Navigation – Plan du site
Dossier

Références bibliographiques du dossier « En classe : pratiques pédagogiques et valeurs culturelles »

Cécile de Bouttemont
p. 125-134

Texte intégral

1L’étude des « valeurs culturelles d’une société à partir du quotidien de la classe » relève d’une nouvelle perspective de recherche au sein du champ de l’anthropologie de l’éducation.

2Afin de mieux situer l’approche et la singularité de la thématique de ce numéro, cette bibliographie présente d’abord des ouvrages sur l’anthropologie de l’éducation, discipline en évolution, à la croisée de l’anthropologie et de l’éducation comparée. En distinguant les divers courants qui la traversent, cette première partie se propose de souligner les convergences et les divergences en termes de méthode d’analyse, de théories et de pratiques.

3La seconde partie, en rassemblant des publications qui analysent, par l’approche comparée, les interactions entre culture et pratiques d’enseignement, met l’accent sur les spécificités et les valeurs culturelles d’un système d’enseignement.

4Enfin sont citées dans la troisième partie les références d’études à caractère essentiellement ethnographique et sociologique. Rites, règles et traditions dans le contexte de la classe dévoilent les implicites culturels inhérents à toute organisation éducative.

5La plupart de ces publications sont postérieures à 2000. Certaines d’entre elles sont consultables au centre de ressources documentaires du CIEP ou accessibles en ligne.

Anthropologie de l’éducation : débats et perspectives

6ANDERSON-LEVITT Kathryn, Dossier: Anthropologie de l’éducation, pour un tour du monde, Éducation et Société, janvier 2006, n° 17, pp. 7-27

L’auteur entreprend de caractériser les divers courants de l’anthropologie de l’éducation dans le monde. Pour cela, elle interroge les liens entre les chercheurs en anthropologie, en ethnographie, en sociologie de l’éducation à travers le sens qu’ils donnent aux mots, leurs réseaux et les parentés de leurs approches qui divergent en fonction d’un pays ou d’un univers linguistique donné. Elle différencie l’anthropologie de l’éducation en Allemagne, dans le monde anglophone (États-Unis, Grande-Bretagne, Canada anglophone), et en France et met en évidence les influences sociales et culturelles qui jouent sur l’anthropologie de l’éducation. Elle conclut à la pluralité des courants au sein de l’anthropologie de l’éducation et appelle à une enquête approfondie entre anthropologues et ethnographes de l’éducation, sur les traditions nationales, leurs origines, leurs voies de diffusion.

7BOUMARD Patrick, BOUVET Rose-Marie, « La société européenne d’ethnographie de l’éducation. Histoire et enjeux », Ethnologie française, 2007, vol, 37, n° 4, pp. 689-697

La société européenne d’ethnographie de l’éducation est abordée dans sa constitution historique et dans les enjeux dont elle est porteuse en termes de comparaisons internationales. À travers différents pays, les ethnographes de l’éducation opèrent une analyse comparative raisonnée de leurs pratiques de recherche sur les plans épistémologiques et méthodologiques.

8COULON Alain, Ethnométhodologie et éducation, PUF/Paris, 1993, 238 p., bibliogr.

Dans cet ouvrage, l’auteur, professeur d’université, rappelle la pénétration en France de certains courants en sociologie de l’éducation, issus des États-Unis et de la Grande-Bretagne. Après avoir présenté les différentes conceptions interactionnistes et ethno-méthodologiques, il expose les principales orientations qu’elles revêtent dans le domaine de l’éducation et les recherches réalisées à partir de ces données. Il développe ensuite le concept d’affiliation et invite à réfléchir sur la notion de règle, qui se trouve au cœur des processus d’apprentissage.

9DANVERS Francis, MALET Régis, Anthropologie de l’éducation et de la formation, Spirale 31, 2003, 152 p.

La thématique de ce numéro permet de confronter les enjeux et les limites épistémologiques et méthodologiques d’une lecture anthropologique des phénomènes éducatifs. Chaque contributeur apporte un éclairage différent compte-tenu de son objet et de son terrain d’investigation.

