Navigation – Plan du site
ATELIER 1 : DISCOURS ET RÉCITS SUR L’ÉDUCATION EN ASIE

L’éducation en Chine, entre tradition et modernisation

XiaoHui Wang

Texte intégral

1En préambule, rappelons deux aspects déterminants de l’éducation en Chine actuellement.

    • 1 Battle Hymn of the Tiger Mother, Amy Chua, 20121, Penguin Group, USA.

    Dans L’Hymne de bataille de la mère-tigresse1, Amy Chua, d’origine chinoise, professeure à l’Université de Yale, énonce les grands principes d’une éducation à la chinoise, fondée sur la quête de l’excellence dans tous les domaines : ses deux filles doivent obtenir les meilleures notes à l’école, apprendre le mandarin et devenir des musiciennes talentueuses dès le plus jeune âge ; violon, piano, mathématiques et langues vivantes sont au programme, et évincent les amis, la télévision ainsi que les jeux vidéo.

  1. Shanghai est en tête dans les résultats de l’enquête PISA 2012 (Programme pour le suivi des acquis des élèves), avec 613 points, bien au-dessus de la moyenne (494 points) des 34 pays de l’OCDE, une avance correspondant à près de trois années de scolarité en mathématiques par rapport à la moyenne, à plus d’un an et demi en lecture, et à plus de trois trimestres en sciences.

2Ces deux observations appellent les questions suivantes : la méthode de la mère-tigresse est-elle vraiment la pédagogie à la chinoise ? Comment la ville de Shanghai a-t-elle obtenu ce résultat à l’enquête PISA et peut-elle représenter le niveau de la Chine toute entière ? Nous devons revenir sur la culture traditionnelle chinoise pour y répondre.

« Apprendre pour devenir mandarin », une culture bien enracinée

3La « méritocratie » n’est pas un terme chinois, mais le principe du mérite existe depuis longtemps en Chine. À l’époque de Confucius (Ve siècle avant J.-C.), une maxime se répand : « Plus on se distingue des autres, mieux on se positionne pour entrer dans la fonction publique ». Pendant longtemps, le recrutement des fonctionnaires se fait sur recommandation et sur critères extrascolaires : origine familiale, distinctions obtenues sur les champs de bataille, manifestations spectaculaires de vertu, tenaient une place prépondérante. En réalité, les meilleurs talents sont souvent absents de la liste de recommandation. Selon une ballade de l’époque, « Un lettré choisi ne sait pas lire ; un fils pieux, nommé, chasse son père ».

4À la période d’éclatement de la Chine en trois royaumes (IIIe-VIe siècles après J. C.), on adopte le régime des « Neuf degrés » pour sélectionner les fonctionnaires. Chaque province nomme un jury qui recrute les candidats. Les trois plus hauts degrés sont réservés aux nobles, qui occupent les meilleures places. Les lauréats issus des échelons populaires ne peuvent jamais atteindre les rangs les plus élevés.

5Pour obtenir les meilleurs talents et renforcer la domination politique, le « mandarinisme », un système d’examen destiné à choisir les officiers, est créé sous les dynasties des Sui et des Tang (581-907). Le mandarinisme, exprimé en chinois par deux caractères, Ke (domaine) et Ju (choisir), ne cessera de se perfectionner jusqu’à la dynastie des Qing (1616-1911). Il présente quatre caractéristiques :

  • un concours ouvert : toutes les personnes, qu’elles soient issues de la noblesse ou des classes populaires, riches ou pauvres, peuvent s’y présenter ;

  • un examen national : pendant les épreuves Huishi et Dianshi, les candidats se réunissent à la capitale, pour passer les mêmes épreuves et selon les mêmes critères de sélection ;

  • l’examen se déroule selon un processus immuable, de l’aube au crépuscule : les copies numérotées sont retranscrites à l’encre rouge par des scribes, avant d’être communiquées aux examinateurs ; ceux-ci choisissent les meilleures copies et les présentent à leur chef, qui détermine ceux qui seront reçus ;

  • le mandarinisme oriente automatiquement l’éducation : bien qu’il n’existe pas de système d’éducation, au sens moderne, dans la société ancienne, l’enseignement est toujours centré sur les « Quatre livres » (Entretiens, Mencius, Invariable milieu, Grande étude) et les « Cinq classiques » (Livre des mutations, Livre des odes, Canon des documents, Mémoires sur les rites, les Printemps et les automnes), qui renferment le contenu des épreuves.

