Navigation – Plan du site
Dossier

L’École et les communautés

Education and communities
La escuela y las comunidades
Thierry Breton
p. 31-38

Résumés

Le mot « communauté » est le fil conducteur de cet article qui commence par une approche macro-économique du monde contemporain. L’auteur interroge le rôle des communautés dans la gestion des systèmes éducatifs, dans un monde qui sera marqué par le protectionnisme et interpellé vivement sur les régulations et les contrôles. Une évolution se dessine en direction de l’identification et du respect des communautés, en particulier professionnelles, désormais plongées dans « l’économie de l’immatériel ». Devant la crise planétaire actuelle, les éducateurs ont un rôle majeur à jouer en se rassemblant sur des valeurs communes, car le monde à venir sera multicommunautaire.

Haut de page

Texte intégral

Un monde fragmenté

1Gustave Monod disait, je crois, que pour pouvoir durer, il faut penser loin et savoir regarder le présent. Or le présent, aujourd’hui, nous montre un monde fragmenté, fracassé, certainement pas mondialisé. C’est au regard de cette actualité que je voudrais débuter ma réflexion, actualité marquée par une crise économique qui doit nous faire réfléchir sur l’activité d’enseignement par rapport à une temporalité courte et sur sa nature, qui doit profondément évoluer dans les décennies à venir.

2À partir du moment où l’on injecte massivement, comme jamais on ne l’a fait, de l’argent public – c’est l’ancien ministre des finances qui parle – dans nos systèmes nationaux, il est clair que l’on l’hypothèque l’avenir des contribuables et que les responsables engagent ainsi l’avenir de leur communauté.

3Retenons le mot « communauté », il sera un fil directeur. Il s’agit de la gestion des systèmes éducatifs par des communautés. Ceux qui ont la responsabilité de leur communauté vont avoir à rendre des comptes au plan national. Quelle que soit la culture, quelle que soit la hauteur de vues, quel que soit le degré de conscience de ceux qui nous dirigent, nous entrons dans un monde qui sera marqué pendant de nombreuses années, à mon sens, à l’aune du protectionnisme. La question posée, « un seul monde, une seule école ? » est donc d’une pertinence absolue. Il s’agit en fait de deux questions. Un seul monde ? Une seule école ?

Le travail des régulateurs

4Non pas un seul monde évidemment, compte tenu de la vitesse du développement de notre planète et de la différence des communautés qui peuplent ce monde. Le travail des régulateurs, des ONG, des « unificateurs » devra être lu à cette aune.

5Certainement pas un seul monde non plus, par rapport à l’organisation de la planète telle qu’elle a été modélisée, schématisée progressivement dans les pays développés et les pays en développement, au cours du siècle qui vient de s’écouler. Dans les pays développés d’abord : les États-Unis, qui étaient considérés comme l’usine industrielle du monde, ont évolué pour devenir l’usine financière de la planète. L’usine du monde, elle, a migré en Asie, en Asie du Sud-Est en particulier. Ce continent est encore en développement, sans parler de l’Afrique, ni de l’Europe qui ne cesse de vieillir. Donc l’organisation de la planète est remise en cause avec ce qui est en train de se passer.

6Aujourd’hui, on nous parle de la nécessité d’accroître le système de régulation des contrôles. Jamais une industrie comme celle de la finance n’a été aussi régulée. Le problème est de savoir comment cette régulation a été mise en œuvre, et si elle l’a bien été. La vraie question qui se pose est la suivante : les États-Unis vont-ils continuer, à l’issue de cette crise qui sera longue et dure, à être l’usine financière de la planète ou vont-ils perdre cette légitimité ? Je rappelle qu’à l’issue de Bretton Woods, les Américains se sont octroyé la maîtrise de la politique monétariste : le dollar est devenu la monnaie de référence. Le véritable enjeu des nombreuses réunions auxquelles les présidents des vingt plus grandes puissances économiques et leurs ministres des finances vont assister pendant de nombreuses années, c’est de savoir où sera l’usine à finances du monde au XXIe siècle. Demeurera-t-elle dans le monde anglo-saxon, essentiellement à New-York, ou se déplacera-t-elle à Shanghai ou à Hong-Kong ? C’est ainsi qu’il faut lire le monde qui vient. Savoir s’il faut réguler les hedge funds ou les supprimer, quel pays doit figurer sur la liste des paradis fiscaux, si le bonus accessible est de 100 % ou de 120 % de la rémunération, c’est nécessaire certes quand on mobilise l’argent public, mais le fond du problème est ce que je viens de décrire.