10DELALANDE Julie, « Des recherches sur l’enfance au profit d’une anthropologie de l’école », Ethnologie française, 2007, vol, 37, n° 4, pp. 671-679

Cet article montre comment des travaux sur l’enfance empruntent autant à la sociologie qu’à l’anthropologie, tout en précisant l’apport spécifique de cette dernière. Les méthodologies d’enquêtes fondées sur une observation participante et le concept de culture font apparaître l’ethnologie comme une discipline de réflexion sur l’Autre.

11FILIOD Jean-Paul, « Anthropologie de l’école. Perspectives », Ethnologie française, 2007, vol, 37, n°4, pp. 581-595

Distinguant l’anthropologie de l’école de l’anthropologie de l’éducation, l’auteur interroge ce concept à travers des contributions diversifiées dans lesquelles l’école serait un objet pertinent de l’anthropologie. Le cinquième et dernier thème évoque les rites et les rituels en anthropologie en soulignant la pertinence de cette approche.

12HENRIOT-VAN ZANTEN Agnès, ANDERSON-LEVITT Kathryn, « L’anthropologie de l’éducation aux États-Unis : méthodes, théories et applications d’une discipline en évolution », Revue française de pédagogie, 1992, n°101, pp. 79-104

Au sein d’un dossier sur « les études ethnographiques de la scolarisation des enfants d’immigrés », cet article présente une discipline encore peu répandue en France, l’anthropologie de l’éducation. Après un historique de cette discipline, un rappel des différents travaux menés et des méthodes utilisées, les auteurs développent son apport pour l’analyse des difficultés scolaires des enfants de minorités.

13JOCILES RUBIO Maria Isabel, FRANZE MUDANO Adela, Es la escuela el problema? Perspectivas socio-antropologicas de etnografia y educacion, Editorial Trotta/Madrid, 2008, 416 p.

Cet ouvrage retrace l’apparition récente de l’anthropologie de l’éducation en Espagne et la question des courants qui la traversent. Des questions en rapport avec la sociologie dans la classe sont abordées. La troisième partie de cet ouvrage propose une étude empirique de sept cas qui sont le résultat de recherches ethnographiques ou de réflexions théoriques sur des thèmes éducatifs tels que l’éducation aux valeurs.

14LALLEMENT Michel, SPURK Jan, Stratégies de la comparaison internationale, CNRS/Paris, 2003, 378 p., bibliogr.

En mêlant réflexions épistémologiques et considérations méthodologiques, cet ouvrage, réalisé par plus d’une vingtaine de chercheurs de spécialités et de nationalités différentes, offre un panorama sur la comparaison internationale, l’une des stratégies de recherche les plus fécondes des sciences sociales contemporaines.

15GOLDSTEIN Reine, Analyser le fait éducatif, une démarche, un outil, Chronique Sociale/Lyon, 1998, 222 p., bibliogr.

À la jonction de la sociologie et de l’ethnologie, l’ethno-éducation appréhende la compréhension du phénomène social total en privilégiant la dimension éducative : cet ouvrage divisé en cinq chapitres montre l’émergence de cette nouvelle discipline et explique ses fondements et son développement.

16OSBORN Marilyn, « Promouvoir la qualité: comparaisons internationales et questions méthodologiques », Éducation et société, février 2006, n°18, pp. 163-180

Cet article démontre l’importance, grâce à la comparaison interculturelle, des relations entre la conjoncture nationale, l’éthos institutionnel, les pratiques pédagogiques ainsi que leur rôle dans le développement de l’identité de l’apprenant. L’article souligne, à partir de trois pays, Angleterre, France, Danemark, la force de la recherche comparée pour clarifier les relations entre la conjoncture nationale et culturelle, les biographies individuelles et les pratiques pédagogiques.

17SIROTA Régine dir., Autour du comparatisme en éducation, PUF/Paris, 2001, 243 p.

À partir d’expériences concrètes, des chercheurs d’une dizaine de pays européens, d’origines disciplinaires diverses, proposent leurs analyses des conditions institutionnelles et des pratiques en éducation comparée. État des lieux, usages des approches comparatistes, conditions institutionnelles et scientifiques de la comparaison, dispositifs comparatifs et innovations scolaires permettent un tour d’horizon général du comparatisme en matière d’éducation.

18VAN ZANTEN Agnès dir., Dictionnaire de l’éducation, PUF/Paris, 2008, 735 p.