6Pour être reçus au concours, les élèves doivent « travailler dur ». D’après un conte, ils sont obligés de se suspendre à une poutre par leur natte attachée à une corde et de se piquer les jambes avec une aiguille pour pouvoir lire jusqu’à minuit et éviter de s’endormir.

7On définit ainsi les quatre grands bonheurs de la vie : la pluie survenue à la suite d’une longue sécheresse, le bon ami rencontré dans un pays étranger, la nuit de noces, la réussite au concours du mandarinat. Ce dernier est le plus important.

8Dès la réussite au concours, on peut immédiatement être nommé fonctionnaire et comme on dit : « Il travaillait au champ comme paysan le matin et se montra au palais impérial le soir ».

9Cette idéologie circulera tout au long de la société ancienne chinoise : « Tous les métiers sont vils, seules les études sont nobles ».

Vers la modernisation

10En 1903, le premier texte portant sur l’instauration d’un système éducatif au niveau national est publié en Chine. Le Zòudìng xuétáng zhāngchéng (règlement impérial sur la scolarité) établit une scolarité divisée en enseignement primaire (neuf années), secondaire (cinq années), supérieur et universitaire (de six à sept années). En raison de l’importance qu’il accorde aux livres classiques, le mandarinisme est aboli en 1905.

11Au début des années 1950, le Système de l’examen national d’accès à l’enseignement supérieur (SENES) est créé par le gouvernement de la République populaire de Chine, sous le nom de Gaokao. La nouvelle Chine a besoin de cadres. On recrute prioritairement comme étudiants les diplômés des lycées au cursus accéléré, des ouvriers et paysans, pour les nommer dans l’industrie ou dans l’administration, s’ils obtiennent les notes minimales requises.

12Jusqu’à aujourd’hui, hormis une interruption pendant la Révolution culturelle (1966-1976), la méritocratie joue toujours un rôle décisif en Chine.

13Une catastrophe est survenue avec la Révolution culturelle. Mao Zedong avait déclaré :

Les cours scolaires sont trop lourds, ils font du tort aux jeunes gens qui sont en tension quotidienne. Les cours peuvent être réduits de moitié. Il ne convient pas que les élèves lisent tous les jours, ils pourraient participer au travail productif et aux activités sociales. Les méthodes actuelles des examens, avec des questions étranges, la surprise, qui déroutent, sont comme des approches en face de l’ennemi.

  • 2 Les œufs au thé noir sont traditionnellement vendus dans la rue et sur les marchés. Les mots « miss (...)

14Tous les examens avaient été abolis, les universités fermées. Au début des années 1970, certaines universités sont à nouveau ouvertes, mais elles ne recrutent que les « étudiants ouvriers-paysans-soldats » sur la base d’un examen tout à fait élémentaire. Par exemple, un candidat qui n’avait pu remplir la copie de physique-chimie et avait exprimé son souhait d’entrer à l’université a été finalement admis et est devenu une vedette politique de l’époque. On l’appelait « le héros à la copie vide ». Un film a raconté l’histoire de l’admission universitaire grâce aux» mains calleuses » – marque d’un travail physique et pénible – et non à l’examen écrit. L’examen d’entrée à l’université est alors supprimé, le mérite méprisé et le statut des intellectuels rabaissé de façon dramatique : « Celui qui fabrique les missiles ne gagne pas plus que celui qui vend des œufs au thé noir ».2 Pour les familles, l’importance accordée à l’éducation s’effondre. Les parents ne se soucient plus de l’apprentissage de leurs enfants, les élèves vivent au jour le jour à l’école.