La gestion des communautés

7En France, sur un continent vieillissant, à la démographie qui s’essouffle, on se satisfait du taux de 2,02 % de fécondité par femme. Pendant ce temps, la population de la planète augmentera de 50 % au cours des vingt-cinq prochaines années. La population mondiale passera de 6 milliards à 9 milliards d’habitants et l’Europe, qui comptera dans vingt-cinq ans le même nombre d’habitants, ne pèsera plus que 460 millions sur 9 milliards, soit 4 %, avec des problèmes liés au vieillissement et à la formation. En Europe et en France, on s’intéresse beaucoup à la façon dont on va vieillir et aux services à la personne. On veut former nos jeunes à nous aider à mieux vieillir. La Chine, où il n’y a jamais eu autant de mathématiciens, de physiciens et de scientifiques regarde l’avenir, sait investir. En Europe, on s’étonne que de moins en moins d’élèves suivent les cours scientifiques et que de plus en plus de jeunes s’intéressent aux cours d’économie ou de services. Cela va-t-il continuer ?

8J’aimerais livrer une anecdote, à titre d’exemple. Le jour de mon premier cours à Harvard, en septembre 2007, j’avais en face de moi neuf cents étudiants de MBA. L’Université de Harvard gère une communauté qui compte 43 prix Nobel et un grand nombre de « sachants », ainsi que des étudiants venus du monde entier qui souhaitent appartenir à cette communauté de managers mondiaux, transnationaux, et qui seront tous issus d’un moule identique, avec les mêmes valeurs et les mêmes réflexes. Je leur pose la question : « Que voulez-vous faire ? » Leur réponse : private equity à 80 %, hedge funds et banque pour le reste. Et l’industrie ? Pas un seul. Tous mes étudiants se destinaient à la finance. En 2008, je pose la même question aux étudiants de deuxième année : plus un seul ne mentionne « private equity » ou « hedge funds », nous sommes au moment où l’État américain nationalise les banques. On cite les ONG, la santé, les travailleurs sociaux… Ces jeunes ont évolué. Cet exemple montre qu’il existe une dépendance immédiate, réelle et profonde de l’environnement par rapport à la responsabilité du monde éducatif et de la formation que l’on veut dispenser.

9En ce qui me concerne, j’ai toujours essayé d’enseigner à mes étudiants, dans toutes les responsabilités qui ont été les miennes, qu’il était important qu’ils apprennent à manager, à gérer, à interagir avec des communautés différentes par leurs intérêts, leurs cultures, leurs traditions, leurs valeurs, leurs origines, qu’il fallait les respecter pour ce qu’elles sont, respecter leurs légitimités propres et, en fait, interagir avec ces différentes communautés.

10Je suis fondamentalement convaincu que le monde va évoluer dans l’identification mais aussi dans le respect nécessaire de ces différentes communautés, qui ne sont plus nécessairement des communautés géographiques, nationales. La communauté des anciens élèves de Harvard est une communauté à part entière, apatride par définition, mais elle existe profondément en tant que telle. Les jeunes ont aujourd’hui de plus en plus le sentiment d’appartenir à des communautés et ce phénomène va aller croissant.

