toutes ces questions ont des conséquences, à la fois pour les inspectorats et pour les organisations. Deux sujets figurent sur l’agenda de tous les inspectorats et de la SICI : le traitement de l’information et l’évolution professionnelle des inspecteurs.

24L’information intervient de deux façons. Les inspecteurs peuvent (et devraient) utiliser de plus en plus des données provenant de différentes sources dans le cadre de leur travail. Ces sources peuvent être des statistiques nationales, les établissements eux-mêmes, la recherche universitaire, les médias (journaux, radio et télévision) et Internet (y compris les forums et les blogs). Les inspectorats devront mettre au point des moyens efficaces de capter et d’utiliser ces flux infinis d’information afin de les rendre utilisables et adaptés à leurs missions.

25D’autre part, les inspectorats produisent également de l’information. Leurs rapports et les données qu’ils contiennent sont une précieuse banque de données pour le futur travail d’inspection et pour les analyses que d’autres en feront ultérieurement. De plus en plus souvent, les inspectorats mettent en place des systèmes fondés sur les technologies de l’information et des communications (TIC) pour gérer ces données. Tous n’en sont pas au même stade de développement, loin s’en faut, et les solutions choisies sont en relation directe avec les domaines de compétence et les pratiques des divers inspectorats.

26Il y a là un défi intimidant, mais c’est un défi qui doit être relevé et maîtrisé afin que les inspectorats puissent continuer de mener à bien leurs missions dans un contexte qui évolue rapidement.

27À la lumière de ce qui a été dit précédemment, il va de soi que l’évolution professionnelle des inspecteurs ne peut se contenter de suivre le chemin qu’elle a toujours suivi. On considérait qu’un inspecteur était qualifié si son expérience professionnelle comprenait de nombreuses années d’enseignement et, si possible, une période où il avait exercé comme chef d’établissement. De plus en plus souvent, nous devrons nous tourner également vers l’avenir : quels éléments font qu’un individu est qualifié pour exercer la fonction d’inspecteur telle qu’elle est définie aujourd’hui et telle qu’elle est susceptible d’évoluer dans un avenir proche ?

28À l’heure actuelle, les membres du SICI préparent des ateliers sur la gestion de l’information, sur l’utilisation des TIC et sur l’évolution professionnelle de leurs personnels. Ces ateliers seront autant d’occasions de partager leur expérience et de mettre leurs forces en commun pour élaborer des solutions viables.

29Comme on peut le déduire des remarques ci-dessus, les inspectorats n’évolueront pas tous dans la même direction, et la mise en place d’un cadre européen de l’inspection n’est pas à l’ordre du jour. Il est évident qu’une telle évolution est aussi peu désirable qu’invraisemblable, étant donné les différences entre systèmes et cultures éducatifs, différences auxquelles pays et régions sont très attachés. Dans le même temps, les inspectorats continueront d’apprendre les uns des autres tout en répondant aux défis auxquels ils sont confrontés. Ils continueront également à s’améliorer afin d’apporter leur pierre à un édifice plus vaste : donner aux enfants toutes les chances d’apprendre et de se développer. Les sujets brièvement abordés ici demeureront d’actualité quelques temps encore. C’est aux inspectorats, chacun de leur côté, qu’il appartient de s’assurer que les choix qu’ils feront contribueront à améliorer l’école, pour le bénéfice des élèves et de la société toute entière.

Haut de page

Notes

1 Michael Power, The Audit Society: Rituals of verification (1999).

2 Standing International Conference of National and Regional Inspectorates of Education : Conférence internationale des inspections pédagogiques régionales et nationales. Voir : http://www.sici-inspectorates.org/ .

3 Réseau d’information sur l’éducation en Europe (http://www.eurydice.org/portal/page/portal/Eurydice ).

4 Pour le caractère particulier de l’évaluation non-quantitative, voir Elliot W. Eisner : The Enlightened Eye: Qualitative Inquiry and the Enhancement of Educational Practice (1997).

5 L’Angleterre, l’Écosse, la Suède, les Flandres, l’Irlande du Nord, la France, la République tchèque et les Pays-Bas font partie des pays qui participent à des échanges fructueux sur la mise au point de tels instruments. Dans le cadre des projets européens ICALT (International Comparative Analysis of Learning and Teaching) et P2P/P2V (Peer-to-Peer et Peer-to-Validation : http://p2p.eun.org et http://p2v.eun.org ), des instruments communs ont été mis au point, testés puis appliqués dans un certain nombre de pays.

6 Pour plus de détails sur le programme d’amélioration scolaire de l’inspectorat écossais, voir http://www.journeytoexcellence.org.uk/ .

7 NdT : European experiences with school self-evaluation (ESSE) : expériences européennes en auto-évaluation scolaire.

8 Les résultats du projet ESSE peuvent être consultés sur le site du SICI : http://www.sici-inspectorates.org/ .

9 Source : http://www.ofsted.gov.uk/ .

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ferry de Rijcke, « Le rôle des inspections en Europe aujourd’hui », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 48 | 2008, 119-126.

Référence électronique

Ferry de Rijcke, « Le rôle des inspections en Europe aujourd’hui », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 48 | septembre 2008, mis en ligne le 28 juin 2011, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://ries.revues.org/452 ; DOI : 10.4000/ries.452

Haut de page

Auteur

Ferry de Rijcke

Président de la Standing International Conference of Inspectorates (SICI) (Conférence des inspections nationales et régionales en Europe).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page