Navigation – Plan du site
Dossier - Formation professionnelle et employabilité

L’enseignement professionnel au cœur des innovations

Le cas de la France
Vocational education as a focus for innovation. The case of France
La educación profesional en el centro de las innovaciones. El caso de Francia
Michel Rage
p. 85-95

Résumés

L’enseignement technique et professionnel se caractérise en France par sa complexité. Puisant ses racines dans l’histoire politique et sociale, il exprime les tensions entre les différents acteurs impliqués : État, patronat et syndicats. L’entreprise est omniprésente dans le paysage de la formation professionnelle et les branches sont les acteurs principaux de la construction des diplômes : elles conçoivent, délivrent et financent leurs propres certifications. La création du baccalauréat professionnel et sa durée de formation réduite à trois ans ont permis la recomposition territoriale de l’offre diplômante, enrayé la chute des effectifs et donné une image plus positive de la voie professionnelle, en permettant un meilleur accès à la poursuite d’études, principalement en section de technicien supérieur. La création des lycées polyvalents, porteurs de mixité sociale, est un signe de l’inscription de la formation professionnelle dans l’environnement scolaire.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2018.

Plan

Commissions professionnelles consultatives et diplômes garantis par l’État
Diplômes, titres et certifications
L’alternance dans les formations professionnelles
Les données de la formation professionnelle liées à l’insertion

Aperçu du texte

Le modèle français d’enseignement technique apparaît à plus d’un titre original par rapport à la plupart des systèmes étrangers. Trois particularismes nationaux ont contribué, chacun à leur manière, à en former l’image.

1) La rupture introduite dans le système de formation corporatiste par le décret d’Allarde et la loi Le Chapelier (1791) : en rupture avec l’ancien système d’apprentissage proche des métiers, elle permet le développement d’un enseignement scolarisé des techniques, puis des technologies ce qui rend la situation française sensiblement différente du système allemand.

2) La difficulté à dépasser, sur le plan culturel, les représentations négatives associées au monde du travail et de la production. La vieille distinction entre les arts libéraux et les arts mécaniques est toujours présente. La définition de « mécanique » dans l’édition de 1865 du dictionnaire de conversation comme « adjectif désignant les professions qui semblent demander plus au bras qu’à l’intelligence » m...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Rage, « L’enseignement professionnel au cœur des innovations », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 71 | 2016, 85-95.

Référence électronique

Michel Rage, « L’enseignement professionnel au cœur des innovations », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 71 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://ries.revues.org/4624 ; DOI : 10.4000/ries.4624

Haut de page

Auteur

Michel Rage

Michel Rage est ancien élève de l’École normale supérieure de Cachan, agrégé de génie mécanique et a enseigné à l’ENSET de Rabat avant d’occuper diverses responsabilités dans les académies de Lyon et de Clermont-Ferrand. Nommé inspecteur général de l’éducation nationale en 2009, il est aujourd’hui doyen du groupe des sciences et techniques industrielles. Il est co-auteur de plusieurs rapports concernant la voie professionnelle, la structuration des établissements scolaires et l’utilisation des blocs de compétences dans les diplômes de l’éducation nationale. Courriel : rage.michel@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page