Communautés et éducation

11Le monde éducatif a toujours eu un lien très fort avec les communautés dans lesquelles il opérait – je ne confonds pas communautés et communautarisme : communautés nationales, géographiques, économiques, professionnelles, religieuses, voire idéologiques. Le fait d’identifier une communauté par rapport à une autre a souvent créé des problèmes. En France, c’est un débat qui a été tranché en 1905 : on a privilégié la notion de communauté nationale sur celle de communauté religieuse. Ce débat nous occupera sans doute encore pendant un certain nombre de décennies, car il faut continuer à se poser la question de la relation entre le monde éducatif et les communautés qui l’entourent, dans le monde fragmenté dans lequel nous entrons. C’est sans doute une évolution très forte, transnationale, qui parcourt et irrigue la planète de façon totalement nouvelle et différenciée.

12Revenons sur les communautés professionnelles. Quand on s’occupe de formation en région, par exemple, on est constamment sollicité sur les questions d’apprentissage. Quel est le tissu économique et quel est le type de formation qu’il faut donner à nos jeunes ? Vaut-il mieux soutenir les métiers de bouche ou la plasturgie dans tel lieu, les métiers de la mer dans tel autre, comment, pour combien de temps et avec quels types de moyens ? Comment interférer avec cette communauté professionnelle ? Un chef d’entreprise se pose évidemment la question de savoir comment le système éducatif, qu’il soit public ou privé, peut interférer avec ses propres besoins, la communauté qu’il représente, et la nécessité de différencier selon qu’on travaille en France, aux États-Unis ou en Chine. Ces questions sont au cœur de notre problématique : si l’on cherche à gérer des relations différenciées avec différentes communautés qui attendent légitimement une réponse, quel est le tronc commun ? On dit que les fondamentaux sont apprendre à lire et à compter, j’ajouterais peut-être aussi « apprendre à choisir », à naviguer dans un accès infini à la formation. Cette nécessité est apparue il y a vingt-cinq ans. Gustave Monod disait qu’il était important d’apprendre à lire le journal. Aujourd’hui, ce qui est absolument essentiel, c’est de donner aux jeunes et aux moins jeunes la capacité d’apprendre à naviguer dans ces océans d’informations et à choisir les communautés auxquelles ils souhaitent appartenir et qui correspondent à leurs valeurs. Apprendre à choisir doit faire partie du tronc commun de ce qu’il convient d’apprendre, très jeune, partout sur la planète, tout simplement pour permettre aux jeunes générations d’être des hommes et des femmes libres et d’avoir la possibilité de s’extraire, éventuellement, des communautés auxquelles ils appartiennent pour en choisir d’autres.

L’économie de l’immatériel

13Les entreprises évoluent très vite aujourd’hui. Comment former les professeurs et les élèves pour le tissu local, pour les nations, pour la société, selon les lois de la mondialisation ? Faut-il conserver les identités nationales ou les transcender ? À une heure où le protectionnisme va, semble-t-il, devenir de plus en plus prégnant, l’éducation doit-elle accompagner cette tendance ou au contraire, un peu comme une corde de rappel, témoigner de valeurs universelles ? Quid du cadre européen, par exemple ? Ce qui a été fait pour l’enseignement supérieur en Europe doit-il être envisagé aussi pour les plus jeunes, au collège et au lycée ? Quid de la diversité des élèves et des publics auxquels on s’adresse sur des géographies déterminées ? Quel type d’évolution pour nos sociétés ? Il est indispensable de mener une réflexion approfondie sur l’évolution des activités de plus en plus différenciée par la géographie, de rappeler les questionnements sur l’évolution des métiers de la finance, sur le type de formation nécessaire par rapport à la tertiarisation de l’économie, aux services à la personne, et d’une façon générale, à tout ce que j’ai appelé, avec Christian Blanc, « l’économie de l’immatériel ». Je rappelle qu’il existe désormais, au ministère de l’économie et des finances, une agence chargée de protéger les actifs immatériels de l’État. Dans ce contexte, quel est le rôle des acteurs, États, collectivités locales, entreprises, par rapport aux besoins nouveaux qui émergent, y compris dans la gestion des communautés virtuelles, sujet absolument essentiel dans le secteur des technologies de l’information ?

