Navigation – Plan du site
Dossier

Eau et éducation, des biens communs1

Water and education: common property
Agua y educación: bienes comunes
Riccardo Petrella
p. 123-127

Résumés

À partir d’un parallèle entre l’eau et l’éducation définies comme des biens communs, l’auteur interroge les finalités que se donnent les systèmes éducatifs. Ont-ils pour objectifs d’éduquer à la citoyenneté entendue comme la reconnaissance du droit de chacun à la vie ? Visent-ils à apprendre aux jeunes que l’autre est « nécessairement pluriel ? » Se donnent-ils les moyens, dans leurs projets pédagogiques, d’insister sur la notion de responsabilité perçue non comme une obligation mais comme un choix constructif ? L’auteur plaide pour un projet pédagogique inspiré d’un paradigme sociétal communautaire de partage.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article est la transcription de la conférence de clôture du colloque « Un seul monde, une seule (...)

1On appelle notre planète la planète bleue parce que 72 % de sa surface sont couverts d’eau. On dit aussi, c’est une banalité, que l’eau, c’est la vie. Il y a trois choses essentielles à la vie : le soleil, l’air et l’eau. On peut se passer de la terre, on peut vivre dans l’eau, mais on ne peut se passer ni du soleil, ni de l’air, ni de l’eau. Premier point. Le problème fondamental aujourd’hui, ce n’est pas que l’eau a diminué en quantité, elle n’est pas devenue rare, c’est qu’on a rendu rare l’eau qui était bonne pour l’usage humain. Le deuxième point intéressant, c’est que l’eau n’est pas réservée à notre seul usage, mais à celui de n’importe quelle forme d’espèce vivante : les hommes, les plantes, les animaux, nous ont tous besoin d’eau, même si les biotechnologies que nous inventons donnent l’illusion que l’on peut faire grandir des plantes sans eau. Troisièmement, la question de l’eau est une question de justice sociale car nous sommes une société qui accepte qu’un milliard et demi de personnes n’ait pas accès à l’eau potable. Et quand on n’a pas accès à l’eau potable, on n’a pas accès à la vie. Nous considérons actuellement, par exemple, que nos représentants font bien de renflouer les banques, face à la crise économique et financière, afin de permettre le retour de la consommation. Je n’ai entendu personne dire qu’il fallait utiliser quelques milliards pour investir dans des aqueducs, des dépurateurs, etc. La priorité de nos dirigeants et la nôtre, parce que nous faisons partie des dirigeants, c’est notre enrichissement et notre utilité. Nous ne sommes pas les dirigeants d’une société juste. Nous acceptons comme inévitable l’inégalité dans l’accès au droit à la vie, au droit à l’eau et nous acceptons l’idée que des gens n’ont pas accès à l’eau parce qu’ils sont pauvres, et non pas d’ailleurs parce qu’ils vivent dans des régions où ils manquent d’eau. Donc nous avons accepté la pauvreté comme un phénomène naturel. Alors je vois un lien entre eau, justice et éducation, et la notion de bien commun : dans notre société nous avons perdu toute culture des biens communs.

2Interrogeons-nous. Qu’avons-nous comme bien commun en Europe devenue Union européenne ? Nous étions auparavant une communauté… Si l’on ne veut plus être une communauté, c’est que l’on ne veut plus rien avoir en commun. Est-ce le marché unique qui nous est commun ? Je n’ai encore jamais vu personne tomber amoureux d’un marché. L’eau, en principe, appartient à tout le monde. Ce rapport entre l’eau et la justice, l’eau et la république est donc un problème fondamental, si l’on considère que l’eau étant source de vie, elle est paix, amitié, fraternité, solidarité. Quoi de mieux, dans « Un seul monde » ?

3L’éducation devrait avoir comme objet le droit à la vie ; il devrait être au cœur du projet pédagogique de faire émerger la conscience du monde qui nous entoure, et ce faisant, de faire partie de la vie. Le premier projet pédagogique est celui-là : prendre conscience de la vie et du droit de tous à la vie. Est-ce la vie, le projet pédagogique de nos systèmes d’éducation ?

4Le droit à la vie signifie que l’éducation doit non pas former les citoyens, mais permettre à chacun de devenir citoyen. Le point fondamental de la citoyenneté, c’est la reconnaissance de l’autre car l’autre, c’est la vie. S’il n’y a pas l’autre, il n’y a pas moi, s’il n’y a pas tu, il n’y a pas je ; s’il n’y a pas les autres, il n’y a pas nous ; s’il n’y a pas l’homme, il n’y a pas la femme ; s’il n’y a pas les animaux, il n’y a pas les êtres humains ; s’il n’y a pas les plantes, il n’y a pas les animaux ; et s’il n’y a pas le soleil, il n’y a pas la terre. Le projet pédagogique de nos systèmes éducatifs est-il centré sur l’autre ?