Plus de deux cents chercheurs, issus principalement de pays francophones, ont contribué à la rédaction de ce dictionnaire avec l’objectif de fournir un fonds commun de concepts, de méthodes et d’interprétations propres à chaque discipline. Le champ d’investigation du dictionnaire inclut la formation initiale et l’enseignement jusqu’à la fin de l’enseignement secondaire. L’ouvrage ne vise pas l’exhaustivité mais la représentativité des concepts et l’intérêt social des objets et des thématiques.

Culture et pratiques d’enseignement

19ALEXANDER Robin, Culture and Pedagogy: International Comparisons in Primary Education, Blackwell Publishers Ltd/Oxford, 2001, 642 p., index, bibliogr.

L’auteur propose un voyage à travers les systèmes d’enseignement pour le cycle primaire dans cinq pays : l’Angleterre, la France, l’Inde, la Russie et les États-Unis. Ce livre combine étude comparative et étude historique et apporte ainsi un éclairage original sur les politiques éducatives dans ces pays. Parmi les nombreuses perspectives étudiées, l’organisation de la classe et l’expérience de l’élève sont abordées. L’analyse comparée des pratiques d’enseignement montre les différences, les similitudes et les universaux dans la réflexion et la pratique éducatives au niveau des systèmes, des établissements et des salles de classe.

20ALEXANDER Robin, « Pédagogie, culture et comparaison : visions et versions de l’école élémentaire », Revue française de pédagogie, janvier-février-mars 2003, n° 142, pp. 5-21

Cet article s’appuie sur l’étude comparative de l’enseignement élémentaire. Pour l’auteur, la pédagogie doit être comprise comme un aspect de la culture. Il s’attache à observer l’interaction de deux séries de valeurs. L’une concerne la relation de l’individu à la société ; l’autre touche à la nature du savoir, de l’enfance et de l’apprentissage. Ces valeurs sociales et pédagogiques se combinent pour produire des versions différenciées de l’enseignement. Le présent article illustre l’impact qu’elles peuvent avoir dans les écoles et les classes, et plus particulièrement leur effet sur le discours pédagogique.

21ALEXANDER Robin, BROADFOOT Patricia, PHILLIPS David, Learning from Comparing: new directions in comparative educational research. Volume I: Contexts, Classrooms and Outcomes, Symposium Books/Oxford, 1999, 302 p.

Cet ouvrage fait suite à une série de séminaires portant sur l’éducation comparée dans les années 1990. La première partie du volume propose une vue d’ensemble du champ de l’éducation comparée ; la seconde s’attache à observer ce qui se passe au niveau de la classe, des établissements et des pratiques pédagogiques ; la troisième porte sur l’évaluation des élèves, la qualité et le rendement de l’éducation.

22BROUGERE Gilles, RAYNA Sylvie, Culture, enfance et éducation préscolaire, Unesco/Paris, 1998, 268 p.

Cet ouvrage rassemble les actes d’un séminaire portant sur la dimension culturelle de l’éducation préscolaire. Il comporte treize contributions de spécialistes venant de quatre continents et travaillant dans des champs disciplinaires différents et est organisé en sept parties. La première introduit la problématique de l’ancrage culturel, la seconde est consacrée à des approches comparatives de pratiques éducatives à l’école maternelle (États-Unis, Chine, Japon). L’ouvrage se poursuit avec l’incidence des représentations de l’enfant sur l’éducation préscolaire, les normes et les valeurs culturelles et sociales, les solidarités familiales (Mali, France).

23BROUGERE Gilles, GUENIF-SOUILAMAS Nacira, RAYNA Sylvie, «École maternelle in France: a cross-cultural perspective», European Early Childhood Education Research Journal, Volume 16, n°3, septembre 2008, pp. 371-384

Cet article présente une analyse des discours croisés d’enseignantes du préscolaire et de parents (migrants et non migrants) sur les enfants (de) migrants à l’école maternelle française. Recueillis en France à l’aide de l’ethnographie polyphonique développée par Joseph Tobin, ces discours sont confrontés aux voix venues des États-Unis, se croisent sur les questions du jeu, des apprentissages, et de la langue. Ils mettent en perspective l’ordre républicain qui sous-tend le système éducatif français, laissent voir différents modèles normatifs. Ils donnent à voir les principes normatifs et les valeurs culturelles mobilises par chacun des protagonistes ainsi que leur traduction au quotidien.

