Navigation – Plan du site
Dossier - Musique et éducation

Musique et plasticité cérébrale

Music and brain plasticity
Música y plasticidad cerebral
Laura Ferreri
Traduction de Jane-Mary Rivière
p. 55-63

Résumés

Le cerveau humain a la capacité unique de modifier sa structure et sa fonction tout au long de la vie, un phénomène appelé la plasticité cérébrale. La musique est un stimulus riche et complexe capable de stimuler tout le cerveau, induisant ainsi des changements neuronaux importants. Quelle est la relation entre la musique et la plasticité cérébrale ? Après une introduction sur l’intérêt neuroscientifique pour la musique et les processus de plasticité cérébrale, cet article vise à présenter les principaux résultats sur la neuroplasticité induite par la musique. Les effets de la formation et de l’expertise musicales sur le cerveau sont d’abord examinés. Puis sont abordés et discutés du point de vue de la remédiation neurologique l’importance de la stimulation et des changements du cerveau liés à la musique sur la stimulation d’autres fonctions non musicales.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2019.

Plan

L’intérêt neuroscientifique pour la musique
Qu’est-ce la plasticité cérébrale ?
Musique et plasticité cérébrale
La formation musicale et le cerveau
De la plasticité cérébrale à la stimulation et à la remédiation cognitives
Mouvement
Langue
Mémoire

Aperçu du texte

L’intérêt neuroscientifique pour la musique

La musique a une présence constante et unique tout au long de la vie humaine. À travers les siècles, de nombreux philosophes, artistes et scientifiques ont tenté de rendre pleinement compte du rôle que la musique joue dans nos vies en montrant comment elle peut influencer nos émotions, notre cognition et notre comportement. Durant les deux dernières décennies, les sciences du cerveau ont porté une attention sans précédent à la musique, de plus en plus considérée comme « la nourriture des neurosciences » (Zatorre, 2005). Quelles caractéristiques particulières de la musique intéressent-elles tant la communauté neuroscientifique ?

Dans Αρμονίκων Στοκείων (les Éléments d’harmonique), le philosophe Aristoxène (Tarente, fin du IVe siècle av. J.C.) est le premier philosophe grec à avoir affirmé que comprendre une composition musicale signifie suivre le processus de sa mélodie avec l’oreille et l’intellect. L’oreille détecte les amplitudes de la mél...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Ferreri, « Musique et plasticité cérébrale », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 75 | 2017, 55-63.

Référence électronique

Laura Ferreri, « Musique et plasticité cérébrale », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 75 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://ries.revues.org/5944 ; DOI : 10.4000/ries.5944

Haut de page

Auteur

Laura Ferreri

Laura Ferreri est une chercheuse post-doctorale à l’unité de cognition et de plasticité cérébrales (Université de Barcelone et IDIBELL Institut Biomedical, Barcelone, Espagne). Après un master en neurologie cognitive à l’Université de Raffaele (Milan, Italie), elle a obtenu un doctorat en psychologie cognitive à l’université de Dijon (France) dans le contexte du programme EBRAMUS (cerveau et musique européens) Marie Curie. Son principal domaine de recherches concerne l’effet de la musique sur le cerveau, avec une focalisation particulière sur les processus de mémoire et de récompense. Courriel : lf.ferreri@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page