Navigation – Plan du site

Présentation

Revue spécialisée dans le champ de l'éducation et de la formation à travers le monde, la Revue internationale d’éducation de Sèvres est éditée par le Centre international d’études pédagogiques(CIEP), membre de la Communauté d’universités et d’établissements Sorbonne Universités.

Elle publie en langue française trois numéros par an pour un public de responsables et d'acteurs de l'éducation, ainsi que d'universitaires et de chercheurs issus des sciences humaines et sociales concernés par les questions d’éducation.

La majorité des auteurs sont étrangers et les articles s'inscrivent dans une perspective de recherche. Les numéros sont organisés autour d'un dossier central, portant sur un thème qui fait l'objet de débats dans le monde. Ils proposent également des informations et des ressources documentaires dans le champ des politiques éducatives ou des pratiques pédagogiques.

La revue s'appuie sur un comité de rédaction et un conseil scientifique qu'elle réunit régulièrement. Depuis sa création en 1994, elle a publié 850 auteurs de 100 pays. Repérée dans différents classements internationaux et bases de données, la revue a rejoint en 2012 la plateforme d'édition en sciences sociales et humaines OpenEdition. Ses numéros sont disponibles en libre accès après deux ans sur Revues.org.

Dernier numéro en ligne
73 | 2016
Ce que l’école enseigne à tous

What school teaches everyone
Lo que la escuela enseña a todos

Cherche-t-on partout à bâtir une école qui soit commune à tous les élèves, et avec quelles finalités ?
À partir de cette interrogation, le numéro 73 de la Revue internationale d’éducation de Sèvres examine les contenus de l’enseignement obligatoire d’une dizaine de pays : sont-ils  pensés comme communs à tous les élèves ? Existe-t-il un consensus social à ce sujet ? Ce qu’on appelle « commun » a-t-il le même sens, d’un pays à l’autre ? Quels contenus sont privilégiés ?
Les auteurs analysent le contexte de leur pays (Algérie, Écosse/Angleterre, Espagne, France, Libéria, Québec, Roumanie, Vietnam), et montrent que ces questions revêtent partout une forte signification politique.
Il existe bien, dans ces différentes sociétés, de nombreux motifs politiques de souhaiter une école commune, que ce soit en termes de citoyenneté, de création d’une culture commune ou de lutte contre les inégalités.
Mais le consensus sur ces politiques et leurs finalités ne semble aller de soi dans aucun des pays étudiés : ni sur le degré de commun à définir, ni sur les contenus à privilégier. De plus, le développement des différentes formes du marché ou quasi marché de l’éducation rejoint des oppositions idéologiques pour compromettre la notion même d’école commune, qui demeure un objectif sous tension permanente, dans de nombreux systèmes éducatifs.