24DUSSAP-KÖHLER Anne, L’école primaire en France et en Allemagne : quelles valeurs? Regards croisés, OFAJ/DFJW, 2002, [rapport en ligne] http://www.tele-tandem.org/​doclies/​annedussapregards/​annedussapregards.html

Ce texte recueille les témoignages d’enseignants français et allemands qui, dans le cadre d’un programme d’échange, ont enseigné une année ou plus dans le pays voisin. Allant de la découverte d’un quotidien nouveau et d’un autre fonctionnement social à l’adaptation dans un système éducatif profondément différent, les enseignants ont été amenés à se confronter aux différences culturelles, à recréer des pratiques professionnelles pour enrichir leur approche de la pédagogie.

25KAHN Sabine, REY Bernard, « Pratiques d’enseignement, forme scolaire et difficultés des élèves », Les Dossiers des Sciences de l’Education, 2008, n°19, pp. 13-25

Cet article s’interroge sur le cadre conceptuel qui peut régir l’étude des pratiques d’enseignement. Après avoir rappelé quelques-uns des critères pour qu’une telle étude soit scientifique, les auteurs proposent de saisir ces pratiques à partir de la forme anthropologique de transmission qu’est l’enseignement et montrent pourquoi l’étude de ce qui se passe dans une classe ne peut se passer d’une référence à la « forme scolaire ». Cette « forme scolaire » rend compte des contraintes parmi lesquelles chaque enseignant tente, devant sa classe, d’établir un compromis. Enfin, dans une troisième partie, les auteurs montrent comment ce modèle explicatif fonctionne pour rendre compte de ce qui se passe dans une classe.

26NEWMAN Elizabeth, TAYLOR Alison, WHITEHEAD Joan et al., «“You just can’t do it like that, it’s just wrong!” Impressions of French and English trainee primary teachers on exchange placement in primary school abroad: the value of experiencing the difference », European Journal of teacher education, 2004, vol. 27, n°3, pp. 285-298

À travers l’analyse d’entretiens conduits avec de futurs instituteurs à propos de leurs expériences de stage dans un pays voisin, les auteurs soulignent les bénéfices tirés de ces stages. Ils permettent d’aider les instituteurs en formation à réfléchir sur leur propre culture d’enseignement et permettent aussi de comprendre les différences qui sont à la base d’un autre système d’éducation et d’une autre langue.

27OSBORN Marilyn, BROADFOOT Patricia, MCNESS Elizabeth et al., A world of difference? Comparing learners across Europe, Open University Press/ Maidenhead, 2003, 282 p., bibliogr.

En comparant l’expérience scolaire et le contexte socio-économique d’élèves anglais, français et danois, dont les systèmes éducatifs diffèrent fortement, les auteurs s’intéressent à l’interaction entre cultures nationales éducatives, parcours individuels et pratiques de classe, notamment à la manière dont ces dernières forgent le contexte d’apprentissage.

28PLANEL Claire, « National cultural values and their role in learning: A comparative ethnographic study of state primary schooling in England and France », Comparative education, vol. 33, n°3, 1997, pp. 349-373

Cette étude ethnologique tente de définir les valeurs culturelles et éducatives dans l’enseignement primaire en France et en Angleterre. Les élèves filtrent ce qu’ils apprennent à travers la culture à laquelle ils appartiennent. L’article suggère que les valeurs culturelles ont plus de signification pour l’apprentissage que les méthodes pédagogiques.

29SOLERE-QUEVAL Sylvie, Les valeurs au risque de l’école, Presses universitaires du septentrion/Villeneuve d’Ascq, 1999, 213 p., bibliogr.

Quinze auteurs d’horizons différents tentent de répondre à deux questions fondamentales : de quelles valeurs l’école doit-elle être porteuse et quelle école veut-on pour promouvoir des valeurs ? La dernière partie de l’ouvrage propose un projet dans lequel les valeurs jouent un rôle de valorisation de la personne humaine.

30WOODS Peter, L’ethnographie de l’école, Armand Colin/Paris, 1990, 175 p.