15Le Gaokao est rétabli en 1977 mais la situation sociale a profondément changé. Tout d’abord, l’État a commencé à mettre en œuvre la politique de l’enfant unique. Une expression reflète parfaitement la réalité des familles alors : « vouloir que son enfant devienne un dragon », c’est-à-dire un génie. Ensuite, les « écoles-clés » (zhongdian xuexiao) ou écoles d’élite ont été créées et sont très recherchées. Le fossé entre bonnes écoles et écoles ordinaires s’est creusé. Les parents cherchent par tous les moyens à faire admettre leurs enfants dans une école-clé. Enfin, l’industrialisation et la commercialisation de l’éducation se sont développées silencieusement. À Beijing, les frais liés au « choix de l’école » peuvent atteindre 60 000 yuans, soit 5 000 euros.

Les réformes actuelles

16Dans la société chinoise actuelle, le futur des jeunes dépend de leurs études et de leurs diplômes universitaires. Pour accéder à une université renommée, il faut avoir obtenu un bon résultat au Gaokao et pour ce faire, il faut étudier dans un bon lycée, un bon collège, une bonne école primaire, voire un bon jardin d’enfants. La compétition commence en quelque sorte dès la naissance. On appelle cette situation « l’enseignement pour l’examen » (ying shi jiao yu).

17Depuis la fin des années 1980, le terme su zhi jiao yu a émergé dans le domaine de l’éducation. Cette expression chinoise signifie « l’enseignement qualifiant » et sa traduction en anglais est « essential-qualities-oriented education ». Selon la Décision pour l’approfondissement de la réforme de l’enseignement et la promotion d’un enseignement qualifiant du Conseil de l’État (1999), la signification de « l’enseignement qualifiant » est très large :

Appliquer l’enseignement qualifiant, c’est accomplir intégralement les principes politiques du Parti sur l’éducation, avoir pour but l’élévation du niveau de la qualification de la Nation, mettre l’accent sur la créativité et les capacités pratiques des élèves, former les constructeurs et successeurs du socialisme ayant des idéaux, des principes moraux, de la culture et de l’autodiscipline, jouissant d’un plein épanouissement sur le plan moral, intellectuel, physique, et esthétique.

18La nouvelle réforme du curriculum scolaire, officiellement lancée en 1999, prend en compte le développement individuel. Un des aspects importants de cette réforme est la création d’activités pratiques globales basées sur l’expérience directe des élèves, intégrant les connaissances théoriques à la vie sociale. Une des activités est définie comme « l’étude par la recherche ». Les élèves peuvent sélectionner leurs thèmes de recherche et déterminer leurs projets selon leur intérêt personnel, sous la direction des enseignants. À travers ces activités de recherche, les élèves peuvent acquérir de nouvelles connaissances, apprendre à résoudre les problèmes, acquérir autonomie et s’habituer à la coopération.

Crise et enjeux : les nouveaux discours sur l’éducation en Chine

19Durant les trois dernières décennies de réforme de l’éducation, les politiques concernant la réduction du fardeau scolaire des élèves et l’amélioration de la qualité de l’enseignement ont été mises en place, mais n’ont pas encore obtenu de résultats satisfaisants.

20En ce qui concerne « l’enseignement qualifiant », il a été avancé que cette conception ne différait pas fondamentalement des politiques précédentes, dont elle n’était qu’un agglomérat. En réalité, toutes les activités extra-scolaires peuvent être considérées comme un « enseignement qualifiant ». En visitant une école pilote en « enseignement qualifiant », on peut observer toute une série d’activités sur le plan de la danse, de la musique, de la technique manuelle, etc., en même temps que se déroulent l’enseignement et l’apprentissage focalisés sur l’examen.