14Ces questions ne sont pas réglées en France, en ce qui concerne le rôle de l’apprentissage et l’importance que l’on veut lui donner, et d’une façon plus générale, en ce qui concerne le positionnement de l’école dans le cycle de vie. La plupart des gens ont plusieurs vies et reçoivent des formations particulières par rapport à la période de vie dans laquelle ils se trouvent. D’où des déséquilibres de plus en plus forts. Dans ce monde fragmenté où se révèlent de plus en plus les fractures sociales, les inégalités face aux formations, face au savoir, la même éducation pour tous, le même accès au savoir, sont une utopie dans un environnement budgétaire de plus en plus contraint.

15Désormais, la charge de la dette est en France le premier budget, qui consomme près de 3 % du PIB, uniquement pour payer les intérêts, avec une dette qui est passée de 63,6 % à 74 %, bientôt 80 % et atteindra probablement plus de 100 % d’ici 2012 ou 2013. Les intérêts de cette dette consomment à eux seuls l’autorisation de déficit qui nous est donnée par les critères de convergence de Maastricht, soit 3 % du budget des administrations publiques. Ceci veut dire que les politiques régaliennes vont souffrir, c’est une évidence qu’il convient de rappeler. Notre vie professionnelle va en être marquée de façon certaine. Avec, en outre, la massification évidemment de l’éducation, la démocratisation mais aussi l’augmentation de la productivité, et une population qui vieillit et qui aura des besoins propres.

Perspectives économiques

16Nous sommes en train de construire pour les jeunes générations une situation d’endettement qui les place déjà hors des critères de Maastricht. Il faut donc rogner sur les politiques actuelles de maintien de notre confort de vie. Cela nous met devant des choix extraordinairement difficiles. Par parenthèse, si la France n’était pas aujourd’hui dans la zone Euro, elle serait très certainement en train de dévaluer, regardons la situation du Royaume-Uni, de la Grèce, du Portugal, de l’Irlande ou de l’Italie. Si la France décidait de sortir de l’Euro, il y aurait dévaluation et évidemment inflation, voire hyper-inflation, ce qui serait sans doute la seule façon pour les États de tenter de réduire un peu cet hyper-endettement qui se constitue de la façon la plus rapide jamais observée. Seconde parenthèse : la crise sera présente de toute façon, même si ses effets sont atténués un peu, parce qu’il s’agit là d’un travail sur le très long terme. Elle influera sur les choix politiques de nos dirigeants.

17Il faut raisonner à l’échelle de la planète car c’est la première fois qu’une crise est planétaire et de l’instant. Quand quelqu’un fait quelque chose aujourd’hui, tout le monde en fait autant. C’est ce qui s’est passé pour les subprimes : on mutualisait le risque, on voyait que tout le monde faisait la même chose, donc le risque semblait ne plus exister. On vient de faire la même chose au niveau des États.

18Le PIB de la planète représente 50 000 milliards de dollars. Cela veut dire qu’il nous faut dépenser et produire 50 000 milliards de produits et de services par an, pour que notre planète de six milliards d’habitants fonctionne comme elle fonctionne aujourd’hui. Je rappelle la tendance démographique : 50 % d’augmentation dans les vingt-cinq années qui viennent, et sur les dix prochaines une population qui augmentera d’un milliard deux cent cinquante millions d’habitants qu’il faudra nourrir, former, abreuver, éduquer… Cela va coûter cher.