Cet ouvrage étudie la vie quotidienne dans les établissements scolaires à travers les stratégies institutionnelles des professeurs et des élèves, les perspectives qui guident leurs actions, et les cultures dans lesquelles s’enracine leur conduite.

Les valeurs culturelles1

  • 1 Voir Revue internationale d’éducation de Sèvres, avril 2007, n° 44, « L’élève futur citoyen », coor (...)

31« Existe-t-il une vie scolaire ? Apprendre et vivre la démocratie à l’école », Cahiers pédagogiques, juin 2003, n° 415, 70 p.

Le dossier présenté ici traite de la vie scolaire à la fois comme un espace de passage quotidien pour les usagers de la communauté scolaire mais aussi comme le temps en dehors de la classe où les adultes prennent en charge les élèves. Les témoignages recueillis dans ce dossier mettent l’accent sur ce que transmet la vie scolaire en termes de savoir-être et de savoir-faire avec le rôle des conseillers principaux d’éducation.

32ALEXANDER Robin, HOFMANN Jan, PRAIRAT Eirick, L’apprentissage de la civilité à l’école : regards croisés, Les rencontres de la DESCO, 2003, 36 p.

Le thème de l’apprentissage de la civilité à l’école est abordé dans ce dossier sous un angle original qui repose sur l’intervention de collègues d’autres pays européens. Ainsi est évoquée la façon dont cette thématique est abordée en Grande Bretagne et en Allemagne.

33ANNERSTEDT Claes, « Physical education in Scandinavia with a focus on Sweden: a comparative perspective », Physical education and sport pedagogy, vol. 13, 4, octobre 2008, pp. 303-318

L’analyse comparée dans quatre pays scandinaves – Norvège, Finlande, Danemark et Suède – montre qu’il existe de nombreuses similitudes dans le domaine de l’éducation physique à l’école. Après avoir précisé ces caractéristiques communes qui s’appuient sur des valeurs communes comme la socialisation la coopération et le goût de l’effort plus que les résultats physiques, l’auteur avance quelques différences.

34BROUGERE, Gilles, VANDENBROECK Michel, Repenser l’éducation des jeunes enfants, PIE Peter Lang/Bruxelles, 2007, 288 p.

La deuxième partie de cet ouvrage présente des travaux menés par des chercheurs qui apportent une perspective critique sur l’éducation préscolaire en France, en Suède et aux États-Unis. La socialisation par le loisir est analysée dans ces trois contextes nationaux dans deux chapitres.

35BROUGERE Gilles, TOBIN Joseph, « Culture et sexualité enfantine à l’école maternelle. Étude comparée entre les États-Unis et la France », Éducation et société, 2000/2, n°6, pp. 167-185

L’article engage une réflexion sur le fondement culturel des systèmes préscolaires. Il suppose que l’éducation des jeunes enfants et leurs activités sont à référer à des différences culturelles qui renvoient aux valeurs et aux représentations de chaque pays.

36CHASTENAT Marie-Hélène, NIENS Ulrike, « L’éducation à la citoyenneté dans des contextes de division : les défis au Québec et en Irlande du Nord », Éducation et francophonie, 2008, vol. 36, n°1, pp. 103-122

37Ce texte propose un examen des particularités de la citoyenneté et de l’éducation à la citoyenneté au Québec et en Irlande du Nord, en comparant les concepts clés et les cadres théoriques qui sous-tendent l’éducation à la citoyenneté dans ces deux sociétés. À partir de la documentation scientifique et de recherches antérieures, les auteurs tentent de déterminer dans quelle mesure diverses dimensions de la citoyenneté trouvent écho dans les initiatives pédagogiques dans les deux sociétés étudiées. Elles examinent et comparent les programmes d’éducation à la citoyenneté pour cerner les différences et les ressemblances entre les mesures éducatives prises pour promouvoir la citoyenneté dans l’une et l’autre société. Enfin, les auteurs analysent le sens de la citoyenneté et la valeur de l’éducation à la citoyenneté pour promouvoir stabilité sociale et politique dans des sociétés divisées.

