Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Dans la crise de confiance que traversent aujourd’hui de nombreux systèmes éducatifs, l’éducation s’inscrit désormais dans des perspectives de régulations et dans des exigences de plus en plus fortes en matière de résultats.

2La notion de « contrôle », considérée comme archaïque pendant plusieurs décennies, revient en force, sous des formes modernisées, en raison d’enjeux nouveaux, à la fois nationaux et mondiaux. On assiste en effet à une évolution de son rôle et à une redéfinition de son articulation avec les pratiques d’ « évaluation » qui se sont elles-mêmes considérablement développées depuis quinze ans et sont devenues un élément constitutif des politiques publiques dans le souci d’améliorer la qualité de l’Ecole.

3La Revue internationale d’éducation de Sèvres fait le choix d’étudier cette question en Angleterre, au Chili, en Chine, en France, en Pologne, en Suisse et au Pays basque espagnol, sept systèmes éducatifs différents par leur situation géographique, leur héritage politique, leur organisation et leur expérience en matière d’évaluation et de contrôle. Deux comparaisons européennes permettent de compléter ce panorama.

4On observe tout d’abord une multiplication et une diversification des évaluations et des contrôles dont les résultats sont de plus en plus souvent rendus publics. On voit s’accroître également le nombre d’acteurs concernés, tout comme l’influence de réseaux divers, ainsi que des standards nationaux et internationaux.

5Dans ce nouveau contexte, les enquêtes comme PISA sont devenues des références obligées. Le recours à des mécanismes de contrôle centrés sur les résultats se développe. La « reddition des comptes » s’impose même aux enseignants, dans certains pays.

6Cette évolution soulève d’importantes interrogations : la nécessité de disposer de données précises, pour mesurer les performances des élèves, sert-elle à esquiver la réflexion sur les finalités et les objectifs de l’école obligatoire ? Par ailleurs, se dirige-t-on vers des systèmes d’accréditation internationale des évaluateurs, comme cela commence à se faire pour l’enseignement supérieur et la qualité ? Pour des pays comme la France et plus généralement en Europe, quel rôle présent et futur des inspections ?

7Le contrôle de l’école et des établissements scolaires devient pluriel, fait d’évaluations croisées impliquant des acteurs variés. C’est un changement majeur : l’État est désormais dans un rôle de « régulateur » ; les relations entre le niveau central et les niveaux locaux se modifient ; les élèves et les familles, les élus et les responsables locaux, les forces vives du corps social, tous veulent jouer un rôle plus important.

8C'est sur cette base qu’un nouveau mode de gouvernance fait son apparition, dans lequel l’établissement scolaire est au cœur du système d’évaluation et de contrôle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Présentation du numéro 48 », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 48 | septembre 2008, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://ries.revues.org/807

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page