Navigation – Plan du site
Dossier - Musique et éducation

Musiques et identités sénégalaises

Music and Senegalese identities
Músicas e identidades senegaleses
Moussa Sy
p. 97-105

Résumés

Le désintérêt des élèves sénégalais pour les cours de musique montre qu’il y a nécessité de changer de démarche. Au Sénégal, la musique constitue l’une des bases importantes de la société traditionnelle et elle intègre admirablement les divers aspects de la vie sociale. L’article invite à revaloriser l’enseignement traditionnel de la musique et ses méthodes, tout en incitant les élèves à s’ouvrir à des musiques venues d’ailleurs, afin que la musique sénégalaise, avec de nouveaux schémas pédagogiques, soit porteuse des richesses de sa culture dans une perspective moderne.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2019.

Plan

Place et rôle de la pratique musicale dans la société traditionnelle sénégalaise
Le griot, médiateur entre les hommes et les forces de la nature
La musique au Sénégal après l’Indépendance
L’enseignement de la musique à l’école
Langues et musiques du Sénégal
Finalités et pédagogie de l’enseignement de la musique au Sénégal
Musique et mutations de la société sénégalaise
Un regain d’intérêt pour l’éducation musicale grâce aux nouvelles technologies

Aperçu du texte

Il ne fait pas le moindre doute qu’il n’existe sur la terre aucun peuple plus naturellement sensible au son de la musique que celui-ci (peuple de la Sénégambie) ;
les principaux personnages (c’est-à-dire les rois et les chefs) la considèrent vraiment comme un ornement de leur État, si bien que la musique fait rarement défaut lorsque nous leur rendons visite.
Richard Jobson,
The discovery of River Gambra (1623)

Place et rôle de la pratique musicale dans la société traditionnelle sénégalaise

En Afrique, la pratique musicale accompagne depuis toujours toutes les activités humaines. Le chroniqueur sénégalais Yoro Diaw (1847-1919), dans Les Cahiers de Yoro Diaw, signale que les rois et les chefs de provinces avaient des fara, dont le rôle était de jouer de la musique. Certains instruments servaient d’insignes aux autorités dans l’ancien empire du Djoloff, comme les dioung-dioung (grands tambours bifaces), qui étaient fabriqués pour les empereurs et vice-rois des différentes provinces.

La mus...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Moussa Sy, « Musiques et identités sénégalaises », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 75 | 2017, 97-105.

Référence électronique

Moussa Sy, « Musiques et identités sénégalaises », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 75 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://ries.revues.org/5972 ; DOI : 10.4000/ries.5972

Haut de page

Auteur

Moussa Sy

Moussa Sy est professeur d’éducation musicale au Sénégal et auteur de cahiers d’activités pédagogiques (1997) pour l’association francophone internationale des directeurs d’établissements scolaires, ainsi que d’articles sur la musique au Sénégal dans les journaux sénégalais. Il a été enseignant associé en musicologie à l’université Gaston Berger (2011-2012) et président de la commission nationale d’éducation musicale du Sénégal en 2012. Courriel : asymoussasy@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page