19Au cours des quinze dernières années, le PIB a augmenté d’à peu près 4 à 5 %. La croissance potentielle de la planète au cours des dix prochaines années, si la situation ne s’aggrave pas, sera de l’ordre de 2 %, dans le meilleur des cas, ce qui représente environ 1 000 milliards de dollars supplémentaires par an. Au cours des dix prochaines années, le montant que l’on dépensera annuellement pour faire face à la crise économique sera de l’ordre de 7 000 à 10 000 milliards de dollars, c’est-à-dire, pratiquement, ce qu’il faut pour régler les problèmes financiers. C’est là qu’on va injecter les surplus dégagés, la création des richesses alors que dans le même temps, la population de la planète augmentera de 25 %. Quelque chose ne fonctionne pas dans cette équation.

20Je livre cette réflexion sans apporter de solution. Pour moi, l’hyper-endettement engendre des mécanismes terribles, où on a l’impression de travailler pour régler le passé, où on est aspiré par le recul en arrière. Ces mécanismes vont nous marquer tous, y compris les enseignants qui vont devoir former les générations qui auront à traiter ce problème. Je crois qu’on ne peut pas faire l’impasse sur cela. Pour le ministre des finances que j’ai été, il n’y a en général qu’une solution, comme l’histoire économique nous l’apprend : d’abord l’hyper-inflation, parce que c’est une façon de démonétiser, de dévaloriser l’endettement, avec toutes les conséquences que cela a par ailleurs sur la petite épargne. C’est le cas en France pour les retraités, les pensionnés, notamment dans le cadre des systèmes de retraite par répartition. Les retraites par capitalisation ont été divisées par deux, voire par trois. Les retraites par répartition subiront le même sort. Il n’y a pas de miracle en économie.

21Dévaluation ensuite, mais de quelle monnaie ? Et par rapport à quoi, dans un monde où n’existent plus que trois monnaies globalement, le dollar, l’euro et le yuan, car les autres, y compris le yen, n’ont plus la même valeur. Le vrai problème se pose aujourd’hui entre le dollar et le yuan, puisque ce dernier rachète les bons du Trésor américain : 2 000 milliards de dollars sont aujourd’hui détenus par les épargnants chinois. Qui sera le détenteur de l’usine financière du monde ? Qui financera les projets de demain, la croissance de demain ? L’économie américaine est encore la plus puissante, et de loin. Mais cette élite de l’élite que j’ai évoquée plus haut, qui avait choisi, ces cinq dernières années, les métiers de la finance et qui est montrée du doigt aujourd’hui, légitimement selon certains, va désormais en Chine, à Hong Kong, à Shanghaï où on l’accueille sans états d’âme sur la façon dont on rémunère les personnes qui créent de la valeur. Un transfert est déjà en train de s’opérer. C’est une tendance avec laquelle il va falloir vivre. 10 000 milliards, c’est-à-dire la croissance, la création de richesses des dix prochaines années viennent d’être captées. J’espère qu’une partie servira d’infrastructure mais ce sera mineur parce que, parallèlement à cela, les métiers sociaux vont devenir extrêmement importants. Pays par pays, on sait à peu près combien de personnes vont perdre leur emploi, une première dans l’histoire de la planète. On sait précisément ce que les entreprises prévoient en termes de baisse de leur activité, on sait aussi quelle sera la baisse structurelle de la croissance potentielle des États.

Se rassembler sur des valeurs communes

22Dans le monde que je viens de décrire, à la fois très vieillissant pour certaines géographies, et formidablement jeune pour d’autres, les éducateurs ont un rôle inouï à jouer. Les enseignants vont être soumis, au cours de ces prochaines années, à ces différents champs de contrainte : budgets, retour à une forme de protectionnisme, poids croissant des différentes communautés auxquelles ils s’adressent. Quelle sera la définition de la régulation entre ces différents éléments alors qu’il faut continuer à avoir une vision par rapport à des valeurs et que dans le même temps, ils seront sollicités pour des besoins de court terme profonds et violents ?