38POTVIN Maryse, CARR Paul, « La valeur ajoutée de l’éducation antiraciste : conceptualisation et mise en œuvre au Québec et en Ontario », Éducation et francophonie, 2008, vol. 36, n° 1, pp. 197-216

Les auteurs s’interrogent sur l’importance d’une prise en compte des éléments d’une approche antiraciste dans l’éducation la citoyenneté. Ils présentent sa valeur ajoutée, les critiques qui lui sont adressées et sa présence comparée dans les milieux scolaires québécois et ontarien. Ils dressent un bref portrait des politiques et des pratiques au niveau primaire et secondaire.

39RAVEAUD Maroussia, De l’enfant au citoyen: la construction de la citoyenneté à l’école en France et en Angleterre, PUF/Paris, 2006, 209 p.

Quelle est la contribution de l’école dans la formation des citoyens ? Cette étude comparative sur des écoles primaires françaises et anglaises met en lumière les spécificités politiques, philosophiques et scolaires de ces deux pays. Les dynamiques à l’œuvre dans les classes sont révélatrices des valeurs nationales. Il apparaît que la citoyenneté n’est pas un invariant universel, mais une construction sociale spécifique à une culture donnée.

40SCHIFFAUER Werner, BAUMANN Gerd, KASTORYANO Riva et al., Civil Enculturation. Nation State, School and Ethnic Difference in The Netherlands, Britain, Germany and France, Bergahn Books/New-York-Oxford, 2004, 400 p.

Cet article est basé sur un projet de recherche international mené parmi des étudiants turcs du cycle secondaire en Grande-Bretagne, en France, aux Pays-Bas et en Allemagne. Il montre que la culture civique, liée notamment aux modes de structure, d’interaction et d’expression, préserve sa différence entre les divers États-nations. Elle se transmet et est assimilée, en premier lieu, par l’intermédiaire explicite et implicite de l’apprentissage scolaire.

41VERDELHAN-BOURGADE Michèle coord., Les manuels scolaires, miroirs de la nation ?, L’Harmattan/Paris, 2007, 294 p., bibliogr.

Les différents contributeurs de cet ouvrage montrent en quoi les manuels scolaires dépassent la simple transmission des connaissances mais insufflent également des valeurs traditionnelles autant que des savoirs. Le fil conducteur est ici le thème de la nation, mais l’étude des manuels peut se développer de différentes manières selon les deux perspectives historique ou synchronique, l’une et l’autre étant parfois comparatiste.

Rites, règles et traditions dans le contexte de la classe

42BARRERE Anne, Les lycéens au travail, PUF/Paris, 1997, 262 p.

L’auteur propose une approche originale de l’école : elle a choisi d’observer les lycéens comme on observe des travailleurs en situation professionnelle, sans préoccupation pédagogique et sans s’inscrire a priori dans les problématiques d’inégalités sociales et d’échec scolaire. Elle souligne que l’appel au travail scolaire demeure, pour les professeurs comme pour les lycéens, le seul recours face aux difficultés ou au manque de motivation. Mais ce recours à l’effort est souvent problématique car il peut être à la fois très exigeant et fort peu explicite. Ainsi, beaucoup d’élèves saisissent mal l’articulation entre les exigences méthodologiques et les exigences de contenu.

43BARRERE Anne, Que font les élèves et les enseignants du secondaire?, Presses universitaires de Rennes, 2004, 201 p.

Cette étude est consacrée au travail à l’école à partir de deux enquêtes sociologiques. Elle s’efforce de cerner davantage les pratiques réelles que les discours normatifs, de ne pas limiter l’analyse aux seules interactions dans la classe mais d’envisager le travail à l’école de manière globale. L’auteur porte un regard croisé sur le travail des élèves et des enseignants pour éclairer les accords et les tensions qu’ils vivent au quotidien.

44GARCION-VAUTOR Laurence, « L’entrée dans l’étude à l’école maternelle. Le rôle des rituels du matin », Ethnologie française, janvier 2003, n° 93, pp. 141-148

À travers l’étude d’une séance de regroupement quotidienne dans une classe et des rites qui l’accompagnent, l’auteur cherche à mettre en évidence les mots et les gestes permettant aux élèves d’entrer dans un rôle et dans une culture.

45GASPARINI Rachel, Ordres et désordres scolaires: la discipline à l’école primaire, Grasset/Paris, 2000, 285 p.