  • 3 http://www.china.com.cn/city/zhuanti/2007-05/15/content_8256751.htm (22/04/2008).

21Après la suppression de l’examen d’entrée à l’école primaire et au collège en 1990, l’admission des élèves ne dépend plus seulement de leur domicile. Les établissements scolaires demandent souvent des certificats de concours divers : dissertation, sports, piano, danse, calligraphie, anglais, etc. Les lauréats des olympiades sont favorisés. Selon une enquête, les 104 élèves de 5e année d’une école primaire avaient participé à 338 cours extrascolaires, soit 3,25 cours par élève et 6,5 heures par semaine. Une élève de Nanjing possédait 44 certificats3 !

22Au lycée Maotanchang de la province de l’Anhui, connu comme « la plus grande machine à examen en Asie », on pratiquait une gestion quasiment militaire et très centralisée : les vingt mille élèves n’avaient aucune autonomie, subissaient les formations et les exercices scolaires toute l’année, sans vacances et, avec seulement deux heures de repos par semaine pour changer de vêtements.

23La mise en place de la réforme du curriculum avait pour but d’obtenir l’allègement de la charge scolaire, mais elle n’a pas obtenu les résultats prévus.

24En général, les enseignants doivent jouer un rôle important dans les réformes éducatives. Mais les réformes éducatives en Chine ont été lancées souvent du haut vers le bas, et les enseignants ont peu participé aux décisions politiques. D’après une enquête réalisée par l’Institut de la recherche de l’éducation du XXIe siècle, 74 % des enseignants ont répondu « d’accord » et « tout à fait d’accord » à la question sur la réforme du curriculum. Cependant, ceux se disant « très satisfaits » de l’efficacité de la réforme ne représentaient que 3,3 %, pour un total de 21, 3 % seulement de personnes se déclarant « satisfaites » ou « très satisfaites ». Par contre, ceux ayant répondu « passable » et « insatisfaisant » étaient respectivement 49,3 % et 21 %. En ce qui concerne la réduction du fardeau des élèves, 47 % des enseignants estiment que la charge scolaire a crû avec le nouveau programme et seulement 8,5 % des enseignants pensent qu’elle a tendance à s’alléger.

25« Travailler avec ardeur à l’enseignement qualifiant, se préparer effectivement à passer l’examen », cette phrase peut résumer la situation actuelle de l’éducation en Chine. C’est bien l’héritage culturel du mandarinisme qui joue un rôle essentiel.

26Cette tradition est confrontée aux défis de la concurrence internationale, les qualifications étant le noyau de la future concurrence. L’enquête PISA a fourni des indications sur les compétences scolaires. La Chine ne peut pas ignorer ces indicateurs, mais seule Shanghai a eu le courage de participer à l’enquête. En effet, la municipalité de Shanghai est la plus urbanisée, son économie la plus développée, sa culture la plus avancée en Chine.

27À Shanghai, en tête des résultats de l’enquête PISA 2012, les méthodes de « travail dur » jouent un rôle important. Le responsable de l’enquête pour Shanghai a indiqué que le temps moyen des cours est de 28,2 heures par semaine, au 9e rangparmi les 65 pays ou régions participants. De plus, le temps moyen passé à faire ses devoirs à domicile est de 13,8 heures hebdomadaires, ce qui place Shanghai en tête, avec à peu près le double de la moyenne des pays de l’OCDE (7,9 heures par semaine).

28Il semble que la réduction de la charge scolaire ne soit pas facile : si le Gaokao subsiste, l’enseignement pour l’examen ne devrait pas disparaître.

29Pierre Bourdieu a bien expliqué les inégalités scolaires par le capital culturel. Les enfants des classes supérieures héritent de leurs familles des ressources culturelles, comme le langage et la culture générale, que les couches populaires ne possèdent pas. Les connaissances transmises par l’école ressemblent à celles qui circulent dans les classes supérieures, les enfants des classes populaires ne peuvent jamais atteindre le même rang que les enfants des classes supérieures.

