Navigation – Plan du site
Dossier : le métier de chef d’établissement

Quelle identité pour les chefs d’établissement ?

La Suède entre décentralisation et recentralisation
School heads between decentralisation and recentralisation. The Swedish case
¿Qué identidad para los líderes escolares? Entre descentralización y recentralización. El caso de Suecia
Dan Collberg
p. 117-128

Résumés

Après les réformes des années quatre-vingt-dix, le métier de chef d’établissement est devenu plus complexe en Suède, passant d’administrateur à leader pédagogique, de fonctionnaire d’État à chef de catégorie intermédiaire dans la hiérarchie municipale, de primus inter pares à ultimus inter superiores – ou tout cela en même temps. Investi d’une responsabilité professionnelle toujours plus diversifiée, le chef d’établissement porte également l’espérance des municipalités et du gouvernement de réaliser les objectifs nationaux, notamment l’ambition d’une réussite à cent pour cent. Cette espérance se manifeste dans la nouvelle loi scolaire, où son titre, rektor, est mentionné 118 fois.

Haut de page

Extrait du texte

Plan

Une révolution dans le système scolaire ?
La décentralisation et la « municipalisation »
La direction par objectifs
Le droit de choisir l’école en fonction du domicile
La réforme des écoles libres
Un nouveau plan pédagogique national
Un objectif prioritaire : les résultats
Une nouvelle convention collective
Le traitement individuel
Le chef d’établissement, leader pédagogique
Le chef d’établissement comme autorité
Le rôle de l’Inspection générale
La formation des chefs d’établissement
Le chef d’établissement de demain

Aperçu du texte

Une révolution dans le système scolaire ?

En mars 2012, les médias suédois constataient que la Suède se trouvait en tête en matière de démantèlement du secteur public et particulièrement du système scolaire, qui était traditionnellement considéré comme centralisé, homogène et très égalitaire. Il y a vingt-cinq ans, on pouvait décrire le chef d’établissement simplement comme un expert connaissant parfaitement les rouages de son établissement et de sa réglementation, ainsi que comme un administrateur de subventions gouvernementales. Sa marge de manœuvre pour trouver des solutions locales ou donner la priorité à certains projets était très restreinte. La notion de leadership pédagogique était alors inconnue. Cet état de fait dura jusqu’aux vastes réformes décidées durant les années 1990.

La décentralisation et la « municipalisation »

Jusque là, le ministère de l’Éducation établissait seul une réglementation commune sur les horaires et sur le contenu des cours, le détail des matières ensei...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dan Collberg, « Quelle identité pour les chefs d’établissement ? », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 60 | 2012, 117-128.

Référence électronique

Dan Collberg, « Quelle identité pour les chefs d’établissement ? », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 60 | septembre 2012, mis en ligne le 01 septembre 2012, consulté le 20 août 2014. URL : http://ries.revues.org/2510

Haut de page

Auteur

Dan Collberg

Licencié ès lettres de l’Université de Lund, Suède. Professeur d’histoire, d’instruction civique et de géographie pendant vingt ans, il a occupé des postes de chef d’établissement pendant les années quatre-vingt-dix, avant de travailler huit ans comme formateur de chefs d’établissement à l’Université de Malmö ainsi que comme mentor dans un programme de formation sur le droit de l’enfant dans les systèmes scolaires en Afrique francophone. Sa maîtrise en leadership éducatif en 2004 traitait du « chef d’établissement face au défi de la rémunération individuelle ». Depuis 2009, il est inspecteur national.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page