À travers des études de cas prises dans trois classes pratiquant des pédagogies novatrice – classe Montessori, classe Freinet, classe plurielle – l’auteur propose ses réflexions sur la discipline scolaire et son lien avec la relation pédagogique. Après un premier chapitre consacré à l’étude historique de l’apparition et de l’évolution de la discipline scolaire, l’ouvrage restitue les recherches sociologiques menées dans ces trois écoles primaires novatrices avec, en arrière-plan, cette interrogation : « comment arriver à contraindre l’élève tout en prétendant l’éduquer à la liberté ? ».

46GAYET Daniel, Côté cour, côté classe, INRP/Paris, 2003, 99 p.

L’auteur étudie l’établissement des compétences sociales dans la cour de récréation chez les enfants du primaire par opposition à la classe, lieu d’évaluation des compétences scolaires. L’auteur invite à étudier plus précisément quelle part revient à l’éducation familiale dans la genèse de ces conduites sociales, côté cour et côté classe.

47MARCHIVE Alain, « Ethnographie d’une rentrée en classe de cours préparatoire : comment s’instaurent les règles de la vie scolaire ? », Revue française de pédagogie, n°142, janvier-février-mars 2003, pp. 21-32

Cette recherche analyse les stratégies utilisées par l’enseignant pour instituer les règles de la vie scolaire et les conséquences de son action au plan didactique. Après avoir montré comment l’enseignant définit les formes de l’organisation scolaire, l’auteur étudie les conditions dans lesquelles les élèves opèrent des ajustements et interprètent les règles. Il démontre que rien n’est totalement figé et que maîtres et élèves participent dès lors à une « co-construction » de la réalité scolaire.

48MARCHIVE Alain, « Le rituel, la règle et les savoirs : Ethnographie de l’ordre scolaire à l’école primaire », Ethnologie française, 2007/4, n°112

L’école n’est pas seulement le lieu de l’enseignement de savoirs institués, elle est aussi le lieu d’apprentissages implicites des règles de la vie scolaire. La description d’une rentrée dans une école primaire, l’étude de la mise en place des règles dans un cours préparatoire et l’observation ethnographique des leçons de mathématiques en classe de cours moyen sont l’occasion d’analyser les différentes fonctions des rituels. L’auteur s’interroge aussi sur leur rôle dans l’organisation des situations d’enseignement, sur les conditions de diffusion des savoirs, et dans l’instauration de l’ordre scolaire à l’école primaire.

49MONTANDON Cléopâtre, L’éducation du point de vue des enfants, L’Harmattan/Paris, 1997, 256 p.

En s’appuyant sur des entretiens réalisés à Genève auprès d’une soixantaine d’enfants âgés de 11 et 12 ans, cet ouvrage fait découvrir la signification que ceux-ci donnent à l’éducation familiale et scolaire, les émotions qu’ils éprouvent dans les diverses situations éducatives et les stratégies qu’ils développent. Les enfants témoignent d’un rapport exigeant aux pratiques de leurs éducateurs, d’un rapport réfléchi aux savoirs qui leur sont transmis et d’un rapport plus ambigu à l’avenir qu’ils anticipent.

50PERRENOUD Philippe, Métier d’élève et sens du travail scolaire, ESF/Issy-lès-Moulineaux, 1994, 207 p.

Tout en proposant une analyse sociologique de l’éducation, ce livre est centré sur la vie quotidienne, les pratiques et les stratégies des élèves et des maîtres au sein de l’école. Il pose cette question récurrente : peut-on parler d’un métier d’élève ? L’auteur étudie ici ce « drôle de métier » et en explore les principales facettes : le rapport entre l’école et la vie, le curriculum formel face au curriculum réel (ensemble de l’expérience de l’élève), son rapport stratégique au travail scolaire et son comportement face à l’évaluation. Il aborde aussi des aspects plus pragmatiques comme le sens des devoirs à la maison et le (non) lien que tisse l’enfant entre sa famille et l’école.

51RAYOU Patrick, La grande école. Approche sociologique des compétences enfantines, PUF/Paris, 1998, 208 p.

Le comportement des écoliers, acteurs sociaux à part entière, est analysés sous de nombreux aspects, dans la classe et dans la cour de récréation. Leurs attitudes sont revues à la lumière des compétences acquises entre le CP et le CM2 et l’auteur montre comment ils définissent, comme les adultes, les situations scolaires.

