Navigation – Plan du site
Dossier - Confiance, éducation et autorité

Des rapports à l’école à Djibouti : entre confiance et défiance

Relationships to school in Djibouti: Between trust and distrust
Acerca de las relaciones en la escuela en Yibuti: entre confianza y desconfianza
Rachel Solomon Tsehaye
p. 91-102

Résumés

Cet article vise à interroger les rapports à l’école et aux savoirs, en évaluant leur légitimité au travers des discours des enseignants, des parents et des élèves à Djibouti. En rendant compte à quel point les différents modes de scolarisation, par les savoirs qu’ils diffusent et qui les identifient, font ou non autorité, sont appréhendées la confiance et la défiance manifestées envers l’école, publique et privée, coranique ou catholique, envers ses contenus, ses diplômes et les aspirations professionnelles auxquelles chaque type renvoie

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2018.

Plan

Contexte de scolarisation et problématique
Questions de recherche et méthode
Typologie des rapports à l’école
Le rapport à l’école individualiste, conformiste, pragmatique
De la confiance vis-à-vis des savoirs scolaires…
… à la défiance vis-à-vis de l’éducation musulmane et des savoirs locaux
… à la défiance vis-à-vis des pratiques éducatives enseignantes
Le rapport à l’école replié, collectiviste, idéaliste
De la confiance vis-à-vis des savoirs du système-monde oriental…
… à la défiance vis-à-vis de l’école moderne du système-monde occidental
Enfin, la défiance se nourrit également des ambitions professionnelles déçues :
Le régime conciliateur, complémentaire, cosmopolite
De la confiance absolue et générale…
… à la confiance relative et sous conditions

Aperçu du texte

L’éducation, à travers son outil privilégié qu’est l’institution scolaire, permet à la société d’exercer un contrôle sur les nouvelles générations (Foucault, 1976). Derrière l’autorité des enseignants se dissimulent des exigences sociales (Foray, 2009). L’institution scolaire renvoie à une délégation de la responsabilité éducative, les enseignants agissant au nom de la société et en vue de pérenniser les traits caractéristiques qui lui assurent une cohésion. Sans omettre les fonctions économique et démographique, dont l’importance varie en fonction des contextes, l’institutionnalisation de l’éducation répond à une fonction idéologique de socialisation. En effet, quel que soit le contexte, les questions du contrôle de la population et de la diffusion des normes ont été résolues à travers un mode d’imposition privilégié : l’école, ses dispositifs et ses contenus d’enseignements. C’est autour de cette fonction idéologique « d’imposition d’un arbitraire culturel » (Bourdieu et Passeron,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rachel Solomon Tsehaye, « Des rapports à l’école à Djibouti : entre confiance et défiance », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 72 | 2016, 91-102.

Référence électronique

Rachel Solomon Tsehaye, « Des rapports à l’école à Djibouti : entre confiance et défiance », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 72 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://ries.revues.org/5518 ; DOI : 10.4000/ries.5518

Haut de page

Auteur

Rachel Solomon Tsehaye

Lectrice au département de pédagogie spécialisée à l’Université de Fribourg (Suisse). Docteure en sciences de l’éducation, elle y enseigne principalement l’anthropologie sociale et culturelle. Ses intérêts de recherches portent sur les conflits de normes en éducation sur divers terrains (Burkina Faso, Djibouti, France). C’est en Afrique de l’Est, où elle a séjourné deux ans, qu’elle a mené sa recherche doctorale : celle-ci visait à comprendre les positionnements et les motifs de choix de scolarisation entre l’éducation de type occidentale (école publique laïque et école privée catholique) et celle de type orientale (école coranique et madrasa). Courriel : rachel.solomontsehaye@unifr.ch

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page