Navigation – Plan du site
Dossier - Ce que l'école enseigne à tous

Conception et mise en œuvre du curriculum commun en France : avancées et limites

Un entretien avec Michel Lussault
Design and implementation of the common curriculum in France: advances and limitations
Diseño y aplicación del currículo común en Francia : progresos y límites
Michel Lussault
p. 75-84

Résumés

Michel Lussault, président du Conseil supérieur des programmes (CSP, France) revient sur les innovations des politiques curriculaires en France depuis 2013 : l’importance nouvelle accordée à l’« apprendre à apprendre », aux considérations morales aussi, ouvertes vers une culture de la subjectivité. Pour la première fois, les programmes de la scolarité obligatoire sont des programmes de cycle fortement rattachés aux domaines du Socle commun. Il montre aussi en quoi la notion de « culture » vient, de façon assez spécifique à la France, proposer de résoudre le conflit potentiel entre connaissances et compétences. Il énonce les limites des changements en cours et le risque que fait courir à l’ensemble l’incomplétude de politiques qui ne parviennent pas toujours à considérer les changements systémiques.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Plan

La philosophie générale du socle commun
L’élaboration du socle commun et des programmes de cycles
Questions vives

Aperçu du texte

En France, une loi de 2005 a proposé d’abord de définir la finalité de la scolarité obligatoire par la conception d’un socle commun de compétences. En 2013, une autre loi a défini le socle commun comme « de connaissances, de compétences et de culture ». Ce thème de la culture commune est devenu une référence centrale dans la mise en œuvre de la scolarité obligatoire.

La philosophie générale du socle commun

Roger-François Gauthier : En tant que président du Conseil supérieur des programmes (CSP), vous avez œuvré à proposer au ministère de l’éducation nationale le curriculum commun et vous avez pu, également, mesurer ce que ce mot éveille ou non dans les consciences. Existe-t-il actuellement en France, un point d’accord à ce sujet dans l’opinion ? Ou bien voit-on au contraire se développer une volonté d’abandonner l’idée d’un curriculum commun à tous les élèves dans le cadre de la scolarité obligatoire ? Ma question porte à la fois sur ce qui est déclaré et sur la réalité, avouée ou non...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Lussault, « Conception et mise en œuvre du curriculum commun en France : avancées et limites », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 73 | 2016, 75-84.

Référence électronique

Michel Lussault, « Conception et mise en œuvre du curriculum commun en France : avancées et limites », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 73 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 29 avril 2017. URL : http://ries.revues.org/5609 ; DOI : 10.4000/ries.5609

Haut de page

Auteur

Michel Lussault

Michel Lussault préside le Conseil supérieur des programmes (France) depuis 2014. Professeur des Universités (géographie urbaine), il est également directeur de l’Institut français de l’éducation (IFE)- École normale supérieure de Lyon. Il a présidé l’Université François-Rabelais de Tours (2003-2008) et l’Agence de mutualisation des universités et des établissements (AMUE) de 2005 à 2009. Il a été 2e vice-président et porte-parole de la Conférence des présidents d’université (2006-2008). Il est l’auteur de nombreuses publications scientifiques. Dernier ouvrage paru : L’Avènement du monde, Le Seuil (coll. La couleur des idées), 2013. Courriel : michel.lussault@ens-lyon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page