Navigation – Plan du site
Actualité internationale
Repères sur les systèmes éducatifs étrangers

L’éducation islamique non-formelle mahadra de Mauritanie

Mohamed Salem Ould Maouloud
p. 18-24

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2019.

Plan

Données quantitatives et éléments de définition
Une université populaire, nomade et scolastique
Un enseignement gratuit, individualisé et basé sur le volontariat
Genèse des mahadras
Défis et perspectives

Aperçu du texte

La Mauritanie s’étend sur un territoire de 1 030 000 km2 essentiellement désertique, entre le Sahara et le Sahel. La population s’élève à près de quatre millions d’habitants.

Le pays fut, à différentes phases de son histoire, connu sous d’autres appellations : « le Sahara des enturbannés », « BiladTekrour », « Biladchinguitt ». La colonisation française, d’abord pacifique en 1905, prend un aspect militaire en 1909. Le 28 novembre 1960, la Mauritanie accède à l’indépendance.

La population est à 100 % musulmane. Les Maures, l’ethnie majoritaire, parlent le hassania, les autres ethnies sont constituées de négro-africains (Pullar, Soninkés et Wolofs).

Dès l’indépendance, la Mauritanie commence à développer son système éducatif en initiant l’arabisation et met à contribution les mahadras, qui lui fournissent, à moindres frais, des contingents d’enseignants, faisant ainsi l’économie de la formation. Ould Ahmedou (1997) rapporte que « des centaines d’enseignants et de professeurs issus de la ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mohamed Salem Ould Maouloud, « L’éducation islamique non-formelle mahadra de Mauritanie », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 74 | 2017, 18-24.

Référence électronique

Mohamed Salem Ould Maouloud, « L’éducation islamique non-formelle mahadra de Mauritanie », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 74 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 27 mai 2017. URL : http://ries.revues.org/5767 ; DOI : 10.4000/ries.5767

Haut de page

Auteur

Mohamed Salem Ould Maouloud

Mohamed Salem Ould Maouloud est actuellement enseignant vacataire à l’École normale supérieure de Nouakchott (Mauritanie) et ambassadeur inspecteur général au ministère des affaires étrangères et de la coopération de Mauritanie (MAEC). Titulaire d’une maîtrise d’anglais, d’un DEA en sciences de l’éducation et d’une spécialisation en expertise des systèmes éducatifs africains, il a été professeur d’anglais et chef de division à la direction de la planification du ministère de l’éducation nationale de Mauritanie (1984-2007). En 1991-1992, il a été titulaire d’une bourse Fullbright à l’Université de Pittsburgh (États-Unis). De 2002 à 2007, il a été inscrit en thèse à la faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’Université catholique de Louvain et, en 2017, il est inscrit en thèse à l’École pratique des hautes études (EPHE) de la Sorbonne. Il est l’auteur de plusieurs articles et nouvelles et son dernier ouvrage, en cours de publication, Théorie de l’éducation non-formelle : le cas de l’enseignement islamique mahadra de Mauritanie a reçu le Prix Chinguit 2016. Courriel : salemmoloud@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page