5Cet autre est nécessairement pluriel. L’autre est une infinité de réalités, une richesse fantastique qui ne peut être emprisonnée dans des principes d’universalité. Dire cela, ce n’est pas diminuer la validité et la valeur de l’expérience humaine, de la condition des plantes, ou de la variété des animaux. Remettre à sa juste place l’universalité, c’est au contraire exalter l’autre mais pas en fonction de paramètres qui nous conviennent, en fonction de ce que nous pensons être l’éventuelle universalité. L’école doit apprendre l’autre, et ce n’est pas un mince travail. Apprendre l’autre, c’est plus difficile qu’apprendre un universel imposé. Ibsen, qui fut un grand pédagogue, disait que nous sommes tous, chacun de nous, une parole de Dieu qui ne se répète jamais. C’est la plus grande leçon que j’aie apprise quand j’étais enfant et cela m’a donné l’universalité : je suis unique, une plante est unique et l’autre est unique. Alors « un seul monde, une seule école », c’est, au fond, l’autre et partir de l’autre, c’est éventuellement créer les cheminements vers un monde et une école pluriels.

6Autre élément lié à la justice et à la république, l’éducation devrait mettre au cœur du projet pédagogique la gratuité de la vie. L’eau m’est donnée, l’eau est gratuite, la vie est gratuite. Et l’école doit enseigner non pas que la gratuité signifie l’absence de coûts, mais la prise en charge des coûts par la collectivité. Et cette prise en charge des coûts par la collectivité passe par la fiscalité, c’est pour cela que la fiscalité a été l’une des plus grandes conquêtes sociales de nos sociétés occidentales au cours du XIXe siècle. La fiscalité a été le support technique, matériel du principe de la gratuité de la vie.

7être citoyen est gratuit : je ne dois pas payer pour ma citoyenneté de même que je ne dois pas payer pour mon droit à la vie. C’est à la collectivité de prendre en charge car mon existence est importante pour l’existence de tous.

8Alors si tout cela est vrai, en partant de l’idée que l’eau est la vie et que la vie est gratuite, se pose le problème de la responsabilité. Qui est responsable de cette gratuité qui est l’exemple le plus avancé de la justice ? Les systèmes d’éducation se donnent-ils les moyens, dans leurs projets pédagogiques, d’insister sur la responsabilité, non comme obligation mais comme choix constructif ? La responsabilité ne consiste pas simplement à s’adapter à des impératifs, à des commandements. La responsabilité, c’est d’avoir ce grand plaisir, cette grande joie, de construire pour le respect de la vie, pour la citoyenneté de tous, pour la gratuité. Alors la question posée par l’eau pose est la suivante : un milliard et demi de personnes n’ont pas accès à l’eau potable et 2,6 milliards n’ont pas accès à l’hygiène, c’est-à-dire ne disposent pas de latrines publiques, ce qui fait que cinq mille enfants meurent chaque jour de maladies spécifiquement liées à l’absence d’eau et de services sanitaires, l’équivalent de 18 Jumbos 347 avec 320 enfants de moins de 5 ans à bord. Est-ce que la télévision, la presse en parlent ? Est-ce que le monde en parle ? On se trouve devant cette réalité que la vie n’appartient pas à tout le monde et qu’à l’heure actuelle, le droit à la vie est payant. L’analyse de l’eau nous révèle que nos sociétés acceptent l’inévitabilité de l’inégalité du droit à la vie parce que nos sociétés ont inventé depuis trente à quarante ans une théorie tout à fait particulière selon laquelle tout a un coût, contrairement à ce qu’on a fait au XIXe siècle. Qui va financer le coût d’une salle d’opérations, une université, l’accès au robinet ? Tout cela répond à une utilité, certains disent même à des besoins vitaux. Quelqu’un doit prendre en charge le coût de cette utilité et c’est pourquoi on a inventé le principe consommateur-payeur. Je consomme la salle d’opérations, je consomme le mètre cube d’eau, je consomme les enseignants, les routes, le cimetière… Le consommateur-payeur est devenu le principe fondateur de notre accès à la vie, avec le deuxième principe, qui est le pollueur-payeur. Ce sont deux principes dévastateurs parce qu’avec ces deux principes, on détruit la vie, la communauté de la vie, la gratuité de la vie, la justice sociale et on justifie la financiarisation de la vie à condition que l’on puisse indiquer une régulation monétaire par rapport à des coûts, y compris lorsque ils ne sont plus réparables. Lorsqu’une forêt primaire est détruite, même si l’on paie, cette forêt ne se reconstitue jamais, c’est fini pour toujours, on ne peut pas faire revivre une forêt primaire et les millions d’espèces qui y vivent, ce capital vieux d’un million d’années. On a procédé à une marchandisation de la vie et le pouvoir d’achat est devenu la clé de voûte de toute l’architecture de l’accès à la vie. Si vous n’avez pas de pouvoir d’achat, vous n’avez pas accès à la vie. C’est pour cela que tout le monde se préoccupe du pouvoir d’achat. On ne se préoccupe pas du pouvoir du citoyen, du pouvoir de l’amitié, du pouvoir de l’amour, on s’occupe du pouvoir d’achat, parce que si tu n’achètes pas, tu n’es rien. Pourquoi devrais-je me préoccuper de tes besoins, si tu ne veux pas les payer, si tu n’es pas solvable ?