23Je crois que les éducateurs doivent passer au-dessus de ces moments de crise et se rassembler sur ce qui les réunit, sur les valeurs communes qui fondent le socle de ce qu’ils font et qu’ils veulent transmettre aux générations qui viennent, générations qui se référeront à des communautés différentes qu’il faudra faire vivre ensemble et pour lesquelles il faudra qu’ils représentent le système à moyen et à long terme, la vision. Il faudra qu’ils soient eux-mêmes les régulateurs, les créateurs de l’intermédiation entre ces communautés. Ils ont entre les mains le destin de l’évolution de la planète car si ce n’est eux, qui ? Je ne crois pas, dans les temps qui viennent, à l’émergence d’une régulation supranationale qui s’affranchirait des poids que je viens de décrire et pourrait donner le sens d’où il faut aller.

24Un seul monde, certainement pas, une seule école de pensée, une seule école d’action, une seule école de valeurs, transcendée, peut-être, c’est en tout cas ce que je souhaite.

25Dans les réflexions que j’avais engagées au ministère des finances, il nous semblait indispensable de faire un plan Marshall pour l’enseignement. Dix milliards d’euros, c’est le prix d’un porte-avion nucléaire… Nous sommes à un moment où des investissements doivent peut-être être faits. Il faut aussi vraisemblablement identifier un projet qui nous permette de valoriser ce que nous sommes, nos savoirs, nos savoir-faire, ce que notre communauté a su créer, son histoire, sa culture, ses traditions, et en faire profiter de plus en plus de personnes. L’un des beaux projets possibles pour la France peut être une politique très volontariste d’immigration sur le territoire national et non l’inverse, afin notamment d’accueillir sur le territoire national tous ceux qui veulent y vivre et y travailler, parce qu’il existe une corrélation entre la croissance potentielle d’un pays et ceux qui y travaillent. Il faut retrouver cette formidable capacité d’intégration qui a été celle de la France au cours des siècles, et pas uniquement à cause de sa géographie. Le monde qui vient sera un monde multicommunautaire – et non communautariste – avec des appartenances mouvantes d’une communauté à l’autre. Comment respecter ces différentes communautés, comment recueillir ce qui fonde le socle commun, le transmettre, l’enseigner ? Cela me semble un formidable projet, il n’y en a pas d’autre pour une nation.

26J’ai insisté sur la nécessité de respecter les communautés pour ce qu’elles sont. À partir du moment où elles ont leur identité propre, elles ont leur part de légitimité et lorsqu’on est un acteur, qu’on soit un acteur politique ou économique, il faut savoir les respecter pour ce qu’elles sont. Dans le monde actuel, il faut en permanence avoir la capacité de gérer cette complexité, ces équilibres. Quand on est un acteur économique, il faut savoir écouter en permanence l’ensemble de ces parties prenantes qui ont toutes une légitimité, les syndicats, les usagers, les salariés, les actionnaires, les États, les villes, les fournisseurs. Aucune n’est plus importante que l’autre. Il faut les écouter et faire en sorte que l’action qu’on mène permette d’aligner ces intérêts divergents et ces vecteurs qui vont dans tous les sens.

27C’est précisément parce qu’il s’agit de faire en sorte qu’ils s’alignent tout en les respectant qu’il faut donner une vision qui permette de proposer des éléments de convergence. Pour ma part, je n’ai rien trouvé de mieux pour aligner les vecteurs que d’aller très vite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Breton, « L’École et les communautés », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 52 | 2009, 31-38.

Référence électronique

Thierry Breton, « L’École et les communautés », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 52 | décembre 2009, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://ries.revues.org/716 ; DOI : 10.4000/ries.716

Haut de page

Auteur

Thierry Breton

Thierry Breton a exercé de nombreuses responsabilités politiques et économiques. Il a notamment présidé des grandes entreprises (Thomson, France Télécom) et été ministre de l’économie, des finances et de l’industrie (2005-2007), avant d’enseigner en qualité de senior lecturer à la Harvard Business School, l’université de management et d’économie de Harvard (États-Unis). Il préside aujourd’hui Atos Origin.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page