52RIVIERE Claude, Les rites profanes, PUF/Paris, 1995, 261 p.

Dans ce livre sur l’anthropologie du quotidien, un chapitre est consacré aux micro-rituels de la vie enfantine avec les rites d’accès et d’accueil, les rites d’ordre et les rites d’activité.

53ROCKWELL Elsie, « La lecture scolaire comme pratique culturelle: concepts pour l’étude de l’usage des manuels », Éducation et société, 2006, n°17, pp. 29-48

Les observations menées par l’auteur dans des écoles primaires au Mexique montrent que chaque manière de lire peut mener à une utilisation propre du matériel imprimé, et parfois à accentuer la distance entre l’écrit et l’expérience vécue de l’élève. Ces observations reflètent les rapports de l’école à la culture écrite d’un environnement socioculturel où les élèves emploient leurs propres tactiques pour trouver du sens au texte. La culture scolaire est traversée de processus sociaux et politiques créés hors de l’école et montre que l’invention quotidienne de nouveaux usages et de nouveaux sens des manuels est possible.

54ROGOFF Barbara, MOORE Leslie, NAJAFI Behnosh et al., « Développement des répertoires culturels et participation des enfants aux pratiques quotidiennes », in Gilles BROUGERES et Michel VANDENBROECK, Repenser l’éducation des jeunes enfants, Peterlang/Bruxelles, 2008, pp. 103-138

Selon les auteurs, les pratiques et les routines culturelles enracinées dans les communautés contribuent de façon cruciale au développement humain. L’un des chapitres de cet ouvrage présente les variations dans l’implication des enfants dans les activités culturelles. Cette étude conduit à porter l’attention à la fois sur le rôle de guide des traditions culturelles et sur le rôle actif des individus eux-mêmes.

55SIROTA Régine, L’école primaire au quotidien, PUF/Paris, 1988, 195 p.

Cette recherche menée à partir d’observations de classe projette le lecteur dans le quotidien de la classe et montre comment s’articule le quotidien des enfants et la pratique enseignante, les interactions de ces deux acteurs sociaux. Diverses questions sont abordées : comment maîtres et élèves construisent-ils, dans la situation les règles de la vie en classe, comment se constitue le métier d’élève et quelle est la marge d’autonomie des enseignants ?

56WULF Christoph, « Le rituel : formation sociale de l’individu et de la communauté », Spirale 31, 2003, pp. 65-74

L’auteur analyse le rituel comme étant un mouvement corporel avec un début, une fin et une direction précise. La socialisation et l’éducation des enfants à l’école s’accomplissent essentiellement par des actions rituelles. Par les rituels scolaires, l’habitus de l’élève est produit, exercé et modifié. Les rituels font du cours un espace et un moment et du rapport entre professeurs et élèves, une performance rituelle. Par la ritualisation, l’individu acquiert un savoir pratique qui s’accumule au cours des ritualisations.

57ZAFFRAN Joël, « La discipline et la régularité à l’école républicaine et à l’école démocratique de masse », Éducation et Société, 2006, n°17, pp. 141-158

Dans le modèle classique de la socialisation à l’école républicaine, la morale transite par un esprit de discipline faisant appel à la régularité de l’action. C’est ce principe et son analogie avec le modèle religieux d’éducation que l’auteur souhaite mettre au jour dans une première partie. Il redéfinit ensuite la discipline et la régularité en référence aux transformations contemporaines de l’école et des modes de socialisation.

Haut de page

Notes

1 Voir Revue internationale d’éducation de Sèvres, avril 2007, n° 44, « L’élève futur citoyen », coordonné par Maroussia Raveaud.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile de Bouttemont, « Références bibliographiques du dossier « En classe : pratiques pédagogiques et valeurs culturelles » », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 50 | 2009, 125-134.

Référence électronique

Cécile de Bouttemont, « Références bibliographiques du dossier « En classe : pratiques pédagogiques et valeurs culturelles » », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 50 | avril 2009, mis en ligne le , consulté le 28 juillet 2017. URL : http://ries.revues.org/527 ; DOI : 10.4000/ries.527

Haut de page

Auteur

Cécile de Bouttemont

Documentaliste au centre de ressources documentaires du CIEP.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page