9Il est évident que la privatisation de la vie est le fait marquant de la compréhension du monde à partir d’une analyse de l’eau. Les systèmes d’éducation ont-ils fait leurs ces questions ?

10L’analyse de l’eau nous permet de dire qu’au fond, le monde n’est pas un ensemble de ressources auxquelles attribuer une valeur en fonction de la création de richesses pour le capital investi, parce que désormais toute chose a une valeur dans nos sociétés, dans la mesure où elle contribue à créer des richesses pour le capital financier. Un ingénieur chimiste allemand de 42 ans coûte 25 fois plus cher qu’un ingénieur chimiste de 42 ans indien, à compétences égales. C’est pourquoi l’ingénieur chimiste indien est utilisé alors que l’ingénieur allemand ne vaut rien. J’ai dirigé la prospective scientifique et technologique à la Commission européenne pendant vingt ans. J’ai essayé de dire que toute cette stratégie de compétences ne servait à rien, puisque c’est le marché de la création de valeurs pour le capital financier qui est le seul critère déterminant.

11Si l’on ne veut pas ou ne peut pas payer l’eau ou les infrastructures parce qu’on est pauvre et qu’on n’a pas de ressources, on meurt. On ne peut pas dire le monde est une ressource où on l’on va mourir et pourtant, c’est ce que nous sommes en train de faire, nous sommes en train de détruire les ressources de la planète. L’eau nous montre ceci. Ces quarante dernières années, on a fait disparaître environ cinquante mille lacs. La plupart des grands fleuves n’apportent plus l’eau à la mer. Même l’Amazone, l’année passée, a été à sec sur des kilomètres pendant quelques semaines. Les pénuries d’eau se multiplient partout. Début 2009, le gouverneur de la Californie a déclaré l’état d’urgence à cause de la sécheresse, dans l’État américain le plus puissant au monde du point de vue économique. Les nappes phréatiques sont vides et ce qui reste d’eau est pollué, contaminé. Quarante pour cent de l’eau de surface aux États-Unis sont impropres à la consommation humaine. Quatre cents villes de plus de 250 000 habitants en Chine, sur les 650 villes de cette taille, n’ont pas d’eau. Les dirigeants chinois commencent à l’admettre. La Chine, l’Inde et les États-Unis sont les trois grands pays malades d’eau. Les États-Unis font actuellement pression sur le Canada pour capter l’eau canadienne, ce que les Canadiens refusent parce qu’ils savent que s’ils le font, dans cent ans, ils n’auront plus d’eau. Le monde est devenu une série de biens mis sur le marché, intéressants pour les consommateurs et pour les actionnaires.

12Finalement, le troisième point qui émerge de cette question posée par l’eau, c’est qu’on constate, chose extraordinaire, que l’écologie va de pair avec l’économie. On donne des prix Nobel à des gens qui montrent ce lien parce qu’on a tellement séparé et détruit les liens entre économie et écologie qu’on est tout heureux de voir quelqu’un établir ces rapports.