30Si cette interprétation était conforme à la situation en France, elle n’est pas appropriée à la Chine. La culture chinoise est plus ouverte. Malgré le déséquilibre des ressources culturelles, les enfants des familles pauvres ont une chance d’obtenir de bons résultats scolaires s’ils en ont la capacité intellectuelle et font montre d’assiduité.

  • 4 Annuaire de l’Éducation en Chine (1949-1981), Beijing: Encyclopédie de Chine, 1984, p. 338.

31La proportion des ouvriers-paysans parmi la nouvelle promotion dans les établissements d’enseignement supérieur chinois était de 27,39 % en 1953 et de 55,28 % en 1958. Le sommet a été atteint en 1965, avec 71,2 % en 1965.4 Bien sûr, ces chiffres sont le résultat de la politique de priorité donnée aux ouvriers-paysans. Bien que cette politique ne soit plus pratiquée aujourd’hui (la statistique sur les étudiants d’origine ouvrière-paysanne n’existe plus), les enfants d’origine populaire ont toujours une possibilité d’entrer à l’université.

  • 5 Ku en chinois signifie l’amer, la peine, la souffrance et l’acharnement, difficilement, péniblement

32La modification du statut social par le travail « dur » est devenue une motivation intrinsèque des jeunes Chinois. À Huining, dans la province du Gansu, une métaphore populaire circule depuis longtemps : les trois Ku5 (les élèves apprennent avec acharnement ; les parents les soutiennent difficilement ; les enseignants leur enseignent péniblement). On attend un changement par un travail assidu, on trouve donc la joie dans l’expérience difficile. Il est compréhensible que les Américains soient extrêmement surpris par la méthode de la mère-tigresse, alors que les Chinois y sont habitués. C’est une différence culturelle. Et surtout, pour les jeunes ruraux, le succès au Gaokao est peut-être le seul moyen de quitter le milieu rural.

33Un travail « dur » peut permettre d’obtenir de bons résultats momentanément, mais un enseignement basé sur ce travail dur peut nuire à l’intérêt personnel et surtout détruire l’esprit d’innovation. C’est cela, la vraie crise de l’éducation en Chine, que l’on doit analyser et surmonter.

Haut de page

Notes

1 Battle Hymn of the Tiger Mother, Amy Chua, 20121, Penguin Group, USA.

2 Les œufs au thé noir sont traditionnellement vendus dans la rue et sur les marchés. Les mots « missile » (dao dan) et « œufs » (ji dan) en chinois sont composés tous les deux d’un caractère prononcé « dan ».

3 http://www.china.com.cn/city/zhuanti/2007-05/15/content_8256751.htm (22/04/2008).

4 Annuaire de l’Éducation en Chine (1949-1981), Beijing: Encyclopédie de Chine, 1984, p. 338.

5 Ku en chinois signifie l’amer, la peine, la souffrance et l’acharnement, difficilement, péniblement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

XiaoHui Wang, « L’éducation en Chine, entre tradition et modernisation », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], Colloque : L’éducation en Asie en 2014 : Quels enjeux mondiaux ?, mis en ligne le 04 juin 2014, consulté le 23 août 2017. URL : http://ries.revues.org/3712

Haut de page

Auteur

XiaoHui Wang

Wang XiaoHui est professeur à l’Université normale de Beijing depuis 2002. Docteur en sciences de l’éducation (Université de Strasbourg, 1988), il a été sous-directeur du Bureau de recherche en éducation comparée du Centre de recherche sur le développement de l’éducation auprès du ministère chinois de l’éducation (1989-2002). Ses recherches portent sur les politiques éducatives, l’éducation française, l’éducation comparée. Courriel : wang_education@sina.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page