13Entre la société et l’eau, c’est un problème de sécurité collective. C’est toute une culture qui est à revoir, et l’éducation a une grande responsabilité à cet égard. Au fond, nous avons été éduqués à penser à notre sécurité, à celle de notre famille et tout au plus, dans un accès de générosité, à la sécurité nationale, mais ne demandez pas aux classes dirigeantes de chaque pays de penser à la sécurité du monde. La notion de sécurité mondiale de l’humanité n’existe pas. Il existe la sécurité nationale, mais la sécurité n’est pas une notion partagée. La notion de sécurité est aujourd’hui une notion d’appropriation des ressources disponibles sur la planète pour garantir la survie d’une communauté spécifique, qui a le pouvoir juridique et militaire d’affirmer sa propriété sur les ressources naturelles qui sont sur son territoire. Ainsi, l’eau sur mon territoire devient la condition stratégique pour assurer la sécurité de mon économie. À l’école, on nous apprend à devenir des ressources humaines hautement qualifiées pour favoriser la compétitivité des entreprises nationales sur les marchés mondiaux. L’Union européenne excelle à cela, l’évangile de l’éducation au service de la compétitivité.

14C’est seulement récemment que les choses ont commencé à changer. Mais jusqu’à présent, pourquoi une école, pourquoi une formation, sinon pour former les ressources humaines les plus compétitives au monde, comme nous dit la stratégie de Lisbonne, qui vise à faire de l’Europe la société de la connaissance la plus compétitive au monde en 2010. Nous y sommes et c’est un désastre parce que c’est un objectif intenable. Se donner un objectif impossible donne un résultat impossible.

15Alors que faut-il faire du point de vue de l’éducation ? Je me permettrai de proposer trois pistes. Je ne suis pas un pédagogue professionnel, même si j’enseigne. Il me semble que la première chose à faire et que l’eau révèle, c’est que nous devons faire un effort volontaire, constant, solide, pour définir un projet, en commençant par nos propres institutions, celle où nous enseignons. Notre projet éducatif doit tenter d’aller au-delà du paradigme pédagogique, économique et utilitariste et compétitif qui est celui du projet d’adaptation pour la survie de l’individu ou du groupe. Au contraire, à partir de l’eau, essayons de faire un projet d’éducation inspiré par un paradigme sociétal communautaire de partage. C’est-à-dire de construire un avenir différent.

16Deuxième idée, il faut développer une éducation ouverte de réseaux, c’est-à-dire un lieu d’apprentissage partagé et de production partagée de la découverte du monde. L’éducation, c’est donner, s’étonner, découvrir. Ce lieu d’apprentissage partagé dans les découvertes du monde, en commun et en inter-action avec l’autre, que ce soit l’humain ou que ce soit la nature, suppose la notion de réseaux, et pas simplement informatiques.

17Troisièmement, l’action. Je voudrais énumérer les petites choses auxquelles je participe. J’ai fait approuver par l’Académie d’architecture où j’enseigne l’écologie humaine que les étudiants de quatrième année fassent un manifeste sur le changement climatique et le rôle des architectes. Ils ont fait un projet sur les bidonvilles. Il faut que la question de l’eau sorte du domaine réservé de l’hydrologie. à l’Université nationale de Rosario, le 23 avril, on a inauguré la première chaire universitaire de l’eau dont j’ai été nommé directeur. C’est la première fois qu’on cherche à aller au-delà de l’hydrologie, de la biologie, des sciences naturelles, de l’ingénierie, appliquées à l’eau. En Belgique, avec le comité pour le contrat mondial de l’eau, des classes bleues ont été créées, comme les classes vertes françaises, c’est-à-dire que pendant une semaine, quarante institutions secondaires proposent une semaine centrée sur l’eau et on fait des classes d’eau où l’on parle de l’eau dans tous ses aspects. Voilà donc l’éducation par l’action, et l’eau s’y prête particulièrement.

Haut de page

Notes

1 Cet article est la transcription de la conférence de clôture du colloque « Un seul monde, une seule école ? » prononcée par Riccardo Petrella le 14 mars 2009 au CIEP, Sèvres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Riccardo Petrella, « Eau et éducation, des biens communs », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 52 | 2009, 123-127.

Référence électronique

Riccardo Petrella, « Eau et éducation, des biens communs », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 52 | décembre 2009, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://ries.revues.org/773 ; DOI : 10.4000/ries.773

Haut de page

Auteur

Riccardo Petrella

Riccardo Petrella est politologue et économiste de formation. Il a exercé de nombreuses fonctions : à Vienne comme directeur du Centre européen de coordination de recherche en sciences sociales ; à la Commission européenne comme directeur du projet FAST (Forecasting and Assessment in Science and Technology) ; à l’Université catholique de Louvain comme professeur chargé de la chaire sur la mondialisation de l’économie. Actuellement Professeur émérite de cette même université, il est aussi professeur d’écologie humaine à l’Academia d’Architettura de Mendrisio (Suisse) et secrétaire général du Comité international pour un contrat mondial de l’eau.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page